Non Macron, tu ne mettras pas au pas le peuple de France


Macron et ses affidés ont peur des Français. Gérard Collomb l’avait annoncé, l’affrontement est inévitable. Nous ne vivrons pas côte à côte avec les migrants, mais les uns contre les autres, avait-il dit en substance pour justifier son départ. Sans doute avait-il fait d’intéressantes préconisations au squatter de l’Élysée, mais devant les oreilles bouchées de l’ado capricieux, il s’était retiré, impuissant.
Or le petit est coincé. Coincé entre un peuple exacerbé par l’augmentation du coût de la vie et la stagnation de ses revenus,  ce qui le paupérise (dans l’année à venir, l’électricité va encore augmenter de 10 % pour complaire à ses actionnaires tant aimés par le gamin. En une seule année. C’est haro sur la France par Macron et ses affidés) et ses promesses faites à ses maîtres de Bruxelles, du Davos, du Siècle, du capital-hégémonisme, ceux qui l’ont mis en place pour piller notre pays tout en le livrant à l’étranger. La France doit devenir une province de l’Allemagne, c’est ce qui est prévu. Quand je pense que mon père (ex-FFL), mon grand-père (un chef de la Résistance) et ma mère qui distribuait les journaux secrets de la Résistance à l’âge de quatorze ans, ont participé à bouter hors de France ceux qui voulaient se l’attribuer et que des traîtres nous livrent pieds et poings liés aux mêmes, mon sang bouillonne.
Alors oui, le pouvoir craint le peuple. Il veut recenser les armes pour les réquisitionner ensuite (et les donner aux envahisseurs à la place de leurs couteaux halal de bouchers ?) ; ils ont mis en place la reconnaissance faciale (mais c’est facile de la tromper (casquettes, lunettes, cache-cols et un sparadrap sur le nez) ; ils viennent de mettre au point un logiciel pour pomper tout ce que contiennent les téléphones portables, à l’usage des commissariats (ça aussi ça peut s’empêcher, il n’est que de mettre vos téléphones dans des pochettes adaptées, ou de prendre des téléphones à cartes) ; on est suivis partout où l’on va grâce à nos abonnements de transport (on n’a qu’à marcher ou prendre des tickets non identifiables), par nos cartes de crédit et nos téléphones qui sont suivis par des bornes tout au long de nos trajets (là encore ne pas les prendre, on n’en a pas toujours besoin, ou les mettre dans des pochettes adaptées) ; ils ont inventé le concept de fake news, avec la liste de ce que peuvent dire ou non les gens, une atteinte caractérisée à la liberté d’expression (pas celle de n’importe qui mais celle des Français, car les rappeurs ont le droit de chanter qu’ils demandent l’égorgement des bébés français). La dernière en date : vous ne le saviez pas, mais vous n’êtes plus propriétaires des terrains sur lesquels sont bâties vos maisons : ils appartiennent désormais à l’État français et vu la vitesse où les biens de la France sont bradés aux banques et grosses sociétés d’investissement étrangères comme Black Rock, vos terrains seront vendus à d’autres. Votre dépossession est avérée. Et c’est bien pourquoi on veut interdire aux gens d’être armés.
Ce gouvernement a en outre déclaré il y a quelques mois que tous les Gilets jaunes seraient considérés comme des casseurs. En foi de quoi ils ont été largement gazés et mutilés par les ignobles Robocops aux ordres d’un gouvernement lamentable quand leur rôle est la défense du peuple. Vont-ils également traiter de casseurs les avocats qui ont dansé le haka et jettent leurs robes en tas devant les palais de justice ? Ou les médecins qui en appellent à la désobéissance civile ? ou les grévistes de l’électricité, du gaz, des transports, et autres, tous citoyens écœurés par un système qui a failli et atteint sa fin de vie ?
Ils ont donc peur. En fait ils tremblent de frousse. Ils incitent des médias collabos à déclarer que les mouvements ont pris fin, que les « fauteurs de trouble », tous des ignares, des alcoolos, des sans-dents, des qui ne sont rien,  sont rentrés dans le rang. Mais compte tenu des mesures qu’ils prennent, il va de soi qu’ils ne sont pas dupes. La situation, ils la connaissent parfaitement, et c’est pourquoi ils inventent tout pour brimer ce peuple. Qu’ils craignent.  Mais l’Histoire a montré que plus on bâillonne un peuple, plus celui-ci se révoltera. Et ici, on ne parle pas du futur. Tout indique que la guerre civile a déjà commencé.
Louise Guersan

image_pdfimage_print

12 Commentaires

  1. Quand on sait ce que sont devenues les frontieres terrestres et maritimes ,je crois que quand la pétarade va se faire entendre (car elle arrivera) il se trouvera de facto des marchands d’artillerie ….par contre il n’est pas certain que nous puissions regler la commande avec une carte bleue (mdr)

  2. Qui a dit non, macron tu ne mettras pas le peuple au pas ? A votre avis que fait-il maintenant ? si ce n’est mettre les Français à terre ?

  3. les bobos continueront à voter pour eux, même les syndicalistes le feront par crainte de l’avenir
    c’est à être dégouté des gaulois réfractaires qui s’abstiennent

    • Dites leur donc pour qui ils doivent voter, ce sera plus simple, car vos commentaires sont pour le moins parfois propices à une certaine incompréhension.
      A moins que quelque indélicat n’emprunte de temps en temps votre pseudo..

  4. Mettre au pas les français ? Mais c’est son objectif premier à cet apatride. Il l’a dit et redit : il ne lâchera rien et le prouve constamment : insultant son propre pays et humiliant ses habitants surtout de l’étranger d’ailleurs.

  5. Les Français sont coincés, prisonniers de leurs contradictions et ne voient même plus leur intérêt dans un fatras d’idéologies. Ils sont incapables de discerner la différence fondamentale entre une Marine et un Macron; Je suis convaincu que Marine patriote eut protégé le pays bien mieux qu’un banquier arriviste et manipulé par le grand capital. Elle certainement oeuvré plus dans l’intérêt de tous. Mais les Français sont punis par là où ils ont péché.

  6. Le pédé de moncon n’arrête pas de faire dans ses couches . Il joue les durs a Jérusalem en insultant la police israélienne car il sait qu’il ne risque rien. En france lorsqu’il sort de l’Elysée il est entouré par toute une armée de policiers tellement il se chie dessus.

    • Oui ce PD qui se nomme « président », ne préside rien du tout que du vent comme diraient « Les Brigantes » c’est une merde qui se couche devant la finance rotschilienne , alirs comme comme collabo il devra rendre des comptes aux français, aux gilets jaunes !!!!

  7. Tout cela sent mauvais, très mauvais !
    Il vient de prononcer le mot de DICTATURE ! C’est un signe !
    « Le pire n’est jamais sûr »
    Il est certain !

  8. Il semble que bon nombre de nos compatriotes ne saisissent pas qu’un Président de la République n’est en fait qu’un personnage choisi et nommé par eux pour être un serviteur de la nation et de ses citoyens . Il ne s’agit donc pas de s’agenouiller devant ce serviteur mais de surveiller de près son comportement et son activité dans la gestion des affaires nationales , en respectant sa personnalité lorsqu’il se conduit respectablement , en l’encourageant lorsque cela s’avère nécessaire et en le félicitant lorsqu’il le mérite .
    Ce serviteur de la nation devrait également pouvoir être remis au pas si ses prestations s’avéraient préjudiciables à son pays . Les données de la Constitution française paraissent malheureusement bien démunies pour pouvoir traiter ce cas de figure avec efficacité .

Les commentaires sont fermés.