Nantes : le Phare Ouest français de l’insécurité

Publié le 26 avril 2019 - par - 11 commentaires - 2 437 vues
Share

L’insécurité en France s’est étendue à tout le territoire avec quelques phares comme celui de l’Est, Grenoble, celui du sud, Marseille, celui du nord, Lille. À l’ouest, Nantes. Phare Ouest et Far West. On y défouraille sans complexe. Cinq fusillades en cinq jours. Un mort, six blessés. Et ce ne sont pas seulement les « quartiers sensibles » – comprendre « zones de non-droit » – de Bellevue, Dervallières, Breil, Nantes nord, Bottière, Malakoff, Clos-Toreau qui sont touchés, le centre-ville avec ses rues piétonnes est aussi sous le feu de nos chances-pour-la-France. Rue Joffre, des hommes casqués, arrivés en scooters et à bord d’une bagnole, ont déglingué un bar à chicha à coups d’armes automatiques. Le serveur, « pas connu de manière significative » des services de police, – que signifie ce politiquement correct judiciaire ? – selon le procureur de la République, est mort au CHU.

Comment s’étonner de la situation nantaise ?
Nantes est une vraie ville du nouveau monde.
Des milliers de migrants y circulent et s’y coagulent. La place du Commerce tient plus du grand bazar haschich-cocaïne-héroïne et autres voyages du grand flash que d’un poumon économique. Ou ledit poumon est bourré de métastases.
Les libéraux-libertaires à bicyclette y côtoient la main d’œuvre pas chère également à bicyclette qu’ils ont fait venir avec leur politique immigrationniste. Les premiers pédalent pour sauver la planète, les seconds pour gagner quelques euros en livrant des sushis aux premiers.
Les Antifas, les Zadistes y côtoient le monde étudiant. Tous sont si bien-pensants que plus personne ne pense.
Allez voir, à l’heure de midi, qui sont les étudiants qui occupent les trottoirs d’un foyer rue du Chapeau Rouge…

Sur l’Île de Nantes, les nouvelles constructions bourgeonnent. Sans trop d’imagination. Les agressions aussi.
Le maire socialiste, madame Johanna Roland, semble avoir pour modèle de ville une progéniture engendrée par un quartier des affaires occidental et un quartier abandonné à la lèpre de la pauvreté dans une vieille ville coloniale.

Nantes a peut-être été une cité agréable. Aujourd’hui, ce sont boulangeries bios et kébabs, migrants hurlant dans des téléphones en des dialectes lointains et bobos tellement satisfaits d’eux-mêmes, viols en pleine rue et bullshit à gogo… toutes les caractéristiques d’une société urbaine tellement moderne, tellement progressiste !
Et les balles des règlements de compte qui sifflent font une animation supplémentaire avec les floralies proches.

Se balader dans Nantes, c’est voyager dans une bande dessinée d’Enki Bilal. Un univers en voie de décivilisation, une catastrophe que l’on pressent imminente alors qu’elle est déjà là, sous nos yeux, chaotique à souhait. On contemple le spectacle depuis le dos d’un éléphant « mécanhumanimal ».

Se promener dans Nantes, à la nuit tombée, relève de l’expédition en milieu hostile. Là, une cohorte d’étudiants hurleurs en plein barathon – comprendre virée dans des bars jusqu’au coma éthylique – ici des types extra-européens tiennent les murs et sifflent les filles qui ont eu la bêtise de penser qu’elles avaient le droit de marcher seules dans une ville française, ailleurs des groupes discutent avec la vivacité bruyante de chasseurs en palabre dans la savane. À un croisement, un couple de punks à chien. Sur des escaliers, des clodos dégueulent la vinasse qu’ils ont ingurgitée toute la journée en quêtant devant le Monoprix du coin.

« L’année dernière, il y a eu 48 fusillades à Nantes », dit Arnaud Bernard, du syndicat Alliance Police 44. « Quasiment une par semaine. Il y a une problématique à Nantes, une délinquance galopante en même temps que la population s’accroît ».
Et d’où vient ce surplus de population ?
Des Parisiens qui quittent les rues de la capitale, si sûres et si bien entretenues par notre Drame de Paris ? De la campagne nantaise pour quitter la cambrousse et connaître le bonheur urbain ?

Vivre à Nantes, c’est essayer de déjouer des escroqueries quand on veut louer un appartement – n’acheter jamais de tickets Transcash pour payer une caution et un premier loyer -, c’est tenter de monter dans des trams et des bus squattés par une faune de foutraques délivrés de l’asile et de grands cormorans mazoutés qui bloquent les allées et obligent les « petits Blancs » et surtout les « petites Blanches » de tous âges à s’excuser pour qu’on leur donne le droit de passer. C’est suivre une ligne verte, pas celle de Stephen King, celle d’un monde à la dérive.

Marcus Graven

Auteur de « Immigration, le naufrage français

Commander en ligne :

https://ripostelaique.com/livres/immigration-le-naufrage-francais

Chèque de 12 euros à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

« En revenant de Nantes »… Vieille chanson paillarde qui faisait rire…
On en revient, en effet, de nos jours ! Sans rigoler, la boule au ventre…

NOEL

Ex Nantais , c’est incroyable comme la ville a changé en mal depuis deux décennies . La faute en revient à cette gauche bobo installée à la mairie depuis presque quarante années qui a favorisé cette invasion .

Elliot

Bonjour ! Déjà j’ai votre livre…édifiant ! Ensuite pour connaitre Nantes et y avoir des amis (qui ont un salon de coiffure près de la place du Commerce), j’ai « mal » pour cette ville qui était si belle ! La voir aujourd’hui ressembler à une ville africaine me fait gerber….

Calimero

Connaissant bien Nantes et les nantais, je vous confirme qu’ils adorent la diversité, c’est la ville où je connais personnellement le plus de couples mixtes et les prénoms des gamins ne sont jamais français !

Andre

Ta mère n’aurait jamais dû te pondre

Langevin

C’est au peuple de s’unir,et de réagir. Sans cela,tous ces africains musulmans vaincront,et nous mettront à la cave de chez nous,tout en s’emparant de nos biens. Et puis surtout,ils s’accapareront des jeunes filles,pour les violer et en faire leurs esclaves,porteuses de petits métis dégénérés et futurs délinquants de la pire espèce. C’est tout cela,l’avenir de la France,avec macron… Soyons racistes,car sinon,ce seront eux,les vainqueurs..!

ven85

les socialistes depuis plus de 40 ans a etre elus a nantes,ont faient leur boulot d’immigrationniste,la ville preferer des francais est devenus un enfer musulman,comme ils en ont de trop,ils nous les ont fourguer en VENDEE,departement sans immigration avant, depuis les eglises son profanees en vendee ,a st gilles croix de vie, a la roche sur yon,le maire des republicains ayant accepter une tentaine et plus d’immigres mineures musulmans,en formation,nourris loger et le reste,et bien la cantine ne leurs convenaient pas,ils ont detruit la cantine,ils ne sont meme pas expulsables,a noel pour la premirer fois en vendee les voitures ont brulees a la roche sur yon,pauvre vendee,pauvre chouan qui ont elus aux legislatives,5/ 5,les deputes a MACRON,au secours de villiers

barbot

IL ya quelqu’n quelque patrt qui avait raison !! la France se négrifie !!

patphil

ils l’ont voulu, qu’ils assument
le malheur c’est que les gaulois réfractaires sont aussi dans le même bateau
n’oubliez donc pas d’aller voter

barbot

Voter pour qui? les Juifs ou les Arabes ???

jacksoul

Si on regarde le résultat de la présidentielle à Nantes, 1er et 2ème tour, on ne peut que conclure: « Vous l’avez voulu, démerdez-vous ».