Ne nous laissons pas emmasquiller !

 

Le docteur Pascal Sacré, dans un article intituté « remdésivir : permis de tuer, hydroxychloroquine : interdiction de guérir » préconise sept actions :

  1. Prendre les conseils de scientifiques appelant à plus de calme et de réalisme sur le modèle du professeur John Ioannidis de Stanford
  1. Observer et mesurer les faits réels, et non des modèles mathématiques statistiques
  1. Ne pas confondre test RT-PCR positif et maladie Covid-19
  1. Prévoir des mesures de protection drastiques seulement pour les personnes fragiles et à haut risque
  1. Laisser circuler librement, sans masques, les personnes saines, en bonne santé et surtout, les jeunes et les enfants
  1. Proposer à toute la population des prises en charge psychologiques adaptées pour gérer les états de stress post-traumatique générés par les médias anxiogènes
  1. Permettre à tous les médecins de première ligne de prescrire aux vrais malades du Covid-19, dès les premiers signes, l’association hydroxychloroquine-azythromycine-zinc, selon les modalités de sécurité bien établies depuis toutes ces années où ces médicaments sont prescrits dans leurs diverses indications »

Qu’ajouter de plus sinon observer qu’il est dommage que des recours contre l’État soient aujourd’hui ouverts pour obliger le port obligatoire du masque alors qu’il n’est pas recommandé (déjà pour bien s’oxygéner), du moins hors milieu hospitalier, pollution, et si l’on est soi-même malade – les asymptomatiques n’étant pas contagieux.

Si ces derniers l’étaient vraiment, le taux de mortalité serait très élevé et donc les hôpitaux déborderaient, en permanence, ce qui n’est pas le cas et même de moins en moins sauf à rendre équivalent dépistage et hospitalisation, ce qui reste un non-sens.

Les irresponsables doivent donc rendre des comptes. Puisqu’ils veulent continuer sans motif sérieux autre qu’idéologique et affairiste à détruire la vie sociale et économique en exigeant des « présentiels » masqués au restaurant, dans les salles de sport, à l’université, au collège, dans tous les magasins, les dancings, tuant en réalité toute vie urbaine, culturelle, toute joie de se promener parmi ses semblables, transformant les rues en endroits stressants, affligeants, désolants au nom de l’autre, toujours, alors que précisément c’est bien pour communier avec celui-ci que je partage ici un regard, là un rire, là-bas un sourire qui peut être contagieux il est vrai…

Prenons cela au sérieux : cet effacement du visage de l’autre, mais aussi le fait de ne pas se serrer la main ou de se faire la bise, ne sont pas provisoires mais définitifs, la présence des « corona » étant une constante, plus ou moins virulente selon les années. Alors qu’il vaut mieux, au contraire, un bon équilibre de vie, une alimentation adaptée, du sport quotidien, le tout afin de booster notre système immunitaire, qui reste notre principale garantie, n’en déplaise à tous ceux qui pensent qu’une vaccination, même numérisée, le confinement partiel progressif permanent ainsi que le masque pourraient le remplacer.

Que ceux qui exigent donc un tel effacement social, un tel marquage comme si nous n’étions que de la viande à gérer, y réfléchissent à deux fois.

Lucien Samir Oulahbib

image_pdfimage_print

15 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec vous M. Oulahbib. Cette mascarade nous enfonce chaque jour un peu plus dans le tragique. L’enjeu est beaucoup vaste que le seul domaine sanitaire, c’est notre mode de vie qui est en danger désormais.

  2. Cette hystérie collective de protection sanitaire qui touche nombre d’ êtres humains prouve s’il en était besoin, la nocivité des médias les plus présents et la fragilité psychologique d`une grande partie d’entre nous .
    Être gouvernés par des technocrates incompétents et corrompus par un système mondial uniquement basé sur les bénéfices de Bigpharma, ne doit pas nous faire oublier nos capacités à raisonner de manière objective.
    Résister d’une manière ou d’une autre à ces diktats relève du simple bon sens qui semble avoir été oublié depuis longtemps…
    Il existe heureusement sur cette planète devenue un peu folle , des scientifiques et médecins ( Perronne , Raoult et bien d’autres) clairvoyants et réalistes pour démontrer la justesse des choix de santé publique.

  3. chcun ses craintes, moi c’est de passer près d’une personne virussée, donc je porte le masque dès que je suis dans la rue ou dans un supermarché
    il faut dire que j’habite à onze heures d’avion de marseille où le professeur raoult a un médicament

      • Alors Philpat te fait part de ses craintes avec honnêteté et sincérité et toi tout ce que tu trouves à faire c’est te moquer le lui ? Bravo… alors je te recommande le port du masque pas pour te protéger du virius, mais en mode « ferme ta gueule ».

  4. Le masque symbole du « ferme ta gueule », museler les gens pour mieux contrôler leur obéissance ;ceci n’a qu’un but : vacciner . Aux mois de mars et avril en pleine épidémie pas de masques et de gel et aujourd’hui ils veulent l’imposer « mais je suis sûr qu’on nous prend pour des cons » comme dit tonton David.

  5. la muselière est imposée dans ce pays de dictature ; mais ce dont nous avons besoin c’est de figures qui donnent le tempo pour résister , en un mot il faut nous mobiliser ; alors il nous faut des guides . Sur le plan juridique ? Médiatique ? Macron ne lâchera rien ;
    comment faire ???

    • Sur le site « Laissons les médecins prescrire » les gens se mobilisent, une pétition circule, au Québec il y a pas mal de résistance, il faut fédérer l’ensemble avec un mot d’ordre « nous avons un traitement donc bas les masques! »

  6. Curieux Pays où l’on confine, on masque, la Population entière du fait d’un nombre réduit de lits d’accueil en soins intensifs…
    8.000 lits pour 67 millions ? Foutre en l’air une économie pour ça ?
    Encore la Cause et l’Effet, mon Credo !

    • Il faut raisonner plus globalement : si en effet le ratio est de 461 morts pour 1 million d’Ha côté France et 552 côté Suède, il faudrait ajouter pour la France tous les morts liés aux autres maladies et qui n’ont pas été traités à temps, les suicides, les violences conjugales, les dépressions, les faillites, etc etc, cela se recoupe, le jeu en valait-il la chandelle ?… Et puis nous avions un traitement, Perronne parle de 25.000 personnes qui auraient pu être sauvé…

Les commentaires sont fermés.