Nos élites glorifient la laïcité mais œuvrent pour l’Allahicité

Publié le 26 décembre 2013 - par - 1 162 vues
Traduire la page en :

Le récent rapport sur l’intégration, publié sur le site de Matignon (1), m’a remis en mémoire les paroles de Paul Valéry : « Nous autres civilisations, savons maintenant que nous sommes mortelles » (2)

Une civilisation peut disparaître de différentes manières : elle peut connaître une fin violente, s’éteindre doucement de vieillesse, ou en souffrant d’une maladie funeste. La décision de quelques-uns peut parfois changer le destin d’une multitude. Ainsi, juste après les sept grandes expéditions navales de l’amiral Zheng Hé, les empereurs Ming décidèrent que le reste du monde n’avait rien à apporter à la Chine et firent détruire la flotte de haute mer chinoise, laissant le champ libre aux portugais après leur doublement du Cap de Bonne Espérance. Au firmament des civilisations, l’étoile de la Chine commença de pâlir et celle de l’Occident de resplendir.

Pendant cinq siècles l’Occident a imposé au monde sa conception « prométhéenne » basée sur une foi inébranlable en ses valeurs chrétiennes, la vision d’un progrès sans fin, l’affirmation de l’individu face à la communauté et celle de la démarche scientifique face à la croyance.

La démesure (hybris), crime capital pour les grecs, a perverti le projet, épuisé les forces créatrices en semant le doute et appelé sa propre condamnation (némésis). Comment tant de grandes vertus ont-elles finalement engendré plus de maux que l’oisiveté n’a jamais créé de vices, se demandait Paul Valéry ? L’individualisme forcené a brisé les liens sociaux et la transmission des traditions. Une science débridée a désenchanté le monde et transformé en cauchemar le rêve d’infini progrès. Détrôné par les idéologies politiques, le christianisme a cessé de jouer son rôle de référence morale et de cohésion sociale. Ne sachant plus ni d’où il vient ni où il va, l’Occident a perdu l’envie de créer, de procréer, et même de lutter pour la défense et la transmission de ses valeurs.

Ignorant tout autant leur propre histoire que celle des autres, nos « élites » s’efforcent de promouvoir l’Allahicité, une culture totalement étrangère à nos principes fondamentaux et qui a largement démontré son incompétence et sa nocivité dans le cadre d’une société moderne multiculturelle. Ces nouveaux mandarins eunuques appellent de leurs vœux une « laïcité ouverte », c’est à dire comme sont « ouvertes » une ville ou une paire de cuisses en se soumettant sans résistance à l’agresseur. Mais ils seront perdants de toutes les manières, car en cas d’échec, ils subiront le sort des traîtres, et en cas de réussite, ils subiront le sort des « idiots utiles ». L’Allahicité impose en effet le type de personne qu’ils abhorrent : homme, blanc, croyant et hétérosexuel …

Eric Coffinet

(1) Ce rapport a été depuis effacé du site de Matignon mais il reste consultable à

http://www.uni.asso.fr/spip.php?article11003

(2) Paul Valéry, « la crise de l’esprit », 1919

http://classiques.uqac.ca/classiques/Valery_paul/crise_de_lesprit/valery_esprit.pdf

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi