Nantes : encore un viol chez les zadistes, appel lancé

Nous nous étions déjà intéressés aux viols et aux violeurs dans les milieux gauchistes – le grand déballage a en effet commencé ces dernières années, mais les violeurs courent toujours. Une nouvelle affaire, cette fois sur la ZAD de Notre-Dame des Landes, fait du bruit dans la mouvance et relance la polémique quant à la grande tolérance des violeurs au sein de l’extrême-gauche.

C’est un discret statut sur le Twitter de Nantes révoltée – le « collectif » qui organise la plupart des manifestations violentes de l’extrême-gauche à Nantes et soutient les « irréductibles » de la ZAD qui a révélé l’affaire : « salut, j’ai été violé.e à Notre-Dame des landes le samedi 10 février 2018. Mon histoire c’est vers 4-6h, à l’intérieur d’une tente. Dans le noir, alors aucun moyen de reconnaître l’agresseur ». Ce statut a aussi été posté sur le compte Facebook – a priori dédié à la cause – de l’intéressée et sur les pages Facebook de Nantes Révoltée et Zone à défendre de Notre-Dame des Landes, mais relativement peu partagé – et pas du tout commenté.

Plutôt que de faire appel à la « justice bourgeoise », considérée comme le bras armé de l’ordre et de l’État, la victime a attendu quatre mois avant de faire exploser la mouvance locale de l’extrême-gauche, déjà bien mal en point après avoir raté son mai 68, le blocage des partiels (qui ont eu lieu quand même, sur internet pour les filières LLSH, normalement pour les autres), la pérennisation de la ZAD et même le blocage du Bac.

Une chose est sûre : le violeur est un zadiste. A priori assez connu au sein de la mouvance des zadistes irréductibles, fait croire la rumeur publique. Ce qui expliquerait peut-être que l’extrême-gauche, bien bavarde quand ils s’agit d’insulter les policiers ou l’État, oppose à ces accusations accablantes d’une des leurs un silence de plomb.

Ce ne serait du reste pas la première fois. En septembre 2016, quatre personnes, âgées de 13, 17, 18 et 27 ans ont été arrêtées pour viol collectif d’une jeune femme de 19 ans, fragile et sous curatelle renforcée, dans la ZAD dans le parc de Las Rebès à Montpellier installée en avril 2016 contre un projet immobilier. Peu après le viol, la volonté politique qui faisait défaut a finalement été mobilisée et les zadistes ont décidé la dissolution de leur ZAD. Parce que tel était leur bon plaisir…

Emmanuel Goldstein

image_pdfimage_print

13 Commentaires

  1. Serait-ce la racaille qui a infiltrer ce milieu,et puis dans leur petit monde c’est le commissaire politique qui fait office de juge non ?.decidement le viol deviendrait une tradition en Europe.viols en groupe,viols de conquetes,viols a toutes les sauces,fait pas bon d’etre un femme sur ce continent.et les feminists y en disent quoi les feminists,les artistes ,les intellect..les ecrivaines.elle sont ou toutes ces idiotes..

  2. Bienvenue au Zadistan, jeune écervelée. Dénoncer un viol en n’oubliant pas l’écriture inclusive, c’est un peu tordu, non ?

    • J’aime bien le « violé.e » Elle ne sait pas si elle est une fille, cette cruche ? Ainsi que le « plusieur.e.s » et le « un.e connard »
      Quelle bande de cinglés, ces gauchistes !

  3. Oui mais ……
    La fille qui dénonce ce viol est entrée dans un processus petit bourgeois de propriétaire, dans le monde collectiviste sans Dieu, ni maître, elle devrait savoir que son corps ne lui appartient pas, pas plus que son esprit, tout doit être donné au collectif.
    Le violeur n’a fait qu’appliquer une règle de base de l’anarchie : Vivre sans contrainte !
    Alors, il est où le problème ?
    En fait c’est la confrontation entre les idées anars et la réalité humaine qui a besoin de règles.

  4. Comment un viol !On ne met pas tout en commun?
    Quand tout ce qui est à toi est à moi,il n’y a plus ni vol ,ni viol.
    On ne voit pas pourquoi ,on protégerait plus son corps que sa boîte de sucre.

  5. C’est maintenant qu’elle se manifeste! Bizarre. Comme çà, on ne peut plus rien pour cette pauvre fille. Toute trace ADN ou autre s’est envolée. Dommage. Y a pourtant du bon à vivre ensemble.

  6. Les gauchistes, des bobos qui n’ont jamais connu les rappels des banquiers ! une cuillère en or dans la gueule et beau-papa dans le cul, comment trouver une marque de civilisation dans la décadence des « nazionals socialistes de france » . . . une bande de riches anarchistes qui se moquent éperdument de la « belle FRANCE » (liberté, travail, égalité, honneur, patrie, famille)…. pour la « fraternité vous reviendrez plus tard  » je ne serai jamais un « frère musulman ou pire, un frère socialop »

  7. C’est triste mais il ne faut pas s’apitoyer outre mesure sur le sort de ces zadistes qui sont des personnes hors des clous. Extrême gauchistes, libertaires, échangistes et anarchistes sont des marginaux aux mœurs dépravées, donc il n’y a rien d’anormal à certains débordements. D’ailleurs quand on lit le message de la jeune femme, on n’y trouve pas une vierge outragée.

  8. Mélanchon devrait être content, les zadistes appliquent le partage et la violence extrême gauchistes.

  9. « J’ai été « violé » ! Un Homme ? Citation.
    « Plusieur.e.s » ! Une Féministe ? Citation.
    Dans les deux cas, des trouducs…

  10. C’est curieux, ça ne me tire pas une larme… Je réserve ma compassion aux policiers et gendarmes blessés en opération par ces connards !

  11. ces filles ont de la chance, une de leur alter ego (pro-migrante allemande) a été assassinée après avoir été violéee par un routier marocain le semaine dernière

Les commentaires sont fermés.