N’en déplaise aux utopistes, c’est Trump qui a été élu, pas Soros !

L’utopie déferle régulièrement sur l’humanité, et particulièrement depuis le début du vingtième siècle. Certes, il y eut toujours des utopistes qui voulaient TOUS le bonheur de l’humanité. Les saint-simoniens en furent, les phalanstères en réunirent d’autres, et les textes promettant « l’extinction du paupérisme » reçurent d’illustres signatures dont celle du prince Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III. Mais elles devinrent structurées et vindicatives avec l’avènement des totalitarismes, de Lénine à Hitler et Mussolini.

Les deux guerres mondiales sidérèrent les peuples qui y virent de la magie dans l’effusion de sang, au lieu d’y considérer l’effet d’une technologie guerrière qui, alliée à une perte du sens religieux et à l’absolutisme des volontés, foudroya les hommes comme jamais. Ceux qui en sortirent aux commandes des états vainqueurs et vaincus, décidèrent de conjurer le sort en obligeant à la fin des nations et donc de la liberté. Car, si pour certains « la nation c’est la guerre », pour d’autres, plus nombreux, elle est la liberté.

Et un monde de jouisseurs tricota pendant 72 ans une utopie pacifiste (sans être pacifique) et mondialiste dont ils définirent les droits des uns à Davos sur ces autres vivant dans les différents terroirs d’occident. Et voici que ces « sachants», ces « pouvant » et ces « jouissant » ont pris leur construction pour éternelle et sont abasourdis par le réveil des hommes vrais qui ne circulent pas en jets privés, sont attachés à leur langue maternelle, et considèrent qu’une morale est nécessaire pour se supporter en famille comme en société.

Alors, aux Etats-Unis, un peuple encore vivant, celui des terroirs justement, vient de dire stop aux « martiens » qui voulaient leurs suffrages, et vota pour un homme vrai qui leur a dit d’ouvrir les yeux et de se libérer.

Et cela, l’utopie, qui fait la guerre éternellement et préventivement pour n’avoir plus à la faire (Dit-elle), ne peut le tolérer. Elle a déplacé des peuples en leur affirmant « Vous êtes chez vous chez nous » et tué par là, la propriété qui est le prélude à la liberté et à la souveraineté. Puis, elle a culpabilisé la grande civilisation occidentale, qui apporta tant à tant de peuples, en la chargeant des pêchés de « racisme », « obscurantisme religieux » et « sexisme ». Enfin, elle a détruit les frontières qui sont des filtres et des protections en les criminalisant comme des entraves à la circulation des hommes et des biens, qui signifie aussi le droit pour quiconque de s’installer chez vous sans gêne ni titre.

A partir de cette idéologie, où l’on reconnaît Rousseau comme le nez dans le visage, elle a établi ces organes internationaux de coopération vite mués en organes de coercition que sont l’ONU et l’Union Européenne, et transformé l’OTAN, constitué à l’origine contre le communisme, en gendarme du monde, bras armé de l’ONU.

Alors, quand Trump arriva, elle n’y crut pas. L’utopie était ancienne, bien implantée, en passe de détruire le capitalisme par l’intermédiaire du GIEC qui, agitant le leurre du réchauffement climatique, commençait à réglementer la vie des peuples sans leur aval.

Puis, comme Donald Trump rassembla les clairvoyants qu’il avait réveillés, elle se mit à ruer dans les brancards, sa puissance mobilisée pour vaincre l’inconcevable. Mais le bon sens ayant la vie dure aux USA, Trump devint président et il ne resta plus à l’utopie qu’à agir selon ses convictions : hors d’elle point de salut et tout programme politique qui s’écarte de la doxa mondialiste est forcément le fait d’un irresponsable mentalement atteint.

Et il en est ainsi depuis le 20 janvier. Les appels à la destitution du président Trump pour cause de maladie mentale se multiplient, allant jusqu’à faire la couverture d’un magazine. Puis, comme les utopistes ne sont pas sûrs d’y parvenir vite par ce biais, ce sont des appels, de la part d’anciens collaborateurs d’Obama (dont il n’a pas pu ne pas connaître les intentions) à l’armée pour qu’elle renverse Donald Trump.

Enfin, parce que ce serait encore plus efficace,  les appels à l’assassinat du président font la couverture de journaux européens (Irlande, France) ou sont lancés aux micros de radios ou de télévisions par le monde du spectacle, et pire par les 12.000 courriels reçus par les agents du Secret Service qui sont en charge de la vie du président afin que l’un d’entre eux devienne l’exécuteur de la justice populaire de sinistre mémoire.

Notons que ce sont les mêmes qui accuse Vladimir Poutine d’assassinats de journalistes comme d’un crime (non prouvé) contre l’humanité. « Va comprendre, Charles ! » comme le disait l’excellent Pousse dans une publicité des années passées.

Eh bien il est temps de dire à l’utopie, aux utopistes et aux socialistes de tous poils qui sont leur chair à canon que c’est Non !

Non, nous n’acceptons ni vos dictats, ni vos organes de contrôle, ni votre propagande, et malgré vous nous resterons libres et souverains !

Non, votre meilleur des mondes n’est pas le nôtre et nous le combattrons avec fureur jusqu’au dernier d’entre vous !

Non, votre société n’est pas la nôtre et nous lui refusons les moyens de nous dominer !

Oui, les mondialistes devront répondre de leurs crimes contre les nations.

Enfin, il faudra bien que le président des Etats-Unis, élu légalement, constitutionnellement, et détenteur du pouvoir de défendre la nation américaine, soit à même de l’exercer malgré vos désirs de meurtres.

La liberté ne se négocie pas, nous n’avons pas élu Georges Soros ni aucun des bienfaiteurs auto-proclamés qui l’entourent, comme nous n’avons pas élu la commission de Bruxelles ni les fonctionnaires de l’ONU, son secrétaire général en tête.

Georges Clément

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. Il y a ceux qui font des affaires avec la guerre et ceux qui préfèrent en faire grâce à la paix. http://www.insolentiae.com/investissements-etrangers-en-russie-un-record-est-etabli/ Vous remarquerez que le père Poutine tire encore une fois drôlement bien son épingle du jeu. Tandis que la France multiculturelle façon bananière et bordel ambulant n’attire plus grand monde. Et pour cause ! http://www.insolentiae.com/investissements-etrangers-en-russie-un-record-est-etabli/

  2. Comme, il faut l’espérer, les français ne vont élire un Macron qui est un pur produit du mondialisme criminel et n’a jamais été élu… D’accord avec vous, monsieur Clément.

  3. J’espère que la santé de Trump est suffisamment solide pour résister au stress permanent que lui impose le harcèlement de la meute médiatico-hollywoodienne. Des psychiatres s’y mettent aussi pour demander sa destitution au prétexte qu’il serait trop impulsif et incontrôlable. Si ces pauvres types sont sincères, ce sont des crétins invertébrés finis. Qui a suivi les débats a pu voir à quel point Trump se contrôlait et n’était pas facilement déstabilisé malgré l’unanimité contre lui.

  4. j’espère que Trump s’occupera personnellement du cas ‘soros » .. on en a marre de voir ce démon continuer son oeuvre destructrice !

  5. Simplement pour dire que même si Trump a été élu légalement et démocratiquement en vertu de la loi électorale US, il n’a pas eu la majorité des suffrages. De ce fait, ce n’est pas parce qu’il a été élu que Marion, pardon Marine le sera. Mais rien n’empèche d’espérer. Il faudrait un petit coup de pouce… De sources proches et bien informées, je sais que Marion a fait un déplacement à l’étranger important en octobre ou novembre (ma mémoire me fait défaut sur la date exacte)

Les commentaires sont fermés.