Napoléon s’expose malgré la « cancel culture » et c’est tant mieux

 

Malgré la volonté des effaceurs d’Histoire, malgré tout ce que l’on pensera de lui, Napoléon continue de fasciner la France et le monde, attirant à lui des millions de passionnés ou simples curieux. La légende perdure. Napoléon est une réalité tenace qui fait front contre l’oubli volontaire de notre temps médiocre et les accommodements lâches avec tout ce qui rapetisse la France…

Pour preuve de cet engouement, deux expositions à Paris nous racontent son épopée, digne des plus grandes tragédies classiques. Car, jusque dans sa chute, il y a quelque chose de sublime chez ce personnage parti de rien pour atteindre les cimes et enfin sombrer sur son rocher d’exil. Plus tard, sur un autre rocher, un autre titan, fils d’un général d’Empire, se souviendra :

« Ô noirs événements, vous fuyez dans la nuit !
L’empereur mort tomba sur l’empire détruit.
Napoléon alla s’endormir sous le saule.
Et les peuples alors, de l’un à l’autre pôle,
Oubliant le tyran, s’éprirent du héros. »

(Victor Hugo, « L’Expiation », in Les Châtiments)



Ainsi, à celle, grandiose, de La Villette, intitulée simplement « Napoléon » – ce seul nom qui évoque à lui seul une immensité –, répond la sépulcrale exposition « Napoléon n’est plus » au musée de l’Armée – Invalides. D’un côté les couleurs chatoyantes de la geste napoléonienne, digne d’Alexandre – qu’il admirait d’ailleurs –, de l’autre la mort et la naissance d’un culte sacré – voir les nombreuses reliques du défunt, jusqu’au commerce décomplexé des masques mortuaires organisé par Antommarchi, chirurgien ordinaire de Napoléon sur l’île de Sainte-Hélène et dont il a quelque peu exagéré l’intimité avec son patient. Mettons au crédit d’Antommarchi une autopsie réalisée avec méticulosité et qui permet de connaître avec précision les causes de la mort de Napoléon.

Entre des tableaux majeurs – signées notamment par David ou Gros – évoquant ce destin hors norme, des objets du quotidien ayant appartenu à Napoléon, se glissent des documents édifiants, comme ses testaments écrits d’une main fébrile. Édifiant aussi ce corbillard famélique qui transporta sa dépouille dans la vallée du Géranium, près de Longwood, avant que son corps ne soit exhumé en 1840 pour quitter définitivement Sainte-Hélène et revenir à Paris ; le fameux retour des cendres. 


Et puisque nous vivons une époque d’autoflagellation systémique, l’exposition de La Villette se fend d’un chapitre « esclavage », sans grande nuance, puisque l’intéressé n’était pas favorable au dit esclavage. Esclavage qui ne semble pas perturber grand-monde lorsqu’il s’agit des milliers de morts recensés sur les chantiers du Qatar. Passons…

Côté Invalides, un reproche d’une autre sorte plane : l’exécution du duc d’Enghien, dont Antoine Boulay de la Meurthe dira : « C’est pire qu’un crime, c’est une faute. »



Bien sûr, au-delà du chef d’État et du guerrier, il y a l’homme et, bien entendu, les femmes, dont l’une – la plus fameuse –, lui écrivait en 1803 : « Tous mes chagrins ont disparu en lisant la bonne et touchante lettre qui renferme les expressions aimables de ton sentiment pour moi » (Joséphine). On notera ce magnifique portrait de la comtesse Marie Walewska, avec qui Napoléon entretint une liaison qui donnera naissance à un fils naturel, Alexandre.

Qu’il était donc rassurant de voir cette petite foule se presser pour toucher du doigt un volume entier de l’Histoire de France ; volume qu’il n’est pas besoin d’aimer à outrance pour en reconnaître la grandeur.



Non, on n’efface pas la trace de l’Histoire comme une simple marque sur le sable. Ce goût pour Napoléon, comme pour notre passé en général, dit haut et fort que les Français – de toutes les origines si j’en juge par le public rencontré lors de ces deux expositions – ne sont pas prêts à y renoncer…

Charles Demassieux

(Photos : Charles Demassieux)

image_pdfimage_print

7 Commentaires

  1. ils n’effaceront pas l’histoire, ils tentent la déconstruction mais le mur est solide
    gaulois, n’oublie pas d’aller le dire dans l’isoloir

    • Oh que oui ! Mais je crains qu’ils nous refassent le coup de Fillon en 2022. Ils sont aux abois et donc capables de tout…

  2. La cancel-culture est la machine infernale à fabriquer les incultes de demain. Toutes les périodes historiques pourront être révisées et mêmes pour certaines carrément effacées. Pour prendre un seul exemple parmi beaucoup d’autres : C’est plus tranquillisant de parler de Charlie Chaplin que d’Adolf Hitler et,donc,du pacte germano-soviétique. Et il est aussi vrai que plus un peuple est ignorant et inculte, plus il est malléable. C’est là le VÉRITABLE BUT de la cancel-culture.

  3. heureusement que nous ayons eu cet empereur sans lui ou en serait la france???? NOUS SOMMES DERRIERE DES PAYS AFRICAINS ET SUD AMERICAINS DANS DIVERS CLASSEMENTS loin des pays democrates blancs en europe islande finlande danemark norvege frankistan 41EME POSITION MONDIALE sur 185 PAYS par contre premiere place en europe pour les homicides et niveau de vie derrierre la republique tcheque en route vers waterloo

  4. Vous voyez !

    Je vous avais dit, il y a quelques semaines, que j’avais vu un magnifique documentaire sur Napoléon – en plusieurs épisodes, excusez du peu ! – sur l’une des plus grandes chaînes de télévision. (Je ne me souviens plus laquelle, et j’ai oublié si c’était une chaîne publique ou privée, mais ce n’est pas le plus important.)

    Napoléon fascine toujours, tout n’est pas perdu ! ☺

Les commentaires sont fermés.