1

Nos églises vandalisées : le gouvernement s’en contrefout

Ou : la destruction systématique par macron et Cie des joyaux architecturaux

Hier, la charmante église Saint-Aubin de Romilly-la-Puthenaye, à une vingtaine de kilomètres d’Evreux (Eure), a été complètement détruite par un incendie au petit matin. Plusieurs œuvres précieuses sont parties en fumée. Les dégâts sont estimés à un million d’euros (France Bleu Normandie).

La gazette locale précise : « L’Etat se mobilisera au soutien de la commune pour la sécurisation et la reconstruction de ce joyau normand. C’est sûr ! Les caisses sont tellement pleines, yapluka puiser. Les Français seront heureux de contribuer au sauvetage, déjà qu’ils sont tellement gâtés ! De toutes façons, avec les économies qu’ils font actuellement, plus de resto, plus de concerts, plus de voyages, plus de coiffeur, plus de rouge à lèvres, plus d’invitations, ils ne vont pas se plaindre, quand même !

Malgré l’intervention d’une quarantaine de pompiers de trois compagnies différentes, la charpente et le clocher se sont effondrés, consumés par le feu qui s’est rapidement propagé à la structure en bois de l’église. Le feu a nécessité la présence d’un drone thermique et d’un bras élévateur car l‘édifice menaçait de s’effondrer.

Le maire, Jean-Bernard Juin, a « immédiatement pensé à l’incendie de Notre-Dame ». C’est le cœur de la commune qui a brûlé. Abasourdi : « Il y avait des flammes jusqu’en haut du coq et tout s’est écroulé. Il n’y a plus que les quatre murs. Tout le mobilier est brûlé notamment un retable d’une valeur inestimable. C’est une catastrophe ».

Des tableaux de grande valeur et la statue de la Vierge, récemment transférés à Saint-Aubin sont également réduits en cendres. Les pompiers n’ont pu sauver qu’une statuette en terre cuite datant du XVe siècle et quelques toiles situées à part dans la sacristie. Selon les premières estimations, il y en aurait pour un million d’euros de dégâts et de travaux. Sébastien Lecornu, ministre originaire de l’Eure promet que le gouvernement fera « tout pour qu’une reconstruction soit possible ».

Le gouvernement fera tout ? C’est une blague, rassurez-vous. Macron et ses sbires ne pensent qu’à la mondialisation, ce n’est pas une petite église de village qui va les impressionner. On garde le cap. On se concentre sur le vaccin. Point.

Selon les premières constatations des pompiers, l’incendie serait parti de la façade avant de l’église Saint-Aubin avant de se propager à la sacristie.

Une enquête va être ouverte lundi pour déterminer les origines de l’incendie. La piste criminelle n’est pas privilégiée. Le maire, moins tordu que la plupart : « Je me méfie, on entend tellement de choses aujourd’hui… ». Il précise que l’église était bien entretenue. Il y a deux ans, après une tempête, le coq et la croix du clocher avaient  été rénovés.

Quant à la gendarmerie, dûment formatée, elle  » s’oriente vers une origine accidentelle ».

Toutes ces admirables églises, vandalisées et incendiées. Objets de culte renversés, statues brisées, bancs retournés, carreaux brisés, cimetières saccagés, stèles renversées, plaques souvenirs et croix cassées. Vitraux lapidés. Tabernacles ouverts, hosties éparpillées, excréments jetés sur les murs. L’autel, un tas de cendres, les tapisseries carbonisées, les chaises massacrées, les confessionnaux disloqués.

A Saint-Laurent de Lambézellec à Brest ; le curé « J’ai trouvé les cierges et chandeliers renversés et la lampe du tabernacle volée ! Alors que je laisse mon église ouverte tous les matins pour que les gens puissent y passer, se recueillir et prier paisiblement. »

L’Église avec un E majuscule, qui communique peu sur le sujet, préfère rester discrète afin d’éviter tout mimétisme.

D’autres lieux de culte sont également ciblés. À Lusignan (près de Poitiers), le tabernacle de la chapelle Sainte-Anne a été fracturé. Le ciboire contenant les hosties a été volé et celles-ci jetées dans le tabernacle. A Nîmes, des actes de vandalisme ont été constatés à Notre-Dame-des-Enfants. Le tabernacle a été cassé, des hosties projetées sur les murs et à terre, divers objets religieux dégradés et des excréments jetés sur les murs intérieurs de l’édifice.

Le Figaro révélait fin mars 2019 un bilan de 877 dégradations en 2018. Bien entendu ; le ministère de l’Intérieur n’en évoquait qu’environ 700.

Août 2020 : en allant célébrer la messe, le prêtre trouve les entrées de l’église Jésus-Ouvrier de Saint-Auban, (Château-Arnoux-Saint-Auban, dans les Alpes-de-Haute-Provence), souillées par des excréments et autres immondices.

Croix renversées et souillées de symboles nazis.

Ce sont parfois les chrétiens qui sont attaqués, soit lors d’une procession comme à Nimes en octobre2011 lors de la traversée d’une cité.

Pour les mosquées, en revanche, un cataclysme se déclenche :

Février 2013, la mosquée d’Ozoir-la-Férière est taguée de slogans et de croix gammées.

http://www.leparisien.fr/avon-77210/des-croix-gammees-taguees-sur-la-mosquee-04-02-2013-2537789.php

Quel est le traitement « lisible » de ces événements déplorables ?

Le massacre de la statue (du 19ème siècle probablement) de l’église de Lyon, a été classée « faits divers » (ou « incivilité ») un seul article dans la presse régionale d’une sobriété égale à sa brièveté (60 mots max). Aucune réaction d’une autorité religieuse (concernée ou non) si ce n’est celle du curé. Ni politique… Aucun qualificatif…

Pour ce qui est des tags et slogans de la mosquée d’Ozoir :

Presse nationale : Le Figaro, Libération, Le Parisien, Métro… Les hebdo : Le Point, L’Express… La presse régionale : Ouest-France, La dépêche, La Montagne…. Autrement dit, une profusion de réactions!

Pour « Le Monde », taguer une mosquée en construction, c’est une profanation. Souiller une église millénaire, non !

Au choix, si la porte de l’église se trouvait fermée et pas de sacristain bénévole du nom typiquement français d’Abayisenga pour filer la clé, on peut toujours se rabattre sur les cimetières :

Tombe d’un ancien combattant, souillée par des excréments avant-hier au cimetière de Combles (Somme)

Petit rappel pour les adeptes de la « piste accidentelle » :

Eglise Sainte-Foy de Lyon (Rhône), tentative d’incendie, mai 2018

Eglise Notre-Dame des Graces de Revel (Hte Garonne) incendie criminel, juin 2018

Eglise Saint-Vaast de Béthune (Pas-de-Calais). Incendie, a priori criminel, juin 2018.

Eglise Sainte Brigide de Plappeville (Moselle), incendie criminel, juin 2018

Notre-Dame-des-Enfants, Nîmes : badigeonnage de cacas humains sur un mur. Avril 2019.

Eglise Sainte-Thérèse de Rennes (Ile et Vilaine), juillet 2018

Eglise de Villeneuve d’Amont (Doubs) ravagée par un incendie, aout 2018

Eglise Saint-Pierre de Neuilly sur Seine, incendiée par un acte criminel.

Saint-Sever (Landes), chapelle du Péré, incendie criminel, septembre 2018

La Tour du Pin (Isère) : tentative d’incendie septembre 2018

Sables d’Olonne (Vendée) : incendie dans la chapelle du sacré Cœur, octobre 2018

Eglise Saint-Jean de Bruel, octobre 2018

Eglise Sainte-Madeleine, à Toulouse (Haute-Garonne), octobre 2018

Eglise évangélique d’Annemasse (Haute-Savoie), novembre 2018. Les causes ne sont pas connues. Pas de photos disponibles. Disparu, les clichés ?

Basilique Saint Epvre de Nancy, incendie de la sacristie, en partie détruite, novembre 2018

Cathédrale Saint-Maclou de Pontoise (Val d’Oise) : début d’incendie, 24 novembre 2018

Sélestat, incendie criminel dans l’église, janvier 2019.

Eglise Saint-Jacques de Grenoble (Isère). Incendie „considéré comme accidentel“, janvier 2019, malgré la revendication par un groupe anarchiste

Incendie de la cathédrale de Lavaur (Tarn), février 2019

Église Saint Esprit de Bayonne, incendie, janvier 2020,

Début d’incendie en l’église Saint-Sulpice de Paris, mars 2019.

Cathédrale Notre-Dame de Paris, avril 2019

Église Notre-Dame-de-Grâce, à Eyguières, avril 2019, quelques heures après la messe de Pâques !

Le 18 juillet 2020, Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes. Incendie criminel déclenché par l’un des convives de monsieur macron. (Observatoire du patrimoine religieux – 75009 Paris). Invités qui n’ont même pas hésité à assassiner le père Hamel dans son église ! Bravo la protection des Français ! (Le gouvernement „fait tout“!)

Pour voir, rien qu’une minute : imaginons un malfrat français (du genre blondin) porteur de bracelet électronique pénétrer dans une mosquée, enjamber cent postérieurs braqués dans le sens opposé à la Mecque, shooter dans les tapis de prière et se diriger vers sa sainteté l’imam pour lui planter un scramasaxe dans l’encolure ! Arrêt immédiat des programmes télé, banderoles sur toutes les autoroutes de France, intervention personnelle de l’arrogant et de darmanin, le violeur encore présumé, panneaux d’affichages chamboulés dans les aéroports, avertissements bruyants dans les gares, éditions spéciales, interruption des émissions à la radio, accaparées par le compte-rendu prolongé et consistant du déroulement et de l’épouvantable perte. Interviews de dizaines de fidèles quittant en sanglots le lieu de culte profané, incapables de sortir le moindre son du larynx, tremblants, la jubbah trempée de larmes, la calotte de travers, incapables d’égrener la moindre perle de prière.

C’est toute la différence. Et nous sommes en France.

Anne Schubert