1

Non, les guerres ne sont pas dues aux religions !

Cette affirmation de la responsabilité des religions dans les guerres fait florès à notre époque post-moderne qui a oublié ses « humanités » et qui réduit l’être humain à ses besoins matériels.
Elle est, comme l’écrit d’ailleurs Ivan Bartowski, basée sur le mythe du bon sauvage cher à Rousseau : les premiers humains ne se faisaient pas la guerre ! « C’est un peu court jeune homme, on pourrait dire bien des choses en somme ! »

https://ripostelaique.com/les-religions-sont-a-lorigine-de-la-plupart-des-guerres-entre-les-humains.html

Aussi loin qu’on remonte dans le temps, guerres et massacres se sont succédé sur toute la planète, et dans l’immense majorité des cas pour des raisons bassement matérialistes : appropriation des richesses ou de la femme du voisin, prise d’esclaves, domination territoriale…
La guerre du feu préhistorique, la guerre de Troie, les guerres puniques médiques ou du Péloponnèse, les invasions barbares étaient-elles religieuses ? À l’évidence non !

Se reporter à la très longue liste des guerres connues depuis l’Antiquité sur la page Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_guerres

On peut y constater que l’origine religieuse de toutes ces guerres est quand même plus que douteuse. Même nos guerres « de religion » étaient en fait l’instrumentalisation d’icelles dans un but parfaitement politique.

Plus près de nous, les guerres révolutionnaires et napoléoniennes, la guerre de 1870, de 14  (« celle que je préfère ») peuvent difficilement être attribuées à une religion. Par contre, la guerre de 39-45 et les guerres menées par le bloc communiste sont en rapport avec une idéologie qu’il est quand même difficile de classer en religion. De même les guerres menées par l’empire américain avec un cynisme absolu, au nom de la démocratie érigée en religion, sont sous-tendues par une volonté de puissance et de richesse.

Cette vision moderne de la cause religieuse des conflits est le résultat d’une confusion des idées, dans une société sécularisée qui a oublié le tragique de la destinée humaine. Et notamment le fait, comme disait les Romains, que l’Homme est un loup pour l’Homme. Constatation de bon sens que justement les « humanités » nous permettaient d’appréhender. Le christianisme appelle ça le « pêché originel », pourquoi pas ? En affirmant donc de façon simpliste que ce sont LES religions qui sèment la guerre, on noie le poisson (et le poison) de l’islam qui n’est autre qu’une idéologie politique que certains qualifient avec justesse de « nazislamisme ». L’irruption de l’islam, idéologie foncièrement guerrière, a amené nombre de nos contemporains à amalgamer avec les autres religions. Je pense que nous devons dans le combat des idées refuser à l’islam le statut de religion, et dénoncer également, ce qui est d’ailleurs fait dans ces colonnes, les nouvelles pseudo- religions écolo-femeno-lgbt-racialistes, j’en passe et de meilleures.

Et nous devons, quoi qu’on en pense, retrouver une forme de transcendance pour mener victorieusement la guerre qu’ON nous a déclarée. L’ennemi ne s’y trompe pas en s’attaquant à tous nos monuments religieux chrétiens.

Alain de Peretti