1

Mulhouse : trois femmes poignardées, forcément par un déséquilibré…

On ne vous dit pas tout !

Une enquête judiciaire a été ouverte, samedi matin, afin d’identifier l’origine de la divulgation sur les réseaux sociaux, dès vendredi soir, des détails sur le dispositif policier mis en place pour faire face à l’acte IV de la manifestation des « Gilets jaunes » à Paris.

L’enquête a été confiée à la Brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information.

C’est Camille Chaize, porte-parole de la police Nationale, qui l’a révélé sur Radio France : « Vendredi soir, sur Twitter, un média alternatif a été mis en ligne. Ce document, présenté comme étant une note interne de la Préfecture de police de Paris et destinée aux chefs des services de police, que les autorités refusaient de détailler pour des raisons de sécurité. »

Mulhouse (Haut-Rhin) – Gare centrale, Dimanche 9 décembre dans l’après-midi, un individu non identifié tout d’abord, a poignardé une jeune femme dans la salle d’attente. De nationalité allemande, elle était accompagnée de sa fille d’une dizaine d’années.

Puis, sur le parvis de cette même gare, il a également poignardé une seconde femme, la blessant très grièvement à hauteur de l’abdomen.

Une troisième femme l’a échappé belle, agressée, seuls ses vêtements ont été déchirés par le couteau.

Un médecin, qui se trouvait sur les lieux, a pu leur prodiguer les premiers soins, avant qu’elles ne soient transportées à l’hôpital Émile Muller.

L’agresseur, qui avait pris la fuite, a pu être interpellé, place de la République, et placé en garde à vue. Il tenait, paraît-il, des propos incohérents (en quelle langue ?)

Selon « France Bleue Alsace » il s’agirait d’un jeune majeur, bien entendu il a été qualifié immédiatement de « déséquilibré », et nous ignorons son identité et ses origines mais, puisqu’il est « déséquilibré » ?

Allones (Sarthe) – Dimanche matin, vers 10 h 30, un individu a pénétré dans l’hôpital psychiatrique et agressé à l’aide d’un couteau deux soignants puis s’est jeté sur un troisième, le frappant avec un bâton et un balai.

Leurs jours ne sont pas en danger.

Rapidement interpellé, il est âgé d’une trentaine d’années et déjà connu des services de police puisque récemment condamné pour vol aggravé.

Il a été placé en garde à vue et n’a présenté aucune revendication, ni raison de son acte, car il n’avait aucun lien avec l’établissement public de santé mentale d’Allones.

Béziers (Hérault) – Le conducteur d’un semi-remorque, immatriculé en Espagne, a forcé un barrage de « Gilets jaunes », situé rond-point de la Méditerranée, tout en faisant usage d’une arme à feu.

Un manifestant aurait été blessé à une main, selon le quotidien « Midi Libre ».

Le chauffeur a été obligé de stopper devant un barrage, quelques kilomètres plus loin, vers le stade de la Méditerranée, face à un véhicule de la BAC et des forces de l’ordre.

Il a attendu que les policiers descendent de leur voiture pour redémarrer aussitôt et tenter de leur échapper.

Les policiers, malgré des tirs à balles dans les roues, n’ont pu l’arrêter.

Il a fallu l’intervention de deux nouvelles équipes de la Police nationale, et d’un nouveau barrage, pour que le conducteur puisse être interpellé.

La Brigade anti-criminalité a découvert un pistolet à impulsion et une arme de poing.

L’agresseur a été placé en garde à vue.

Manuel Gomez