Nicolas Hulot enfin libre !

 

Ce matin, nous apprenons avec joie que la marionnette Nicolas Hulot venait de rompre tous ses fils, se libérant ainsi des mains de Macron. Il était temps que l’écologiste, qui était devenu le pantin du gouvernement Philippe, se fasse la malle. Il s’est détaché du climat nauséabond qui régnait depuis pas mal de temps dans l’écurie d’Augias où les excréments des ministres et des secrétaires d’État s’accumulaient.

Difficile pour Hulot, qui aimait s’ébattre dans la nature, la défendant tant bien que mal, prenant des coups de pied dans sa dignité et dans son indépendance, de rester planqué et humilié dans ce vaste cirque macroniste.

C’était pourtant, aux yeux du président et du Premier ministre, une sacrée proie qu’ils avaient ramassée dans leurs fourbes filets. Pour eux, ce symbole étayait leurs causes écologistes, donnant un écho de prestige à leur politique qui était loin de s’intéresser aux problèmes de l’environnement.

En réalité, la tendance ultra-capitaliste de Macron Premier, le roi de la parodie, a toujours été d’accroître la production industrielle de la France pour tenter de rattraper le retard accumulé depuis des décennies par les gouvernements précédents, à commencer par celui de De Gaulle (voir « quand le Made in France devient le Mad in France »).

Or, la silhouette déhanchée de Hulot apportait une caution, presque un symbole, dans la vitrine du cabinet Macron. La participation de Hulot au Conseil des ministres, ses sorties remarquées de l’Élysée aidaient à dissiper l’idée de discrimination des écologistes.

Le même phénomène se déroula aux États-Unis dans les années 70/80 et était connu sous le nom de « tokenism ». Afin de détourner les accusations de discrimination contre les «  Blacks » et de donner l’apparence d’égalité sociale et raciale, les entreprises, les magasins employaient un « Token », un Noir qu’ils exposaient à tout bout de champ pour montrer leur générosité et leurs principes moraux. Je me souviens que, dans le grand magasin Macy’s, on voyait un Noir déambuler, habillé d’un costume flambant neuf, genre habit de clown, dans les allées pour accueillir les clients.

Macron a utilisé la même formule pour appâter les écolos et leur faire croire que l’environnement était sa préoccupation principale, alors qu’il renforçait tous les mécanismes de production forcenée par des ristournes sur les taxes et impôts des entreprises et des millionnaires. Il ne s’en cachait pas et, lors de sa campagne et au début de son mandat, il ne se voulait pas aussi direct ou cruel mais il insistait pour remettre la France sur les rails de la rentabilité et de la productivité. « Let’s make France great again » était l’écho même du slogan de Trump qui commençait à piétiner les plates-bandes des Verts. Macron usait de manières plus feutrées, presqu’aussi efficaces que Trump, rien qu’en sa cachant derrière le fantôme vide de bon sens de Hulot.

Il a fallu du temps à ce burlesque pour se rendre compte que Macron Premier le manipulait comme un premier communiant et lui faisait avaler des couleuvres de plus en plus grosses. Tout à coup, devant les  yeux de Nicolas Hulot, le brouillard politique se dissipa. C’en était fini du charisme de ce jeune premier ambitieux qui savait si bien rouler les Français dans la farine et les enculer debout. Son expérience en tant que jeunot qui emballe sa prof et ses réussites académiques ancrèrent dans son esprit que rien ni personne ne pouvait lui résister. Il avait les mots comme un Raminagrobis politique et, par son efficacité, retournait la veste de ceux qui l’offensaient pour conserver aussi longtemps que possible le symbole de l’écologie.

Tout, ce matin, a éclaté à la gueule de Macron et j’espère que ce n’est que le début d’un désastre à venir aux prochaines élections européennes.

Un grand bravo à Hulot, qui en a bavé des mois et des mois, récompensé par un mode de vie de ministre : grosses voitures, avions du GLAM, gestes affectueux du Prince. Mais, heureusement, tout a une fin et elle a explosé par une simple déclaration : «  J’en ai plein le cul de Macron ». Le conte va tourner au cauchemar pour Philippe et Cie.

 

André Girod

image_pdfimage_print

15 Commentaires

    • 3 ou 4 Gigamorts (c’est ainsi que parlent les militaires dont j’étais lorsqu’ils parlent d’attaque nucléaire massive), ça fera le plus grand bien à « la planète »

  1. L’écologie, c’est un peu comme les éoliennes, ça suit le vent quand il tourne…

  2. Oui et nous aussi. On a payé pour entendre geindre un individu juste capable de « nous faire part de ses états d’âme ». Quand à Nyssen, c’est le choix de Brigitte Macron !!
    Il lui fallait caser une copine pour qu’elle lui témoigne sa reconnaissance !

  3. L' »explosion prévue de Macron est qu’il a vraiment cru que son élection était due à ses seuls talents, gonflé comme la grenouille du boeuf, au point des nommer lui-même Jupiter. Comme modestie, il est possible de trouver facilement un autre modèle. Il va maintenant apprendre ce qu’il vaut vraiment c’est-à-dire pas tripette. Son réveil sera dur et la sanction brutale. Pourvu que Brigitte comme dit l’autre ne parte pas avec la vaisselle

    • Sylvestre, Macron a un égo surdimensionné. En fait il a été propulsé sans relâche sur le devant de la scène par tous les médias, et ça a marché.

  4. Hulot a été placé là comme écran, il a mis du temps à s’en rendre compte.
    Les écolos comme Duflot desservent l’écologie. Ce sont souvent des mondialistes qui soutiennent l’immigration massive. Mais comment produire bio ET en même temps grignoter constamment sur nos terres arables pour loger les derniers arrivants? Hulot avait tout de même écrit que la France avait des ressources naturelles pour 45 (à vérifier) millions d’habitants. Il ne peut pas décemment soutenir Macron!!!

    • Allons, allons, ne parlez pas sans savoir ! Hulot est le milliardaire qui possède les produits Ushuais, les éoliennes qui défigurent les paysages et sont anti écologiques (socles de 40 tonnes de béton ), qui roule en 4×4 et en hélico ( très polluant), etc… Ne vous laissez pas impressionner par l’image qu’il sait vous montrer. Bien sûr qu’il faut protéger la nature, mais il ne faut pas se laisser illusionner par de fausses images

  5. Entré côté COUR, sur la scène médiatique, il sort côté JARDIN ! Enfin ! Il aime tant !
    L’Ecolo, Eolien; dispersait à tous vents…
    Bon Vent !

  6. Je constate que personne ne critique MONSANTO qui nous empoisonne tous à petit feu. Comme c’est facile de critiquer ceux qui cherchent à lutter contre ces puissances qui tiennent le monde ! En ridiculisant N. Hulot vous vous faites complices de ces monstres qui s’enrichissent en nous rendant malades !

    • Il y a une différence entre critiquer Monsanto et Hulot: Monsanto est une industrie criminelle mais qui a réussi depuis la fin de la guerre à nourrir à travers le monde des millions d’indigents et de pauvres. Hulot s’est créé une fortune sur la misère et la naïveté des gens qui aimaient ses émissions. De plus Hulot d’après des calculs produit en une année avec ses déplacements sa façon de vivre à l’européenne plus de CO2 que 20 000 paysans du Bangladesh et il leur demanderait de faire un effort

Les commentaires sont fermés.