Nadia Remadna : une mère et une militante laïque exceptionnelle…

Publié le 25 septembre 2019 - par - 1 587 vues
Share

Qui est Nadia Remadna ? La première réponse est : une mère comme il en existe des centaines de milliers d’autres en France, espérant le mieux pour ses enfants. Mais Nadia est aussi une militante, fondatrice de La Brigade des Mères.
Nadia, d’origine algérienne, a connu l’intégrisme islamique de très près : à la fois en Algérie, où elle a été séquestrée par son père, et à la fois en France où, entre autres à Sevran (93), elle a dû aussi y faire face. Elle sait donc de quoi elle parle.

Son combat – que son époux mène vaillamment à ses côtés – se résume à quelque chose d’élémentaire qui, pourtant, horrifie les bonnes âmes de la fausse tolérance, lesquelles ont participé à cette situation devenue intenable avec l’islam : « Les vrais combats, ce sont les radicaux qui viennent radicaliser nos enfants. Ce sont tous ces jeunes qui ont la haine de la France, des jeunes de quatorze, treize ans, qui ne se sentent plus français. Le fait qu’il n’y ait que la religion, que le Coran. Les vrais combats, c’est de faire appliquer les lois de la République. »

(https://lyvannvate.wordpress.com/2016/04/23/entretien-avec-nadia-remadna/)

De ce point de vue, la couverture de son livre-témoignage, paru en 2016 chez Calmann-Lévy, est édifiante : « Avant, on craignait que nos enfants tombent dans la délinquance. Maintenant on a peur qu’ils deviennent des terroristes. Comment j’ai sauvé mes enfants. » Aussi, lorsque Nadia déclare au micro d’Europe 1 que « le religieux a tout remplacé, les enfants sont des bombes à retardement », il nous faut tous prêter l’oreille !

Quant à ceux qui verraient dans le combat de Nadia et de ces mères courageuses qui l’accompagnent un soupçon d’intolérance, de racisme ou je ne sais quel autre fantasme à la mode dès qu’il s’agit de pointer la dangerosité de l’islam, demandez-vous pourquoi parmi tous les peuples de la terre non musulmans il y a une défiance à l’égard de cette religion. La propagande anti-islam – dont se plaignent des premiers prix de vertu comme Tariq Ramadan ! –, pour autant qu’elle existe, ne saurait expliquer seule cette défiance. Si l’islam se conformait à la loi de chaque pays où il se trouve, il n’y aurait pas de problème. Mais tel n’est pas le cas, et la violence qu’il diffuse fait légitimement peur. Par ailleurs, de quel droit l’islam serait-il autorisé à interdire à des enfants issus de l’immigration d’adopter les codes du pays où ils vivent ? Ce totalitarisme a assez duré.

À son niveau, Nadia énonce ces vérités cruelles ; vérités qu’on ne saurait ignorer, au risque de multiplier les 13 novembre (2015) ou les 14 juillet (2016), pour ne citer que ces deux crimes religieux de masse survenus sur le territoire national.

Aussi, et au-delà des différences culturelles et idéologiques, La Brigade des Mères appelle à un rassemblement samedi 28 septembre 2019, place du Trocadéro à Paris. Pour ceux qui le peuvent, il me semble essentiel d’y assister car ce n’est pas derrière un écran d’ordinateur et avec son clavier qu’on vaincra les obscurantismes. Comme le stipule l’appel de La Brigade des Mères : « Nous ne pouvons continuer à faire des constats alarmants tous les jours, et des inventaires à la Prévert […] Il suffit de réunir nos forces et d’afficher notre détermination. »

C’est maintenant qu’il faut agir, pas dans dix ans, lorsqu’il sera peut-être trop tard…

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.