Non aux super-régions des traitres européistes qui nous gouvernent

 france-region_4911829

L’Europe des régions ne va pas assez vite, forcément… Alors Hollande-Valls ont décidé de donner un bon coup d’accélérateur en réduisant le nombre de nos régions selon les desiderata de leurs amis à la tête des différentes régions actuelles, autrement dit selon les intérêts électoraux… Faisant ainsi d’une pierre deux coups, faisant plaisir et aux Eurocrates (et à leurs amis américains) et à leurs petits amis…

La République des copains et des coquins dans toute sa splendeur.

Il est vrai que si le redécoupage permettait, en 2015, et de sauver quelques têtes et de rendre impossibles les comparaisons qui montreraient un peu trop que le PS est en voie de disparition dans notre pays, ça arrangerait les apprentis Carabosse qui ne savent plus à quelle citrouille se vouer !   

Et puis, dans la foulée, retour aux vieilles lunes de Sarkozy  et de ses amis: la disparition des départements ! Il avait d’ailleurs  commencé avec les nouvelles plaques d’immatriculation faisant la part belle aux régions, permettant à chacun de choisir le département qui apparaît en tout petits caractères, et faisant ainsi disparaître un héritage napoléonien, un repère à taille humaine, une identité.

En effet, s’il l’on fait abstraction des régions à forte identité comme le pays basque ou la Bretagne, partout, quand on vous demande : « d’où vous êtes ? « , la réponse est le plus souvent départementale si l’on vient d’une petite commune peu connue : « du Calvados, de l’Yonne, de l’Oise, du Tarn… « .

On lira d’abord cet article du Huffington post qui date de janvier dernier et qui montre que, loin de permettre des économies (le prétexte avancé), la réduction du nombre de régions coûtera sans doute plus cher au contribuable… comme toute réforme. Surtout qu’il faut bien promettre des compensations à ceux qui vont perdre postes et prébendes. Rappelez-vous les promesses faites lors du referendum alsacien de l’année dernière : il était question de créer autant de commissions et sous-commissions nécessaires pour reclasser ceux qui auraient perdu leur mandat du fait de la réunification…  

Ensuite on  verra les arbitrages faits par Hollande sur l’Express… On y découvrira sans surprise l’impéritie, pour ne pas parler d’imbécillité, du chef de l’Etat qui est mort de peur à l’idée de déplaire à Royal mais aimerait régler ses comptes avec Ayrault à travers le découpage. L’intérêt des Français là-dedans ? Ce n’est pas son problème, évidemment.

Enfin, il faut lire un superbe article sur Causeur, qui montre avec verve et férocité les absurdités du projet et en démonte les dessous avant de nous faire chaud au cœur : si David Desgouilles a raison, il n’y aura pas la majorité nécessaire pour voter la modification constitutionnelle permettant de supprimer les départements…

Une fois de plus, amis patriotes, ne vous endormez pas, allez dire à votre député et à votre sénateur tout le mal que vous pensez de cette nouvelle réforme destinée à faire disparaître l’Etat-nation pour le remplacer par des méga-régions auxquelles on pourra tout imposer.

Christine Tasin  

image_pdf
0
0