Nadia Geerts, quelle rare malhonnêteté d’amalgamer les tueurs islamistes et Le Pen

MerahMarineCeci est une réponse à l’article de Nadia Geerts sur son blog en date du 4 juin dernier dans lequel elle cite Hamid Bénichou, policier bruxellois, qui a publié un appel aux citoyens belges musulmans après l’attentat du musée juif de Bruxelles : « J’ai honte : ma religion est-elle tombée si bas pour qu’elle soit prise en main et gérée par des voyous autoproclamés imams en prison, de mèche avec des prédicateurs sans scrupules, des associations caritatives douteuses, et autres confréries toxiques ». Lire la suite dans l’article :

http://nadiageerts.over-blog.com/2014/06/merci-hamid.html

À mon tour j’avais envie de vous dire « Nadia, merci ». Merci de m’avoir fait connaître Hamid Bénichou (d’origine berbère d’après son nom) et sa généreuse indignation exempte de faux-fuyant.

Merci aussi de disséquer le phénomène de « communauté » et ce qu’il cache de trouble et d’inavoué, de sectaire et d’apartheid ; de désamorcer d’une pichenette cette grenade qu’est le concept de stigmatisation brandi à tout-va ; de rassembler droite et gauche dans une analyse qui nomme ce qui fait honneur à chacun et non ce qui les dévalorise…

Nous avons tous soif, nous, non-musulmans, de rencontrer enfin un écho chez les musulmans de notre horreur de la violence et de l’intolérance. Nous nous désespérons de ce vaste silence et nous accueillons les paroles d’un Hamid Bénichou comme une manne inespérée. Et nous souhaitons tous faire front, avec les hommes de bonne volonté, contre l’adversaire commun…

Et vous, Nadia Geerts, tout ce que vous trouvez comme conclusion c’est : « cet adversaire commun, c’est Nemmouche et Merah, aussi bien que Le Pen. » Comme tout retombe ! Non seulement vous salissez Le Pen — que vient-il faire tout seul ici ? Et d’abord quel Le Pen ? Lui ? Elle ? Les deux ? Le FN ?

Les « populistes » ? La démocratie ? — en le mettant dans le même sac que des tueurs islamistes ! Que vient faire ici votre « lepénophobie » ? Quel rapport ? Vous trahissez vos nobles envolées originelles en sous-entendant ainsi que vous vous associez à une stigmatisation que vous condamneriez dans un autre contexte. Toute votre finesse, toute votre subtilité initiales n’étaient donc qu’une imposture.

Alors je me contenterai ici de remercier Hamid pour son message affranchi de toute récupération politique.

Anne Fougerat

 

image_pdf
0
0