Nos députés ont voté oui à un traité qu’ils n’ont pas lu et auquel ils ne croient pas

Le 8 octobre s’est tenue à Paris une conférence sur le TSCG organisée par Forum Démocratique et réunissant divers acteurs défavorables à ce traité.

Devaient être présents des députés de gauche comme de droite, accordés sur l’aberration de sa ratification.

Devant plus de 400 personnes, ce sont finalement quatre intervenants qui ont pris le micro, deux d’entre eux s’étant désistés à la dernière minute. Ainsi Marie-Françoise Bechtel (MRC) qui avait finalement plus urgent à faire, et Patrick Le Hyaric du FDG qui s’est soudainement et opportunément rappelé qu’il devait partir pour Bruxelles. Il se murmure qu’en réalité son chef Mélenchon, celui qui entretient un curieux rapport avec le débat démocratique, lui aurait ordonné de ne pas s’y rendre.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu7e89_introduction-de-philippe-murer-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news[/dailymotion]

Maître de cérémonie, Philippe Murer, Président de l’association Manifeste pour un Débat sur le Libre Echange, ouvre la conférence en nous montrant des courbes et des chutes à ne pas atteindre. La France et l’Allemagne ne semblent pas être les pays les plus mal en point de la zone euro mais sont en sursis.

Il prévient que selon l’article 3, les déficits ne doivent pas dépasser 0,5% du PIB mais que s’ils dépassent les 3% les sanctions seront immédiates avec une mise sous tutelle.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu823n_intervention-de-francois-asselineau-president-de-l-upr-a-la-conference-du-forum-democratique-du-8-oc_news?start=10[/dailymotion]

Lui emboîtant le pas, François Asselineau (UPR) a ironisé tout d’abord sur l’absence des membres du FDG et du MRC puis a avoué regretter que d’un point de vue démocratique, des élus du PS, du Modem, de EELV, du « vrai » UMP (clin d’œil à J. Myard) et du FN n’aient pas été présents pour apporter leur pierre à l’édifice. Dans le public une femme a crié que Marine Le Pen n’avait pas été invitée à participer.

Il a fustigé l’Amérique responsable de la mort lente de notre vieille Europe, a rappelé que la Convention Européenne est une invention américaine et que les Américains avaient prévu la monnaie européenne dès les années 60 et que nos dirigeants sont des marionnettes de l’Oncle Sam avec un pistolet sur la tempe. Il a été applaudi lorsqu’il a prononcé ces mots « les armes ce sont les médias et les cibles ce sont les cerveaux ».

Bon orateur, il a ensuite condamné les articles 121, 122 et 123 du traité qui donnent les pleins pouvoirs aux banques et s’est moqué du sinistre Mario Draghi totalement soumis à Goldman Sachs.

F. Asselineau s’est déclaré ouvert aux alliances avec d’autres partis sur cinq points non négociables, dont le sauvetage de la France est la priorité avant toute autre. L’assemblée s’est esclaffée lorsqu’il a donné en exemple un De Gaulle à qui au lendemain du 18 juin 40 un journaliste serait venu demander ce qu’il pensait du mariage gay… Ses autres conditions non négociables sont la sortie de l’UE et de l’Euro, de l’Otan et enfin le respect du peuple français. Applaudissements…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu7psg_intervention-de-nicolas-dupont-aignan-dlr-lors-de-la-conference-organisee-par-le-forum-democratique_news[/dailymotion]

Nicolas Dupont-Aignan, arrivé en retard, a pris sa suite. On le sentait en campagne électorale pour 2014.

Il nous a affirmé que 90% des députés n’auraient pas lu le traité pour lequel ils ont voté dès le lendemain, et qu’il fallait une loupe pour le déchiffrer. L’un d’eux lui aurait dit qu’il allait voter oui par « résistance », alors qu’un autre a carrément reconnu que bien qu’il allait voter oui, il savait parfaitement que l’euro était déjà mort.

Tous les députés savent que le système est condamné  mais espèrent juste gagner du temps. Mais du temps pour quoi ? Combien de temps ? A quel prix ?

Il a réclamé un retour à l’Europe des nations et la mise en place d’un protectionnisme salvateur.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu8fe3_intervention-de-jacques-myard-ump-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news[/dailymotion]

Dans son costume jaune, Jacques Myard a entamé son discours par un très apprécié « je suis un Gaulois irréductible depuis toujours ! ».

Paraphrasant Platon, il a accusé les socialistes et d’autres plus à droite de tuer la démocratie en donnant tous les pouvoirs à une technocratie irresponsable, il les a enjoints à être des politiques responsables prêts à relever leurs manches pour remettre à flots le bateau France sans en référer à Bruxelles.

Il a dénoncé l’utopie de la monnaie unique génératrice de récession et d’austérité, rappelant qu’une monnaie est un instrument qui doit s’adapter à la force de l’économie, puis a confirmé lui aussi l’inapplicabilité du traité par le seul fait de ne pouvoir sanctionner encore davantage un état déjà mal en point.

Appelant à la coopération d’une Europe des nations souveraines, il nous a promis avec pessimisme une crise d’une dizaine d’années, fustigeant ensuite les européistes pour qui « le monde est en train de se sauver sous leurs pieds et ils n’ont pas compris qu’ils sont déjà dans les poubelles de l’Histoire ».

M. Myard a conclu son intervention en appelant à opérer une surveillance du côté de l’Afrique et des pays du Proche et du Moyen-Orient, et à réinvestir dans la diplomatie et l’armée.

 

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu8id2_intervention-de-jacques-nikonoff-m-pep-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news[/dailymotion]

Le dernier intervenant était M. Jacques Nikonoff du MPEP (Mouvement Politique d’Education Populaire).

Comme N. Dupont-Aignan, il a dénoncé l’impossibilité d’atteindre les objectifs du TSCG, et s’est insurgé en outre contre l’article 8 qui n’est rien de moins qu’un appel à la délation.

Avec un ton de politicien en campagne pour 2014, il a déclaré ce traité comme étant le bébé du trio Merkel – Sarko – Hollande, puis a réclamé d’une part un référendum sur la sortie de l’UE et de l’Euro, et d’autre part une sortie de l’OMC, du FMI et de l’OTAN.

M. Nikonoff nous a alarmé sur l’objectif de ce traité et de l’UE qui n’est rien d’autre que la destruction de notre système de santé avec à terme la disparition pure et simple de la Sécurité Sociale, mais plus généralement la destruction de l’ensemble de notre modèle démocratique, organisée par le Président du Conseil Européen, Herman Van Rompuy, celui dont la nomination avait été tant décriée, à la fois par ceux qui n’avaient jamais entendu parler de lui et par ceux qui justement en avaient entendu parler et déploraient son absence totale d’expérience.

Une voix parmi d’autres détracteurs à l’époque de sa nomination, celle de Nigel Farage qui disait de lui en février 2010 au Parlement Européen : « Je ne veux pas être malpoli mais, vraiment, vous avez le charisme d’une serpillière humide et l’apparence d’un employé de banque de bas étage. Et la question que je veux poser, que nous nous posons tous, c’est : qui êtes-vous ? Je n’ai jamais entendu parler de vous. Personne en Europe n’a jamais entendu parler de vous. Je voudrais vous demander, monsieur le président : qui a voté pour vous ? Et quel mécanisme ? […] Je sens que vous êtes compétent, capable et dangereux. Et je n’ai pas de doute que votre intention soit d’être l’assassin discret de la démocratie européenne et des Etats-nations européens. […] Monsieur, vous n’avez aucune légitimité dans cette fonction et je peux dire avec la confiance de pouvoir parler au nom de la majorité du peuple britannique en disant : nous ne vous connaissons pas, nous ne voulons pas de vous, et le plus tôt vous aurez dégagé le terrain, le mieux ce sera ! » (1).

Le fait est que M. Van Rompuy, accessoirement membre du groupe Bilderberg, n’a pas été élu par un vote à main levée comme cela avait été prévu à l’origine, mais désigné de nuit « derrière des portes closes » par le Conseil Européen sans qu’à ce jour aucun pays ne sache quel pays l’a soutenu. On sait simplement que sa nomination a été favorisée par un certain Etienne Davignon, vice-président de Suez-Tractebel et Président des Bilderberg, lequel avait une dette financière vis-à-vis de Van Rompuy, dette opportunément effacée par ce tour de passe-passe. Petits arrangements entre amis avec les peuples utilisés comme monnaie d’échange…

En conclusion, nos députés ont majoritairement voté en faveur d’un traité qu’ils n’ont pas lu et auquel ils ne croient pas. Ils savent que la mort de la France et des autres pays est au bout et ils s’en fichent éperdument, un je-m’en-foutisme très probablement favorisé par leurs émoluments soporifiquement et traitreusement efficaces.

Et nous sommes à la merci de ces gens-là, de ces enfoirés royalement entretenus par nos généreux deniers pour nous détruire, rien de moins.

Caroline Alamachère

(1)  (Ils ont acheté la presse – Benjamin Dormann)

Intervention P. Murer : http://www.dailymotion.com/video/xu7e89_introduction-de-philippe-murer-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news

Intervention F. Asselineau : http://www.dailymotion.com/video/xu823n_intervention-de-francois-asselineau-president-de-l-upr-a-la-conference-du-forum-democratique-du-8-oc_news?start=10

Intervention N. Dupont-Aignan : http://www.dailymotion.com/video/xu7psg_intervention-de-nicolas-dupont-aignan-dlr-lors-de-la-conference-organisee-par-le-forum-democratique_news

Intervention J. Myard : http://www.dailymotion.com/video/xu8fe3_intervention-de-jacques-myard-ump-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news

Intervention J. Nikonoff :

http://www.dailymotion.com/video/xu8id2_intervention-de-jacques-nikonoff-m-pep-a-la-conference-du-forum-democratique-le-8-octobre-2012_news

 

image_pdf
0
0