1

Naturalisations en Suède : du Grand Remplacement au califat

En 2021 (11 mois) la Suède a accordé la nationalité à 85 000 personnes étrangères dont presque la moitié est de confession musulmane.

Haut de la liste :

Syriens  27 340

Somaliens 4 305

Afghans  4 067

Érythréens 3 471

Bas de la liste :

Norvégiens 163

Danois  198

Finlandais 204

La même statistique pour 2021 mentionne l’émigration de 50 000 Suédois. C’est le nombre de Suédois qui ont quitté leur pays pendant cette période.

Voyons l’évolution dans le temps  du nombre de musulmans :

1953 : 500

2014 : 500 000 (5 % de la population)

2016 : 810 000 (8,1 % de la population)

2022 : environ 1 000 000 soit environ 10 % de la population de 10,5 millions

En 2015 seulement, il y a eu un apport de près de 200 000 individus ce qui a fait de la Suède le premier pays d’accueil d’Europe par rapport à sa population.

Selon l´islamologue Leif Stenberg en 2000 les plus gros groupes sont comme suit :

Bosnie 60 000

Iran 65 000

Irak 183 000

Turquie 78 000

Liban 27 000

Somalie 42 000

En 2005, la radio de Suède (SR) a fait l’inventaire des mosquées.

Ces mosquées dénommées mosquées « de cave »  étaient au nombre de 120 dont 15 seulement pour Malmö.

Actuellement il y a 24 mosquées (bâtiments construits à cet effet) répertoriées à travers le pays.

À quoi il faut ajouter un certain nombre  prévu dont celle de Helsingborg (où j’habite).

Un quart des mosquées est financé par l’Arabie saoudite et 9 par la Turquie.

Le plus souvent, ces mosquées intègrent un centre culturel où est diffusé l’enseignement du Coran, au frais des contribuables. Il y a aussi séparément des écoles qui suivent le programme scolaire suédois qui n’accueillent que des élèves musulmans au frais du contribuable. Plusieurs de ces écoles ont été épinglées mais non fermées pour le fait que l’argent allait financer le terrorisme.

Dans les quartiers fortement islamisés dans la banlieues de Stockholm (Rinkeby, Tensta, Hjulsta) à Göteborg et Malmö, la police religieuse fait régner l’ordre islamique.

Depuis 20 ans l’immigration de masse est le fait de jeunes hommes qui grâce au regroupement  familial ont fait venir des clans entiers de leurs pays d’origine.

Ces clans sont à l’origine de l’insécurité et de la vente de produits illicites dans tout le pays.

En 2019, le Turc Mikail Yüksel a fondé le parti « Nyans » dont l’objectif est multiculturel, combattre l’islamophobie  et de faire reconnaître les musulmans comme minorité.

S’il y a un pays en Europe qui se rapproche dangereusement de l’établissement d’un califat islamique, c’est la Suède. Selon des sociologues suédois et finlandais, les Suédois seront en minorité dans leur propre pays dans 20 ans.

Les élections générales de septembre 2022 seront décisives pour l’avenir du pays, comme en France en avril.

Voici donc l’islamisation de la Suède à marche forcée.

Jean-Claude Jourdan