Non au gouvernement des juges

Publié le 1 mars 2017 - par - 5 commentaires - 743 vues
Share

Le gouvernement des juges se renforce en France. Les dernières heures viennent d’en fournir au moins deux preuves.

D’abord du côté de l’Union européenne qui veut accélérer la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen afin qu’elle soit inculpée par les juges français. Son «délit»: avoir publié des photographies de massacres perpétrés par l’Etat islamique pour protester contre Jean-Jacques Bourdin qui avait assimilé le FN à Daech.

Mais évidemment, les juges très politisés, très à gauche de la supposée justice française inculperont surtout la candidate FN pour les prétendus emplois fictifs au Parlement européen et le financement préjugé délictueux des campagnes frontistes des départementales et des législatives de 2012.

Puis du côté de Fillon. Celui-ci a renoncé ce mercredi 1er mars à sa visite matinale du Salon de l’Agriculture après avoir été averti par les juges qu’il serait mis en examen le 15 mars soit deux jours avant la clôture des parrainages.

Les juges lui avaient déjà fait un coup semblable lors d’un meeting à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) alors qu’il relançait sa campagne en annonçant (après 20 heures !) l’ouverture d’une information judiciaire contre lui.

Il faut casser judiciairement les candidats de la droite libérale et de la droite patriotique.

Devant cette nouvelle intrusion des juges dans la campagne de Fillon, les couteaux ont aussitôt été tirés chez Les Républicains. Juppé était annoncé présent aux côtés du postulant LR et les commentateurs donnaient comme probable son remplacement par son rival de L’identité heureuse. Mais la faction sarkozyste ne voulait pas en entendre parler sinon, disait Wauquiez, «c’est l’apocalypse». Et les soutiens de Fillon le poussaient à se maintenir.

Finalement, il décidait de rester et s’en prenait à la Justice tout en affirmant qu’il se rendrait à la convocation des juges, espérant ainsi qu’on ne l’assimilerait pas avec Marine Le Pen qui a refusé d’aller à Canossa.

Peine perdue évidemment.

Médias et Macron et Hamon et la myriade de petits canifs de la gauche ont tout de suite mordillé les mollets de Fillon.

Remise en cause de la Justice et bla-bla-bla…

Les médias et leurs complices politicards ont la mémoire très sélective.

Pourquoi ne se souviennent-ils pas que Hollande dans le livre de Davet et Lhomme, Un Président ne devrait pas dire ça…, parlait d’institution de lâcheté au sujet des magistrats ? Pourquoi ne ressortent-ils pas que le même François Hollande menaçait lui-aussi les hauts fonctionnaires durant la campagne de 2012 ?

Le 19 février de cette année-là, il avait accusé Nicolas Sarkozy d’avoir mis en place «un État UMP», «un système» dans la police et la justice. Il lançait notamment que «dans la justice, il y a eu des nominations de procureurs qui ont été des amis du pouvoir. Eh bien nous aurons, sans qu’il y ait de brutalité, sans qu’il y ait d’excès, à remettre l’Etat républicain à sa place». Il ajoutait: «Aucun de ceux qui aujourd’hui exercent des responsabilités et qui sont loyaux n’ont à s’inquiéter mais, en revanche, ceux qui sont liés à ce système auront forcément à laisser la place à d’autres».

Je savais que cette campagne présidentielle serait pénible, mais cela dépasse mes craintes. Et de loin. Les chaînes d’informations en continu comme les chaînes généralistes se surpassent.

Vocabulaire toujours dépréciatif pour parler de Marine Le Pen et de François Fillon et soutien de fan club à Macron. Les autres, le hobbit Hamon comme le bateleur Mélenchon, étant au plus ou moins ignorés.

Mais c’est surtout l’omniprésence et l’omnipotence des juges qui sabotent la campagne. Principalement le juge Serge Tournaire dont le principal fait d’arme est d’avoir inculpé Nicolas Sarkozy contre l’avis de son collègue Van Ruymbeke. Un exploit qui l’a certainement qualifié pour détruire la candidature Fillon.

Le juge Tournaire enrage dès qu’il voit sa photo publiée.

Le voilà à gauche (comme d’habitude).

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Romanin

Et alors Marcus, faire de la pub pour un homme qui ne respecte même pas sa propre parole (si je suis mis en examen,….), vous avez déjà oublié qu’il fût la p**e d’un certain sarko??
Il est lâché par ses potes qui démissionnent tous comme des « grands hommes » les mêmes qui se proclament « républicains », la main sur le cœur et la marseillaise aux coins des lèvres.
Allez à dégager il n’y a rien à voir, la France a des milliards d’euros de dettes, plus de six millions de chômeurs, neuf millions de pauvres et précaires, deux millions d’analphabètes et d’illettrés, une industrie en berne, une éducation nationale en faillite, les caisses de retraites, caf en déficits,etc. Et vous vous venez faire un ridicule article en faveur de ces bons à rien!
Même pas une larme!

JACOU

Remplacer Fillon ? Juppé serait «prêt mais loyal»

«Juppé est prêt.» Une source proche du maire de Bordeaux confirme que ce dernier serait prêt à remplacer François Fillon. A condition, bien sûr, que le candidat en fasse la demande. «Prêt mais loyal», précise ce juppéiste. »

http://actu.orange.fr/politique/remplacer-fillon-juppe-serait-pret-mais-loyal-liberation-CNT000000DRMp5.html

La série n’est pas terminée. On attend les chapitres suivants.

grélaud

il faudrait que Fillon va jusqu’à la présidentiel si non ils vont mettre Ali Juppé le frère musulman
revoir se déché et pitoyable Ali Juppé se repris de justice

lio

par ce que tu crois que ton couillon de Fillon est mieux que les autres, il est aussi touché par diverses histoires pas catholiques du tout, mais la tout monde ferme les yeux . çà manque quand même de réflexion non ?

cabiron

Il n’y a personne pour remplacer le « couillon de Fillon » et le manque de réflexion est de votre côté si vous êtes de droite, bien sûr. Si vous avez d’autre options crédibles et fiables, n’hésitez pas à en faire part…