Non, nos policiers ne sont pas racistes !

« Moins un culte est raisonnable, plus on cherche à l’établir par la force ».
(Jean-Jacques Rousseau).
« La nature a fait une race d’ouvriers ; c’est la race chinoise… une race de travailleurs de la terre ; c’est le nègre… une race de maîtres et de soldats ; c’est la race européenne… »
(Ernest Renan).

L’arrestation, certes « musclée », d’un producteur de musique noir a relancé une nouvelle affaire Georges Floyd. Les antiracistes, le clan Traoré, les racialistes, les décoloniaux sont ressortis du bois ; ils n’attendaient d’ailleurs que ça ! Et, une fois de plus, on a accusé nos policiers – les mêmes qu’on applaudissait en 2015, lors des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher  – de racisme et de violence systématique à l’égard des « minorités » afro-maghrébines.

Emmanuel Macron, qui ne recule jamais devant la démagogie la plus racoleuse, a condamné les violences policières lors d’un interminable prêche sur un média appelé « Brut » (dont j’ignorais totalement l’existence). Mais, d’après lui, 95 % des flics feraient bien leur travail. Diantre, à la louche, selon que l’on englobe ou non les gendarmes mobiles, il y aurait donc 10 à 15 000 odieux racistes dans nos forces de l’ordre. Et Macron a des solutions pour remédier à cette propension qu’ont les Gaulois – et pas seulement les flics – à discriminer, voire à violenter, tout ce qui n’est pas bien blanc.

D’abord, débaptiser des rues, des avenues, des places, des squares, pour leur donner le nom de citoyens noirs ou arabes méritants (1). On parle de 300 ou 500, excusez du peu !
C’est, une fois de plus, une repentance indigne et un racolage honteux !

Ensuite, créer dans l’urgence une plateforme sur laquelle les victimes (ou présumées telles) pourront dénoncer les violences policières. C’est étrange, chez nous, ce goût pour la délation et les méthodes de corbeau. Cette manie – ô combien détestable – est née sous la Révolution, quand quelques bons républicains signalaient les gens qui cachaient chez eux des curés réfractaires ou des « ci-devant » nobles. Sous Vichy, des salopards dénonçaient les Juifs ou les résistants à la Kommandantur. Pendant la guerre d’Algérie, d’autres balançaient les combattants de l’OAS ou de simples sympathisants de l’Algérie française (2) aux barbouzes gaullistes.

Après « balance ton porc », voici « balance ton flic ». C’est lamentable ! C’est scandaleux !
L’avorton présidentiel joue les pompiers-pyromanes, et, comme il n’est pas complètement stupide – quoique ? – je pense qu’il le fait exprès : braquer un peu plus la « diversité » contre les forces de l’ordre, c’est accélérer le délitement de la nation.
Or, que je sache, dans un État de droit, force doit TOUJOURS rester à la loi !
NON, Monsieur Macron, nos flics ne sont pas racistes, pas plus que les Gaulois – ces Français de souche que vous détestez – qui ont intégré des milliers de gens venus d’ailleurs. Et le Gaulois que je suis ne supporte plus qu’on le traite de xénophobe, de raciste, d’islamophobe, de machiste, d’homophobe etc. dès qu’il ose critiquer les comportements, souvent critiquables, des minorités.

Cette année, dans un article, j’ai fait l’apologie de Charles Maurras. Je suis, depuis toujours, un défenseur de la liberté d’expression, de la pluralité des opinions politiques, et aussi – c’est mon droit – un admirateur de Maurice Barrès et de Charles Maurras. Je n’hésite pas à l’écrire !
Mais c’était sans compter sur les ayatollahs de la bien-pensance, les gourous du  vivre-ensemble, les gardiens de la doxa multiculturaliste. Ces gens-là ont une conception très particulière de la liberté d’expression. Ils me font penser à la publicité Ford, au début du XXe siècle :
« Le client peut choisir la couleur de sa voiture à condition qu’elle soit noire ».

À la suite de mon article, j’ai reçu quelques volées de bois vert car j’avais osé dire du bien de Maurras, qui était « antisémite et xénophobe » (3). Du coup, j’ai choisi, en entête de cet article, deux citations de représentants incontestables des idéaux « ripoux-blicains » (et maçonniques).
Et bien oui, Maurras était antisémite, comme… plus de la moitié de la France à son époque.
Rappelons aux ignares que, de 1894 à 1906, la France, qui rêvait d’une revanche contre l’Allemagne, s’est déchirée autour des procès d’Alfred Dreyfus, officier français de confession juive, qu’on accusait d’avoir fourni des renseignements secrets à l’ennemi prussien honni.

La France comptait alors autant de « dreyfusards » que d’« antidreyfusards » et, si l’histoire – simplifiée à l’extrême – n’a retenu que « J’accuse » d’Émile Zola, cette belle conscience de gauche, la vérité m’oblige à rappeler qu’il y avait plutôt plus d’ « antidreyfusards » à gauche qu’à droite.

Quand arrêtera-t-on, dans notre pays, de juger (de critiquer ?) notre passé, notre histoire, avec les mentalités affadies, édulcorées, manipulées, culpabilisées, bref, formatées par des « élites » pensantes, elles-mêmes nourries aux « droits-de-l’homme » et au mondialisme apatride ?
Il faut savoir, de temps en temps, revenir aux origines des choses.

Prenons l’exemple du mot « racisme ». Selon l’ancien « Larousse », c’était :
« Une  idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races ». Attitude d’hostilité à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes : (racisme anti-jeunes)… » Cette définition, d’une simplicité biblique, avait le mérite de la clarté : le racisme implique une hiérarchisation des races et une hostilité à l’égard de l’autre, parce qu’il est différent.

Mais, depuis que notre pays est entré en repentance, les dictionnaires et encyclopédies ont revu leur copie : « Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l’existence de races, considère que certaines catégories de personnes sont intrinsèquement supérieures à d’autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d’hostilité à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. L’hostilité peut générer chez la victime de la stigmatisation et de la discrimination qui à son tour va entraîner une auto-stigmatisation et une auto-discrimination proportionnelle… Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, et à commettre des violences, allant jusqu’au génocide… »

À la lecture de ce pathos verbeux, on pourrait en conclure que quiconque ne se croit pas d’une race supérieure à l’autre, ne lui veut aucun mal et ne se moque pas de lui, n’est absolument pas raciste. C’est ainsi que je perçois la chose : n’étant nullement raciste, rien ne m’oblige à aimer l’autre, à me sentir proche de lui, à rechercher sa compagnie, et surtout pas à m’imposer des devoirs ou des obligations à son égard. Que je sache, on a également le droit de préférer une blonde à une Sénégalaise, aussi jolie soit-elle. On a le droit de côtoyer qui on veut, d’être individualiste, solitaire ou misanthrope sans qu’il soit question de race, de croyance ou de couleur de peau !

« Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on/ est plus de quatre on est une bande de cons » chantait Georges Brassens. Dans un pays démocratique, on devrait pouvoir vivre comme un ours, sans participer à la « fête des Voisins » et sans se trémousser à la « fête de la Musique » (ou à la « Gay Pride »). On n’est pas obligé d’aimer la foule bigarrée et les chiens qui aboient en meute.
Personnellement, je déteste le rap – cette musique de sauvages sur des paroles haineuses – et l’humour de Jamel Debbouze ; ceci ne fait pas de moi un raciste. Je préférais la finesse d’esprit de Raymond Devos, Robert Lamoureux, Pierre Desproges, Michel Audiard, et quelques autres…

Je voudrais que le Gaulois soit autorisé à appliquer, chez lui, ce que j’appelle « le théorème de Nanard » : à la grande époque de l’« OM », Bernard Tapie, qui avait engueulé un de ses joueurs, s’était fait traiter de raciste, et il avait eu cette réponse, que je trouve magnifique :
« Je ne dis pas qu’il est con parce qu’il est noir, je dis qu’il est con parce qu’il est con ! ».
J’ai donc le droit de dire que Christiane Taubira aura été l’un(e) des pires gardes des Sceaux de notre histoire, pas parce qu’elle est noire mais parce qu’elle est nullissime et nocive. D’ailleurs Belloubet et Dupond-Moretti ne valent guère mieux ! J’ai le droit de refuser les leçons de morale d’Omar Sy ou de Yannick Noah, non pas parce qu’ils sont noirs mais parce que ces millionnaires, exilés fiscaux aux USA, feraient mieux de la fermer.

Mais revenons aux définitions ; celle de la xénophobie : c’est un mot formé de deux racines grecques (xénos, « étranger », et phobos, « rejet, peur »). « Le mot xénophobie est un néologisme apparu dans la langue française au début du XXe siècle, c’est un substantif dérivé du néologisme « xénophobe » dont l’invention est imputée à Anatole France, en 1901. « Xénophobe » apparaît pour la première fois dans un dictionnaire, le « Nouveau Larousse Illustré », en 1906. Vingt ans plus tard, dans son pamphlet « La trahison des clercs » (1927), Julien Benda parle de xénophobie comme l’un des aspects du patriotisme : « Un autre trait du patriotisme : la xénophobie… son mépris pour ce qui n’est pas « de chez lui »… ».

La xénophobie est donc de création récente (le mot, pas le sentiment !) mais, qu’on le veuille ou non, elle est naturelle : le xénophobe se méfie parfois de l’autre parce qu’il en a peur. Depuis la plus haute antiquité, les rapports humains sont souvent conditionnés par la peur. Dans notre pays, qui aura connu dans son histoire des guerres, des invasions plus ou moins barbares, et des vagues migratoires, la peur de l’arrivée massive de gens « différents » est un sentiment naturel, un réflexe d’autodéfense. Comme disait Rocard : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ! ». Il avait compris ce qui semble une évidence. Alors, mettons encore les pieds dans le plat !

L’inventeur de la « préférence nationale » ce n’est pas Le Pen, mais… Léon Blum, président du Conseil sous le « Front Populaire ». Dès l’été 1936, Roger Salengro, ministre de l’Intérieur, s’écrie : « le gouvernement ne saurait tolérer que des étrangers abusent de l’asile qui leur est offert » et Maurice Thorez, premier secrétaire du Parti communiste, clame, le 28 septembre 1938 : « La France aux Français ! ». Le bon radical-socialiste Édouard Herriot, lui, invite la France à mettre dehors les « indésirables ». En 1938, Daladier promulgue une loi permettant d’emprisonner les Français qui aideront des clandestins. De nos jours, pour avoir aidé des migrants à passer la frontière italienne, le pseudo-berger  Cédric Herrou a été… ovationné au Festival de Cannes. On marche sur la tête !

Le 12 novembre 1938, une loi donnait l’autorisation de « dénaturaliser » (sans intervention d’un juge) tout citoyen d’origine étrangère. L’article 22 stipule que « pour des actes contraires à l’ordre public… les étrangers perdront leur nationalité ». Retrait qui pourra s’étendre « à la femme et aux enfants mineurs ». (4) Citons encore le décret-loi du 3 mai 1938, qui autorisait les préfets à expulser les étrangers, même ayant un permis de séjour.

Donc, les « chances pour la France », qui s’estiment discriminés, stigmatisés, ostracisés, feraient mieux d’arrêter leurs pleurnichailleries victimaires et d’apprendre NOTRE histoire.
NON, NON et NON, la France d’avant-guerre n’a pas été plus tendre avec les « Ruskoffs » blancs, les « Polaks », les « Macaronis » (ou « Ritals ») ou les « Espingouins » qu’avec les musulmans, mais, à l’époque, les « hussards noirs de la République » comme les curés délivraient aux nouveaux entrants le même message : l’intégration devait passer par l’apprentissage de la langue, le respect des lois, us et coutumes, et l’amour de leur nouvelle patrie. Même pour les gens de gauche, la France avait des racines chrétiennes et n’entendait pas se voir imposer la charia.

Non, Monsieur Macron, les Gaulois ne sont absolument pas racistes mais ils veulent défendre leurs valeurs, leurs traditions, leur histoire, bref, ce qui a fait la nation-France : LEUR pays !
Non, nos forces de police ne sont ni racistes ni xénophobes mais elles en ont marre d’être caillassées, attaquées au mortier, brulées au cocktail Molotov dans des banlieues de non-droit livrées à des dealers allogènes. Est-ce de leur faute si elles sont rarement agressées par des Auvergnats, des Basques ou des Bretons de souche ? Peut-on leur reprocher des « contrôles au faciès » de gens qui, camouflés sous des bonnets et capuches, les insultent et leur crachent dessus quand ils ne leur jettent pas des pierres? Arrêtons de dire que « l’habit ne fait pas le moine » ; le meilleur moyen d’éviter d’être arrêté pour « délit de sale gueule » – qu’on appelle pudiquement « contrôle au faciès » – c’est d’adopter les comportements et les mœurs vestimentaires du pays qui vous accueille (5).

Depuis des décennies – depuis l’affaire Malik Oussekine – tout est bon pour retirer à la police ses moyens de défense (qui sont aussi les moyens de nous protéger). Alors, de grâce, ne jouons pas les vierges effarouchées s’il y a, de temps en temps, une « bavure ». Quand l’État ne contrôle plus rien, quand on parle de « territoires perdus de la République », quand on est incapable d’arrêter des bandes de Black Blocs, il serait malvenu de reprocher à quelques flics courageux d’avoir parfois la main un peu lourde. On nous serine à longueur d’année que « le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit ». Il y a des délits, autrement plus graves, qui se soldent en général par un simple          « rappel à la loi » pour peu que leurs auteurs appartiennent à la « diversité ».

Alors OUI, aujourd’hui, mon soutien à la police est total !

Eric de Verdelhan

1)- Vous noterez qu’on ne cite jamais les Asiatiques qui, eux, aiment la France et savent se faire oublier, comme des citoyens… normaux.
2)- Un de mes vieux amis, aujourd’hui décédé, a fait 9 mois de prison préventive sans raison. En dehors d’un tract antigaulliste, on n’avait rien à lui reprocher.
3)- Le comble c’est que j’aime bien Louis-Ferdinand Céline – le bon docteur Destouches – qui était autrement plus antisémite que Maurras.
4)- Texte découvert dans « Ça suffit ! 80 ans de mensonges et de calomnies » de Roger Holeindre ; Holigoland ; 2015.
5)- Au début du mouvement des « Gilets jaunes », j’ai été contrôlé une fois en moto et une fois en voiture dans la même semaine. Et j’ai râlé, comme tout bon Français, mais je n’ai pas poussé des cris d’orfraie en dénonçant un « délit de sale gueule ». Il est vrai que, dans notre pays, un hétérosexuel blanc a forcément une sale gueule.

image_pdfimage_print

32 Commentaires

  1. Je veux bien soutenir les policiers, mais qu’ils commencent par se soutenir eux-mêmes…

  2. Les seuls qui accusent les policiers de racisme, ce sont ces connards de gauchistes.

    Ceux qui sont un peu plus perspicaces ont remarqué qu’ils ne sont pas racistes, mais simplement anti-nationaux.

    Ce qui est beaucoup plus grave puisque ça signifie qu’ils sont du côté du pouvoir mondialiste.

    • Désolé mais la majorité des vrais natio (pas les gens comme toi qu’on ne vois jamais sur le terrain) ne soutiennent plus les forces de l’ordre depuis les crapuleries de la manif pour tous… Repasse ta copie tu as dix ans de retard papy…

  3. Seuls des imbéciles peuvent encore soutenir « totalement » cette police qui n’est plus qu’une milice anti-nationale constituée des imbéciles qui se sont engagés dedans. Désolé, monsieur de Verdelhan, d’habitude vous écrivez de bons articles, mais la conclusion de celui-là invalide tout le reste et m’amène à me poser des questions sur vos capacités intellectuelles.

  4. Votre Céline était un délirant paranoïaque de style passionnel avec pour thème obsessionnel les JUIFS

    • Ni pardon, ni oublie, …toujours et encore ce retour à l’ancien testament les gens comme toi nous les gonflent…

  5. ils cherchent 500 noms de la diversité pour rebaptiser les rues
    pourquoi pas nafissatou dialo ?

  6. Mon soutien total à la police mais elle doit se faire entendre auprès des gouvernants pour être respectée !

    • pour être respecter il faut être respectable ,, et c’est loin d’être le cas de cette vermines en uniformes

    • Comme si le gouvernement en avait quelque chose à foutre de ses flics ! Ils ne sont que des laquais !

  7. Bravo ! Pour votre article

    Je suis ancien agent de sécurité privé et je ne reviendrais plus jamais travailler dans ce métier. Pour un simple porte plainte contre moi, la préfecture ma retiré mon agrément et j’ai perdu mon travail. Je me suis retrouvé au chômage et personne ne s’inquiété pour moi. Quelques mois plus tard j’ai obtenu un non-lieu, et après cour d’appel qui a confirmé ce non-lieu, j’aurai pu demander à nouveau ma carte professionnelle, mais j’ai été dégouté tellement par l’ingratitude de ce métier et je n’ai voulu plus jamais me faire humilier.

  8. Pour moi, les policiers, les gendarmes qui, sont le dernier rempart avant une anarchie, sont lâchés par leur hiérarchie. Ils mettent leurs vies en danger quotidiennement. Pour quoi ? Pour ce faire traiter ensuite devants les tribunaux ? Pour ce faire lyncher par nos dirigeants ? Des délinquants récidivistes ont plus de droit dans notre Pays, que ceux qui essayent faire juste bien leur boulot.
    C’est scandaleux ! Il faudra mettre fin à ce qui nous arrive ! Il faut se rebeller ! Dire Stop !
    Courage ! Vous avez tout mon soutien !

    • Ils ont des syndicats(gauchistes) qui les représentent (mal) qu’ils assument devant les magistrats (crypto-marxistes).
      Arrêtons de les plaindre si les flics avaient un minimum d’intégrité ils appliqueraient « la politiques des bras croisés ».

  9. Que les policiers et les gendarmes intègres fassent le ménage dans leur hiérarchie franc-maçonne, leurs syndicats et le recrutement d’une milice de l’oligarchie! Il faut lancer un appel aux forces de l’ordre et à l’armée : virez les criminels de l’Etat Macron représentant l’oligarchie mondiale qui redoute la révolte des gens et qui veut vacciner mortellement les populations, alors seulement le peuple sera avec vous! Sinon il sera contre vous! Jusqu’où les forces de l’ordre doivent-elles obéir à l’État? par Jacques Chassaing https://ripostelaique.com/jusquou-les-forces-de-lordre-doivent-elles-obeir-a-letat.html

  10. Je ne soutiens pas (plus) les forces de l’ordre!

    1/Manif pour tous
    2/corps médical ratonné
    3/commissaires de police c’est au 3/4 des frères 3 points(copains coquins)
    4/Gilets jaunes mutilés (la BAC s’est surpassée en cruauté)
    5/ Comportement de crasseux généralisé de la BAC lors de contrôle sur les européens
    6/servilité à toutes épreuve lors des contrôles sanitaires

    Putes ou chômeurs ils ont choisi …la pétasse qui fou rien à la maison ,la belle voiture ,les jolies fringues,le crédit de la maison et le poney club pour la petite…

    Moi j’ai choisi c’est ACAB et j’espère que coincer entre la classe populaire blanche et les raclures des cités ils en prennent plein la gueule.

    Le respect de l’uniforme cela se méritait autrefois!

    • Oh que oui ! Je suis heureux de lire des commentaires censés comme le vôtre. Merci.

  11. Alors, NON, aujourd’hui et aussi longtemps que les forces de l’ordre raiepublicain ne rejoindront pas le camp national, elles N’AURONT PAS mon soutien !

    • D’accord à 1000%. Se faire enc*ler et dire merci c’est pas mon truc non plus.

  12. Article qui mélange un peu tout et qui manque de clarté, pour arriver à une conclusion qui manque terriblement de lucidité !!!

    • Conclusion vraiment simpliste en effet, oserais-je dire, avec un petit jeu de mot, trop angélique ?!

  13. Bravo ! Pour votre article

    Je suis un ancien agent de sécurité privé et je ne veux plus jamais travailler dans ce métier. Parce qu’un personnage issu de la « diversité » a porté plainte contre moi, la préfecture a retiré mon agrément et j’ai perdu mon travail. Je me suis retrouvé du jour au lendemain au chômage et personne ne s’est inquiété pour moi. Quelques mois plus tard j’obtenais un non-lieu, confirmé en cour d’appel. Il m’était alors possible de demander une nouvelle carte professionnelle, mais dégouté par l’ingratitude de ce métier, je n’ai pas voulu me faire humilier à nouveau.
    Pour moi, les policiers, les gendarmes – derniers remparts avant l’anarchie – sont lâchés par leur hiérarchie. Ils mettent leurs vies en danger quotidiennement. Pourquoi ? Pour se faire tra

    • A la manif pour tous à Paris nous avions 1/4 de basanés chez les jeunes flics (donc vraisemblablement 1/2 de fils d’immigrés dans leur rang) donc la nouvelle génération de flic nous traitera comme les blancs en Afrique du sud!Les vieux flics ceux qui étaient les plus serviles ont gazé les bébés dans les poussettes et laissé les antifas entrer et sortir dans les cordons de CRS à plusieurs reprises.Je vais être direct avec toi ton nationalisme est plus que suspect car tu affiches des opinions ouvertement Gaulliste.Tes références historiques sont mauvaises tu adhères à la fable résistancialiste Gaullo-communiste du 8mai 1945 et de toutes les conneries républicaines(officielles) qui vont avec!
      Tu penses mal, tu analyses mal et tu réagis mal donc tu sers la soupe au système ploutocratique.

  14. Pour se faire traiter devant les tribunaux ? Pour se faire lyncher par nos dirigeants ? Dans NOTRE pays, les délinquants multi-récidivistes ont plus de droits que ceux qui essaient de bien faire leur travail
    C’est scandaleux ! Il faudra mettre fin à ce qui nous arrive ! Il faut se rebeller ! Dire Stop !

    Courage ! Vous avez tout mon soutien !

    Stanislaw Czerwinski

  15. En Manifs, ils voient plus souvent des Colorés que de petites Vieilles Blanches…
    Dans les Quartiers, c’est pareil…
    Mettons la Délation dans la Constitution !
    Remplaçons le BLANC du Drapeau !
    Pourquoi pas ???

  16. Soutien total à la police donc autant aux flics nègres qui jouit de mettre des 135e aux petits blancs pour défaut d’attestation qu’aux bons flics blancs négrophobes qui hésitent pas, contre avis de sa hiérarchie, à prendre en chasse deux bougn*les sur un scooter volé ? Et vous respectez le général de Villiers, celui qui dit que l’avenir de la rance est dans les cités (tiens encore un mot au sens détourné) négroïdes ?
    MOI PAS DU TOUT !

  17. Trop long à lire, on ne va pas jusqu’au bout.
    Non, les flics ne sont pas racistes, ils sont « anti-Blancs »…

Les commentaires sont fermés.