1

Nantes : retour sur le traitement médiatique et policier d’une agression homophobe

poings-LGBT.jpg

Il y a des faits divers qui révèlent les devenirs d’une société, la crétinerie d’une classe politique jusqu’au plus haut niveau de l’Europe et qui montrent à quel point les journalistes et policiers tentent de taire les vérités.

Prenons cette agression homophobe intervenue du côté de Nantes :
https://www.fdesouche.com/2022/06/18/un-demandeur-dasile-guineen-agresse-en-marge-de-la-marche-des-fiertes-de-nantes-ton-drapeau-lgbt-est-blasphematoire/
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/agression-homophobe-a-trignac-pres-de-saint-nazaire-denonce-l-association-nosig-1655478966

« Le samedi soir 11 juin, ce jeune Guinéen de 26 ans, actuellement en demande d’asile, rentre de Nantes et de la marche des Fiertés avec un drapeau arc-en-ciel encore accroché dans les cheveux. Il prend un train jusqu’à Saint-Nazaire mais il rate son bus pour Saint-Brévin et décide de rentrer chez lui à pied. Dans les rues de Trignac, il demande son chemin à un homme qui le fait patienter jusqu’à l’arrivée en voiture de 4 autres individus, armés de bâtons. « Ton drapeau est blasphématoire » auraient-ils lancé avant une pluie d’insultes homophobes et de coups. Un passant qui promenait son chien a fait fuir les 5 agresseurs, c’est lui qui appelle les gendarmes ».

Côté refus de dire la réalité, la journaliste qui écrit l’article sans même un mot pour qualifier les anglicans pour qui c’est « blasphème » et qui ne donne aucun signalement des cinq individus : couleur de cheveux, cheveux raides ou crépus, peau blanche de Vikings ou peau laiteuse de roux irlandais, on n’en saura rien : cette journaliste est à la limite de la mise en danger d’autrui, en effet, en refusant de donner le signalement des impétrants elle ne permet pas à une future éventuelle proie de s’en garder avant l’irrémédiable, sachant qu’un LGBT averti en vaut deux comme pour tout le monde.

Du côté de la police, on touche le fond au commissariat de Saint-Nazaire : les policiers ont refusé de retenir le mobile homophobe, lui préférant le mobile crapuleux.

Pourtant il y a bien eu préméditation puisque l’homme a fait patienter sa proie jusqu’à l’arrivée de 4 individus armés de bâtons : ils arrivent et descendent de voiture déjà armés, c’est donc un acte dûment prémédité qui n‘est pas sans rappeler les méthodes du Ku Klux Klan, de la bande Bonny-Laffont ou de la Gestapo ; la complicité est indéniable entre l’informateur qui fait patienter et les exécutants qui arrivent, ce qui montre la concertation et le partage des rôles dans un scénario déjà rôdé ; on peut même avancer qu’il s’agit d’un mode opératoire courant déjà usité par ces 5 anglicans.

On peut raisonnablement avancer deux hypothèses concernant le commissariat de Saint-Nazaire qui refuse de prendre en compte le motif homophobe de l’agression, toutes deux qui peuvent se potentialiser : soit une partie du personnel de ce commissariat est lui-même homophobe, il serait peut-être utile que l’avocat du Guinéen victime en fasse état dans une éventuelle plainte et que l’Inspection générale des services ouvre une enquête, soit ils couvrent les anglicans qu’ils connaissent très bien et qu’ils ne veulent pas inquiéter car sachant que les magistrats seraient largement moins laxistes avec leurs petits protégés de l’Église réformée à la mahométane.
Car il semble bien, au vu des témoignages des gens du cru sur internet, que ces anglicans soient bien identifiés et facilement identifiables, donc la police et la journaliste, qui sont aussi du cru, les connaissent nécessairement plus qu’ils ne veulent le faire paraître, les protégeant ainsi, ce qui leur permet de continuer à tabasser et agresser en toute quiétude :
« Mickaël BZH

Je pense qu’il a dû passer par la zone des dealers arabes de Penhoët, s’il venait de la gare de Saint-Naz et qu’il voulait se rendre à Saint-Brevin à pied car c’est le parcours obligé, le piège…
Treyfle

Oui j’y pensais mais ce n’est plus Trignac. Peut-être le côté de la gare et Herbin ou alors Certé mais là-bas c’est Chicago
Mickaël BZH
C’est plus Trignac en effet mais tout le monde appelle ce quartier comme ça (avenue de Penhoët, rue de Trignac etc.) et il est forcément passé par là s’il se rendait à Saint-Brevin en venant de la gare, c’est pas tant la zone que ça mais c’est une dizaine d’Arabes de merde (MNA de 25 ans) qui ruine la vie des gens, un peu comme partout, quoi…

Caroline :
Quelle expertise ! Merci ».

Ainsi on apprend des autochtones qu’il y a des zones en jumelage avec la ville de Chicago en Loire-Atlantique et que le point de deal de Penhoët est probablement déjà cartographié par le guide Michelin et Google maps. On s’écrie alors : mais que fait la police, elle n’a pas le guide Michelin et n’accède pas à Google ????

Voilà encore mis en évidence l’effet du manque de moyens cruel pour nos administrations régaliennes, empêchées dans leurs missions.
Car visiblement, rien n’est fait par la marée mal chaussée locale puisque tout se passe à ciel ouvert béant au su de tous, et ici on regrette bien le non-déploiement d’un groupe Wagner pour faire le ménage et passer le plumeau dans notre beau pays.

On retire toutefois de l’affaire un certain malaise qui nous amène à penser qu’il ne fait pas bon brouter le gazon maudit de la région de Saint-Nazaire pour qui ne connaît pas le terrain, et en cas d’agression homophobe, le concours des forces de l’ordre relève du pari au PMU où par terrain lourd les favoris piétinent à brouter la glaise pendant que le tocard l’emporte d’une nuée : il s’agit de tomber sur la bonne patrouille pas homophobe qui n’a cure de protéger les « crie-au-blasphème » et se ferait même une joie carnassière de leur passer les pinces pour une éternité à libérer le pays genre Poitiers 732 : il en existe bien quelques-uns encore prêts à désobéir à la connerie mixitaire ambiante, espérons-nous.

Maintenant passons à la responsabilité des politiques jusqu’au plus haut niveau européen.
Nous avons déjà vu que le Conseil européen et une grande partie de la classe politique BCBG mais pas forcément LGBT veut islamiser toute l’Europe d’un côté, et d’un autre côté veut protéger les minorités LGBT.
https://ripostelaique.com/le-conseil-de-leurope-veut-imposer-lislam-a-tout-notre-continent.html

Bref, toute une théorie de guignols qui s’imaginent pouvoir mélanger l’antidote et le poison dans la même fiole comme si un nouvel élixir de jouvence ou de longue vie pouvait en résulter.
Ce fait divers nantais qui met aux prises un migrant LGBT guinéen qui a fui son pays, pensant trouver la paix de vivre en sécurité en France et 5 anglicans aux cheveux peut-être crépus et au teint d’albâtre possiblement passablement ocré, la journaliste qui refuse de donner leur signalement précis les protège en interdisant à tout un chacun le moyen de les identifier, montre que la potion mixitaire risque d’être amère, imbuvable au goût et létale au glouglou.

On en a vu dans l’histoire de l’Humanité de ces ménages douteux, de ces chrétiens coptes ou moins coptes qui ont cru bon devoir rester vivre en pays musulman, couillonnés au bien-vivre ensemble : quand on voit le génocide actuel des chrétiens en Égypte, au Nigeria, au Pakistan et partout où est le muslim, plus une croix ne reste debout, on s’étonne encore que les cathos subsistants persistent, ou alors hypothésons qu’ils ont sacrément le goût du martyr : ils devraient, au vu de ce qu’il se passe depuis 100 ans, avoir compris qu’en pays musulman il n’y a pour un chrétien point de salut.

Or toute personne sensée qui regarde l’actualité le voit bien, qu’un monde musulman est incompatible avec un monde libre, des Français le vivent de l’égorgement bientôt tous les jours au sortir des écoles ( Paty, Gervaise), ou dans les églises (Nice, Saint-Étienne-du-Rouvray…) ou dans les lieux publics (gare St-Charles Marseille, Romans-sur-Isère, etc.).

Bien entendu je pourrais conseiller en communication la Commission européenne en lui proposant de drafter sur les affiches dont elle se sert pour la promotion du califat, des burqas, des djellabas et des babouches arc-en-ciel avec deux élégants aux allures mauresques marquées qui s’en donneraient à bouche que veux-tu, l’un en kilt, l’autre en pagne pour marquer leur différence dans l’union labiale, voilà qui aurait de la gueule, faire la promotion du vivre bien ensemble par l’exemple ; en utilisant un seul poster, c’est également faire œuvre de sobriété et donner des gages dans la transition écologique en limitant l’usage de la matière première.

Mais il faudrait au départ que les guignols qui croient que mélanger indistinctement les profils suffit à garantir la tranquillité apprennent qu’il n’en est rien et que certains profilés n’ont rien à faire en Europe, comme le montrent les profileurs professionnels hyper-formés et qui ont un sacré nez selon les attendus exigeants de la parfumerie comme Mila qui les repère à mille lieues :
https://www.fdesouche.com/2022/06/12/mila-sur-twitter-hier-soir-on-a-fait-la-tournee-des-bars-je-serais-incapable-de-vous-enumerer-le-nombre-dagressions-sexuelles-que-nous-avons-subi-et-par-les-memes-profils-je-nai-pas-peur-d/

Parmi ces profils incompatibles, des « rats » qui ont des problèmes avec les filles blondes, mais qui sont sans complexes car se savent protégés par des ordures politiques françaises.
Même dénonciation de la part d’Olivia Ciappa :
https://www.fdesouche.com/2022/06/13/le-photographe-trans-olivia-ciappa-denonce-le-harcelement-de-rue-subi-toujours-le-meme-profil-encore-et-encore/

Ainsi le Conseil de l’Europe et la Commission européenne de même que nos merdes politiques françaises vont être devant un choix douloureux mais impératif car moral quand il s’agit d’épargner des vies :
Ou continuer d’islamiser l’Europe, ce qui emmènera au génocide des LGBT ci-nommés les « victimes », ou protéger les LGBT, ce qui va obliger à raser les mosquées, interdire le Coran et expulser tous les musulmans, ici indiqués les « haineux ».

Bien évidemment je vous laisse deviner quelle est mon option préférée qui, privilégiée par la Commission européenne avec mise en œuvre immédiate, m’obligerait moi aussi à accorder un satisfecit pas du tout blasphématoire à Madame von der Layen.

Car comme le dit si bien la sagesse et le dicton populaire, entre deux maux il faut toujours choisir le moindre, et il est préférable de vivre en paix dans un pays peuplé de LGBT qui vivent tranquilles que de risquer l’égorgement chaque matin quand vous allez vous cogner votre petit noir dans votre troquet préféré.

Jean d’Acre