Nasri et son maillot « Eid Mubarak » : plus jamais en équipe de France !

On se souvient des « exploits » de Samir Nasri, lors du dernier championnat d’Europe des Nations, il y a quelques mois. Il avait d’abord réussi à dire « Ferme ta gueule, ferme ta gueule » à un journaliste de l’Equipe, après avoir marqué un but, puis à insulter et menacer, dans un couloir, devant témoins, un autre journaliste de l’AFP. Des prouesses qui avaient encore davantage plombé l’image de l’équipe de France de football, deux ans après une coupe du monde, en Afrique du sud, qui avait fait rire la France entière de la prestation de l’équipe de France de football, et de la grève de soutien de ses joueurs, suite à l’expulsion du groupe du musulman Anelka, suite à des insultes graves (« Va te faire enculer, fils de pute ») proférées contre son entraîneur.

Samir Nasri avait été le plus sanctionné des joueurs français, ne prenant par ailleurs que 3 matches de suspension. Il vient de faire sa rentrée avec son club anglais, Manchester City, et a encore réussi à se distinguer, dans un autre registre. Après avoir marqué un but, il a en effet soulevé son maillot, et fait apparaître, en dessous, sur un tee-shirt, un message politico-religieux : « Eid mubarak ». Ce message pourrait être traduit par « Bonne fête de l’aid ».

[dailymotion xsx7sd]

http://www.dailymotion.com/video/xsx7sd_samir-nasri-eid-moubarak_sport#from=embediframe

Il faut rappeler que les messages politiques ou religieux sous les maillots des joueurs sont strictement interdits par les règlements de football internationaux, et donc dans tous les championnats nationaux. Rappelons-nous qu’en 1997, le célèbre attaquant de Liverpool Robbie Fowler avait été lourdement sanctionné, amende et suspension, par son club, et par la Fédération anglaise de football. Son crime : après avoir marqué un but, avoir, comme Nasri quinze ans plus tard, soulevé son maillot, et exhibé un message de soutien… aux dockers grévistes de Liverpool. La sanction avait été impitoyable, pas de « rouges » dans le football anglais !

Samir Nasri risque-t-il les mêmes sanctions ? Par son club ? Ce serait très étonnant, vu que le propriétaire de Manchester City est un fonds d’investissement d’Abu Dhabi, dont le président se nomme Khaldoon Al Mubarak. Ils ont mis, depuis leur arrivée, en 2008, à la tête du club, des centaines de millions d’euros pour acheter des vedettes, et ont fini par devenir champions d’Angleterre, l’an passé.

Par la Fédération anglaise ? Là encore, ce serait surprenant, vue l’attitude des instances internationales, la Fifa, devant le voile des footballeuses, qui, finalement, a été récemment autorisé. A l’instar des islamo-collabos du CIO, il paraîtrait que ce ne serait pas un signe religieux, mais culturel. Cela change tout, évidemment

https://ripostelaique.com/avec-la-fifa-et-le-voile-sur-les-terrains-de-foot-daladier-et-chamberlain-ont-de-dignes-successeurs.html

Imagine-t-on, alors que les émirats du Golfe achètent à grands coups de milliards quelques grands clubs européens, comme le PSG ou Manchester City, les droits de télévision en France, en Espagne ou en Allemagne, et sponsorisent d’autres géants du football, comme Barcelone, que les dirigeants des instances nationales ou internationales vont les contrarier, en sanctionnant Samir Nasri ? C’est bien connu, on ne mord pas la main qui nourrit, donc pas touche aux pétro-dollars et à leurs symboles…

Donc, on peut penser que, contrairement à Robbie Fowler en 1997, Nasri n’aura droit à aucune sanction. Voilà qui devrait donner des idées à tous les footballeurs fayots, lèche-babouches en puissance, dont le patron est un émir. On imagine des joueurs, musulmans ou pas, du PSG, lors de la prochaine fête de l’Aid el Kebir, lever leur maillot, et se tourner vers leur président, Nasser Al-Khelaïfi, en exhibant, à l’instar de Nasri à Manchester, un maillot « Eid Mubarak ». Et puis après, ce sera la prière furtive sur la pelouse, pour commencer, et elle durera un peu plus longtemps, ensuite. Ce ne sont pas les journalistes de la chaîne qatari Beln qui vont protester, et pas davantage ceux des autres chaînes sportives. Comme disait Francis Blanche dans un film inoubliable, « Touche pas au grisbi !… »

[youtube NC7VJu8qffk]

http://www.youtube.com/watch?v=NC7VJu8qffk

Ce nouvel épisode du feuilleton Nasri, même s’il se cantonne à son club, devrait tout de même poser question au nouveau sélectionneur français, Didier Deschamps. Celui-ci a fait savoir, après le fiasco de 2010 et de 2012, que désormais, plus personne n’aurait le moindre droit à l’erreur, notamment sur son comportement. Dans l’esprit du capitaine des champions du monde 1998, l’attitude ouvertement prosélyte de Nasri constitue-t-elle une « erreur » acceptable ?

A l’issue de ses trois matches de suspension, Didier Deschamps osera-t-il sélectionner de nouveau un joueur qui, manifestement, se montre, comme son co-religionnaire Franck Ribery, prêt à utiliser son statut de sélectionné pour faire passer des messages religieux, tout en portant le maillot d’un pays laïque dont il se moque de l’hymne national ?

L’attitude irréprochable exigée, en conférence de presse par Deschamps aura-t-elle, demain, le visage du retour de Samir Nasri, ses insultes et sa propagande religieuse, celle de Ribery, ses prières et ses nombreuses frasques extra-sportives, celle de Benzema, sa préférence algérienne et son refus d’applaudir l’hommage de Thierry Roland, ou celle de Ben Arfa, qui, outre le fait d’insulter ses entraîneurs, ou de les engueuler quand il sort du terrain, s’est distingué, sur le ban de touche marseillais, en faisant, lui aussi, des prières très démonstratives, en plein match ?

Verrons-nous un jour, en équipe de France, des internationaux se comporter comme Nasri à Manchester ? Attendons les prochains matches, et les décisions de Didier Deschamps….

Pierre Cassen

image_pdf
0
0