Ne dites plus Sciences Po mais Sciences Woke !

 

Toujours très progressiste, la direction l’IEP de Paris vient d’éjecter Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, de la liste de ses conférencier du mois car il est « trop à droite, trop sulfureux ». Pour être courtois, ses dirigeants se sont un peu dissimulés derrière le fait que des associations étudiantes « de gauche et d’extrême gauche » voulaient « bloquer l’événement ». Il faut les comprendre, les antifas sont très efficaces pour générer des troubles.

« Notre établissement en tant que lieu d’éducation et d’enseignement n’accepte pas les propos haineux, racistes et autres incitations à la violence », est-il écrit dans l’e-mail cité par l’hebdomadaire droitiste.

Sciences Po colle à l’air du temps, à la juste idéologie du moment… Science Po, c’est woke !

Pour être woke, il faut impérativement censurer ce qui n’est pas déconstruit, ne correspond pas à la fluidité identitaire, aux gender studies,  écoféminisme, décolonialisme, racialisme, pluralisme…

À l’instar du Conseil de l’Europe, on y prône la liberté  du voile et le célèbre par un Hijab Day.

On y écrit inclusif, plus de il, elle, ils, elles : vive le iel et sa neutralité bienveillante !

Depuis fort longtemps, cette école ne « vend » pas des études classiques , à Sciences Po, on enseigne  d’abord les belles valeurs contemporaines, c’est pourquoi Olivier Duhamel dirigea cinq ans la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP).

C’est Mathias Vicherat, un copain de promo de Macron, qui vient d’ailleurs d’en prendre la direction, aux fins d’assurer la pérennité  de la maison et « amplifier l’inclusion ».

À juste titre, Mélenchon et Poutou y furent reçus en triomphe.

 

Il est donc facile de comprendre combien tout ceci est totalement incompatible avec la ligne éditoriale de Valeurs actuelles, magazine réac de chez réac, dirigé par un homme qui a écrit Une élection ordinaire en 2015, avec la photo de Zemmour en couverture… puis  vient de publier Zemmour Président, de la fiction à la réalité.

L’on se demande comment Génération Z, l’une des associations étudiantes de l’IEP, a pu proposer à la gouvernance de cet établissement élitiste une conférence de Geoffroy Lejeune sur ce « profanateur de sépultures », cet ignominieux qui a osé se rendre devant le mausolée du Bataclan… celui qui confond De Gaulle et Pétain, ce juif tellement indigne de sa communauté que même le Grand rabbin de France, le président du Consistoire et celui du CRIF ont dû dénoncer son antisémitisme.

À une époque qui déboulonne les statues des mal-pensants d’antan, banni les tableaux représentant trop de blancs, change le nom des rues… Il serait vraiment temps que Sciences Po devienne enfin Sciences Wo.

 

Daphné Rigobert

 

image_pdf
9
0

14 Commentaires

  1. J’ai eu une directrice du personnel qui avait fait Sciences Po.
    Elle était d’une incroyable mauvaise foi mais elle a fini par être virée.
    Et encore elle était de l’époque où il fallait réussir le concours d’entrée.
    Pour moi c’est cette école qui devrait être supprimée et non pas l’ENA.

  2. Ce type de décision n’étonne plus que les naïfs et les ignorants.

    Depuis des décennies, la culture, l’éducation nationale, l’information, la politique et la justice sont aux mains des gauchistes révolutionnaires subversifs qui les ont toutes instrumentalisées pour en faire des armes idéologiques de destruction massive et pour déconstruire à peu près tout ce qui peut l’être et mener une guerre implacable contre les racines historiques de la France, les identitaires, les patriotes, les souverainistes et les catholiques authentiques. Ce qui se passe actuellement n’est jamais que l’aboutissement, le mûrissement d’un processus qui dure depuis au moins un demi-siècle (personnellement, je mets le curseur juste après la Seconde Guerre Mondiale avec les rapports, sciemment falsifiés, de l’entomologiste et zoologiste américain Alfred Kinsey, homme complètement pervers, sadique et dégénéré, sur le « comportement sexuel humain »; rapports précurseurs des dérives morales et éthiques de Mai 68 (Cf. « La subversion sexuelle née des rapports Kinsey » et « Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle » du Dr. Judith Reisman)

    Les communistes soviétiques de l’époque, maîtres incontestés et inégalables dans la subversion sociétale planifiée et méthodique, ont mis en route la « révolution sexuelle » de mai 68 pour s’en servir comme arme de destruction massive de l’Occident chrétien par le biais de la perversion sexuelle, morale et éthique. Une société, moralement et sexuellement dégénérée, et identitairement et spirituellement en crise, comme l’Occident le devient de plus en plus, est une société condamnée, à termes. Des citoyens faibles, dégénérés, incultes, naïfs, ignorants, confus, matérialistes, consuméristes, relativistes, multiculturalistes et mondialistes, opposeront beaucoup moins, voire aucune résistance, à l’émergence et à l’ancrage du nouvel ordre mondial (la Grande Réinitialisation de Klaus Schwab)qui se met progressivement en place. Tout a été méticuleusement planifié par les maîtres obscurs du monde qui agissent derrière les coulissent jusqu’à ce qu’il pensent que le processus ait atteint le point de non-retour et que la masse critique atteinte va pouvoir enclencher une réaction en chaîne que plus personne ne pourra arrêter. Et là, les amis, ce sera complètement cuit. Nous aurons, à l’échelle mondiale, ce que les pauvres Chinois ont déjà sous le régime communiste totalitaire, tortionnaire et génocidaire.

    Nous sommes en guerre, et c’est une guerre absolument totale ! Malheureusement, la plupart des Français et des Européens ne voient strictement rien venir car trop occupés à mettre et à garder leur tête dans le sable, comme la politique proverbiale de l’autruche. Lorsqu’ils vont se réveiller et sortir enfin leur tête du sable, ils auront la très désagréable surprise de constater que leur environnement à complètement changé : bienvenus au temps des néo-goulags mais à l’échelle planétaire.

    Impressionnant comment une propagande massive et bien ciblée, peut désarmer et saper les fondements moraux d’une société en un temps si court et faire croire à une majorité que la liberté, c’est l’esclavage ! Impressionnant, vraiment !

  3. il est temps que le grand remplacement soit remplacé par le grand ménage des écuries d »augias

  4. C’est bien le wokisme et c’est surtout pratique ; si je suis woke et que j’ai envie de dire que la Terre est carrée je peux faire virer le fieffé menteur qui dira qu’elle est ronde. Et si je préfère avoir une conversation philosophique avec Nordahl Lelandais plutôt qu’avec Alain Finkielkraut, j’aimerais bien voir le petit facho qui aura le toupet de vouloir m’en empêcher!!!

  5. Ce n’est plus Sciences Po, mais Sciences Popo tant la qualité de cette école s’est dégradée au point de devenir une école de mer.e !

  6. Pas de concours pour Science-Popo.

    Juste un oral de la couleur et l’utilisation du trou du cul.

    #SciencePorc: Bizarrement les « élèves » se sont plaints que les profs les perfectionnaient justement en trou du cul, leur pass d’entrée dans l’élite pourtant ???

  7. Sciences Peaux de lapin était déjà mal en point (divers scandales de pédophilie, de viols et de trafics d’influences) quand Richard Descoings en a pris la direction de 1996 à 2012, avant de décéder à New York dans un bouge gay.

    Cet individu a achevé l’institution en distribuant, au nom de la discrimination positive, des diplômes bidon à des « djeuns des banlieues » comme des bonbons au soir d’Halloween. Tandis que les vrais Français restaient assujettis à un concours reposant désormais, non plus sur le savoir mais sur la bien-pensance.
    Ses successeurs n’ont fait que parachever la déchéance et la décadence.
    L’ISSEP de Marion Maréchal a une autre classe !
    https://www.issep.fr/

Les commentaires sont fermés.