Nemmouche, Merah, Kelkal : des bons petits gars juste un peu djihadistes

Publié le 5 juin 2014 - par - 1 519 vues
Share

BIjihadistes« Jamais peut-être dans l’histoire on n’aura vu un peuple en démocratie fournir autant de résistance que le nôtre aux principes de dissolution que ses institutions lui apportaient. »

Jacques Bainville

L’affaire Mehdi Nemmouche n’est pas un simple fait divers sordide ou un acte antisémite de plus. Après  Khaled Kelkal , Mohammed Merah et d’autres à venir, elle marque l’installation du « djihad » des médiocres dans le paysage politique européen et l’accélération démentielle du déni de ce fait par les irresponsables médiatiques et les partisans de l’équivoque.

Il est stupéfiant de constater qu’à peine la nouvelle de l’arrestation annoncée, des journalistes se sont jetés sur « la vie et l’œuvre de Mehdi », ne retenant bien évidemment que son histoire de Cosette en babouches : pauvre enfant abandonné, sympathique, intelligent, respectueux des règles. Non, nous ne rêvons pas, nous avions été habitués. Nous nous rappelons les déclarations de Khaled Kelkal, recueillies le 3 octobre 1992 par un chercheur en sciences sociales allemand, dans le cadre d’une thèse sur les politiques d’intégration et relayées à l’époque par le Monde et Libération : Le lycée ? : «ça m’a pas plu. J’ai pas tenu. J’avais les capacités de réussir, mais j’avais pas ma place, parce que je me disais: l’intégration totale, c’est impossible, oublier ma culture, manger du porc, je ne peux pas. » Voler ? : « Quand vous volez, vous vous sentez libre parce que c’est un jeu . Après avoir fait de la prison, j’ai vu que j’étais perdant à 100%. J’ai bien réalisé, mais je me dis que je ne regrette pas.»

La taule ? : « J’ai appris beaucoup de choses, surtout question vie en groupe. J’étais avec un musulman en cellule. Là, j’ai appris l’arabe. J’ai bien appris ma religion, l’islam. Je ne suis ni arabe, ni français, je suis musulman.»

L’avenir ? : «Moi, j’aimerais faire une chose: quitter la France. Oui, pour toujours. Aller où? Ben retourner chez moi, en Algérie. J’ai pas ma place ici. Inch Allah, je vous jure que je quitte la France

Bon Kelkal n’a pas opté pour le retour au pays, il a été flingué avant par les gendarmes mais il était sympathique tout comme Merah dont on ne cesse de préciser que quelques jours avant ses assassinats , il aidait de braves vieux Français de souche à déménager. Nous allons bientôt apprendre que Nemmouche donnait gratuitement de son temps à la SPA …

Le plus extraordinaire en apparence c’est qu’il est probable que ces types soient parfois drôles, serviables et « sympas ». J’admets volontiers me refuser à les sortir de l’Humanité ou du moins avoir conscience que les monstres sont parfois humains et que les humains sont parfois monstrueux. Je n’ai aucune intention d’autre part de « stigmatiser » LE musulman. Les juifs ne sauraient être tous considérés comme des crapules parce que le docteur Baroukh Goldstein à Hébron en 1994 a tué une trentaine  d’arabes et de même pour les chrétiens parce que le très pieux Général Custer a massacré des milliers d’innocents durant les guerres indiennes.

Personne ne souhaite oublier, je l’espère, la défense des minorités religieuses en Syrie par l’Émir Abd el-Kader, grand-croix de la Légion d’honneur  ou le fait que la petite fille du chef du Hamas Abdul Salam Haniyeh, souffrant d’une grave inflammation de l’appareil digestif, avait été transportée à l’hôpital pédiatrique « Schneider » à Pétah Tiqwa et que les médecins israéliens l’avaient examinée attentivement et l’avaient soignée … ou encore le sacrifice exemplaire des moines de Tibhirine.

Qui veut rayer de la mémoire collective la grandeur qui peut éclore dans le contexte religieux ?

Mais là , de quoi s’agit-il ? D’attaques volontairement ciblées contre des innocents. D’une politique de terreur sur des populations que l’on décrète, à priori, comme indignes de vivre. J’entends bien que l’on massacre un peu partout au nom de n’importe quoi , je sais que des profiteurs , des corrompus et des valets d’intérêts financiers poussent aussi leurs criminels. Alors je ne dirai pas, je ne dirai jamais comme certains élus, intellectuels ou philosophes que nous devons défendre notre système de vie et nos valeurs « occidentales ». Je dis autre chose. Nos enfants, nos frères et sœurs, nos amis et camarades sont frappés indistinctement de leur croyance ou origine par des fanatiques qui ne veulent pas et ne voudront jamais entendre la moindre parole de diplomate. Alors nous sommes en état de légitime défense. Nous, les républicains laïques, nous les obscurs patriotes incorruptibles de toutes les nations, nous les victimes des exploiteurs, des copains et des coquins. Il n’y a aucune faiblesse à montrer, aucune pitié à avoir. Il s’agit bien d’éliminer ceux qui veulent nous tuer et nous soumettre par la paralysie et l’effroi.

Après, ou en même temps, il sera et il est de notre devoir de ne pas désespérer et de mener le combat pour une autre société plus juste où la raison l’emporte sur le torrent des passions qui ne servent qu’à mieux paralyser notre colère et nos forces créatrices.

Devant la déliquescence voulue par les fossoyeurs des nations un camarade dans un très beau discours disait aux Tuileries le 27 mai 2014 : « ORGANISEZ-VOUS ET TENEZ-VOUS PRÊTS ! »

Oui Tous, nous allons avoir besoin de tous.

Si nous tombons dans le piège communautaire , c’est bien le modèle « Occidental » qui triomphera. L’Europe n’a rien à voir avec « l’Occident ». La France , détonateur de l’Europe et que nous avons tant de mal à reconnaître dans sa physionomie n’est pas une image de carte postale surannée. La France est une idée. C’est même la seule idée neuve dans ce fatras de petites et grandes lâchetés qui s’accommodent des oukases des vieux empires agonisants et des nouveaux qui naissent.

Les victimes et la douleur des proches sont un défi d’envergure que nous présente l’Histoire. Certains rêvent encore de grandeur dans les Maquis , de combats chevaleresques et de Temples à bâtir en pensant que c’est au passé que se conjuguent leurs songes. Ils se trompent et ne valent pas mieux que les larves gavées de cocaïne qu’ils méprisent. Voulez-vous des synagogues, des cathédrales et des mosquées purifiées ? Chassez-en les psychotiques manipulés ! Ils sont faciles à reconnaître car derrière eux se cachent leurs maîtres spécialistes de l’or, experts en monnaie. Alors, après, nous chasserons ces marchands de nos temples ou de nos forêts.

Ne commettons plus jamais l’erreur de servir des chefs qui nous éblouissent de leurs toges dorées pour mieux nous plonger dans les tranchées des grands massacres.

Frappons d’abord la première ligne constituée par les terroristes puis entrons dans la deuxième ligne : les Tourelles tenues par les argentiers apatrides. Les apatrides ont des bureaux, des voitures et n’aiment pas les avions pour se rapprocher du ciel mais parce que leurs yeux pervers croient y deviner une absence de frontières. Ils n’aiment aucune nation car ils en ignorent les émotions. Ils les détruiront toutes sans exception si le sang du roi David, de Charlemagne ou d’Abd el-Kader s’échappe à jamais de nos veines.

Jean-Marc Desanti

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.