Ni arabe, ni juif sioniste, ni facho, je suis esprit libre et enfant de la République

Publié le 17 mai 2014 - par - 1 623 vues
Share

banderoleislamraslebolJe le dis publiquement aux musulmans qui excellent dans l’art des étiquettes nauséabondes et antisémites, à tous ceux qui voient en moi la plume de la fachosphère, quelle horreur ainsi qu’aux amis juifs qui me présentent comme arabe et musulman progressiste, quel oxymore, que je ne suis ni l’un ni l’autre.

Ma voix est celle d’un homme né libre de toutes contraintes religieuses, politiques, culturelles ou ethniques. Né humain, élevé dans l’humanisme, imprégné de la philosophie des lumières, pourfendeur des hérésies, qui rêve d’un monde sans frontières ni clivages religieux et idéologiques et qui finira son cycle de vie comme tout être humain. Je ne suis ni arabe ni musulman, ce qui n’est pas une honte à mon sens, ce qui l’est ce sont les étiquettes et les préjugés pour stigmatiser les différences et vouer aux gémonies les autres qui ne sont pas nés comme nous ou qui ont choisi une voie différente que la nôtre. Il n’y a pas de peuple supérieur aux autres, tous les peuples ont leur vertu et leur faiblesse.
Si ce Dieu existe, il n’a pas à favoriser tel ou tel peuple, alors que sa connaissance de l’anthropologie humaine semble très limité et qu’il est l’origine de tous les maux de l’humanité. Du non-sens l’homme se prétendant béni de Dieu en a fait un sens pour en faire un droit opposable à toute l’humanité.

C’est la pire injustice jamais faite à l’homme. Un Dieu juste et impartial ne peut introduire une hiérarchie entre les peuples et ne doit élire dans son cœur que toute sa créature. Tout privilège accordé à tel peuple ou tel autre est du pur racisme.
C’est toute l’humanité qui constitue la base et le toit du monde.

Ma voix est et demeurera humaine jusqu’au dernier souffle de ma vie. Elle n’est le produit d’aucun système de pensée ni une voix de rupture avec l’idéologie dominante comme le pensent certains.

Je me bats pour la tolérance et la concorde entre les hommes, pour l’égalité des droits sans exclusion et les droits de tout un chacun de faire entendre sa propre voix et non une voix qui lui est dictée et imposée, empreinte de censure ou d’idées préconçues.
Cette voix qui dérange la bien-pensance de tous bords et les esprits chagrins et murés dans leur certitude incapables de se regarder dans le miroir démystificateur de leur vérité, que certains considèrent comme rebelle et non-conformiste, elle n’est rien d’autre que l’expression de mon rejet du fanatisme et de l’ethnocentrisme. Je me bats pour la liberté dans le sens voltairien du terme : » Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Salem Benammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.