Ni Mussolini ni Hitler n’auraient emprisonné ainsi leur population !

Madame la Première ministre de Belgique,
Monsieur le Président de France,

Mai signera la fin inéluctable de la pandémie du Covid-19 qui sera inscrite dans les livres d’histoire comme la grande peste du XXIe siècle. Elle n’avait pourtant rien à voir, ni selon le nombre des contaminés ni en capacité mortifère, avec les épidémies du passé comme la grippe espagnole qui aurait éliminé, si l’on en croit l’encyclopédie en ligne, 20 à 50 millions de personnes, soit beaucoup plus que toutes les victimes du premier conflit mondial. Même la plus modeste de ces deux estimations reste 100 fois moindre que les 200 000 victimes de ce misérable virus qui a terrorisé la planète.

Notre pleutrerie devant la mort nous a fait accepter tous les sacrifices. Des États soi-disant démocratiques ont transformé nos maisons en prisons dont nous ne pouvions sortir que pour la recherche de nourriture, en grandes surfaces. Des millions de personnes se sont vu interdire l’exercice de leur profession. Beaucoup d’hôteliers, cafetiers et restaurateurs ont été poussés vers la ruine. Toute liberté de voyager a été rayée du catalogue des droits fondamentaux. Les vieux des institutions spécialisées dans leur hébergement ont été bouclés dans leur chambre et empêchés de recevoir des visiteurs. Les sbires de ces démocratotalitarismes ont empêché des retraités de s’asseoir côte à côte sur des bancs publics. Les lieux de culte fermés, il est devenu impossible de faire étalage de ses superstitions, ce qui est pourtant, même pour l’athée endurci que je suis, un droit capital.
Ni Mussolini ni Hitler n’auraient osé ni voulu emprisonner leur population dans pareil carcan !

Quel raisonnement inspire ces politicien(ne)s aux manettes ? Tuons toutes les libertés en espérant que les exécutions participeront à la baisse des admissions dans les urgences des hôpitaux. Après l’épidémie, nous pourrons proclamer fièrement ainsi à ces membres des troupeaux bêlants formant la majorité de la population que nous les avons sauvés d’une mort qui eût été assurée sans nos intuitions bienveillantes nourries par les plus éminents scientifiques.
Voilà le fondement de ce qui pourrait constituer, pour les générations futures, un cas d’école ou une page d’anthologie d’un conflit de valeurs. Clairement en effet, toutes les mesures qui sont prises pour augmenter la sécurité de la population menacée par un virus réduisent des libertés. Les politiciens ne balancent pas longtemps. Entre sécurité et liberté, ils sont, dans leur grande majorité, prêts à sacrifier la deuxième pour augmenter la première.
Et le vulgaire d’applaudir ! Il déposera probablement son bulletin de vote en faveur de celle ou de celui qui aura le plus insisté pour prolonger les confinements, punir sévèrement les contrevenants baladeurs, mettre à l’arrêt les entreprises…
Une fois de plus, les humains démontrent combien ils aiment leur prochain en multipliant les dénonciations. Dans son journal parlé de ce matin, une journaliste de France Inter disait que dans certains commissariats (elle refusait explicitement de préciser lesquels) plus de 60 % des appels téléphoniques étaient passés par des dénonciateurs. Ils ont organisé un barbecue dans leur jardin ; elle sort son chien dix fois par jour ; ils reçoivent des amis chez eux ; ils sont allés sur la plage… Ces criminels menacent notre sécurité à tous !
Dès l’époque où il publiait ses premiers livres, j’ai considéré André Comte-Sponville comme un maître. Imaginez le plaisir que m’a procuré la lecture d’une phrase épinglée comme titre d’un article d’une revue économique. « J’aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu’y échapper dans un État totalitaire ».
Moi aussi. Nous acceptons de nombreux risques sans broncher. Chaque fois que nous montons dans une voiture, nous savons que nous sommes exposés à des accidents dont quelques-uns sont mortels. Même chose pour la moto ou pour l’avion. Mais quel fou voudrait interdire la circulation automobile ? De multiples activités sportives conduisent leurs pratiquants à l’hôpital. Il n’y a pas que les alpinistes ou les parachutistes qui se tuent. Cela peut être le lot du simple nageur ou du jogger.
Personne ne contestera qu’il faut rechercher des remèdes et des moyens d’améliorer la sécurité. Mais au prix de la suppression des libertés fondamentales comme celle de se déplacer là où l’envie nous porte ?
Que nous soyons contraints, pendant l’épidémie, à porter un masque, qu’il nous soit défendu de nous serrer les mains et enjoints de nous les laver dix fois par jour, que nous ne puissions plus nous donner des bisous, tout cela nous l’admettrions sans révolte. Mais que ces gens qui nous gouvernent séquestrent les vieux des maisons de repos, même bien-portants, qu’ils ordonnent la fermeture des hôtels, cafés et restaurants, qu’ils interdisent les déplacements et nous voilà dans le démocratotalitarisme.
Ce n’est pas un hasard si, passant devant la vitrine de mon boulanger un dimanche matin, je pense à la période stalinienne de l’URSS. Une file de plusieurs centaines de mètres s’allonge en effet devant sa porte à seule fin que les gens maintiennent les distances réglementaires.
Nos sages vont encourager l’implantation sur nos téléphones de programmes qui nous géo-localiseront. Bientôt Big Brother aura donc un œil sur notre chambre à coucher.
Toutes ces mesures liberticides m’apparaissent être un prix à payer beaucoup trop grand pour une diminution hypothétique du risque mortel d’une épidémie.
« La mort c’est la vie et la vie c’est la mort » affirmait sentencieusement un de mes grands-pères. Il avait raison. Mais celles et ceux qui ont transformé nos pays en d’immenses camps de confinements en sont-ils conscients ?

Je vous prie de bien vouloir accepter, Madame la Première ministre, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes respects.

Gilbert Dispaux

image_pdf
0
0

96 Commentaires

  1. Un excellent exemple de l’effet de tabou qui permet de diaboliser le nationalisme : il paraît que les Allemands étaient drogués aux amphétamines !

    Pendant des décennies on n’a pas pensé à ça ; maintenant que les psychotropes (hypnotiques, amphétamines, cannabis, cocaïne…) sont si répandus qu’il faudra bientôt ouvrir un club des buveurs d’eau anonymes, que nos grandes villes baignent dans un permanent nuage de cocaïne, que des quartiers entiers vivent du trafic de cannabis et que les cas de schizophrénie liés se multiplient, voici qu’on voit la paille d’autrui…

    Et nous nous indignons des régimes totalitaires quand nous acceptons des restrictions jamais vues dans l’histoire.

    Un coup d’Afolf magique, et nous nous voyons libres.

  2. Les tenants de la rigoureuse exactitude peuvent s’indigner : pourquoi lier Hitler à Mussolini malgré des différences certaines ? Pourquoi risquer d’être incompris en invoquant le spectre tabou des fascistes, alors que, pour ce qui est de la surveillance de tout un peuple, ce seraient plutôt les régimes communistes qui devraient servir de mètre étalon ?

    Justement pour faire percevoir le caractère extravagant des mesures en question : c’est la tabou qui, seul, peut montrer la gravité de telles mesures, et, dans l’idéologie ambiante, seul le fascisme est tabou. Pour nos dirigeants, le Mal insurpassable existe : c’est le « repli nationaliste » dont les incarnations historiques honnies seraient Hitler et ses alliés. Pour cette raison leur mention me paraît fort judicieuse.

    • Hiroshima, mon amour…

      Dresde, mon astre flamboyant…

      Le monde est empli de cœurs trop tendres ❤️

  3. Je suis navré pour tous les ignorants mais cet article dit vrai.

    En temps même de guerre ni Hitler ni moins encore Mussolini n’ont « confiné » tout un chacun chez soi – ce que font aujourd’hui nos dirigeants.

    En temps de paix, dans le plus rude régime mentionné, l’Allemagne hitlérienne, les camps de concentration eux-mêmes eurent au maximum (et brièvement) des effectifs comparables à ceux des prisons de notre république (il y en avait bien plus en URSS mais apparemment tout le monde s’en f…).

    Pour s’en tenir donc au sujet, sans divaguer avec les indignés, sujet qui est l’hybris de l’enfermement d’une population entière, et qui plus est en temps de paix, rien de comparable n’avait jamais été fait.

    • Vous avez raison, on a dit tant de mal sur Hitler ! Il a toute de même fait assécher les Marais Pontins.

      Ah, pardon, c’était pas lui, c’était Mussolini ; lui, il a construit des autostrades.

      Quoi qu’il en soit, rendons hommage à ce grand humaniste ignoré, qui fut aussi le premier homme d’état au monde à lutter contre les méfaits du tabac.

      • En ce qui concerne les effectifs des camps, vous avez raison également, et même pour le temps de guerre : je me suis laissé dire que leurs pensionnaires étaient relâchés dans la nature, au sens propre du terme, très peu de temps après leur arrivée, ce qui fait qu’ils n’étaient pleins que très brièvement, comme vous le faites justement remarquer.

        En temps de paix également, d’ailleurs. De nombreux handicapés allemands nous environnent encore dans l’air que nous respirons. Ce fut le cas d’un cousin du Pape Emérite Benoît XVI. On se demande bien pourquoi la famille Ratzinger haïssait si méchamment ce brave homme de Chancelier.

        • Bon, j’arrête mes c…, je vais finir par devenir aussi mauvais que le titre de cet article…

          • Voici ne pourrez jamais « arrête[r] vos c… », pour reprendre votre expression : vous n’êtes même pas outillé pour comprendre le titre d’un article.

            Vous n’êtes capable que de vous réfugier derrière la répression dite « antiraciste » pour injurier et donc, sans même vous en rendre compte, vous reconnaissez implicitement que, en effet, ni Mussolini ni Hitler n’ont jamais assigné à résidence un peuple entier.

            Merci donc pour votre inconsciente coopération.

          • Aide Spipou à comprendre le sujet de cet article :
            ❒ La condamnation de la politique hitlérienne à Nuremberg sacralisée par une loi antiraciste
            ❒ Les lois sociales des régimes nationalistes
            ❒ Les dangers du racisme et de L’ANTISÉMITISME menacent la politique migratoire des pays d’accueil
            ❒ Complotisme délirant : rumeurs d’euthanasie dans les ehpad
            ❒ L’ahurissante nouveauté du « confinement » de populations entières
            ❒ Des millions de personnes venues du monde entier s’installent avec la bénédiction de l’onu dans un pays malgré les réticences sur place des indigènes
            ❒ Comment le nationalisme met en péril le métissage nécessaire des pays libérés

          • Puisqu’aucune de mes réponses n’apparaît, je vais faire comme notre ami Spipou : de la très grande série.

          • Résumé des commentaires de Spipou : « vous avez raison », « vous avez raison »…

            Je sais, merci.

        • À mon humble avis Ratzinger le pro-immigration détestait tout ce qui était nationaliste. Vatican II est mondialiste. Si les conciliaires ont des parents tués pendant la pandémie (rumeurs d’euthanasie dans les ehpad) ça ne changera sûrement pas leur soutien aux régimes immigrationnistes.

          Concernant le séjour des détenus juifs auxquels vous faites référence, dans les camps de concentration, à la suite de la « nuit de cristal », lisez ce qu’écrivent les historiens juifs : oui, ils furent relâchés avant la guerre.

          Pour ce qui est du temps de guerre, la loi Gayssot interdit la contestation des conclusions de tribunal de Nuremberg ; elle interdit aussi, ce qui est cohérent, toute critique selon la race, la religion…

          Vous reprendrez bien une petite dose d’immigration, mon Spipou ?

      • Je vous laisse l’entière responsabilité de votre seule assertion : « Quoi qu’il en soit, rendons hommage à ce grand humaniste ignoré, qui fut aussi le premier homme d’état au monde à lutter contre les méfaits du tabac.»

        Avec les moyens qui sont les vôtres, vous ne ferez vraisemblablement pas de réponse plus relevée.

    • Aide Spipou à comprendre le sujet de cet article :
      ❒ Vatican II et l’immigration
      ❒ Hitler et les juifs
      ❒ La vie quotidienne des gazaouites
      ❒ La terreur soviétique
      ❒ Des soldats brisent les os d’adolescents
      ❒ La lutte contre le racisme et l’ Antisémitisme dans une Europe qui doit se métisser qu’elle le veuille ou kon sinon il faudra employer des moyens encore plus coercitifs
      ❒ La nouveauté ahurissante de l’enfermement de populations entières paraît-il en raison d’une épidémie
      ❒ Les effets du phosphore blanc sur des mineurs en agglomération
      ❒ L’égoïsme des peuples enracinés réticents à l’installation de millions d’étrangers imposée au nom des principes de la déclaration des droits de l’homme de 1948

      Spipou a besoin de ton aide pour trouver la solution.

      • Non, merci, je me débrouille très bien sans des aides comme la vôtre.

        Ah, pour ce qui est de la terreur soviétique, je connais, merci ! Mais le phosphore blanc et les os d’adolescents, vous faites allusion à quoi ?

        • Et votre conclusion, c’est quoi ?

          Hitler était un brave type grâce à qui l’Europe se porterait mieux si on ne lui avait pas mis quelques bâtons dans les roues, c’est ça ?

          Malgré la beauté de l’alignement de vos petits carrés (c’est la touche Alt + combien ?), votre exposé reste un peu confus.

          • Non je ne confonds pas Ratzinger et Bergoglio, mais vous confondez peut-être Trente et Vatican II.

            Vous connaissez la terreur soviétique mais elle vous indiffère apparemment ; les os brisés (« break their bones ») et le phosphore blanc vous ne savez même pas. Renseignez-vous, ce sera plus simple.

            Je ne fais pas d’exposé ici, je dis seulement que vous n’avez rien à me répondre : vous confirmez que j’avais raison dans tout ce que j’avais dit, donc vous voulez protester.

  4. Je ne suis pas d’accord avec le fond de votre article. Certes le confinement n’aurait pas dû être et s’il a été instauré, c’est parce que nos dirigeants ne gouvernent plus la France comme une nation, mais comme une partie du futur Etat universel et en attendant comme une partie de l’UE, elle-même subordonnée aux traités internationaux et au multilatéralisme sous l’égide de l’ONU. En conséquence, les impôts servent à financer les pays jugés plus nécessiteux tels que ceux d’Afrique. D’où la pénurie et la tiers-mondisation des services publics depuis une décennie. La seule chose critiquable est donc l’impréparation, la négligence due à l’impératif économique. Car si le confinement a été imposé, c’est qu’il était nécessaire en raison de l’absence de toute protection.

    • Il paraît qu’en nombre de morts par rapport à la population les pays qui ont fait le choix de confiner tout le monde (Belgique, France, Italie, Espagne…) s’en tirent largement moins bien que les autres (Allemagne, Autriche, Norvège, Suède, Corée du Sud, Japon…). Liberticide et homicide riment bien ensemble dirait-on.

  5. « Ni Mussolini ni Hitler n’auraient osé ni voulu emprisonner leur population dans pareil carcan ! »

    Comment pouvez vous donner de tels exemples ! comment savez vous ce qu’ils auraient voulu ou osé ? il ont fait bien pire, et ça n’a strictement rien à voir avec ce confinement .

    Vous n’allez tout de même pas oser comparer le confinement à cause de ce virus, (qui je le reconnais est une grossière erreur de nos dirigeants qui n’ont pas fait ce qu’il fallait pour empêcher ça et ne sachant que faire nous privent de toute liberté individuelle) et ces 2 individus qui ont fait les horreurs que l’ont sait , Horreurs à nulles autres semblables , qui dépassent la raison de tout individu normal.

    • « Horreurs à nulles autres semblables »
      Sans remonter à Gengis Khan ou Tamerlan, Staline, Hirohito (qui s’en sont bien sortis), Tojo, soutenaient la comparaison.

      • Je regrette , mais je maintiens ce que j’ai dit ,

        L’extermination d’un peuple par des moyens industriels .

          • Personne n’a dit que l’un avait empêché l’autre !

            Arrêtez de tirer des commentaires des conclusions que personne n’y a mis.

            • Spipou,

              Apparemment vous ne savez même pas à quoi je réponds !

              Claude a dit que Mussolini et Hitler avaient fait « des horreurs à nulle autre semblables » ; Paskal lui a donné des arguments pour prouver que ce jugement était hâtif ; elle a répondu qu’elle persistait, et a donné ses raisons, à quoi j’ai répondu en citant les noms de Staline et de Trotsky pour rappeler qu’ils n’avaient pas fait moins, à mes yeux. Et vous faites mine de protester contre cette réponse, au motif que l’un n’empêche pas l’autre, c’est-à-dire en me donnant en fait raison !

              Lisez donc la conversation avant d’y prendre part ! Vous êtes d’autant moins excusable ici que vous avez, justement à mon sens, nettement distingué Hitler de Mussolini !

            • Spipou,

              Apparemment vous ne savez même pas à quoi je réponds !

              Claude a dit que Mussolini et Hitler avaient fait « des horreurs à nulle autre semblables » ; Paskal lui a donné des arguments pour prouver que ce jugement était hâtif ; elle a répondu qu’elle persistait, et a donné ses raisons, à quoi j’ai répondu en citant les noms de Staline et de Trotsky pour rappeler qu’ils n’avaient pas fait moins, à mes yeux. Et vous faites mine de protester contre cette réponse, au motif que l’un n’empêche pas l’autre, c’est-à-dire en me donnant en fait raison !

              Lisez donc la conversation avant d’y prendre part ! Vous êtes d’autant moins excusable ici que vous avez, justement à mon sens, nettement distingué Hitler de Mussolini !

            • On dirait que ma réponse ne passe pas (même pas « en attente de modération »), alors je vais le dire autrement.

              Spipou, soit vous considérez que les horreurs de Staline ne sont pas incomparables à celles d’Adolf, comme c’est apparemment le cas, et alors c’est avec moi que vous êtes d’accord ; soit vous êtes d’accord avec Claude et récusez toute comparaison, ce qui justifierait que vous manifestiez votre désaccord avec moi. Pourriez-vous préciser votre point de vue s’il-vous-plaît ?

              • Navré de vous avoir imposé des doublets, mon commentaire n’apparaissait pas, fût-ce en attente de modération, donc j’ai cru d’abord que la connexion s’était interrompue lors l’envoi, puis, à la seconde tentative, que c’était un problème d’un autre ordre.

                Merci à la modération, et à Spipou aussi qui, malgré nos désaccords, a toujours répondu correctement, et parfois avec une touche d’humour assez agréable pour l’échange.

  6. Président des Français, Macron n’est pas roi de France !
    Philippe Ier , dont le nom de famille est  » de Belgique  » est roi des Belges et non pas roi de Belgique.

  7. Il y a le saint et le saint des saints, c’est une citation du rabbin Rav Ron Chaya, pour lui cela veut dire que celui qui croit tout savoir et tout diriger ne sait pas tout et ne dirige pas tout , il y a encore quelqu’un au-dessus!
    Le monde est une gigantesque pyramide et ceux qui sont au sommet ont pour ambition d’installer un gouvernement mondial. En France cet objectif qui semble s’être mis en place après la révolution française s’est accéléré à la faveur de la deuxième guerre mondiale, et la création de l’union Européenne telle qu’elle est à ce jour.

  8. Excellent article que j’approuve entierement.
    Si la santé a un prix, la Liberté n’en a pas. Il faut se battre pour la préserver.
    Cette épidémie à moins de 200.000 morts dans le monde, moins que la grippe asiatique de 2007, a reussi par le biais de politicards assistés des Dr.Knock,Mabuse,Mengele et autre Dr.Folamour à séquestrer plus de 3 milliards de bovins et d’ovins bien sages, apeurés, stressés,paniqués !! Tout est prét pour l’instauration d’un régime orwellien liberticide et répressif.
    A la prochaine grippette rebelote.Tous à la niche avec laisse autour du coup.
    Et les chiens enragés seront abattus sans état d’ame par des criminels qui n’en ont rien à cirer de la santé des gens puisque nos ainés sont achevés à l’hopital façon Soleil Vert selon le songe du dément attali (attila) .

    • Erratum. La grippe asiatique ne date pas de 2007, mais de 1957. Je n’étais pas tout a fait réveillé ..

      • Et celle de  » Hong Kong  » de 1968 – un million de morts.
        L’ espagnole de 1918, ce fut d’abord 20, puis 50 et revisitée maintenant à 100 millions de morts.

      • Ah les nostalgique d’Adolph! c’est bien commode d’inciter les gens à rébellion à part de sa gentilhommière,habillé en pyjama et portant des charentaises !

        • Il en fallait bien un ou une pour relever ce genre de réflexion inappropiée.

          • Oui, relever, pimenter (ici : une réflexion inappropriée).

            Ah ! Les satifaits de la déclaration des droits de l’homme de cette grande année 1948 !

  9. les nazis brulaient les livres, les macronistes nous interdisent d’en acheter; même sur l’internet grace aux syndicats qui ont d’ailleurs fait voter pour lui

    • « les nazis brulaient les livres » pas plus que les autres, historiquement parlant…

        • Phosphore blanc, napalm : apparemment ils n’étaient pas les seuls !

          Le pire est que c’est ce que vous-même avez dit plus haut : les crimes des uns n’empêchent pas ceux des autres.

  10. C’est vrai, Hitler n’a jamais confiné que quelques juifs, handicapés, slaves, résistants, communistes, homosexuels et je dois en oublier, et il n’a fait que faire la guerre au monde entier…

    Déjà qu’il n’y avait pas beaucoup de points communs entre Hitler et Mussolini, il faudrait peut-être comparer ce qui est comparable !

    Dommage d’avoir été chercher ces deux-là à l’appui de votre démonstration, parce que le reste de votre article n’est pas mal.

    Ah, un point de comparaison pertinent tout de même, la délation. Il paraît que pendant la guerre, la police recevait tellement de lettres de dénonciation qu’elle n’arrivait même plus à les lire !

    • Veuillez m’excuser si le commentaire apparaît en double, j’ai quelques problèmes avec mon navigateur.

    • Les dénonciations n’ont pas dû cesser avec le départ des Allemands à en juger par le bilan de l’épuration…

      Si les Allemands avaient eu l’informatique moderne ils auraient fait un réseau de délation comme on n’en avait encore jamais vu… à cette époque-là.

    • Déjà, rien que mettre Hitler et Mussolini dans le même sac, c’est un non-sens historique.

      Pour le titre et la phrase dans l’article, sans commentaires…

      • Vous vouliez écrire : « cent commentaires ».

        Et j’essaie de rivaliser avec vous, mais sans faire de hors sujet.

          • Loin des cent, et loin du hors sujet, merci.

            Je trouve le titre de l’article fort bien choisi, compte tenu de l’idéologie du destinataire, dont vous partagez les préjugés hélas.

            Distinguer Hitler de Mussolini me paraît sensé, mais du point de vue de l’idéologie dominante, celle du destinataire, la vôtre au moins en partie, les lier est pertinent.

  11. Mes parents (jeunes a l’époque) ont connu la drole de guerre ,avec des blum pacifistes et autres médiateurs face a un dodof qui rongeait son frein de pouvoir etre le maitre de l’europe ….le résultat ne s’est pas attendre . Une armée superbement équipée et droguée a la pervitine pour foncer tete baissée sur la frontiere écrasa notre armée sous équipée depuis que blum avait sabré les crédits qui lui étaient alloués . Nous vivons une époque qui y ressemble avec une armée ennemie a l’intérieur qui s’arme pendant que nous la nourrissons . Les médias sont tout aussi menteurs et propagandistes que l’étaient ceux de 39
    https://clio-cr.clionautes.org/lextase-totale-le-iiie-reich-les-allemands-et-la-drogue.html

    • C’est Pétain qui avait sabré les crédits. Blum s’est au contraire efforcé d’accroître les budgets militaires.

      • Les crédits étaient immenses ; et Pétain n’était pas au pouvoir, n’étant alors ni président ni ministre, au contraire de Blum. Ce fut l’utilisation des fonds qui fut aberrante. Elle est due au pouvoir politique qui, en plus, préféra l’incompétent républicain Gamelin au soupçonné nationaliste Weygand.

        Brillant résultat.

          • Et Blum, président du Conseil, excusez du peu.

            Et Pétain n’avait été ministre de la guerre que de février à novembre 1934, alors que le réarmement allemand était dérisoire ; il n’occupa aucunement ce poste dans les années (36/39) où l’Allemagne se réarma sérieusement, donc quand on aurait pu faire les reproches qu’injustement vous faisiez peser sur lui.

  12. « Ni Mussolini ni Hitler n’auraient emprisonné ainsi leur population ! »
    C’est du jamais vu dans toute l’histoire sur toutes les dictatures qui ont existé. Celle des mondialistes est à un niveau jamais atteint car n’oublions pas qu’on en est qu’au début ! Aujourd’hui, les mondialistes dirigent beaucoup de pays, disposent de tous les moyens modernes, technologiques, et détiennent tous les médias de masse pour propager leur propagande/lavage de cerveau très massivement.
    Les dictatures, on sait quand ça commence (du moins pour ceux qui ont les yeux ouverts) mais on ne sait pas quand ça finit !

    • En effet, il est bien de rappeler que nous n’en sommes qu’au début de leur malfaisance.

      • Tout à fait. Car un bilan d’une dictature, ça se fait quand elle est tombée, pas au tout début, ou alors pas aussi quand elle n’est jamais tombée (car la propagande est là pour réécrire l’histoire, pour laver le cerveau des masses).

  13. Je ne savais pas que l’hyperbole faisait partie des principes de la philosophie. J’aurai même plutôt pensé l’inverse. Prof de philo? Et bien je plains les élèves…
    Niveau argumentation, se taper un point Godwin des le titre, c’est pas mal non plus pour un gars qui anime un site « argumenter.com »
    Et puis c’est vrai, Hitler a emprisonné, pardon, exterminé les juifs, les homos, les tziganes, les francs maçons, mais ouf, il n’aurait jamais osé emprisonner sont peuple. Me voilà rassuré sur ce personnage dont on dit trop de mal à tort apparemment…

    • Le choix du titre est un privilège que s’arroge l’éditeur d’un texte. J’avais proposé « Conflit de valeurs ». ils ont préféré retenir un morceau de phrase accrocheur plutôt que le sens général du texte qui oppose les valeurs de la sécurité et de la liberté.
      Je regrette également que l’équipe de RL ait placé mon article dans la rubrique « Histoire ». J’aurais mieux apprécié de figurer sous la rubrique « Point de vue ».
      Cela étant précisé, je vous remercie de votre intérêt j’espère que vous vérifierez sur « Argumenter.com » quel abominable professeur de philosophie je suis.

      • Le débat philosophique liberté/sécurité est interessant, mais je n’ai pas trouvé de reelles pistes dans votre article à part Sponville. Reste que d’une part, vous avez bien ecrit la phrase du titre dans votre article, ce qui vous discrédite totalement à mes yeux, d’autre part beaucoup sur RL demande le retour de « l’homme fort » voir des militaires ce qui correspond au vrai critère d’une dictature. Schyzophrenie quand tu nous tiens. Je suis déjà allé voir votre site, mais je n’ai point trouvé d’article sur Spinoza qui reste ma réference en terme de philosophie. Je vous remercie néanmoins pour votre courtoise réponse.

        • « beaucoup sur RL demande le retour de « l’homme fort » voir des militaires ce qui correspond au vrai critère d’une dictature. Schyzophrenie quand tu nous tiens. »
          Pas moi. Par ailleurs, il ne faut pas se baser sur les dictatures du passé pour faire la comparaison sur celles d’aujourd’hui car vous ne prenez pas en compte le fait que si un dictateur dans le passé avait eu les mêmes moyens modernes, technologiques, il aurait moins eu besoin de militaires et aurait utilisé les mêmes moyens technologiques d’aujourd’hui pour contrôler le peuple.
          La dictature que nous voyons aujourd’hui est une dictature « moderne », avec tous les moyens modernes d’aujourd’hui mais qui reprend de nombreux codes des anciennes dictatures car elles ont utilisé la propagande massive pour contrôler facilement le peuple.

        • Enfin plus précisément que « dictature moderne », je dirais plutôt dictature d’aujourd’hui, avec tous les moyens technologiques pour contrôler le peuple qu’auraient pu rêver les dictateurs dans le passé mais possibles qu’aujourd’hui.
          Pourquoi avoir tant de mal d’admettre qu’on est en dictature ? Parce que ça fait des lustres qu’on dit que la France est un pays démocratique ? C’est fini. On est passé à une dictature pure et dure. J’ai remarqué que beaucoup ont encore beaucoup de mal à l’admettre.

        • De plus, n’oublions pas que le gouvernement ne manque pas d’utiliser un vocabulaire « militaire » (le mot « guerre », Macron n’a pas arrêté de le prononcer), il fait des opérations médiatiques en faisant venir des militaires pour monter un hôpital de campagne à Mulhouse alors que juste à côté, il y a toutes les places qu’il faut dans les cliniques privées. Il achète des drones pour surveiller la population etc… C’est juste que dans une dictature d’aujourd’hui, il y a moins besoin de militaires, d’effectif, que dans les dictatures dans le passé. Il y a d’autres moyens pour contrôler la population.

      • C’est vrai, la rédaction de RL aime les titres chocs. C’est l’une des raisons qui ont fait que j’ai cessé d’y écrire des articles. Mais comme le dit Gabriel, vous avez tout de même placé la phrase dans l’article, et je trouve qu’il y a de plus en plus de nostalgiques de cet homme fort sur RL (et pas que sur RL d’ailleurs, même sur des media beaucoup plus grand public). Je ne sais pas si c’est l’anonymat que procure internet, mais c’est assez effrayant.

        Et aussi, ceux qui étalent leur admiration des aryens, alors que les seuls vrais descendants des aryens en France sont les tziganes, que bizarrement ils n’ont pas l’air de beaucoup aimer.

        • Les mondialistes immigrationnistes, pour manipuler les masses ont fait passer Hitler pour l’horreur absolu, comme s’il ne les avait pas quelque part aidés à faire avancer leur idéologie quand il fut au pouvoir, puis ensuite aussi car il se sont servis de tout ce qu’il a fait, tout en réécrivant l’histoire pour effacer leur complicité avec lui, et comme s’il n’y avait que lui qui fut un dictateur à travers l’histoire et qui fit des massacres.

          Car ce qu’on sait moins :
          « Un accord douteux entre le mouvement sioniste et l’Allemagne nazie » https://blogs.mediapart.fr/le-cri-des-peuples/blog/160519/un-accord-douteux-entre-le-mouvement-sioniste-et-l-allemagne-nazie

          https://www.alterinfo.net/Le-sionisme-et-le-regime-nazi-un-texte-important-de-Klaus-Polkehn-enfin-disponible-en-francais_a86179.html

          • Ce n’est pas en prenant les à-côtés peu glorieux du mouvement sioniste qu’on effacera les horreurs du nazisme.

            Pour prendre un autre exemple, le soutien de l’URSS à Israël dans ses débuts n’effacera pas les crimes de Staline. Enfin il me semble, non ?

        • Tout tourne en réalité autour des mêmes idéologies/religions qui ont été en connivence les unes avec les autres. Quant à la France, elle a été tellement infiltrée par les étrangers, avec des politiciens français totalement corrompus, des marionnettes dirigées par d’autres, que le résultat est celui que nous connaissons : un pays ruiné, au bord du gouffre, avec le grand remplacement du fait qu’ils méprisent notre peuple, ont voulu détruire notre peuple, et qui est devenu une dictature, tout ça, par le fait de dirigeants politiques mondialistes.

        • Et pour couronner le tout, les mêmes manipulateurs ont accusé/culpabilisé depuis des décennies les Français pour leur faire accepter l’immigration de masse, leur grand remplacement…

          C’était juste pour expliquer ce que j’ai appris sur Hitler, sur le mondialisme, sur l’idéologie des mondialistes qui regroupent parfois plusieurs religions/idéologies mais qui se regroupent pour un même but.

        • Les politiciens français sont bien entendu totalement endoctrinés par cette idéologie.
          Macron est un ancien young leader notamment, tout comme Edouard Philippe, entre autre. Ce sont des « créations » mondialistes, « élevés au biberon » par eux, à la botte des mondialistes, d’autres pays, et qui ont été placés pour ça donc ils travaillent pour eux, d’où qu’ils ont détruit et détruisent la France. Il ne faut pas s’étonner ce qu’ils ont fait et font de la France.

        • Non ; par contre les seuls vrais descendants des Hébreux sont les Palestiniens, que bizarrement vous ne semblez guère aimer.

            • Quand on considère, même implicitement, que des horreurs sont au-dessus des autres, on minore toutes les autres ; mais il est vrai que sur ce dernier point ce n’est pas net, vous dites que pour vous les horreurs des uns n’empêchent pas celles des autres, toutefois vous vous indignez au seul nom d’Adolf Hitler comme si vous tiriez la conclusion inverse, alors je crois que le problème est peut-être que vous récitez inconsciemment des extraits de l’idéologie ambiante.

              • Il convient aussi de préciser (et ici ce n’est pas à Spipou que je réponds) que l’accord entre Hitler et le sionisme fut un épisode bref aux motivations purement tactiques : Hitler fut toujours fondamentalement antisioniste. Et au moment de choisir les mondialistes s’allièrent à tout contre Hitler, car pour eux le nationalisme est par essence le Mal inégalable.

                • Nombre des commentaires peuvent se résumer à une plainte de quelques mots : Hitler est pire que tout !

                  On peut juger qu’un régime est bon ou mauvais mais à moins d’être manichéen aucun régime ne saurait être le comble du mal en toute chose. Pour tous ceux qui se croient obligés de dire « les juifs ! les ceci ! les cela ! et les autres ! » c’est en réalité l’indignation que partagent nos dirigeants qui se manifeste : il y a un mal absolu, le nationalisme, qui est Hitler. Au massacres d’Adolf on opposera en vain les massacres des autres car c’est un conditionnement et non un raisonnement qui s’exprime.

                  Le nationalisme est diabolisé car Hitler est le diable dans notre monde sataniste.

                  Pourtant tous admettent implicitement que même lui n’aurait pas pris ces mesures restrictives-là.

    • « … les francs-maçons … »
      En France à peu près la même mortalité en 39/45 que la population générale, donc comme pour les Mohicans je crois qu’accuser Adilf ici c’est discutable.

  14. Adolf mon amour , il ne manque plus qu’un type comme vous pour foutre de l’ordre dans les banlieues pour exterminer les racailles car il existe une ultime solution pour régler le problème ce n’est pas incitation allah !! la haine….. mais de bon sens .

  15. En vérité, ils nous manquent déjà au vue de la dictature démocratique qui nous détruit sadiquement ! Même les boches savaient se tenir en France! Les Bretonnes allaient voir les « beaux gosses  » soldats Allemands qui se baignaient nus dans les rivières! Ça change du nègre abrutis au yeux rouge armé d’un QI de 70 ou du maghrébin énervé armé d’un couteau et consanguin au QI de 85!!!!

    • « Même les boches savaient se tenir en France! »

      Ce commentaire-là, je vais le garder pour mon florilège.

      • oui les habitants d’Oradour sur Glane se rapellent encore du savoir vivre de l’occupant allemand. Une leçon de savoir vivre.

        • Oui, hélas c est aussi vrai…, désolé vous avez aussi raison .,l humanité est à changer complètement ou alors qu’ elle disparaisse …salut.Gauthier.

        • Certains villages d Indochine et du Palatinat se rappellent encore du savoir vivre de l’occupant…qui n’était pas Allemand…zut alors…

          • Je ne cherche pas à faire un hit parade de l’horreur. Evidement vous cherchez à excuser les atrocités des uns par les atrocités des autres. Ce n’est pas mon cas. Je réponds juste à « les allemands en France savaient se tenir ». Et c’est des soit disant « patriotes » qui osent écrire ca…

      • J ai souvent entendu à Marseille une telle phrase…au sujet de la racaille… » » les Allemands faisaient moindre pendant la guerre et on ne leur pardonnait pas… » ….!!!! Gauthier Marseille

      • Vous préférez peut-être « Tsahal sait se tenir en Palestine ».

        Combien de Français massacrés ou fusillés par les Allemands ? Combien de Français massacrés par les Alliés ?

        • Qu’est-ce que le conflit israélo-palestinien vient faire là-dedans ?

          Cette discussion est déjà assez embrouillée comme ça entre Hitler, Mussolini, Staline, Blum, Gamelin, Weygand et Pétain !

          Bientôt, on va y convoquer Tamerlan et Netanyaou, histoire de faire nombre. Et puis Cortes et Moctezuma, Custer, Sitting Bull, Quanah Parker, Kit Carson, les jésuites du Paraguay et la Couronne Espagnole, les Tehuelches et l’armée argentine, Antoine de Tounens, et puis Jules César, Vercingétorix et Boudicca, pourquoi n’auraient-ils pas voix au chapitre, eux aussi ?

          • J’évoque ce que vous appelez « conflit israélo-palestinien » pour souligner la partialité de vos indignations, qui ne se manifestent que que quand est écrit « Hitler » ; pourquoi pas en effet tous les autres : Tamerlan, Nethanyahou… ? N’avez-vous jamais lu ni entendu de témoignages de cette sorte sur les Allemands ? J’ai entendu des gens qui ont vécu cette époque tenir des propos comparables avec des mots différents, et je n’étais pas là pour voir des mes yeux, alors au nom de quoi protesterais-je ?

Les commentaires sont fermés.