Nommer l’ennemi et fixer le but de la guerre

Publié le 27 mars 2016 - par - 30 commentaires - 2 239 vues
Share

IslamislamismeL’islamiste Salah Abdeslam, recherché depuis les attentats du 13 novembre dernier qui se sont traduits par un véritable carnage à Paris, a été arrêté le 18 mars en Belgique, à Molenbeek. Le 22 mars, soit, à peine quatre jours après, Bruxelles est frappée en représailles. A ceux qui n’ont toujours pas compris, ou qui ne veulent toujours pas comprendre l’objectif visé et la détermination de notre ennemi, commun à l’Europe et à tous ceux qui ne sont pas musulmans, il faut préciser que d’autres pays européens sont ciblés dans une planification élaborée depuis plusieurs mois, et que la France sera à nouveau frappée bientôt, probablement en réponse à la remise de Salah Abdeslam aux autorités judiciaires françaises. Car cet ennemi qui nous combat dans cette guerre asymétrique sait manoeuvrer et riposter lorsqu’il est touché. C’est la dure réalité que nos dirigeants, par manque de lucidité et de courage, refusent de voir. Cette réalité est d’autant plus menaçante que l’invasion migratoire que subit depuis de nombreux mois l’Europe, sans que ses dirigeants soient en mesure de réagir par incompétence et manque de vision, constitue la première étape de la guerre que mène l’Islam, à présent ouvertement, contre l’Occident et en particulier contre le continent européen. Car cette invasion migratoire a été planifiée et constitue une attaque sans précédent des pays européens visant à déstructurer de l’intérieur nos sociétés, sans compter l’infiltration par milliers de djihadistes rejoignant les réseaux et filières déjà présents et prêts à combattre et à mourir en martyrs au nom d’Allah.

M. le Président, il faut nommer précisément l’ennemi, il s’appelle l’islam

Il semble cependant que cet ennemi ne soit toujours pas nommé précisément. En effet, que nous dit le Président de la République ? « Nous devons prendre conscience de l’ampleur et de la gravité de la menace terroriste… La guerre contre le terrorisme doit être menée dans toute l’Europe ». Hormis le fait qu’il énonce une évidence sur la situation et sur la nécessité de réagir – mais cela chacun est capable de l’énoncer – il ne nomme pas l’ennemi. Non, Monsieur le Président, il ne s’agit pas de terrorisme. Vous « confondez » à dessein le moyen et l’ennemi. Le terrorisme n’est que l’instrument qui sert les intérêts de l’auteur qu’il faut nommer. C’est l’Islam qui a déclaré la guerre depuis longtemps d’ailleurs à l’Occident. Ce sont des islamistes qui tuent les citoyens européens. Car l’islamisme c’est l’Islam en action. Pour le formuler autrement, l’islamisme c’est l’intégralité de l’islam. On pourrait affirmer également que l’islamisme n’existerait pas s’il l’islam n’existait pas. Et l’islam conduit naturellement à l’islamisme. Quant à son but de guerre, c’est l’imposition du califat mondial par la violence. Alors, si la guerre doit être menée dans toute l’Europe, quel est notre but de guerre ? Toute opération de guerre nécessite, en effet, de déterminer le but de guerre, c’est à dire le but à atteindre. A-t-il été fixé ? Sans quoi, nous ne sommes pas près de vivre en paix.

Monsieur le Premier ministre, un islam fort en France n’est pas la solution

L’ennemi étant donc ici nommé, on ne peut que s’étonner que le Premier ministre puisse affirmer sans gêne que « lutter contre la radicalisation, c’est promouvoir un islam fort, républicain et professionnel, organisé ». Non, Monsieur le Premier ministre, ce n’est pas en promouvant et en installant un islam fort dans notre pays que vous lutterez contre la radicalisation. C’est le contraire qu’il convient de faire. Il faut stopper l’islamisation criminelle de notre pays et des pays européens et pour inverser le cours néfaste des choses il faut, dans un premier temps, stopper l’immigration extra-européenne. Et si, selon votre campagne « les actes anti-musulmans, ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang », vous semblez ne pas vouloir admettre la réalité, à savoir que les actes musulmans ça commence par Allah Akbar et ça finit par des massacres, de la barbarie et du sang. Car la campagne indigne que vous venez de lancer « Tous unis contre la haine », au-delà d’un racisme anti-blanc scandaleux qu’elle véhicule et de l’insulte qui est faite à la nation, confirme cette volonté d’occulter la vérité. Car qui prêche la haine en France et en Europe ? La réponse cinglante vient de vous être donnée par les islamistes à Bruxelles. Quant à notre ministre de l’Intérieur, pourquoi autant d’obséquiosité à l’égard d’une « religion » qu’il qualifie de belle religion alors que le fait d’évoquer les racines chrétiennes de la France serait faire une relecture historique frelatée qui aurait rendu la France nauséeuse ? Par ailleurs, oser affirmer que l’arrestation de Salah Abdeslam a porté un coup sévère à Daesch est une farce qui doit faire rire l’État islamique. Enfin, notre ministre des finances reproche aux autorités belges leur naïveté et leur laxisme qui ont conduit au communautarisme. Mais qu’ont fait nos gouvernants depuis des années dans notre pays si ce n’est la même chose ? Des Molenbeek nous en avons une multitude sur notre propre sol, au sein des territoires perdus de la République. L’exemple de Saint-Denis, cité royale et nécropole des rois de France fille aînée de l’Église devenue cité de l’islam – conséquence de quarante ans de lâcheté – le démontre amplement.

Alors, devant l’aveuglement et le déni de réalité de nos gouvernants, il devient urgent de leur démontrer pourquoi l’islamisme est bien l’ennemi à abattre, le cancer à éradiquer, et pourquoi l’islam est incompatible avec la démocratie et constitue une menace pour les nations européennes.

Le Coran est incompatible avec nos lois

En effet, en démocratie, ce sont les hommes qui font les lois. En islam, c’est Dieu qui a fait les lois, inscrites définitivement dans le Coran, et il n’est donc pas permis aux hommes de les changer. Et ces lois interdisent la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ce qui est incompatible avec notre conception du monde. Ensuite, la femme n’est non seulement pas l’égale de l’homme mais – des « savants » et théologiens musulmans viennent de le confirmer – ne peut être considérée au mieux que comme un mammifère, au même titre qu’une chèvre ou un chameau ! Cette conception de la femme est incompatible avec nos convictions. Par ailleurs, la Charia qui représente la loi islamique et qui est donc le bras armé de l’Islam dans sa conquête du monde pour imposer le califat a été jugée incompatible avec la démocratie en 2003 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Il faut donc en tirer les conséquences. Car des millions de musulmans se réfèrent à une constitution politico-religieuse – le Coran – qui leur sert de guide suprême et qui prime sur tout autre livre, constitution, loi ou tradition. Mais alors, ce livre est-il compatible avec la Constitution française, les lois, les traditions, les valeurs, les modes de pensée et la culture qui nous imprègnent ? A l’évidence, non. En effet, une analyse précise et objective de ce livre montre, non seulement à quel point il est en opposition frontale avec les fondements-mêmes de nos démocraties européennes, mais que nombre de ses versets, en complète opposition avec notre culture, sont – il faut le dire – susceptibles d’actions pénales dans la mesure où ils constituent une évidente provocation à la haine, à la violence, à la discrimination, au racisme, au sexisme, à l’antisémitisme. La lecture attentive du Coran nous révèle donc bien son incompatibilité évidente avec la culture française et européenne. Alors, le chantage à l’islamophobie ne tient pas et doit être rejeté. Il devient urgent que nos élites politiques et notamment nos gouvernants prennent conscience de cette incompatibilité de l’islam avec la démocratie et en tirent les conséquences. Il y va, en effet, de la vie des peuples européens. Car les musulmans connaissent le Coran, le considèrent comme supérieur à tout, et savent que ce livre n’est pas compatible avec la société française ou européenne dans laquelle ils vivent. Mais la quasi-totalité de nos élites politiques n’a jamais ouvert un Coran et prétend, en l’affirmant doctement, que ce livre est en parfaite adéquation avec tout ce qui constitue notre pays aux racines chrétiennes. Un tel aveuglement est coupable et le peuple ne pourra pas accepter encore longtemps de se laisser massacrer et de compter ses morts sans réagir. Car, ne nous voilons pas la face, une guerre civile caractérisée par sa nature ethnoculturelle a commencé.

Une cinquième colonne sur l’ensemble du territoire européen

Devant l’évidence, il n’est plus temps de tergiverser. Un sursaut est obligatoire. Ce sont des actes forts qui sont à présent attendus. Dans cette guerre que nous a déclarée l’Islam, l’ennemi n’est pas seulement à l’extérieur; il est à l’intérieur, et cela concerne l’ensemble de l’Europe. Une cinquième colonne est bien à l’oeuvre sur l’ensemble du territoire européen. Les actions meurtrières planifiées, coordonnées et exécutées à Paris et à Bruxelles (mais demain à Berlin, à Londres, à Rome, à Madrid, à Copenhague, à Stockholm, à Vienne, de nouveau à Paris) sont le résultat de décennies de laxisme en matière d’acceptation sans contrôle d’une immigration qui véhicule une culture de mort hostile à la nôtre. On ne peut pas envisager le vivre-ensemble avec le diable. La situation est aujourd’hui aggravée par le fait que les flux migratoires massifs et incontrôlés qui déferlent sur l’Europe sont infiltrés par des milliers de djihadistes plus radicaux encore que les nôtres. Enfin, il faut être conscient qu’il existe sur notre sol, entre ces islamistes radicaux « français » ou pas (plusieurs dizaines de milliers d’individus dangereux aujourd’hui, il faut être lucide) et une population d’origine immigrée de confession musulmane respectueuse des lois car intégrée, un cercle intermédiaire composé de centaines de milliers de personnes, plus ou moins acquises aux premiers et prêtes à les aider de différentes façons lorsque le moment se présentera. Elles occupent les territoires perdus de la République vidés de ses autochtones et qui, comme Molenbeek pour la Belgique, n’ont plus rien de commun avec la France ou l’Europe. C’est de cette même aide ou « solidarité » islamique que Salah Abdeslam a bénéficié pendant quatre mois parmi les siens.

L’heure n’est plus à l’Etat d’urgence, mais à l’Etat de siège

Alors certes, il faut développer les moyens de renseignement et la coordination entre pays européens, mais cela ne suffira plus. Si nous sommes en guerre comme l’a affirmé le Président de la République, il faut à présent frapper fort l’ennemi sur notre sol. Et l’état d’urgence n’est plus adapté à une telle situation ; c’est l’état de siège qui doit être décrété conformément à l’article 36 de la Constitution. C’est, en effet, l’équivalent de la bataille d’Alger (1957) qu’il faut aujourd’hui engager sur ces territoires perdus de la République pour neutraliser les islamistes et rétablir l’état de droit. Par ailleurs, l’ennemi étant nommé il faut élaborer et mettre en oeuvre une nouvelle politique globale visant (ce doit être le but de guerre) à enclencher un processus de « désislamisation » sur le long terme de notre société par l’adoption de mesures spécifiques qui doivent répondre à un principe de précaution (arrêt de l’immigration extra-européenne, suppression du regroupement familial, renvoi de tous les clandestins ou déboutés du droit d’asile, refonte complète de notre politique d’immigration, de notre code de nationalité, suppression de la bi-nationalité avec les extraeuropéens, fermeture définitive des mosquées salafistes, arrêt de la construction de mosquées, fermeture des abattoirs halal pratique immonde incompatible avec notre mode de vie, suppression de l’AME et des pompes sociales aspirantes, expulsion des familles polygames, refondation de l’école et de l’enseignement dispensé qui doit répondre à la transmission de notre héritage historique, spirituel et culturel qui n’a rien à voir avec l’islam…en un mot instaurer/rétablir une préférence nationale et, même, une préférence de civilisation). Il faut, en fait, provoquer, faciliter, inciter par tous les moyens ceux qui ont des difficultés à s’intégrer ou qui refusent nos principes, nos valeurs et nos traditions à quitter la France. Il faut même les pousser à émigrer vers des terres musulmanes pour pratiquer leur islam comme le prescrit d’ailleurs le Coran. C’est à présent une nécessité. Le cardinal de Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire ». Alors, faisons-le pour le salut de notre nation et des peuples européens.

Général Antoine Martinez

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
François P

Mon Général, serez-vous poursuivi par la 17 ème chambre sur plainte d’une association supra-nationale bien connue pour avoir désigné l’ennemi : l’islam.

Jean-Francois Morf

Pourquoi traduisez-vous Allah par Dieu, alors qu’Allah est Satan?

Delafon

Bonjour GENERAL Martinez.
Votre analyse est excellente, nous avons exactement la même.
Le temps des analyses est terminé.
Maintenant c est L audace, nous nous engageons sur le terrain, tous les jours pour obtenir des voix. Nous c est la vie civile, pas politique. Nous c est L énergie, L action , les résultats.
Le temps du blabla est terminé.
Rejoignez nous.
Olivier Delafon
Homme public- candidat
Le parti nouvelle france
Votez en 2017
Cordialement àu GENERAL Tauzin et à boyss méme

Clamp

« Il faut même les pousser à émigrer vers des terres musulmanes pour pratiquer leur islam » :

Mon général, je suis entièrement d’accord avec l’entièreté de votre propos, à un détail près : vous persistez peut-être à croire qu’il existe des bottes secrètes pour les inciter à rémigrer d’eux-mêmes vers leurs terres d’origine. Or, et c’est ici que jan-passe-à-l’attaque vous croit faible par surinterprétation, les millions qu’il vous croit considérer comme inoffensifs sont pourtant bel et bien implantés, et avec insistance, dans l’intention de peser sur le destin de la France par submersion démographique.

A moins que vous n’ayez rédigé la phrase sus-retranscrite simplement pour affirmer qu’il faut s’acquitter des devoirs de conscience d’avoir préalablement proposé une voie pacifique avant de passer aux méthodes les plus radicales, auquel cas je suis assez d’accord en général, sinon, je peine à comprendre comment vous pourriez imaginer que qu’aucune incitation puisse avoir le moindre impact.

croquignol

jan pase a l attaque . d ou tu sors . avec ton language de charretier . Du respect envers un general !!!!

croquignol

jan pase a l attaque . encore un qui a le cerveau retourné . ou la cervelle brulee !!!!
Merci mon general pour ce texte qui nous donne du baume au cœur !!!

Ulkar.1

Excellent programme sociétal pour le prochain quinquenat.
Faudrait voir le volet économique, mais déjà, rien qu’avec cet échantillon, je vote pour et je pense que nous serons nombreux !

Anne marie

bravo Général ! votre article clair et argumente présenté tout ce que je pense de la situation gravissime dans laquelle nous ont entraînés les politiques successives de ces dernières décennies ; le programme que vous proposez et que vous décrivez dans les détails est la réponse adéquate et urgente à appliquer pour que la France reste la France et que notre sécurité et notre manière de vivre soit protégées (par la force s’il le faut) ; merci à vous de l’avoir formule !

Marie

Merci Général Martinez, vous me redonnez un peu d’espoir!

Kader Oussel

La partie « musulmane » de l’article n’est pas la meilleure. C’est quoi un territoire perdu de la République sinon un quartier musulman où les forces de l’ordre ou les pompiers ne peuvent aller sans se faire caillasser (quand ça se passe bien !). Si on comptabilisait les lieux où il en est ainsi, ce n’est plus la carte d’une République une et indivisible qu’on aurait sous les yeux, mais un torchon déchiré de partout !

François

Ce n’est plus de l’aveuglement de la part de la classe politique, c’est de la complicité pure et simple. Chassons ces imposteurs une bonne fois pour toutes !

Laurent Droit

Merci mon général, c’est un exposé simple, brillant et lucide !

WOLFRED

l’ Islam c’est le Coran, et dans celui ci il y a 62 appels au meurtre, ,, il n’y a pas d’islam modéré , si vraiment ils prennent le dessus les soit disant modérés seront pire que les autres , lisez le Coran , vous lirez l’art de se dissimulé L’Islam c’est le mal absolu pour l’ occident

BALT

C’est un programme de destruction massive.

François Servenière

N’en déplaise à « Jean qui ne passera jamais à l’attaque » vu son courage d’autruche à l’état d’embryon, en ces circonstances de « Drôle de guerre », n’en déplaise à sa hauteur de vue souillant le sable profond de ses horizons couverts d’œillères, il vaut mieux toujours alors se fier à un homme de terrain (De Gaulle et la prémonition en 1936 des chars de Guderian…) qu’à des idéalistes qui ont mis le Front Populaire, Munich et donc la collaboration radicale-socialiste-pétainiste au pouvoir. Entre les hommes de terrain comme le Général Antoine Martinez, que je salue pour la pertinence répétée de ses analyses (voir la magistrale précédente de son livre « Devoir d’expression d’un citoyen pas ordinaire ») et les bureaucrates qui sont toujours prêts à vendre notre pays à l’ennemi par idéologie, j’ai la faiblesse de choisir celui qui saura définir le réel plutôt que celui qui tergiversera sur la nécessité de le contrer dans une circonstance de remplacement de population démographiquement avéré.

jan-pase-à-l\'attaque-!

Mince , vous êtes d’un lyrisme !
Passez donc plutôt à l’attaque !…
Il reste que votre Martinez est un padamalgame. Ainsi il aide l’islam. Il favorise son extension. C’est pas bien ça… non pas bien,
Moi je lui donnerai plutôt quelque coups de martinet , à votre martinez !…

Kader Oussel

Sur le fond de l’article, il n’y a rien à changer. Mais le général est un optimiste pour penser que notre premier chef des armées va s’en inspirer, lui qui cajole le vote musulman : c’est sa dernière cartouche ! (cf la légion d’honneur pour les saoudiens !) Nos politiques rivalisent de bassesse, d’incompétence, de renoncement, de clientélisme. Peut-être qu’un général qui aurait les « pleins pouvoirs », obtenus de manière démocratique ou non, pourrait faire quelque chose (par décret, par ordonnance…par la force). Qu’attendre de ces présidents élus, qui ne représentent qu’eux-mêmes et dont le long terme est la semaine suivante, au mieux ? Déjà, Hollande n’arrive pas à modifier le code du travail, et on lui demanderait de faire la guerre à l’islam !

Kader Oussel

Mon Général, sur le fond de votre article, il n’y a rien à changer. J’ajouterai cependant que vous devez avoir un caractère optimiste pour penser que notre premier chef des armées va s’en inspirer, lui qui cajole le vote musulman : c’est sa dernière cartouche ! (cf la légion d’honneur pour les saoudiens !) Nos politiques rivalisent de bassesse, d’incompétence, de renoncement, de clientélisme. Peut-être qu’un général qui aurait les « pleins pouvoirs », obtenus de manière démocratique ou non, pourrait faire quelque chose (par décret, par ordonnance…par la force). Je n’attends rien de ces présidents élus, qui ne représentent qu’eux-mêmes et dont le long terme est la semaine suivante, au mieux ! Déjà, bouger un article de loi sur le travail (35 heures, flexibilité, droit de licencier…) ils ne savent pas faire. Et vous leur demandez de faire la guerre à l’islam ! Comment il fait avec sa Juju Gayet ? Il va être obligé d’échanger le scooter pour le char blindé…

jan-pase-à-l\'attaque-!

Au fait , mon vieux , je suppose que vous ne faites pas partie de l’armée  » des plus de 20 000…  » ?

jan-pase-à-l\'attaque-!

 » Enfin, il faut être conscient qu’il existe sur notre sol, entre ces islamistes radicaux « français » ou pas (plusieurs dizaines de milliers d’individus dangereux aujourd’hui, il faut être lucide) et une population d’origine immigrée de confession musulmane respectueuse des lois car intégrée, un cercle intermédiaire composé de centaines de milliers de personnes, plus ou moins acquises aux premiers et prêtes à les aider de différentes façons lorsque le moment se présentera.  »

Alors mon vieux, donc selon vous il existe des millions de musulmans, la majorité en fait des musulmans, qui sont intégrés, respectueuse de la loi ( Tiens vous dites pas respectueuse de nos VALEURS… ) Ben voyons… ben voyons
Faut il argumenter ?
Je jette l’éponge, j’en ai marre ! jan-ait-vraiment-marre- ! ( rire ! )
Bref, ça me suffit à moi à vous cataloguer pasdamalgame et donc dangereux
Idiot utile de l’islam
Quelqu’un de dangereux pour la France ( ou ce qu’il en reste de vrai… )

Kader Oussel

On finirait par penser que ceux qui ne font rien ont raison ! Le paragraphe sur la cinquième colonne montre en effet la mission impossible du « tri » des musulmans entre « bons » et « mauvais ». C’est quoi une mosquée salafiste ? Salafiste : qui se conforme aux anciens, les anciens étant les premiers temps de l’islam. Mais tous les musulmans s’y réfèrent. Ils n’ont qu’un seul livre (de base) le coran. Tout y est. Par le fait, en France, on considère comme musulman « intégré » un musulman qui ne fait pas référence à la charia, autrement dit un mauvais musulman. Peut-être ne faut-il se séparer que des bons !

Emy

jan-passe-à-l’attaque, « il y a des musulmans parfaitement intégrés en France » dites-vous : OK, je le pense MAIS .. le jour où il y aura une déferlante d’islamistes sur notre Pays, de quels côtés seront vos « musulmans intégrés » ? De notre côté ou de celui de « leurs frères en religion » ?? .. posez vous la question !!!!!

jan-pase-à-l\'attaque-!

Vous posez la question à qui ? Vous avez compris mon post ? Cette question il faut la poser à Antoine Martinez !

Emy

Jean-pase-à l’attaque – Vous avez bien compris ma question mais ça vous
gêne de répondre. Ce n’est pas au Général Martinez que je la pose, c’est à vous. … Vous avez un avis bien sûr, alors …. courage !

Clamp

@ Emy

C’est bizarre les notations des commentaires sous cet article. Ici, Emy, vous allez dans le même sens que Jan-passe-à-l’attaque, qui ne fait que citer le général dans les propos que vous dénoncez, et due dnc, il dénonce aussi, mais vous prenez des points positifs alors qu’il est enfoncé à – 12. Bizarre.

Emy

Clamp, je dénonce quels propos ? Je pose une question simplement et j’aimerais avoir une réponse de …. jean-pase-à l’attaque !!!!

Michel

Merci Général Martinez pour ce constat éclairé. Comment peut t’on encore expliquer l’aveuglement de la caste face à cette situation ? Seraient ils à ce point ancrés dans leur idéologie pour ne pas voir ? J’ai du mal à y croire. Ou alors, serait ce par manque de courage face à l’énormité de la tâche ? Entendre notre premier ministre prôner un islam fort est une trahison faite au pays. Et pour le coup un signe fort de soumission. A t’on besoin, au point où nous en sommes, d’encore de plus d’islam sur nos terres ? Plus de mosquées ? Nous assistons en direct à un nouveau Munich, c’est effrayant … Heureusement je vois des têtes se relever autour de moi, et des langues se délier, signes qu’un espoir reste possible.

Trencavel

Tout est dit et bien dit dans ce texte remarquable d’une exceptionnelle qualité.

BARRAJA

Bravo, général Martinez ! Quel réconfort de vous lire, croyez bien que nous sommes de plus en plus nombreux à vous soutenir. Espérons et luttons.

andrea

Excellent article, tout est dit.