Netanyahu : compromis ou débandade ?

Un manifestant portant un masque 'Crime Minister' devant une photo de Benjamin Netanyahu, juste avant l'ouverture de son procès.

Que doit-on tirer de l’annonce du Premier ministre Bibi Netanyahu d’un compromis ? La proposition et/ou la nécessité d’un compromis signifient, sans devoir user de langue de bois, que l’intéressé n’est pas aussi blanc que neige et qu’une enquête et un jugement peuvent culminer en une punition sévère et préjudiciable : coûteuse tant financièrement que prestigieusement.

Nous nous posons plusieurs questions dont la plus corrosive est : pourquoi ? Que craint donc Netanyahu ? Mais aussi, la justice ne chercherait-elle pas à accéder au fin fond de toutes les accusations et des litiges en suspension ?

Il émane des deux principaux impliqués dans cette action juridique que :

– soit l’accusé est innocent et les charges contre lui ne possèdent aucune base solide ou alors une assise instable pour être poursuivies.

– soit que l’identité de l’accusé et son passé politique glorieux imposent une autre considération sur la nature des prétendues fraudes dont il est accusé.

Quoi qu’il en soit, Netanyahu est un grand perdant qui entraîne dans son sillage une véritable débandade.

Les « amoureux » de Netanyahu sont convaincus de son innocence, et ses ennemis de sa culpabilité. Le peuple est divisé. Rien n’a été prouvé ni ne peut l’être.

Le citoyen lui, n’aime pas du tout voir ses idoles détruites, tâchées, avilies. Les politiciens, ceux qui ont œuvré d’arrache-pied pour la destitution de Netanyahu, vont devoir essayer d’amortir les violents remous de son départ… des remous excessivement pénibles tant pour l’État que pour sa sécurité…

Quant à la justice, elle est aveugle et son glaive qui tranche n’ôte pas forcément la tête du coupable…

Aucune défaite, ni victoire, sinon celle à la Pyrrhus.

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. Si seulement vous saviez combien nous n’en avons cure de ce qui se passe chez vous, Madame.
    Réglez vos comptes entre vous, et laissez la France en dehors de ça, les Français ont déjà suffisamment de problèmes à gérer.

    • Si seulement tu savais comme ton antisémitisme délirant te rend ridicule, « eva »..rien ne t’oblige à regarder. Retourne lire « mein korampf ».

  2. un politique n’est vraiment mort politiquement que le jour de son décès….

  3. israel est le seul pays démocratique à mettre en prison ses dirigeants corrompus ! y aurait il une mise à niveau international de ce pays ?

Les commentaires sont fermés.