1

Nice : Le message de Manuel Valls auquel vous avez échappé…

GuignolVallsimmigrationMes chers concitoyens, chers amis, chers compatriotes,

C’est en mon nom et en celui de notre très cher président, de ses très chères maîtresses et de son très cher coiffeur qu’en ce jour, je m’adresse solennellement à vous :

Nous avons appris par hasard qu’un incident regrettable avait eu lieu, au soir du 14 Juillet à Nice, sur la promenade des Anglais, ces gros cons qui viennent de sortir de l’Union Européenne.

En effet, sur le parcours dédié aux piétons comme il est de tradition lors de la célébration de la fête nationale, s’est introduit par erreur un véhicule utilitaire, conduit par un chauffard probablement éméché. Certaines sources autorisées nous portent à croire que quelques touristes et autres badauds auraient eu à se plaindre de contusions suite à l’intrusion inopinée de ce véhicule, et de la bousculade qui s’en est suivie.

Nous allons derechef envisager un renforcement des mesures anti-éthyliques au volant et, bien sur, nous souhaitons prompt rétablissement aux morts et affirmons notre soutien à leur famille.

Ceci étant, cette anecdote vient à point nommé pour souligner le travail formidable que nous effectuons avec le ministère de l’Intérieur.

En effet, et nous le savons tous, notre ennemi premier reste, indéfectiblement, l’Extrême-droite.

Chers amis, ne vous laissez pas emporter par l’émotion, et restez lucides.

Jusqu’à ce jour, vous pouvez le constater, nous avons pu déjouer TOUTES les tentatives d’attentats fomentées par l’hydre brune. Notre niveau de vigilance extrême rejoint la sagacité et la compétence de nos divers services agissant en parfaite symbiose : Raid, GIGN, police municipale, URSAFF et Amicale des Boulistes des Caillols (13).

Nous avons également démantelé tous les réseaux complotistes criminels mis sur pied par les sectes bouddhistes, shintoïstes, adventistes de la 35ème heure et témoins de Jehovah dissidents.

Comme disait Platon, le philosophe grec : « le Pirée à venir », mais, unis, nous saurons faire face.

Bande de cons… Comment ça, « le micro il est pas fermé » ?

Jacques Vinent