1

Ne remplacez surtout pas le diesel par l’essence !

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO EMBOUTEILLAGE PARIS"

 

J’avais lu quelques messages d’automobilistes diésélistes récemment convertis à l’essence, après avoir cédé à la pression gouvernementale et médiatique anti-diesel, qui faisaient part de leur déconvenue, avec le sentiment de s’être  fait empapaouter dans les grandes largeurs.

On les comprend quand on lit l’excellent dossier paru sur Auto-Plus, ce jour.

L’incitation à acheter une voiture essence est une véritable escroquerie, dans la mesure où le surcoût à l’usage est totalement passé sous silence par les autorités ou les constructeurs.

En taxant outrageusement le gasoil, en accusant les véhicules diesel de tous les maux et en leur interdisant de circuler en ville, le gouvernement a fait peur à de nombreux  usagers qui ont vu leur salut dans l’essence.

Moyennant quoi, les ventes de voitures diesel se sont effondrées, représentant le tiers des ventes aujourd’hui contre 70 % il y a quelques années. On s’achemine vers 75 % de ventes essence.

Très mauvaise pioche !

Car non seulement la facture carburant explose, mais la pollution aussi !

Quand tout va bien, circulation fluide, trajet pas trop court et moteur chaud, le moteur essence fait le job. Il consomme 1 à 2 litres de plus qu’un diesel, mais c’est le prix à payer quand on croit participer au sauvetage de la planète !

Mais dès qu’on utilise un véhicule essence pour de petits trajets, donc moteur froid, et que les bouchons sont de la partie, c’est la cata.

La consommation s’envole avec des augmentations allant de 3 à 6 litres de plus aux 100 km !

« La petite citadine essence de 80-100 cv revient plus cher à la pompe que le SUV de 130 cv ! Et elle pollue bien plus, crachant davantage de CO2 et de particules, puisque les moteurs essence actuels n’ont pas de FAP (filtre à particules).

Pour un trajet court, départ à froid, avec embouteillages, les mesures d’Auto-Plus donnent une surconsommation de 55 % ! On passe, pour une citadine de 6,3 litres à 10,6 litres aux 100 km (+ 68 %).

Or, c’est quand on va au travail qu’on roule dans les bouchons !

Le moteur diesel subit aussi les effets des courts trajets, du départ à froid et des embouteillages, mais dans une moindre mesure et sa consommation standard est moindre.

Exemple, voiture essence de 130 cv, trajet court, départ à froid et embouteillages sévères. On passe de 7,6 litres (conditions standard)  à 12 litres aux 100 km.

Même véhicule en diesel, même puissance. On passe de 6,1 litres à 9,2 litres aux 100 km.

Soit un écart de 4 à 5 euros aux 100 km entre les deux motorisations. En un an, ça commence à chiffrer !

En conclusion, à puissance égale, les moteurs essence sont toujours plus voraces et donc plus polluants que les moteurs diesel. C’est tout le contraire du discours ambiant.

J’ajoute que selon l’Agence internationale de l’énergie, la France est responsable de 0,9 % des émissions de CO2  de la planète chaque année.

Elle est le meilleur élève d’Europe, grâce au nucléaire que les écolos veulent liquider.

Elle pollue deux fois moins que l’Allemagne, quatre fois moins que le Japon, 17 fois moins que les États-Unis et 31 fois moins que la Chine.

Et si on compare les niveaux de pollution par habitant, le classement ne change pas.

Par conséquent, le harcèlement contre les usagers diésélistes n’a d’autre but que de faire rentrer des milliards dans les caisses de l’État, totalement ruiné et qui ne sait plus comment payer la facture démentielle de l’immigration qui engloutit toute l’énergie du pays.

On va bientôt travailler uniquement pour financer l’immigration.

Rappelons qu’un mineur isolé coûte chaque année l’équivalent de 30 fois le salaire médian de 1 700 euros ! Le crash est au bout de la route.

Quand les citoyens auront compris cette évidence, ils voteront pour des leaders qui les protègent et non pas pour un Macron qui les condamne à la ruine  et sacrifie l’avenir des générations futures.

Jacques Guillemain