NC, référendum J-33 : témoignage sur la réalité des agressions kanakes

Publié le 1 octobre 2018 - par - 33 commentaires - 3 635 vues
Share

La banderole « Mouvement des Calédoniens en Colère », lettres rouges sur fond jaune, décorée de l’empreinte d’une main ensanglantée, annonce la réunion sur la place des Cocotiers.

Face à un public assis dans le petit amphithéâtre face au kiosque, Johnny Etilé, un type d’origine antillaise, plutôt costaud et sympathique, micro à la main, quête des témoignages de victimes d’agressions physiques dans la Calédonie pré-référendaire.

Des gens se lèvent.

D’abord Nicole, dont le frère a été massacré – tellement massacré qu’elle n’a pu voir son cadavre. Crime passé sous silence. Les autorités, dit-elle, lui ont demandé de ne pas en parler à l’approche du référendum.

Puis David prend la parole. Il a embarqué des auto-stoppeurs qui lui ont fait vivre un calvaire. Il a été laissé pour mort par ses tortionnaires. Il est physiquement et moralement détruit. Là encore, les autorités (enquêteurs, procureur, toute la chaîne qui devrait amener les bourreaux de David devant un tribunal) lui ont ordonné de se taire. Il ne faut pas que la révélation de telles agressions perturbe le très proche référendum.

Maintenant, c’est un homme qui travaillait sur une nacelle dans la cité Pierre-Lenquette, un des nombreux quartiers de Nouméa où la police ne semble plus avoir la permission d’entrer. Un caillou l’a touché à l’épaule. Il est descendu pour s’expliquer avec son agresseur. Une vingtaine de racailles ont surgi. Il n’a eu la vie sauve qu’en se précipitant dans son camion et en démarrant sous une pluie de cailloux.

Etilé, l’organisateur, raconte l’agression d’une jeune métropolitaine revenant d’une balade en mer. Elle a reçu une brique dans le visage à la hauteur de la tribu de Saint-Louis. Mâchoire brisée, dents cassées, surdité complète du côté où le projectile l’a atteinte.

Un homme dit l’agression subie par sa mère de 82 ans qui sortait du Bingo – le loto local – la salle de jeu la plus populaire de Nouméa. Elle a été frappée, son sac volé. Ses agresseurs ont été arrêtés quelques minutes plus tard, « des machins à capuche », dit l’homme.

Ils avaient changé de t-shirt pour que leur apparence ne corresponde plus à la description de la victime. Quelques jours après, sa mère est décédée. Elle n’avait pas supporté. « J’ai la haine », clame-t-il.

L’ambiance « vivre-ensemble », « Calédonie, terre de parole, terre de partage », « destin commun », « construire l’avenir » prend une claque.

Les victimes refusent souvent de se rendre au commissariat – refus dans lequel s’entremêlent l’amertume de savoir que leur démarche ne servira à rien et la crainte de devoir affronter une nouvelle fois les agresseurs.

Un artisan, la quarantaine sportive, témoigne que cette crainte n’est pas infondée. Quelques jours après le dépôt d’une plainte, des cailloux ont été jetés dans les vitres de sa demeure, sa voiture volée et incendiée en banlieue.

Le soleil tape. Un des membres de l’association distribue des petites bouteilles d’eau.

Face aux agressions, les médias locaux se réfugient dans un silence complice. Le Haut-Commissaire Thierry Lataste est pointé du doigt.

« On doit la fermer jusqu’au 4 novembre (jour du référendum), lance un des participants, mais comment ça va se passer le 5, le 6, le 7… ? »

Un jeune Wallisien qui se définit comme « Calédonien d’origine » affirme que la gendarmerie à ordre de ne rien faire. « Pourquoi les lois de la République ne nous protègent-elles pas ? Jusqu’au 4 novembre, on est encore français… »

— « Et après aussi !  » hurle une partie du public.

Deux fourgons de la police ont pris place à quelques dizaines de mètres du kiosque à musique. Si les spectateurs du meeting sont en majorité européens, ailleurs sur la place, ce sont principalement des Océaniens qui sont installés sur les pelouses et les bancs.

Charles a saisi le micro et décrit qu’il a été « nid-de-guêpé » (comprendre attaqué par un essaim de guêpes humaines).

Il y a bien sûr le sempiternel discours lénifiant sur le fait qu’il ne faut pas stigmatiser une ethnie qui serait coupable de toutes ces agressions – sauf que je n’ai pas entendu un seul témoignage décrivant des agresseurs blancs, asiatiques, polynésiens…

Il y a aussi le Mélanésien affirmant – à juste titre – que parmi les victimes se trouvent aussi des Mélanésiens.

Un commerçant (il tient une épicerie de quartier) fait part de la rumeur d’interdiction de l’alcool quelques jours avant et après le référendum. Déjà agressé deux fois, il pense que les épiceries seront pillées pendant la durée de l’interdiction. « Et je n’ai pas le droit de me défendre. »

Un slammeur profite d’avoir un public pour scander un poème où, évidemment, la société inégalitaire est la source de la délinquance.

Délinquance si dramatique que trois quartiers de Nouméa font partie des « quartiers de reconquête républicaine » de Collomb. Sur l’ensemble de l’île, les Calédoniens s’enferment chez eux, derrière des grilles, des barreaux, des alarmes. Chaque soir, au retour du travail, ils espèrent que leur habitation n’a pas été visitée.

Le silence sur les crimes et les délits, le refus de réprimer les gangs d’encapuchonnés qui règnent sur la ville et sa périphérie, voilà comment l’État, représenté par son haut-commissaire, prépare le référendum sur le refus ou l’acceptation de l’indépendance.

Il paraît aussi manipuler les chiffres au nom du « pas de vagues » cher à l’administration française.

En réalité, comme en métropole, l’État ne remplit pas sa tâche par peur, par lâcheté idéologique, par complexe colonial.

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email
Share

33 réponses à “NC, référendum J-33 : témoignage sur la réalité des agressions kanakes”

  1. crap2sp dit :

    Si cela ne sent pas un remake de l’histoire dites ce que c’est? valise ou cercueil ?,cher compatriots de NC vous savez que comme en metropole le gouvernement ne vous defendra pas.rester ensemble et proche pour votre defense.y a pas photo vous allez avoir affaire a des sauvages alcoolises.bon courage

    • Dénis Roy Nycole dit :

      Je suis d’accord avec vous mon petit frère à été lâchement assassiné le 18/06/2018 à Moindou. Je suis écœurée, peinée, malade fatiguée.

  2. PANDRE dit :

    Exactement comme avant le vote de novembre 1984 truqué et falsifié par François. Mais s’il y a indépendance, ce n’est pas du tout dit qu’elle soit kanake. En effet, les kanakes ne sont pas majoritaires sur l’ile, et ils risqueraient de se faire berner. Les blancs, wallisiens, tahitiens, indonésiens, javanais, chinois, ect…. sont majoritaires et veulent rester dans la république. C’est le pourquoi de tant d’exclusions de votes. Ca va chauffer, je pense.

  3. Mariette dit :

    Partition, murs et barbelés.
    Avant qu’il ne soit trop tard.

  4. DUFAITREZ dit :

    Basta : Indépendance à la « Kanakie » ! Combien elle coûte, combien elle rapporte ?
    Mais encore des « frisés » pour Macron !

  5. Emile ROUX dit :

    On se croirait ..;en France !!!!

  6. le gaulois dit :

    rendons leur la liberté d’Être ce qu’ils veulent on en a asses de payer pour des contrées lointaines en constante insurrection qui nous coute en argent kikette, la preuve? facile si il n’y avait pas les allocs il y a longtemps qu’ils auraient exigè l’indépendance et vous savez ce qu’il va se passer ? comme a Haiti ile indépendante gérée par les blacks le chaos total

    • Thalie Kalédonaki dit :

      Renseignez vous sur la Nouvelle Calédonie qui possède son propre gouvernement. Il n’y a plus que les fonctions régaliennes qui soient dévolues à la France. France qui ne veut pas particulièrement l’indépendance, nickel oblige…

  7. butterworth dit :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle-Cal%C3%A9donie separation du pays en deux ex HAITI ET REPUBLIQUE DOMINICAINE et independance de la partie sud blanche et mixtes evacuation des elements indesirables LA FRANCE EST UN BOULETen faillite en 2030 SERA 12EME puissance economique ala place DE 6 DE NOS JOURS les pays les plus riches d europe SONT DES PRINCIPAUTES

    • Paskal dit :

      En République Dominicaine, les Amérindiens avaient été exterminés ou assimilés comme à Haïti. Les Noirs n’étaient ni plus ni moins chez eux que les Blancs et la majorité de la population était métisse.
      En Nouvelle Calédonie, les Kanaks sont clairement les premiers habitants.

  8. Allobroge dit :

    Pas d’erreur ils nous referont le coup de l’Algérie et si la tendance est au non à l’indépendance parions que Macron la leur donnera !. Les caldoches ? Pas grave on les pillera ! Quel bonheur que de s’accaparer des richesses qu’on a pas été capable de fabriquer. Après ? Les Kanaks dirigeront la NC et s’offriront aux australiens contre quelques dollars, au début, puis ça recommencera mais les nouveaux occupants aurons moins d’état d’âme avec eux !

    • ViveLaCaledonieFrancaise dit :

      Entièrement d’accord avec votre analyse Allobroge: les descendants des convicts iront chasser le kanak comme ils l’ont fait avec leurs aborigènes !

    • REUILLARD Michel dit :

      Ceux que vous appelez les « Caldoches » sont effectivement la partie saccagée dans ce qui se trame. Mais ils n’ont jamais chassé le « kanak » comme vous le sous-entendez. Informez-vous !

    • Thalie Kalédonaki dit :

      Et si vous étiez vraiment informé, vous sauriez que les investisseurs dans le Pacifique sont les chinois et non les australiens !

    • viracocha dit :

      En Algérie le referendum était truqué, il n’y avait que des bulletins OUI.
      Je le sais pour l’avoir constaté de mes yeux lorsque j’étais appelé du contingent .

  9. butterworth dit :

    le mieux separer l ile en DEUX PARTIES avec barbeles et champs de mines SINON DESTIN DES SUD AFRICAINS qui aurait du chasser les noirs et faire un pays de blancs et d asiatiques avec une armee forte le nombre ne comptant plus voir robots de combat

    • Paskal dit :

      Dans le sud et l’ouest de l’Afrique du Sud, les Blancs sont arrivés avant les Noirs. Le cas de figure est différent.

  10. Joël dit :

    Pour les néophytes : un Haut-Commissaire (qualificatif pompeux) n’est rien d’autre qu’un préfet comme en métropole. Donc aussi efficace.

  11. Paskal dit :

    Faut il en conclure que pas plus en Europe qu’en Océanie ou en Afrique, on ne mélange impunément des races que tout sépare ?

  12. Joël dit :

    En Calédonie, la vente d’alcool est interdite du samedi midi au lundi matin. Les kanaks font donc le plein le samedi matin avec même 2 caddies pour « tenir » tout le WE. Quelle hypocrisie ! En ce qui concerne les agressions, rien de nouveau, c’était déjà le cas en 91-93 quand j’y étais. Le monoprix local, sur la place des cocotiers justement, avait été pillé sans qu’aucune suite ne soit donnée. Pas de sac, pas de vague. Et il vaut mieux éviter de sortir après 18h à la tombée de la nuit.

  13. Saintongeais dit :

    Les métropolitains qui se sont installés là bas depuis trente ans pour le soleil doivent rentrer chez eux en France. Et on donne l’indépendance aux Kanakes, fin de la colonisation!

    • Joël dit :

      D’accord, mais à condition de faire comme les Anglais juste à côté au Vanuatu : fin de la tirelire aussi. Et si on appliquait ça également à toute l’Afrique, la France n’aurait aucun déficit et probablement pas de dette.

      • Allobroge dit :

        Oui mais ils ne manqueraient pas d’exiger une repentance éternelle de la France, comme toujours !C’est plus facile que de prendre en mains les destinées de son pays !

    • genesys dit :

      Pourquoi toujours céder….partition et indépendance totale de la partie Kanak avec frontière infranchissable (mur ,barbelés,mitrailleuse….)!!
      Mais ça ne sera possible que sous Présidence de Marine !!

    • Hardel dit :

      et ceux qui sont nés en NC on en fait quoi? ils n’ont pas de famille en France et ont tout investi là-bas. VOUS en avez rien à foutre? ils ne veulent pas de l’indépendance. Arrêtez de parler sans penser aux conséquences tragiques pour les non indépendantistes!

      • Reuillard Michel dit :

        Juste réponse d’Hardel. La majorité de la population calédonienne n’est pas « kanake » mais d’ethnies multiples, avec beaucoup de métis. La majorité de la population est opposée à l’indépendance : les sondages avant le référendum du 04/11/2018 avancent un « NON » à l’indépendance autour de 70%. Il serait bon que ces Calédoniens soient enfin entendus et considérés comme des Français « normaux » dans un territoire de la République !

    • Reuillard Michel dit :

      En dehors des « kanaks » Il n’y a pas que les métropolitains installés en NC depuis 30 ans ; il y a tous les autres, bien plus nombreux. Qu’en faites vous ?

  14. Victor Hallidée dit :

    En 1968, dans un amphi de La Sorbonne où le psychanalyste Lacan donnait un séminaire, une bande de manifestants 68tards s’introduisirent et interrompirent l’orateur pour conspuer l’Autorité et le « paternalisme » . Celui-ci leur dit : « Vous voulez un tyran, vous l’aurez ! »
    Nous y sommes !

  15. ab irato dit :

    Le Caillou sent un peu l’Algérie de 1956… Et bientôt l’Union sud-africaine version 2018?

    • La Hire dit :

      Les Kanaks devraient regarder l’algérie de 2018. Ils auraient ainsi une idée de ce que va devenir le caillou grâce à eux, et ça ne mettra pas 60 ans !