Il ne sert à rien d’aimer le bien si on ne hait pas le mal

Publié le 15 novembre 2015 - par - 12 commentaires - 1 559 vues
Traduire la page en :

La haine3L’article a paru dans le Petit Journal le 13 octobre 1914 sous la plume de Jean Richepin, poète, écrivain, auteur dramatique et Académicien français, qui n’avait pourtant rien du belliciste enragé ou de l’imprécateur délirant. (1)

Il vient nous rappeler, à plus de cent ans de distance, ce que nous avons perdu de nos défenses immunitaires, ce qui nous a été volé par quatre décennies d’une mortelle propagande qui nous laisse désarmés devant des ennemis impitoyables.

Jean Richepin 1914

Nous sommes en guerre, bien sûr, et depuis fort longtemps, mais il nous est interdit de combattre nos agresseurs. Il nous est même défendu de les haïr, sauf à comparaître devant les modernes Sections spéciales, à la mode de Cayenne, chargées de castrer les mots et d’émasculer la pensée.

En reprenant le texte de Jean Richepin, je lisais ‘allemand(e)‘ et je pensais ‘musulman(e)‘, je lisais ‘kaiser‘ et je pensais ‘prophète‘, ‘évangile de massacre‘ et je pensais ‘coran‘ ; et les écrivains, philosophes, professeurs d’outre-Rhin devenaient imams en France, de Brest à Strasbourg, de Marseille à Paris. La mégère d’aujourd’hui, voilée, vociférante, encourageait son fils parti pour le jihad en Syrie ou en Seine-Saint-Denis, à Paris ou à Toulon, à surtout n’épargner ni les femmes ni les enfants des mécréants.

L’article, actualisé pour quelques mots et quelques lieux seulement, pourrait avoir été écrit hier et il n’y aurait rien à en retrancher ni à y ajouter. Il devrait être la seule réponse à apporter aux modernes inquisiteurs de l’orthopensée qui traquent les derniers résistants à l’anéantissement programmé.

Envahir un pays, quelle que soit la forme de l’invasion, est un acte de guerre. La marée, noire ou verte, qui déferle sur nos terres et les aura bientôt submergées, ne laissera rien de nous, rien de ce que nous fûmes vingt siècles durant, nous les Français de souche, nous les Français ‘canal historique‘, peuple européen de race blanche, de tradition judéo-chrétienne, de culture grecque et latine, nous qui sommes devenus innommables puisqu’il est désormais interdit de nous nommer !

Les musulmans d’active qui se livrent à des massacres sur notre sol ne sont pas plus dangereux, ne sont pas davantage nos ennemis que les musulmans d’occupation qui, par leur présence massive, leur permettent d’agir, que les reproductrices d’Allah qui sortent enfoulardées du drapeau sanglant de l’islam, que les gueules noires ou grises, à Calais ou ailleurs, des haineux conquérants venus d’Afrique. Quel que soit le rôle qui leur est dévolu, ils concourent tous à notre disparition annoncée. Et pourtant les infâmes miliciens médiatiques osent les dire modérés et pacifiques, tant qu’ils n’ont pas pris les armes, pour mieux nous habituer à leur présence. C’est une stratégie d’empoisonneuse qui, tous les jours, fait absorber un peu d’arsenic à son vieux mari, lequel finira par en mourir sans même avoir trouvé un goût étrange à son brouet quotidien…

La haine comme l’amour sont des sentiments humains. Aucun d’eux ne se commande ni ne s’empêche et chacun a sa finalité propre.

Il ne sert à rien d’aimer le Bien si l’on ne hait pas le Mal.

Il ne sert à rien de dire que l’on aime si l’on n’a pas le droit de préférer et, donc, de ne pas aimer.

Un peuple aussi (ou une culture, ou une civilisation) doit avoir l’instinct de conservation s’il veut survivre. Les syndics de faillite, les odieux naufrageurs qui se sont succédé depuis quatre décennies au gouvernement de notre pays ont tout fait pour nous priver de cet instinct, pour nous inoculer un sida idéologique nous ôtant tout moyen de défense, secondés en cela par une armée, zélée et innombrable, de collabos acharnés à notre perte.

Nous avons le droit, pourtant, de haïr celui qui s’apprête à nous faire périr. Lorsque le couteau du boucher mahométan s’approche de notre gorge, seul un violent accès de haine envers celui qui le tient peut nous permettre le sursaut salvateur qui nous fera échapper à notre sort.

Il en va de même à l’échelle d’un peuple, d’une nation. Les millions d’allochtones que nous avons laissé entrer dans notre pays depuis quarante ans nous supportent de plus en plus difficilement. Ils nous pousseront bientôt hors du cadre comme, au Noël de l’Élysée de 2014, le seul petit Français historique, le seul petit Blanc, un peu chétif au milieu des corpulents moricauds importés, fut bien vite éjecté de la vidéo par la simple loi du nombre. (2)

Ils nous feront disparaître, d’une façon ou d’une autre, pleins de haine et de mépris pour notre peuple dévirilisé et incapable de se défendre.

Alors, comment allons-nous mourir ? Discrètement, humblement, honteusement, comme le ‘pauvre Martin‘ de Georges Brassens ?

Il creusa lui-même sa tombe, en faisant vite, en se cachant,

En faisant vite, en se cachant,

Et s’y enterra sans rien dire, pour ne pas déranger les gens.

Pauvre Martin, pauvre misère,

Creuse la terre, creuse le temps.

Allons-nous périr comme les moutons de leur Aïd, bêlant de terreur, ou nous battre comme les lions que nous fûmes autrefois ?

Nos ennemis ne craignent pas la mort quand nous n’osons même plus songer à les tuer, quand nous tremblons à l’idée de rétablir la peine capitale pour les plus monstrueux des assassins, quand Marine Le Pen elle-même s’indigne à l’idée – évoquée par Xavier Bertrand – de faire intervenir l’armée à Calais car, dit-elle, « quand on fait appel à l’armée, on prend le risque qu’elle tire ! »… (3)

Nombre de ces envahisseurs ont risqué leur vie pour venir jusqu’ici se nourrir sur la bête, en parfaits parasites, jusqu’à ce qu’elle succombe. Comment imaginer qu’ils repartiront docilement vers leur milieu naturel simplement parce que nous le leur aurons demandé ? La dissuasion par les armes ne joue qu’après qu’elles ont commencé à servir. Sans Hiroshima et Nagasaki, quelle aurait été la réalité de la dissuasion nucléaire ?

Il faudra bien un jour que ces occupants sans titre de notre territoire se trouvent à leur tour confrontés au choix qui fut imposé à mes grands-parents en Algérie : la valise ou le cercueil !

Eux aussi étaient nés là-bas, comme leurs parents, comme leurs grands-parents. Ils durent pourtant quitter leur terre natale, à l’âge de la retraite, en abandonnant tout ce qu’ils y avaient construit en une vie de travail à deux, en y laissant aussi leurs morts dans des cimetières promis à l’abandon ou au saccage.

Aurons-nous le courage et la volonté d’expulser de notre organisme national les parasites qui le dévorent de l’intérieur ?

Allons-nous mourir « sans haine en nous pour le peuple musulman », pour adapter les mots de l’Affiche rouge, au nom d’un irénique et suicidaire amour universel ?

Ou bien allons-nous combattre les armes à la main comme le noble cœur, le vaillant Joseph Scipilliti nous en a montré le chemin ?

Allons-nous laisser croître dans nos cœurs la fleur de la haine, de la haine implacable, sans rémission, sans exception, justicière et vengeresse, devenant pour l’occasion la belle haine, la sainte haine, ayant pour épanouissement suprême l’amour entre tous les enfants de la France, une fois chassés de son sol les ennemis innombrables qui ont juré sa perte ?

Si cette fleur-là, sauvage et belle, ne renaît pas en nous, si ce feu salvateur n’embrase pas à nouveau nos consciences endormies, alors nous serons tous morts bientôt.

Et nous l’aurons mérité.

(1) 13 octobre 1914 : Jean Richepin appelle à la haine

(2) Noël Élysée 2014

(3) Débat élections régionales sur Europe 1 (MLP/Bertrand/Saintignon) du 27 octobre 2015

Raphaël Delahaut

Sur le même thème :

https://ripostelaique.com/il-y-a-cent-ans-mon-grand-oncle-henri-mourait-pour-une-france-que-les-socialistes-detruisent.html

https://ripostelaique.com/le-13-decembre-1914-un-journaleux-de-gauche-reclamait-une-mosquee-a-paris.html

https://ripostelaique.com/tirer-dans-le-tas-ou-ne-pas-tirer-dans-le-tas.html

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
jino

Je ne sais pas si vous avez vu ce père qui a perdu sa fille au Bataclan se recueillant après avoir déposé sa petite bougie répondant au journaliste: “non, je n’ai pas de haine, seulement de la tristesse” tout comme le patron du restaurant “la belle équipe” mitraillé par les islamistes, tuant neuf de ses proches dont sa propre femme et qui dit à pue-jadas:
”Il faut repartir, continuer à travailler, à aller en terrasse, à vivre et à sourire, je n’ai ni colère ni rage parce que cela ne sert à rien”.
Ces réactions ont été interprétées dans les réseaux sociaux et sur les chaines de télé comme des exemples de dignité incroyable!!
Je ne veux pas accabler ces personnes qui ont perdu des très proches mais tout de même, ces victimes ne sont pas mortes d’une maladie ou dans un accident de la circulation! elles ont été assassinées simplement parce qu’elles étaient trop civilisées aux yeux de leurs assassins barbares arriérés et primitifs.
Quand on entend le témoignage de ces personnes on se dit qu’on est vraiment loin de la “Haine justicière et vengeresse”, devenant pour l’occasion la belle haine, la sainte haine, la haine salvatrice dont nous parle le texte de Raphaël.
Il faut espérer que ces gens-là deviennent de plus en plus minoritaires compte tenu des évènements violents auxquels nous allons devoir faire face dans les mois et les années qui viennent.

Raphaël Delahaut

C’est exactement de cela, cher Jino, que je voulais parler, de ce sida mental qui nous a fait perdre toutes nos défenses immunitaires. C’est désespérant.
Ces victimes ne sont pas encore en terre que, déjà, ceux dont elles se croyaient si proches et tant aimées les ont fait passer par pertes et profits, au nom de l’amour universel qui leur interdit de haïr leurs bourreaux. Triste oraison funèbre pour ces malheureux si tragiquement gommés du monde des vivants !
En temps de guerre, cela s’appelle “fraternisation avec l’ennemi”, c’est un crime et une trahison…
Maintenant, chacun de nous devrait interroger ses proches, pour en avoir le cœur net :
“Si je péris de la main d’un barbare musulman, seras-tu sans haine pour celui qui m’aura égorgé(e), fusillé(e), massacré(e) ? Cela reviendrait à mourir deux fois.”
Il y eut un temps où un homme (Henri de La Rochejaquelein) pouvait lancer avec panache, pour la gloire et la postérité : “Si j’avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi ; si je recule, tuez-moi !”.
Aujourd’hui, nous faisons la guerre avec des bougies et des petites fleurs… De profundis !

jino

Cher Raphaël, merci pour ce texte qui allie justesse du sujet et beauté de notre chère langue française.

Jojo Lafrite

Je suis d’une famille de Harkis, la douce France de Mr Jean Richepin n’a pas hésitée une seule seconde pour désarmer les membres de ma famille (frères d’armes) et ensuite les abandonnés dans les mains du f.l.n. Ce n’est pas noble.
Quand je pense qu’aujourd’hui, c’est exactement les mêmes(islamites) qui veulent imposer leurs lois dans ce pays. Mr Albert Camus avait dit que la guerre d’Algérie est une guerre ethno religieuse déguisée en guerre de libération.
Je ne suis pas haineux mais complètement désabusé par le comportement de certains Français mon cher Raphaël.

Raphaël Delahaut

Mon cher compatriote,
Je suis d’accord avec vous : abandonner les harkis, nos frères d’armes, après les avoir désarmés a été un crime. Mais ce n’est pas la France qui l’a commis, mais ses dirigeants d’alors, Charles de Gaulle, Louis Joxe, etc. De même, sous l’Occupation, les crimes de “l’État français” n’ont pas été commis par la France mais par des dirigeants de rencontre à qui une immense majorité de députés (du Front Populaire, notamment) avait lâchement abandonné le pouvoir.
Ce double abandon, celui de l’Algérie de mon père et des harkis qui nous avaient si fidèlement servis, m’empêchera à tout jamais de me sentir gaulliste. J’aime la haute et orgueilleuse idée que le Général de Gaulle se faisait de la France et je la partage pleinement.
J’ai du respect pour l’homme du 18 juin qui a su dire non à la résignation et à la défaite, même si j’en ai plus encore pour ceux qui sont restés sur le territoire national et se sont battus jusqu’à la mort.
Mais avoir trahi les Français d’Algérie et ceux qui se battaient à nos côtés restera une tache indélébile dans l’histoire, par ailleurs exceptionnelle de cet homme.
De même qu’il y aura eu le Pétain de 1916 et celui de 1940, aux antipodes du premier, de même il conviendra de distinguer entre le De Gaulle de 1940 et celui de 1962.
C’est ainsi, il est rare que des hommes d’une telle stature soient tout d’une pièce et en tous points irréprochables.
Vous êtes, tout comme moi, désabusé et plein d’amertume devant l’aveuglement de tant de nos compatriotes face au danger mortel qui nous menace. À leur décharge, il faut reconnaître que la machine de propagande qui nous lave le cerveau depuis des décennies est d’une monstrueuse efficacité.
Mais je suis certain que cette légitime déception devant le comportement de certains Français n’altère en rien votre amour de la France, qui vaut plus et mieux que les trahisons de certains de ses fils, et que vous n’hésiteriez pas à clamer avec moi : “vive la France !”.
Avec toute mes amitiés patriotiques,
Raphaël

Jojo Lafrite

Je suis d’une famille de Harkis, la douce et noble France de Mr

hathoriti

Merci, Raphaël pour ce texte admirable qui nous met du coeur au ventre. Les “combattants” ou plutôt les lâches assassins d’allah ou lallah n’ont pas peur de la mort ? Ooooh! Je crois qu’il y a erreur! Les imams ne se font pas sauter avec une ceinture de bombes. le calife machin al bagdadi non plus! Lui, il passe temps à violer, violer et ordonner des massacres, il jouit de la terreur des autres. Mais ceux qui meurent, chez eux, c’est parce qu’ils ont le crâne bourré d’images affriolantes de femelles houris éternellement vierges qui les attendent au paradis;;pardon, au bordel céleste, en vue d’une éternité de b….e éternellement recommencée ! Ben dites donc ! Ils n’ont pas d’autres pensées ? Ils ne rêvent que de parties de jambes en l’air, éternellement recommencées, tous les jours éternels qu’allah leur fait gracieusement ? Oh, punaise ! Même les animaux sont moins cons et ne copulent qu’à certaines périodes. Donc, conclusion…Non, nous ne disparaîtrons pas, ce sont eux qui vont devoir détaler avec leur habituel courage pour sauver leur sale peau, sinon, “leur sang nourrira la terre de France”; Et s’il faut faire donner l’armée, si l’armée tire, tant mieux ! Pas de quartier ! “n’ayez aucune pitié, car eux n’en auront aucune”. (Aragorn dans le Seigneur des Anneaux, 2e film) Alors, n’hésitons pas ! FEU !

Citoyenne64

Merci Raphaëil pour l’écho d’espoir de vos mots retentissants.
Les fleurs sauvages sont souvent les plus résistantes ; elles s’adaptent à leur environnement et fleurissent même dans les pires conditions.
Et je suis sûre, que nous formerons des millions de bouquets de fleurs sauvages afin de refleurir notre belle France.
Nos consciences sont bien éveillées et nous sommes tous UN.

Bonne analyse critique philosophique et psychologique… hélas la prophylaxie est minimaliste! Nommer l’ ennemi (islam et mondialisme) c’ est bien… insuffisant… nommer tous les ennemis, serait parfait. La haine n’ est pas l’ opposé de l’ amour mais l’ auxiliaire et l’ arme de l’ amour; qui aime bien châtie bien. En effet, le premier et le plus grave problème de la France et des Français est la république. Pourquoi? Parce que la situation apocalyptique actuellement vécue a été créée par la république et les républicains et nous savons bien que ceux qui créent les problèmes ne les résolvent jamais!!! Ainsi, depuis 1792, la république, parti de l’ étranger, totalise jusqu’ à ce jour six invasions de notre territoire métropolitain: 1792, 1814-15, 1870, 1914-18, 1939-45 et depuis 1975 (uniquement pour se limiter à l’ essentiel!) alors que le Pré Carré était un sanctuaire inviolé depuis 1453 au moins et encore la Guerre de Cent Ans n’ était pas à proprement parler une invasion étrangère mais l’ application stricte du droit féodal alors en usage partout en Europe par nos cousins anglo-normands pour leurs possessions continentales qu’ ils tenaient d’ Aliénor d’ Aquitaine et pour lesquelles ils rendaient l’ hommage féodal au roi de France… ce qui fait remonter la précédente invasion à 732 quand Charles Martel arrêta les sarrazins à Moussais al Bataille le 25 octobre. Ne comptons surtout pas sur la république pour nous défendre et assurer notre sécurité! Ainsi donc, même Marine LE PEN qui sera élue à l’ Elysée en 2017 (voire avant?) ne résoudra pas le problème de l’ invasion… ni aucun des gros problèmes… même si elle applique les dernières mesures phares du FN encore d’ actualité sans lesquelles le FN ne serait plus le FN: l’ application de ces mesures phare pendant la première année de son quinquennat lui permettra de tenir 2 à 3 ans et elle connaîtra ensuite l’ échec car, si ces mesures phares sont indispensables, elles sont aussi insuffisantes et elle refuse d’ en prendre au premier et plus grave problème de la France et des Français: la république qu’ il faut détruire et qu’ elle veut sauver! N’ oublions pas que la république a inventé toutes les méthodes d’ extermination usitées au XXe siècle et toujours en service en 2015 dès sa terreur de sinistre mémoire en 1792-95! Cf http://www.midiassurancesconseils.com/GenocidePopulationsBocagesOuestFrance.htm Or tant que la république tiendra, la France se délitera et les Français sombreront dans l’ esclavage!!! Fort heureusement, quelles que soient les apparences, désormais les Français soutiennent la république comme la corde soutient le pendu. Encore un effort… Armer les Français et les entraîner militairement au maniement des armes et au tir y compris sur cibles mouvantes est aussi nécessaire en plus d’ être une affaire de dignité: si des Français armés avaient été présents au Bataclan, il y aurait eu infiniment moins de victimes… le port d’ armes doit redevenir le premier droit des Français comme étant indissociable du droit à la sécurité… n’ oublions pas que… lire la suite

Magnifique texte qui remue les tripes et auquel j’adhère totalement! Hélas quand on voit les assemblées de bulots armés de leurs bougies et de leurs mantras infantiles, on se demande ce qu’il faudrait pour les sortir de leur mortifère torpeur bien-pensante…

turbator

Bravo pour cet article remarquable : les égorgeurs de moutons et les femmes voilées sont aussi nos ennemis.

divine

bravo de grand ennemis qui vont nous faire beaucoup de mal et honte a toute ces femmes qui porte la tenu de belphégor une horreur

Lire Aussi