1

Nathalie Kosciusko-Morizet : plus dure sera la chute…

La version journalistique des faits me fera toujours sourire, rire ou pleurer de rage. C’est ainsi. À force d’habitude, chacun d’entre nous peut lire entre les lignes.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à cette pauvre Nathalie KosciuskoMorizet , victime d’un soudard, telle une délicate marguerite apparue le matin même, dans un pré et se retrouvant face à une mauvaise vache qui fît d’elle, une bouchée. J’essuie d’une main rapide, une larme…

Pauvre petite fille riche, allant au-devant de la plèbe, expliquant sa sincérité, voulant tout donner à ce peuple malheureux, rongé et couvert de pustules de toutes sortes, comme la TVA, la CSG, l’impôt, et autres taxes, et ouvrant ses petits bras de vierge Marie, délivrant son message de compassion et de soulagement aux passants ! Une deuxième larme s’écoule…

Mais très vite, mon mauvais côté, le plus  mauvais par définition, celui qui me fait lire de travers, et deviner sous le déguisement de la « mère grand » le coup de loup. Ce mauvais côté qui m’autorise à me gifler, et me laisser deviner justement, les différentes versions. Comme dirait Martine Aubry, là où c’est flou, il y a y a un loup !

NKM n’a rien d’une marguerite du jour. Une fille à papa, grand papa et arrière grand papa*. Ce serait plutôt une rose, comportant bien plus d’épines, que de fleurs. Sarkozy a pu s’en rendre compte. En clair, elle ne sent pas la rose, compte tenu de son parcours politique, allant de droite à gauche, et jusqu’au dernier moment, telle la Du Barry, elle a tenté de se vendre au Samson macroniste.

Elle sait qu’elle n’est plus protégée par personne. Une planche pourrie, sur un fil élastique ! Position inconfortable et terriblement casse-gueule ! Tant qu’elle était élue, et couverte, tout allait bien. Son « ami Fillon » lui avait donné sa circonscription de rêve, celle que lui-même il avait eue, en tant que 1er Ministre, après sa fuite de la Sarthe. Il avait compris en 2012, qu’il allait s’en faire sortir. En fait, elle pensait qu’elle allait gagner facilement, les marguerites aux pieds ! Pas de chance, c’est des boulets !

Elle n’a plus d’amis politique si toutefois cela existe. Dans ce monde, c’est le retour d’ascenseur qui compte, encore faut-il en avoir un. Ayant trahi tout le monde et chacun d’entre eux, elle est sur le sable d’En Marche! Celui-ci est chaud-bouillant pour les petits petons de la dame. Donc, coup de chaud ce jour, sur le marché ! La  belle distribue ses tracts, réalise que c’est plus dur que de donner des leçons à partir de son bureau.

L’homme, la brute, lui tombe dessus, et décide de lui dire qu’elle est cette brute politique. Elle qui a tant promis, affirmé, déclaré et qui n’a rien fait, hormis s’assurer une circonscription plus facile que celle qu’elle avait à l’origine dans l’Essonne. Réaction primitive d’un électeur déçu ?  Il lui a retiré les tracts des mains, les lui a jeté au visage, l’a un peu bousculée, et la rose est tombée dans les pommes. Le soudard s’enfuit, probablement dépassé par son action et la réaction.

A ce stade, je pense à un autre homme politique, Xavier  Lemoine, Maire de Montfermeil, qui  fut renversé par un scooter. Par un « jeune » comme ils disent ! Les médias se sont peu étendus sur ce fait divers. Moins porteur que la belle fauchée par la bête.

Combien y-t-il de femmes bousculée dans la rue, lorsque celles-ci ne leurs sont pas encore interdites ? Combien de violences chaque jour, faites aux femmes dans ce pays ? Combien de gamines violentées, dans les cités, terrorisées dans nos banlieues, parfois violées dans les caves, enfermées chez elles, volontairement, ou par leur famille ?

Mon esprit critique, mon mauvais côté me fait toujours voir l’autre image en filigrane, celle que les médias taisent, non pas par ignorance, ni même par complaisance, mais parce qu’elle fait tache dans le paysage politique d’une France apaisée, tranquille, multiculturelle, et ouverte.  Nous n’avons pas idée des tonnes de poussières sous le tapis de la République !

Le sort de NKM m’indiffère assez, même si je regrette que cet homme  lui ai fait mordre la poussière plus vite que celle qu’elle va avaler au soir des élections. Je préférerai toujours à la violence, la poussière légale.

Et puis, dans cet esprit politique malade qu’est le mien, il me vient comme un doute ! Et si finalement, cette affaire de brutalité envers la candidate, devait l’arranger in fine ! Une épine en travers de la gorge d’En Marche!, grâce à un soudard ! Car quand même, presque deux jours au lit à l’hôpital, avec visite du premier des ministres, traître lui-même à sa famille politique, je me dis que peu de femmes violentées ont ce genre d’égards. Mais je dis ça, je ne dis rien…

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

  • Nathalie Geneviève Marie Kosciusko-Morizet est née le 14 mai 1973 dans le 15e arrondissement de Paris.
  • Son père François Kosciusko-Morizet (1940-2015) est maire de Sèvres (Hauts-de-Seine) de 1995 à 2014 et conseiller général des Hauts-de-Seine de 2006 à 2015.
  • Son grand-père Jacques Kosciusko-Morizet (1913-1994) fut ambassadeur de France aux États-Unis de 1972 à 1977et maire de Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines) de 1977 à 1994.
  • Son arrière-grand-père André Morizet (1876-1942), un des membres fondateurs du Parti communiste français, fut sénateur de la Seine de 1927 à 1942, conseiller général de ce même département et maire de Boulogne-Billancourt de 1919 à 1922 et de 1923 à 1942.
  • Elle est la sœur de Pierre Kosciusko-Morizet, entrepreneur cofondateur et ancien président-directeur général du site de vente en ligne PriceMinister7. Elle a un autre frère, Étienne (1986-2012) et une sœur, Caroline.