Noël : les hommes ouvraient les huîtres et les bouteilles, les femmes faisaient la cuisine…

Publié le 24 décembre 2017 - par - 37 commentaires - 2 927 vues
Share

C’était une époque où Najat Vallaud-Belkacem et ses complices n’avaient pas encore formaté nos enfants à la théorie du genre. Le bleu était plutôt la couleur des garçons, et le rose la couleur des filles. Cela n’empêchait pas ma sœur d’être une remarquable joueuse de football à Saint-Germain (qui n’était pas encore devenu le PSG), ni mon frère de s’essayer un temps au canevas, avant de devenir un bricoleur hors pair.

Dans ces années 1980, nous n’avions plus vingt ans, mais pas encore trente, et notre génération faisait la jonction entre celle de nos parents et de nos jeunes enfants. A l’époque, Noël nourrissait des sentiments contradictoires chez moi. J’étais dans le rejet des traditions chrétiennes, et j’en étais même à me demander si c’était bien de mentir aux enfants avec cette histoire du Père Noël, c’est dire l’ampleur des remises en questions, voire de la déconstruction, qui sévissait à l’époque. Mais j’avoue que je n’étais pas mécontent que tous les ans, ma femme achète le sapin, le décore, et qu’il y ait le repas familial du 25 décembre.

L’organisation était parfaite. Les trois enfants que nous étions se retrouvaient le midi de Noël, chez mes parents, en compagnie de nos jeunes héritiers et des grands-parents. Quatre générations. Et jamais personne n’a manqué à l’appel, chaque année.

Bien évidemment, nos enfants se précipitaient au pied du sapin pour regarder ce que le Père Noël leur avait apporté. Et tout le monde était ému de la joie que ces cadeaux, souvent modestes, leur procurait.

Généralement, les menus étaient assez classiques, mais on mettait tout de même les petits plats dans les grands. Il y avait bien sûr le rituel de l’apéritif, les huîtres, les coquilles Saint-Jacques, une pintade avec des légumes, une salade, un superbe plateau de fromages et une bûche glacée. Bien sûr, les vins qui étaient sur la table étaient à la hauteur de l’événement. Parfois, on faisait le trou normand, ce qui n’empêchait pas de savourer les digestifs maison, certains servis dans des bouteilles musicales, avec à l’intérieur des danseurs de tango . En général, cela se terminait par la partie de belote traditionnelle, et on restait parfois le soir à finir les restes.

Mais c’était l’organisation de cette journée qui était touchante. Mon père, qui travaillait dur (chauffeur de car pour une entreprise transportant au travail les ouvriers des usines automobiles, qui faisaient les 3 X 8), avait plusieurs missions : celle d’ouvrir les huîtres dans la matinée, et de s’occuper de l’apéritif, des vins et des digestifs. Et bien sûr de gérer l’arrivée des uns et des autres.

Il comptait sur ses deux fils, pour l’aider à ouvrir les huitres. Nous devions donc passer à la maison vers 11 heures du matin. En général, il y avait environ 200 huîtres à ouvrir, et cela se faisait entre hommes, à la cave. A trois, il fallait environ une demi-heure. Mon père avait toujours préparé une petite bouteille de vin blanc, et trois verres. Et bien sûr, il fallait des pauses syndicales, pour récupérer de l’effort et s’hydrater comme il faut…

Et puis nous repartions chez nous chercher femmes et enfants, et revenions une heure plus tard. Ma mère mettait un point d’honneur à régenter la cuisine, où elle était la patronne incontestée. C’est elle qui appelait de temps en temps mon père pour un conseil, ou une autre femme pour une assistance. Elle avait déjà préparé la table depuis la veille au soir, cela la rassurait, c’était cela de fait.

Les discussions à table étaient parfois fort vives. Naturellement, les consignes au début du repas étaient claires : on ne devait pas parler politique avec le grand-père, qui avait tendance à s’emporter assez rapidement, après quelques bons verres de vin. Et bien sûr, à chaque fois, on en parlait. Cela s’engueulait gentiment, et finissait toujours bien.

A l’époque, il n’y avait pas les inquisiteurs de la Sécurité routière pour nous culpabiliser de boire quelques verres le jour de Noël, et cela n’a jamais empêché personne de ramener la voiture et la famille à la maison, en étant prudents. Il est vrai que nous habitions près les uns des autres.

Cela a duré des années. Et puis mon père est mort, et ma mère a voulu continuer à maintenir la tradition, jusqu’à ce que cela devienne trop dur pour elle.

Nous avons alors pris le relais, des années durant. Et pour la première fois, l’an passé, ma fille a tenu à organiser cela chez elle. Je me suis donc dit que le flambeau avait été transmis…

Je m’interroge malgré tout sur un fait. Les choses ont bien changé, depuis l’époque des Noël chez mes parents. Les femmes travaillent pour la plupart d’entre elles, et leurs époux sont à présents admis, voire sollicités, à la cuisine, et pour faire les courses. Mais, à l’époque de la théorie du genre triomphante, ce sont toujours les seuls hommes qui ouvrent les huîtres et les bouteilles…

Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
sophie45

Le christianisme actif est le ciment de notre nation .Le principal est occulté !lorsqu’on se met a parler de Noel la plupart des gens deviennent lyriques lorsqu’il s’agit en tout et pour tout de décrire avec en accessoire une larme au coin de l’œil l’orgie habituelle de nourriture bien souvent gaspillée d’ailleurs . Et que devient la célébration de la naissance de l’enfant Jésus dans tout ça !? c’est bien le problème , mêmes les français qui disent tenir a leurs traditions ne font rien , pas même évoquer la raison de cette fête pour la faire vivre et durer… lire la suite

victoire de Tourtour

C’est une tradition: les hommes s’occupent des bouteilles.Mais aussi, c’est à eux qu’est dévolu , en principe, l’art et la manière de découper les viandes.
Chez moi, en Provence, on faisait maigre avant, puis on allait à la messe – et les messes de minuit, en Provence, c’était magnifique: les Arlésiennes, les bergers, un « carretoun » tiré par un mouton, et des agneaux dans le « carretoun »,les chants en provençal. Au retour, comme l’enfant était né, et donc on se réjouissait en mangeant « gras » :c’était le « gros soupa ».

Emmanuel Albach

Très touchants souvenirs, Pierre! J’aime particulièrement l’affaire de l’ouverture des huîtres! C’était le moment où je commençais à proclamer que Giscard avait lancé l’invasion migratoire de la France, avec son « regroupement familial ». Mon beau-frère haussait les épaules et ricanait de mes « obsessions paranoïaques » .Je m’en souviens comme si c’était hier…
Joyeux Noël et Bonne Année, Pierre. Je salue ton courage de grand résistant.

LE GAULOIS

C’EST PAS GISCARD c’est SIMONE VEIL !!! Giscard etait un épouvantail toute le monde le sait

sophie45

et avant giscard il y avait PONPONPIDOU le banquier et CHARLOT le general micro

LE GAULOIS

LE PERE NOEL JUIF, LE NETTOYEUR DE LA KOMMANDANTURE ISRAÉLIENNE ET DE LA CENSURE EST PASSE CE SOIR …. IL A RAMENÉ PLEIN DE CADEAUX A SES COLLABOS CHÉRIS DE RL ???

Alexandre

Cher Pierre,

Bravo pour tout ce que tu as fait cette année! Merci! Joyeux Noël, Alexandre Friederich.

patito

pour faire plaisir à la chiante ( vous savez qui ) j’ai bien tenté de faire ouvrir les huitres par ma femme mais le budget médical surpasse le prix des gilardeau ; il a fallu renoncer

Joël(1)

Bonsoir Pierre et joyeux Noël. Comme à la maison et à Noël nous avions avec ravissement outre le Poulet de grain les oranges incontournables et le pistolet à flèches et les filles les poupées! Aujourd’hui, je suis très triste pour nos enfants pour qui moi aussi j’ai tant lutté et ai été trahis sans cesse! Ma fille quant à elle, a repris le flambeau en faisant chaque fois le signe de croix « politique » sur le pain d’un kilo à ma grande satisfaction de droite pur et dur! Gardons l’espoir de voir enfin « hélas » la guerre ouvertement déclaré dans notre Pays… lire la suite

smart38

Magnifique ! rien à rajouter … tellement vrai… Malheureusement, tout a bien changé maintenant !

Bruno Jarczyk

Bof… Moi j’adore ouvrir les huîtres… Elles me font voyager et puis ma Moumoune s’y met, elle aussi, je suis aussi du service en cuisine et elle de la décoration pour créer la magie de Noël ! Tout se fait à deux ! Au diable, la nostalgie ! Et vive Noël ! Que diable !

sophie45

les huitres c’est de la morve enfin tous les gouts sont dans la nature

wika

« l’ampleur des remises en questions, voire de la déconstruction, qui sévissait à l’époque »
Oui, comme vous Pierre, j’ai subi cette déconstruction à cette époque, sans même m’en rendre compte. J’ai pris mes distances avec la religion en croyant affirmer ma liberté de penser alors que j’étais en fait influencée sans m’en rendre compte.
Maintenant, je reviens vers le catholicisme, mais je mesure les dégâts de la propagande anti-religion qui sévit depuis des décennies, vide nos églises et fait la part belle à la religion d’amour et de paix

sophie45

religion d’amour et de paix ? vous avez oublié les guillemets les neuneu et les meumeu égarés sur ces pages libres vont vous croire litteralement on est mals !

wika

Plus besoin de guillemets Sophie, tout le monde comprend maintenant ce que veut dire cette expression, du moins sur ce site

trafapa

Z’avez décidé de nous mouiller les yeux , Mr. Cassen ? Bonnes Fêtes à tous !

Nemesis

Merci pour votre témoignage Monsieur Pierre Cassen. Joyeuses fêtes à vous et à tous les contributeurs et informateurs de RL et RR.

Nemesis

Non de nombreux « gaulois » ne sont pas anti-judaïques. Qu’est-ce qui vous prend ? ! Mais certains ont rejoint ouvertement le camp des pro-musulmans envahisseurs, destructeurs, assassins et qui commettent des crimes racistes et anti juifs. Ca ne passe pas … C’est à eux qu’il faut vous en prendre.

Bertrand

Il est assez évident que tout le monde se retrouve un peu dans ce récit. Force est de reconnaitre que les gens étaient bien plus heureux à cette époque que maintenant. Je pense en particulier aux femmes, qui en ce temps là étaient bien plus heureuses et épanouies qu’aujourd’hui contrairement à ce que l’on croit. De ces repas de Noël passés, je n’oublierai jamais les nombreux fous rires de mes deux grands mères qui faisaient trembler toute la pièce. Une chose que l’on ne verrait plus de nos jours où il est quasi impossible de voir une femme qui ne… lire la suite

Marie35

Un très joyeux Noël à vous tous. Alors mes souvenirs d’enfance et d’ado, ce sont des Noëls avec un papa en cuisine car il avait quelques spécialités où il excellait (il ne mettait jamais un orteil dans la cuisine le reste de l’année). Après la dinde tout le monde filait à la messe de minuit et on s’attaquait à la bûche en rentrant. Tout cela a bien perdu de son attrait lorsqu’ils ont instauré la messe à 21h, d’ailleurs je n’y suis jamais retournée après ça, mais quand j’entends les conneries débitées par le pape et ses curés je ne… lire la suite

reuri

Un beau moment en famille, où tout le monde participe . Les ambiances bon enfant continueront et tant pis pour les grognons.

Charles DALGER

Cher Pierre, émouvant et finalement, heureusement très commun. Quelques soient les traditions des uns et des autres, nous connaissons tous, ces réunions familiales à l’occasion de solennités. Et ça continuera encore longtemps. Car, malgré de gros dégâts, les fumisteries comme la théorie du genre, tiendront, ce qu’ont tenu les modes « hippies » d’après 1968. Il n’y a qu’à observer ce que sont devenus les plus farouches meneurs de l’époque.

C’est pour ça que le vrai combat de RL c’est contre l’hégémonisme musulman, l’invasion et surtout contre les collabos d’aujourd’hui.

Joyeux Noël

LE GAULOIS

et l’hégémonisme juif ? TU LE CACHES ALGER ?

deniaud

Cher Pierre ( et chère Christine qui n’est peut-être pas bien loin .. ? ) , On s’y croirait ! j’ai bien aimé ton chaleureux article sur tes NOEL en famille , avec tous les détails , et dans ma famille ( j’ai 69 ans maintenant ) c’était pratiquement pareil, sauf que le grand-père menuisier costaud et gaulliste ( ma grand-mère et lui avaient risqué leur vie dans la vraie Résistance ) ne la ramenait jamais avec la politique car il préférait chanter du Maurice Chevalier et autres, à notre grand plaisir. JOYEUX NOEL PIERRE ET CHRISTINE , et j’espère… lire la suite

Markorix

Et les « meilleurs » c’est toujours les jour…niqueurs des télés infocranebourrage qui clament sans rire: « les catholiques ont fêté Noël… » Et le tour est joué , ils nous ont eus, enfin c’est ce qu’ils croient… Ça veut dire selon eux que oui il y a des catholiques en France mais pas seulement… Bande de manipulateurs. Tout le monde fête Noël et l’arrivée du petit Jésus en France et dans les pays européens de tradition. Alors arrêtez vis mensonges indigestes et honteux!

Markorix

Touchant voyage dans les souvenirs esquinte’s par le genrisme mais pas seulement. J’ai envie d’ajouter que les générations du passé nous ont même supportés lorsque nous manifestions notre « aversion » pour toutes ces cérémonies, qui en fait nous donnaient plein de bonheur. Elles nous aimaient à ce point oui. Maintenant l’aversion est devenue loi (quelle connerie!) et il y a des magasins où on ne voit plus le mot Noël ni le père Noël lui-même … quand à celui de Jésus alors là il faut se cacher… À ceux qui nous ont fait ça je hurle: bande de crapules, je crois… lire la suite

Gillinoui

Bien sympas les souvenirs… ce qui m’a toujours contrarié c’est la vaisselle dévolue systématiquement aux seules femmes, ainsi que le ménage après fête.

patphil

dans la même veine, en 1980 exactement, j’achetais à mon fils de trois ans une poupée, qu’il s’est empressé de jeter dans un coin pour prendre son pied dans un carton transformé par lui en avion de goldorak

JILL

Eh oui Pierre cela rappelle le bon temps,qui heureusement n’est pas perdu pour tout le monde .
Des hommes dans la cuisine ;j’aurais voulu voir ça du temps de ma grand-mère .C’était une personne adorable,cuisinière hors pair ;mais elle était particulièrement de mauvais poil quand elle était à ses fourneaux .Ces jours là,le grand-père faisait profil bas .

myrtille

@ LE GAULOIS : Du grand n’importe quoi !!! Le gaulois, vous êtes pathétique avec votre victimisation à deux balles !!!

LE GAULOIS

@MYRTILLE : de quoi vous parlez ? quelle victimisation ? POURQUOI SUIS JE PATHETIQUE ? je ne vous ai rien dit ou Big Brother est passé par là hier soir , le GRAND NETTOYEUR des commentaires de Gaule …Ou bien j’ai oublié …Vous ets devenus ridicules à RL comme dans les tribus du désert !!!!

didile

Pauvres hommes !Les voilà obligés de se rappeler avec nostalgie ,les temps totalement révolus où les femmes leur faisaient croire qu’elles avaient besoin d’eux pour ouvrir les huîtres , les bouteilles de champagne ,changer une armoire de place .
Terminé tout ça. Désormais ,vous pouvez laisser quelques petites graines dans une banque (encore une) et disparaître de la planète ,elles ne s’en apercevront même pas.
Ah ,ah ,mes gaillards ,vous imaginiez qu’elles auraient toujours besoin de vous pour au moins faire des enfants ,eh bien non,un seul d’entre vous pour tous les continents suffira.

Zorglub

Joyeux Noel Pierre et Christine , votre histoire est presque un copié collé de la mienne et de sûrement beaucoup de Français .

Douglas Mortimer

Pierre : Joyeux Noël

Sophie Durand

@Pierre
«  » »à l’époque de la théorie du genre triomphante, ce sont toujours les seuls hommes qui ouvrent les huîtres et les bouteilles… » » »
Aaaaah non ce n’est pas exact !… Il m’est arrivé d’ouvrir des huîtres, un jour où aucun homme n’était disponible : il fallait bien les ouvrir, non ? Et je m’y suis collée. Et je les ai ouvertes. Sans problème. Pour moi c’est cela la libération de la femme : savoir ouvrir les huîtres. J’ai démythifié l’ouverture des huîtres. On (les hommes) nous en a fait toute une histoire et c’est si simple finalement.
Joyeux Noël à tous.

Georges Slowik

J’ai 66 ans et cela fait 40 ans que je cuisine pour les fetes de Noel, Nouvel an et Paques…… ah! j;oubliais je suis un zomme….. et j’ouvrais les huitres aussi.. ma future ex-femme etait au salon a papauter…..