Non, Mohamed, tu n’iras pas au paradis !

Publié le 12 septembre 2019 - par - 2 105 vues
Traduire la page en :

Citation : « Plus j’observe les religions et les actions de leurs dirigeants et de leurs fidèles, plus je suis convaincu, si c’était encore possible (!), qu’il n’existe strictement rien de vrai dans ce qu’elles affirment. » (Ivan Bartowski). 

Non, Mohamed, Ali, Aziz, Abdel, Kébir, Karim, Omar, Malik, Yacine, Mustapha, Dziri, Kader, Habib, Miloud, etc., tu n’iras pas au paradis, ni en enfer, ni nulle part, après ta mort. Ton corps sera sans doute enterré et il se décomposera et pourrira lentement et sera absorbé par la terre dans laquelle tu deviendras de l’engrais utile à des végétaux… Ta seule « réincarnation », ce sera ça !
Pas de paradis, pas de houris et rien de tout ce que l’on a pu t’enseigner et te faire croire à force de mensonges religieux répétés à l’infini en forme de lavage de cerveau.

Pas de paradis, parce que le paradis n’existe pas et l’enfer non plus.
Pas de paradis parce que le paradis serait le domaine de Dieu et que Dieu n’existe pas non plus.
Non, Mohamed, ton dieu Allah n’existe pas. On t’a menti toute ta vie.
Il n’existe aucun dieu, dans aucune religion.
Les dieux ou le soi-disant Dieu unique, ça n’existe pas. Ce sont des mensonges, des fables, des contes et des histoires pour endormir les peuples, leur faire croire qu’il existe une sorte d’être supérieur qui a créé et qui régit le monde et la vie. C’est fait pour les rassurer et leur donner de l’espoir par rapport au spectre hideux de la mort.
Mais un mensonge restera toujours un mensonge et il vaut mieux vivre dans la vérité que dans le mensonge. Et si la vérité c’est d’accepter qu’il n’existe pas de dieu ni rien après la mort, il faut l’accepter.

S’il devait exister un paradis, Mohamed, ce serait sur Terre et ce serait aux hommes de le créer. Or, vous, les musulmans, tout ce que vous créez sur Terre c’est l’enfer… !

Si tu veux de vraies réponses sur les sujets de la création, de la vie et de la mort, lis des livres de sciences et étudie tous les grands auteurs scientifiques de notre monde qui ont exploré les confins de la connaissance universelle.
Oublie les idioties de tes anciens maîtres, la Terre qui est plate et le soleil qui tourne autour de la Terre et tout le reste. Tout est faux et archifaux dans ton maudit livre et dans les absurdités que tes maîtres t’ont enseignées sous le nom de science.

Les peuples ont, certes, ce besoin d’être rassurés sur certains sujets de la vie. Mais croire à n’importe quoi ne donne pas corps à l’objet des croyances.
Croire, c’est juste être dans l’illusion, l’incertitude et le flou.
Croire c’est forcément douter.
Car la croyance est le contraire de la certitude.
Et l’absence de certitude est le doute.
Et la vraie certitude parmi toutes les certitudes, c’est que nous vivons et qu’il n’existe aucun dieu ni aucun autre monde que le nôtre.

Les hommes ont des milliers de croyances absurdes dont la plupart ne sont que des illusions ou des mensonges. Des illusions, parce que l’esprit humain est ainsi fait qu’il a besoin de rêves. Des mensonges parce que la diffusion de l’illusion, du doute et donc de la croyance est un outil éternel des dirigeants humains pour canaliser les attentes spirituelles (de l’esprit) des hommes et des femmes et pour les rassurer, les apaiser et les contrôler. À ce moment-là, celui qui rassure et qui apaise devient très vite le représentant de l’idée d’une force supérieure invisible et donc d’une puissance illusoire.
C’est ainsi que naissent les sorciers, les gourous, les mages et les rois qui, après les avoir rassurés, oppriment leurs peuples.
Ce ne sont jamais les dieux qui font le malheur des hommes, mais bien d’autres hommes. Car l’homme est un loup pour l’homme.

As-tu déjà vu ton dieu, Mohamed ? As-tu déjà vu quelqu’un qui a vu ton dieu ? 
Certainement pas. Personne ne peut affirmer avoir vu un dieu, parce que les dieux n’existent pas.
D’ailleurs, dans les religions, la force et l’abondance des discours sans preuves des religieux démontrent simplement que tout ce qu’ils disent est faux.
Tous les religieux de toutes les religions mentent, parce que la religion est un instrument de pouvoir qui permet de dominer les croyants.

Les religions polythéistes partent dans tous les sens et la multiplicité des divinités est bien la preuve que tout cela n’est que fantaisie et mensonge.
Le dieu unique, le monothéisme est une création des guides, chefs et meneurs du futur peuple juif qui remonte à plus de 3 000 ans.
Plus tard, il y a 2 000 ans, un Juif du nom de Jésus a été à l’origine de l’avènement d’un nouveau culte à ce dieu unique : le christianisme.
Enfin, au VIIe siècle de notre ère, un homme nommé Mahomet aurait été à l’origine d’un troisième culte monothéiste : l’islam.
Le point commun de ces trois religions monothéistes, c’est que précisément leur dieu est unique et donc le même pour les trois.

Or, étrangement, et c’est là, que l’on peut se poser la question : pourquoi ces trois cultes, qui invoquent la même divinité unique, lui attribuent des paroles et des actes différents dans les trois cultes ?
Ou bien, cette divinité unique est une supercherie, ou bien cette divinité est-elle farfelue et incohérente, ne sait pas ce qu’elle veut et change d’idées comme de chaussettes. Dans ce cas, qui pourrait bien s’intéresser à une telle stupidité ?

Pour moi, la réponse est simple, car quoi qu’il arrive, quoi qu’on fasse et quoi qu’on dise, cette divinité n’existe pas. Nulle part, ni à aucun moment, dans les trois cultes monothéistes, son existence n’a été démontrée de manière avérée, magistrale et incontestable.
Tout ce qui tente de lui donner une existence ne sont que des écrits humains, donc écrits par des hommes de pouvoir et donc par des menteurs.
Les écrits des trois cultes diffèrent et tentent de légitimer le mensonge de façons différentes. Mais c’est toujours le récit d’un homme qui a connu un homme qui a connu un homme qui a connu un homme qui a fait un rêve.
Les écrits religieux sont ce qu’il existe dans le monde de l’écrit de plus mensonger, improbable, absurde, incohérent, irrationnel et pitoyable.

Mais jamais, jamais, jamais, ils n’ont apporté la preuve de quoi que ce soit.
Pour les croyants fragiles, vulnérables, incultes et ignorants des cultes en question, il est plus facile de croire et de laisser faire que de se donner la peine de réfléchir et de refuser de croire à tout et à n’importe quoi. On l’observe toujours à notre époque. Le croyant dépose toute sa confiance dans les prêches des religieux en pensant que cela ne peut pas lui faire de mal. En cela, il se trompe. Faire une confiance aveugle à des gens qui vous promettent monts et merveilles est stupide et irresponsable. On finit toujours par le regretter.
Mais pour des personnes cultivées, rationalistes, cartésiennes et possédant un esprit critique et analytique, les cultes religieux sont sans fondement et leurs dieux ne sont que des inventions destinées à manipuler les esprits faibles des masses grouillantes, dans le but de les soumettre.

Pour les athées, il n’existe pas de dieu (athée = « a » ‘sans’ + « thée » “dieu”). C’est tout simple. Et les athées refusent les mensonges des cultes. 
En cela, les athées ont raison.
Pour les athées, les croyances religieuses ne sont rien d’autre que des superstitions comme il en existe tant d’autres, comme les « sciences occultes », l’astrologie, la magie noire, le vaudou, les tarots, les runes, la sorcellerie, la divination, les boules de cristal, les tables tournantes, les séances de spiritisme, etc.
D’ailleurs, les athées ne condamnent pas les croyants qui préfèrent croire paisiblement à des sornettes et ils ne leur veulent aucun mal.
Mais les athées s’opposent avec énergie aux cultes qui prêchent la haine, la violence et la mort contre ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.
Ce qui est le cas de l’islam qui est un culte prêchant la haine et la violence les plus extrêmes. La haine des juifs, des chrétiens, des bouddhistes et de toutes les religions non déistes. La haine des infidèles, des mécréants, des blasphémateurs (ceux qui disent la vérité), des apostats, des réformateurs, des falsificateurs, des critiqueurs de l’islam ou du Coran.

L’islam est le culte qui se manifeste le plus par la haine terrifiante qu’il peut avoir pour le monde entier qui n’est pas musulman et par la violence extrême qu’il est capable d’avoir contre le monde entier non musulman, à travers des guerres, des invasions sanglantes, des conquêtes dévastatrices, des génocides, des exterminations massives, etc.
L’islam n’est que haine et violences ininterrompues depuis 1 400 ans, sans interruption.
Pour faire un comparatif avec un événement important et dramatique de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, en France, à la fin de la guerre, c’est de prendre comme référence l’extermination complète de la population (642 hab) du petit village d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), sans autre motif que le pur dépit d’une section de soldats de la Waffen SS, en sachant que l’Allemagne avait perdu la guerre.
Eh bien, sur cette base, on peut dire que l’islam c’est un peu plus d’un Oradour-sur-Glane, chaque jour, depuis 1 400 ans, soit 270 millions de morts assassinés au nom de ce culte, de cette fausse divinité et de ce faux prophète.

En dehors de millions d’horreurs et de monstruosités, l’islam n’a jamais rien apporté au monde des humains. Rien. Le néant.
Alors que, dans le même temps, le reste de l’humanité avançait, inventait, créait, innovait et apportait au monde tout ce qui a contribué à en faire ce qu’il est aujourd’hui dans les domaines des sciences, des technologies, des arts et de la culture, en général.

L’islam et le monde musulman, et sa communauté nommée Oumma, sont une société aujourd’hui totalement retardée et à la dérive par rapport au reste du monde, une société qui stagne depuis 1 400 ans, même pas une culture, encore moins une civilisation (la civilisation est le contraire de la militarisation, et l’islam est en permanence guerrier et militaire). L’islam a un retard de civilisation dramatique pour ses membres et la seule chose qui peut lui permettre de frimer, aujourd’hui, c’est le pétrole. Mais le pétrole n’est pas éternel et nous le savons tous. Les réserves du golfe Persique et de la péninsule arabique s’épuisent de plus en plus et seront à sec dans 20, 30 ou 40 ans. À ce moment-là, tous ces royaumes de papier si orgueilleux, avec leurs gratte-ciels absurdes n’existant que pour se donner des airs occidentaux, s’effondreront très vite, leurs populations se retrouveront à errer dans le désert et à élever des moutons, tandis que leurs tours prétentieuses de verre et d’acier (bâties par des Occidentaux) s’effondreront et disparaîtront très vite sous les sables du désert.

Alors, Mohamed, aimes-tu toujours cette religion de haine et de sang, ce dieu de supermarchés et ce prophète aboyeur de foires… ?

Je recommande à mes visiteurs la lecture du tout dernier livre des Éditions Riposte Laïque, « L’islam mis à nu par les siens » de Maurice Saliba, préfacé par Henri Boulad, déjà bien connu pour ses nombreux écrits.
https://ripostelaique.com/livres/lislam-mis-a-nu-par-les-siens

J’en profite pour faire également un peu de publicité pour mon propre livre « Les ravages civilisationnels régressifs de l’islam », une sorte de mémo encyclopédique de l’islam depuis sa création à nos jours, qui est disponible sur Amazon au format Kindle (pour smartphones, tablettes et PC), 450 pages, à 1,73 euros et au format livre broché en gros caractères (600 pages) à 18,23 euros.
https://www.amazon.fr/s?k=Les+ravages+civilisationneles+r%C3%A9gressifs+de+l%27islam&__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&ref=nb_sb_noss

Ivan Bartowski

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi