Nos dirigeants sont fort bien récompensés de leurs trahisons

hollandetraitre

2016 ! Voilà une nouvelle année qui commence sous des auspices de mauvaise augure pour l’économie mondiale. La Chine s’essouffle, les Etats-Unis patinent un peu, l’Europe continue ses errements si chers aux contribuables et pourtant si improductif. Si cette tendance se confirmait, la France en pâtirait peut-être, mais Hollande pourrait toujours dire que cela n’est pas de sa faute. On a l’habitude.

Pourtant, quoi qu’il en soit, même si la croissance, bien qu’éminemment importante n’était toujours pas au rendez-vous que l’incompétence lui fixe avec une récurrence de métronome aveugle, je ne suis pas convaincu que l’humain ne soit qu’un ventre qu’il faille emplir pour le satisfaire. Il a aussi un esprit et aussi un cœur.

C’est précisément ce qui le différencie des autres espèces. C’est aussi précisément ce qui le rend parfois vulnérable.

Les hommes en général et les Français en particuliers ont le sentiment qu’ils organisent et maitrisent leur existence, en tous cas qu’ils exercent un contrôle, sur le plan politique, de celle-ci. Est-ce bien la réalité ?

On est en droit de se poser la question quand on observe le décalage qui existe entre l’ahurissante assurance affichée par les « élites » dirigeantes (c’est-à-dire tous ceux qui ont la main sur une manette publique, surtout, mais parfois privée, disons bancaire, grande ou petite) et l’incertitude des « masses » dirigées (c’est-à-dire tous ceux qui sont soumis aux conséquences de l’action des premiers).

En l’occurrence, 2015 fut un bel exemple du conflit d’intérêt existant entre les décisions politiques prises par les « dirigeants » et celles que les peuples (et notamment celui de France) auraient voulu qu’elles soient.

L’Europe et la France ont été soumises à la catastrophique recrudescence des mouvements migratoires dont les effets désastreux se font sentir dans tous les domaines de la vie. A Calais, comme en de nombreux territoires perdus de la République, chacun peut observer la détérioration du climat social, de la cohésion nationale et même de la première des libertés républicaines c’est-à-dire la sécurité, mises à mal par la simple insertion de populations hétérogènes incontrôlées violentes et toujours plus nombreuses et revendicatrices.

Chacun peut déduire de ce qu’il voit, de ce qu’il vit au quotidien, que ces ravages sont dû, pour une très large part, à l’arrivée de gens qui ne veulent et ne peuvent s’assimiler à notre fait social, comme l’avait prédit en son temps le roi du Maroc Hassan II.

Cela est une évidence dont seule la mauvaise foi ou l’intérêt bien compris et caché peut interdire l’appréhension.

Nos dirigeants, de tous bords, paraissent privés de cette perception. Sont-ils de mauvaise foi ou bien sont-ils guidés par la recherche d’un avantage ?

Il faut considérer que c’est les deux mon capitaine !

Ils sont de mauvaise foi car la situation d’aujourd’hui est le résultat de toutes leurs inconséquences multipliées pendant 40 ans, contribuant d’abord à faire venir, par millions, des personnes aux cultures si différentes que le choc ne pouvait être que frontal avec la notre.

Ils ont galvaudé l’idéal républicain de laïcité au profit d’un communautarisme instrumentalisé par leur théorie absurde de « diversité ». Sur ce plan, Sarkozy n’a rien à envier à aucun cacique de la gauche et Juppé, en la matière, vaut bien Valls. Nous ne voulons pas de leur « vivre ensemble » qui au fil du temps et devenu un « vivre avec eux ».

Mais ne nous y trompons pas, tous ces beaux messieurs, guidés, unis et promus par toutes les « engeances » informelles ou structurées mais secrètes et puissantes dont la finance mondialisée est le moteur, ont un intérêt majeur à poursuivre leurs méfaits puisque c’est de ces spectres agissants qu’ils tiennent leur pouvoir et leur richesse.

Malgré l’insignifiance de l’Union Européenne, malgré ses échecs et ses contradictions, tous ces frères pétards de l’intégration continentale inopérante, persistent à en faire l’instrument de leur force. Moins de souveraineté des peuples c’est assurément pour eux la garantie de la prolifération de leur mafia, de leur cooptation consanguine et de la perpétuation de tous les avantages qu’ils se partagent aux frais de ces abrutis de contribuables.

Ils ont fait de l’école républicaine l’instrument de la contestation identitaire des nouveaux résidents alors qu’elle fut par le passé un formidable outil d’apprentissage de la citoyenneté quand Italiens, Polonais ou Portugais sont arrivés. Cherchez à qui profite le crime !

Aujourd’hui, pour la droite comme pour la gauche, favoriser l’étranger au détriment des nationaux s’est s’assurer d’un électorat futur que la natalité galopante des premiers alimentera. C’est aussi se que se dit Angela Merkel.

Ne nous laissons plus surprendre et impressionner par leur dissonances cognitives qui les conduits à s’attendrir sur le sort des victimes du terrorisme, du chômage ou des dix plaies d’Egypte, mais à ne rien entreprendre de sérieux pour en supprimer les causes, préférant naturellement s’en prendre à leurs effets. Cette attitude ne mange pas de pain, elle permet d’endormir le quidam et de patienter sur le dos des victimes. En attendant, le business continue.

Le dévoiement des signes symboliques de la République est chez eux un exercice dont ils poussent très loin la recherche. Par exemple, l’octroi de la légion d’honneur est accordé à des centaines de personnes dont on peut chercher longtemps quels éminents services civils ou militaires ils ont bien pu rendre à la Nation pour mériter une telle distinction. D’autres sont royalement ignorés parce que leur promotion n’aurait qu’un faible retentissement médiatique.

Pour un citoyen anonyme, cela se nommerait corruption, abus de confiance, faux, usage de faux et ce maudit fauteur serait puni à la hauteur de ses délits par la garde des sceaux.

Il serait loisible de faire un inventaire qui ne serait jamais exhaustifs de toutes les malversations de tous les reniements et de toutes les contradictions dont le peuple de France est victime par la faute de ces dirigeants solidairement responsables.

Nul n’est sommé de croire tout cela sur parole et si la simple observation ne suffit pas à valider cette analyse, je recommande la lecture du livre de Malika Sorel-Sutter « la décomposition Française ».

Elle est le vilain petit canard noir qui confirme ce que l’on pressent de l’extérieur du pouvoir, par un témoignage digne de confiance car issu d’un vécu de l’intérieur.

Elle dispose d’un avantage énorme sur messieurs Zemmour, Camus ou Finkielkraut qui ont énoncé les mêmes vérités. Ce privilège est du au fait qu’étant d’origine Algérienne, elle ne peut être convaincue de parti pris.

Je crois bien que s’ils avaient même osé n’en dire que la moitié, ils seraient sous les verrous aujourd’hui, Taubira oblige.

Cela étant, pourquoi, me direz-vous, y-a-t-il encore une majorité de Français pour aider par leur accord électoral cette clique nauséeuse et dangereuse à détenir les clefs du pouvoir ?

Je vois deux raisons à cela.

La première est l’intérêt, l’ignorance et la seconde.

L’intérêt est celui de tous ceux qui détiennent un quelconque avantage de cette situation et qui bien entendu ont tout à gagner à ce que la situation se poursuive ainsi, élus, chefs d’entreprise à vocation internationale, journalistes subventionnés et beaucoup d’autres encore qui se côtoient en loge maçonnique ou dans les associations confessionnelles, amicales ou professionnelles.

L’ignorance est celle du plus grand nombre qui pour mille et une raisons se contentent des affirmations souvent infondées des politiciens, sans aucun esprit critique.

Elle est celle que la peur instille par le biais des propos fallacieusement alarmistes. Par exemple les risques d’une sortie de l’Euro, voire de l’Europe sont instrumentalisés à l’outrance et sans réelle démonstration.

Aussi, le vœu que je voudrais exprimer pour mon pays est le suivant :

Que notre peuple ouvre enfin les yeux. Que nos concitoyens comprennent que toutes ces politiques menées depuis 40 ans sont contraires à leur intérêt, à celui de leurs enfants et à celui de la NATION.

Qu’ils aient foi en la démocratie mais qu’ils sachent en faire bon usage car elle est leur force et la garantie de leur avenir.

Qu’ils refusent enfin les dictats et les faux semblants de Messieurs Hollande, Valls, Juppé, Sarkozy qui mimant le combat politique ne font, en réalité, que s’unir sur leur dos.

Jean-Jacques FIFRE

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdf
0
0

5 Commentaires

    • c’est ses veaux francais qui maintiennent au pouvoir depuis 40ans, umps,ils creusent eux meme leurs tombes et la notre en meme temps,regardez la vente 1 millions d’exemplaires de charlie hebdo,un matracage pendant plusieurs jours par les merdiats et tout ces moutons se precipitent pour acheter ce torchon gauchiste qui ne se vendait plus,je comprends pourquoi la presse et les merdiats ont ete rachetees par la finance et les anti france,nous ne sommes pas sortie de la merde avec ces connards la

      • vous avez complètement raison les français son des veaux et des moutons qui suivent le loup pour se faire égorger et pour les femmes violer .

  1. Mais un jour viendra ou il sera jugé par le peuple…..et fusillé pour trahison,et j espère être aux premières loges.il me debecte cette ordure.

Les commentaires sont fermés.