Musulman tunisien, le juif n’a jamais été ton ennemi, c’est l’islam qui te pourrit la vie…

Le juif n’a jamais été l’ennemi de la Tunisie ni des musulmans, c’est l’islam qui l’est depuis 1400 ans.

Le juif n’est pas ton ennemi, c’est la part du juif qui est en toi que tu rejettes et qui fait de toi ton pire ennemi.

Après l’épisode des mosquées où l’on exaltait les appels au meurtre du juif, s’ouvre en Tunisie un concours odieux de surenchère anti-juive.

Depuis quelques jours on assiste à une floraison d’expressions ignobles et infamantes à l’égard des juifs ponctuant les discours de certaines personnalités tunisiennes, telle cette Mme Zarrouk. « Même les juifs n’auraient pas fait », évidemment qu’ils n’auraient pas fait ça, ils sont des humains qui assument pleinement leur humanité, il n’y a que les musulmans qui sont capables d’une telle cruauté. Ou une autre formule très anti-juive « je ne souhaite pas ce malheur même au juif ». sous-entendu je ne le souhaite pas à mon pire ennemi, ce moins que rien, cet être pestiféré, cet impur frappé par la malédiction d’Allah. Et moi j’ai envie de leur envoyer à la figure qu’ils dissimulent derrière leur barbe et leur voile ou le vernis de modernité : je reconnais que les clones des arabes ont une façon très particulière et ignoble pour exprimer leur haine du juif. A leur place, je dirais plutôt je ne me le souhaite pas à moi-même.

L’ennemi des fac-similés arabes c’est soi. Tant qu’ils n’ont pas renoué avec leur propre identité, ils ne peuvent pas assumer l’humain qui est en eux et cette grande part du juif qui les irrigue depuis 2700 ans. Ils ne savent pas qui ils sont ni d’où ils viennent, donc ils se fabriquent leur identité dans la détestation de soi, la négation de leur propre vie, et dans le rejet de ce qui est supposé être différent d’eux.  Ce qui est en réalité l’exemple vivant de ce qu’ils devraient être mais qu’ils refusent d’admettre à cause des interdits religieux qui leur pourrissent l’existence et les empêchent de réfléchir sur le sens même de leur existence, seul moyen de les libérer de leur prison mentale. Le jour où ils prendront réellement conscience que la Tunisie a été islamisée sous la contrainte, beaucoup de familles converties de force à l’islam pour avoir la vie sauve, que l’islam est une tromperie sur la marchandise et que leurs aïeux, les vrais furent exterminés et déportés, ils finiront peut-être par renouer pleinement avec leur Amazigh dont la judaïté est une des composantes essentielles. On peut toujours rêver.

Un juif sait qu’il est juif, un tunisien ne sait pas qu’il n’est pas arabo-musulman et il se veut plus arabe que les arabes eux-mêmes qui le méprisent tant pourtant. Un esclave loyal à son maître. Il est comme un pakistanais, tu lui enlèves l’islam il redevient hindou. Et le tunisien redeviendrait l’Amazigh qu’il devrait être dans sa pluralité religieuse hors islam, la tombe de ses aïeux.

Salem Benammar

image_pdf
0
0