Musulmans modérés, si l’islam est une religion de tolérance et de paix, pourquoi la changer ?

L’islam est en conflit ouvert avec la modernité mais les musulmans pour contourner cet obstacle, rusent en s’habillant de la posture matérialo-moderniste. En fait, ils se mentent à eux-mêmes, en se mettant en porte-à-faux vis-à-vis de la modernité qui est un package complet, non négociable et où la tricherie n’est pas admise. Pour le moment, ils font de l’habillage de façade pour se soustraire à la liberté qui est incompatible avec les valeurs islamiques.
Les musulmans se rappellent des droits de l’homme quand cela arrange leurs affaires mais les ignorent au moment où les non musulmans sont maltraités ou égorgés en terre d’islam. Ce comportement reflète l’état d’esprit qui les anime. Ils se considèrent comme les seuls vicaires d’Allah sur terre, quant aux autres, ils sont des kouffars qui doivent les servir. En suivant leur raisonnement, les six milliards d’hommes et de femmes qui ne sont pas les adeptes de la religion de Mahomet, sont de facto leurs serviteurs conformément aux enseignements du coran. Il faut admettre que c’est un peu gonflé cette manière de penser. Le ridicule ne tue pas… Quelle est cette vanité mal placée qui les domine ? Au lieu de se taire et d’admettre leurs échecs répétés, ils se lancent dans des surenchères stériles qui ne leur rapportent que désolation et destruction, à l’exemple du terrorisme et du djihad.
Le vivre ensemble est basé sur le respect de l’autre, la liberté de conscience, l’humanisme, les droits de l’homme, l’égalité homme-femme et la tolérance. L’islam évacue d’un revers de la main ces valeurs universelles qui font le socle de toute société moderne, prouvant ainsi sans détour qu’il est l’ennemi de la liberté… L’islam, c’est le terrorisme religieux, intellectuel et moral. L’islam, c’est le conditionnement du cerveau du berceau au tombeau dans le seul but de satisfaire les fantasmes métaphysiques de Mahomet. Sans la duplicité, le mensonge, la dissimulation ( takkia), la terreur d’Allah qu’il exerce sur ses ouailles, l’islam aurait déjà rejoint le musée de l’histoire.
femmefrappéeAvec toutes ces tares qu’ils trainent, les musulmans osent encore parler de démocratie et de liberté. De la retenue et de la décence leur apporteraient un peu d’air frais, et le monde se porterait mieux !
Tant que les musulmans restent bloqués dans leur citadelle islamique, repliés sur des dogmes dépassés, d’un autre âge, sans se remettre en cause, ils courent à leur perte. L’humanité pourra se passer d’eux surtout quand les nouvelles énergies remplaceront le pétrole et le gaz. Et cela ne saurait tarder, car il est fort probable qu’aux alentours des années 2050, sans ressources, l’islam commencera son reflux pour devenir une religion de folklore…
Que les musulmans sachent que le pétrole n’est pas une ressource inépuisable et que seul le savoir peut les extraire de leur sous-développement, alors le moment est venu pour qu’ils fassent leur mea-culpa. Toute autre discussion n’est que du verbiage, de la masturbation de l’esprit sans lendemain, pour retarder uniquement l’heure de vérité. Qu’ils se regardent dans un miroir et qu’ils ne perdent pas de vue que la somalisation de leurs pays respectifs est en marche. C’est inéluctable…
N’en déplaise à ceux qui ont applaudi au fameux printemps arabe, ce n’est pas demain que la citoyenneté, la laïcité et l’état de droit s’inviteront dans les contrées où les lois s’inspirent de la charia. Il leur reste du chemin à parcourir pour qu’ils se rendent compte de leurs erreurs…
Partout en Europe, les peuples rejettent ouvertement l’islam, même en Norvège où la prospérité n’a pas d’égale nulle part ailleurs, les résultats des dernières élections ont démontré ce rejet sans appel. En France où le pouvoir socialiste caresse dans le sens du poil les électeurs musulmans qui , par la voix du recteur de la mosquée de Paris, n’ont rien trouvé de mieux pour faire un tapage stérile, que de critiquer la charte sur la laïcité à l’école mise en place par M. Vincent Peillon, le ministre de l’éducation nationale, en criant à la trahison, à l’islamophobie. Pour eux, cette charte les vise directement. Alors le gouvernement français, doit-il mettre sous le boisseau la laïcité de 1905, pour satisfaire leurs revendications communautaires pour que la charia devienne la source des lois au pays de Voltaire ?
Finalement là où l’islam s’installe, le vivre-ensemble est remis en cause, suivi par des violences.
L’ignorance et l’inculture produisent la violence et l’islam enseigne la terreur, alors on est en droit de se demander si l’insécurité qui sévit dans les banlieues françaises n’est pas le fruit de ces deux phénomènes ? Cette question mérite une réponse sans détour… Alors le moment est venu pour dire que l’islam banalise l’insécurité. A qui la faute ? Sûrement pas aux pays d’accueil, la faute est à chercher dans les textes de l’islam et au refus des musulmans de s’intégrer (s’assimiler).
caricature_tariq_ramadan_double_langageL’islam enseigne la ségrégation et c’est pour cette raison qu’il combat la laïcité qui va à l’encontre de son idéologie sectaire. M. Dalil Boubekeur, le recteur de la grande mosquée de Paris comme l’UOIF, sont dans leur rôle de défendre l’islam, qui leur permet d’exister mais aussi de propager dans la société française les préceptes de la charia pour les banaliser.
Mais de qui se moquent-ils ces messieurs ? Le peuple français a compris car les masques commencent à tomber malgré le mensonge permanent de l’oligarchie journalistique qui refuse de voir la réalité. Il est vrai que l’islamisme (en vérité c’est l’islam tout court) dérange la bien-pensance par sa barbarie mais elle n’ose pas l’avouer au risque de se déjuger.
L’une des plus grosses erreurs faite en Occident, est de croire que la religion mahométane était pure à l’origine et qu’elle a été contaminée par des fausses interprétations. Cette approche est une ruse de guerre développée par les musulmans pour dissimuler la vraie nature de leur religion qui est intransigeante, intolérante, fondamentaliste, belliqueuse et conquérante.
Toute expansion de l’islam nourrit le fanatisme et le terrorisme, alors il est du devoir de chaque citoyen de se questionner sur l’avenir du vivre-ensemble en France.
Les oulémas ne prêchent-ils pas, chaque vendredi la haine de l’autre, dans toutes les mosquées du monde ? Passer sous silence cette réalité, c’est aller sur l’arène de la confrontation… On ne peut pas prétendre que Mahomet est le Messager d’Allah et que le coran est la parole de Dieu, qui autorise les musulmans à tuer les mécréants, à s’accaparer de leurs biens, de leurs femmes et de leurs enfants, de violer et de battre leurs propres épouses, et qu’ils n’agissent pas de la même manière ? Dans le cas, contraire, ils ne sont plus musulmans. Alors il est temps qu’ils choisissent la voie de la raison et qu’ils fassent définitivement le deuil sur la charia.
Si le coran est la parole de Dieu, n’est-ce pas ce qu’il enseigne ?
On ne peut pas conserver l’islam et vivre à travers lui, tout en faisant croire que c’est une religion humaine et tolérante, cette attitude est impossible et malhonnête.
Elle est impossible parce qu’elle va à l’encontre de l’esprit du coran et de la sunna.
Elle est malhonnête parce qu’un islam tolérant n’est plus l’islam.
Cette attitude sera considérée comme une innovation (bidaa), une hérésie qui est punie de mort en islam. C’est comme si le nazisme devenait soudainement humain. On est en pleine contradiction, en plein délire métaphysique.
La question que les musulmans modérés devraient se poser, est : si l’islam est une religion humaine et tolérante, pourquoi tenter de la changer ? Et, si elle est barbare et intolérante, pourquoi la garder ?
Et comment admettre le double discours mensonger des théologiens islamiques, alors que chaque jour qui passe, des faits sont rapportés pour mettre en lumière la barbarie de l’islam ? Comment M. Dalil Boubekeur et consorts, peuvent-ils expliquer aux Français ce qui vient d’arriver à une jeune yéménite à peine âgée de 8 ans qui a succombé à une hémorragie interne la nuit de ses noces avec un quadragénaire qui doit avoir l’âge de son père ou de son grand-père ?
Et pourtant, l’assassin de cette pauvre gamine n’a fait qu’appliquer les enseignements du coran et de la sunna. N’est-il pas écrit dans le coran, sourate 65 (le divorce) verset 4 : « Si vous avez des doutes à propos (de la période d’attente) de vos femmes qui n’espèrent plus avoir de règles, leur délai est de trois mois. De même pour celles qui n’ont encore de règles. Et quant à celles qui sont enceintes, leur période d’attente se terminera à leur accouchement. Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses. » ?
Et le beau modèle de Médine, ne s’est-il pas marié avec Aïcha, son épouse favorite, alors qu’elle n’avait que 9 ans et lui en avait 53 ans ?
Qu’on ne s’y trompe pas braves gens, au pays de la bobocratie, les informations qui discréditent la religion de paix, d’amour et de tolérance ne sont pas tolérées, elles sont carrément ignorées pour plaire aux émirs bedonnants arabes qui arrosent de pétrodollars à tour de bras leurs larbins.
Circulez, braves gens, il n’y a rien à lire, ni rien à entendre, et surtout ne soyez pas inquiets, l’islam est une religion d’amour. Promis, juré…
En bouclant cet article, je viens d’apprendre, selon le journal égyptien Al Ahram sur son site, que le procès intenté contre le cheikh Youcef Al-Qaradawi s’est ouvert au tribunal du Caire (Egypte), le 16 septembre 2013. Ce cheikh, spécialiste des fatwas de la mort et président de l’union mondiale des oulémas qui est aussi le gourou incontesté de l’UOIF est accusé de haute trahison par un journaliste égyptien du nom de Tarik Darwich.
Le grand théologien sera jugé par contumace, car il est réfugié actuellement au Qatar.
Cher(e)s ami(e)s de RL, cette information est une bonne nouvelle qu’il faudra savourer. Les lignes bougent, et c’est tant mieux, car bientôt, l’islam commencera son reflux dans le monde arabo-islamique. C’est inéluctable mais le combat contre l’islamisme doit continuer!

Hamdane Ammar

image_pdf
0
0