Notre démocratie survivrait-elle à la possible absence de Marine Le Pen aux présidentielles ?

Publié le 23 janvier 2012 - par - 1 216 vues
Share

Pour se présenter  aux élections présidentielles il faut que le candidat recueille 500 signatures d’élus.
Les élus qui peuvent « parrainer » un candidat sont environ 45 000 dont 36 000 maires :
– les députés et sénateurs
– les maires
– les membres élus de l’Assemblée des Français de l’étranger
– les présidents des organes délibérants des communautés urbaines, des communautés d’agglomération et des communautés de communes
-les conseillers généraux des départements, de Mayotte, de Saint Pierre et Miquelon et du conseil de Paris
-les conseillers régionaux
– les membres élus de l assemblée de Corse , de l’assemblée de la Polynésie française, du congrès et des assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie et de l’Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna,
– le président de la Polynésie française et le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie,
-les membres du Parlement européen élus en France et ressortissants français.

Ce dispositif a été instauré en 1962 par un article de la loi qui a institué le suffrage universel direct. À l’époque, le nombre de signataires nécessaire n’était que de 100 et leur identité n’était pas rendue publique. Il est passé à 500 et la décision de rendre leur identité publique a été prise par une réforme de 1976.  Ce dispositif a pour but de limiter les candidatures. Rendre un parrainage public est une façon de faire pression sur les élus  vis-à-vis de leurs administrés.
Pour les candidats du PS et de l’UMP, recueillir ces parrainages est une formalité, pour les autres candidats  c’est un dur combat de persuasion.

Marine Le Pen dit ne pas les avoir pour l’instant, ainsi que Dominique de Villepin et Christine Boutin  qui menace de sortir une « bombe atomique » contre Sarkozy si elle n’obtient pas les fameux parrainages.Curieusement Jean-Luc Mélenchon  et Éva Joly , qui atteindraient 6 % pour lui et 3% pour elle , n’ont aucun souci pour ces signatures.
Mon propos est plutôt de regarder pourquoi d’après moi Marine Le Pen obtiendra les 500 signatures.
Dans tous les sondages on voit une montée inexorable de Marine Le Pen. Ses idées sur la préférence nationale, sur l’immigration, sur l’islam, sur la laïcité, sur l’Europe rencontrent une adhésion de plus en plus conséquente de la part des Français.

Dans le dernier sondage d’opinion, François Hollande recueille 27%  Nicolas Sarkozy 23 %, Marine Le Pen 21 % et François Bayrou 14%. (Sondage Ifop du 17 janvier 2011 )
www.parismatch.com/Actu-Match/Presidentielle-2012/la-presidentielle-en-temps-reel.html 

Les sondages ne font pas les élections mais ils influent sur l’opinion des gens.

Si la candidate du Front National ne peut concourir faute de signatures, on aurait là un déni de démocratie. Comment les grands partis pourraient expliquer que 21% des électeurs ne puissent pas voter pour leur champion ? Pensent-ils que ces électeurs potentiels voteraient pour eux, je crois plutôt que cet électorat s’abstiendrait puisqu’il ne se retrouve pas dans idées des deux partis majoritaires. Pourrait-on encore parler de démocratie pour la France si 21 % des électeurs ne pouvait pas voter pour le candidat de leur choix ?

Si Marine Le Pen ne peut pas se présenter aux présidentielles , l’indignation de ses électeurs potentiels sera  telle qu’ils se défouleront probablement aux élections législatives suivantes. L’élection de 2012 se fera-t-elle sans Marine Le Pen ?

Présidentielle sans Marine Le Pen ?

Quelle crédibilité aurait une élection avec un fort taux d’abstention ? Le Président choisi pourra-t-il se vanter d’être le représentant de tous les Français ?

Certains disent que le parti de Marine Le Pen n’est pas républicain… Or ce parti ne demande pas l’abandon de la République, reconnait les valeurs de la Constitution et surtout n’est pas interdit  contrairement à certains groupuscules qui d’ailleurs ont été dissous (Unité radicale : dissoute en 2002, suite à la tentative d’assassinat de Jacques Chirac par Maxime Brunerie. Ordre nouveau : fondé en 1964, dissout en 1973).

Regardons les électeurs potentiels de Marine Le Pen, ils sont d’origine sociale très variée cela va du gros industriel à l’artisan en passant par les couches les plus populaires et les retraités, de l’extrême droite traditionnelle aux anciens électeurs du PCF. Dans le nord de la France, ancien territoire du PCF, le vote pour Marine Le Pen est affirmé et revendiqué haut et fort alors qu’auparavant voter pour le Front National était vilipendé. Il suffit de se souvenir des résultats des dernières élections cantonales (2011) PS : 24,94 %, UMP : 16,97 %, FN : 15,06% pour se rendre compte de l’influence grandissante des idées du Front National en France.
Personne ne peut dire comment cet électorat se comportera au deuxième tour en cas de duel Hollande –Sarkozy, c’est d’ailleurs une difficulté pour les grands partis comment attirer cet électorat hétéroclite.
En 2007 Nicolas Sarkozy avait pris des voix au FN mais la crise et la façon de gouverner sont passées par là. L’anti-sarkozysme est une réalité et beaucoup préféreront s’abstenir si Marine Le Pen n’est pas présente plutôt que de voter pour le candidat de l’UMP.
François Hollande n’attire pas beaucoup non plus ces couches de population .Le sentiment de ressemblance entre UMP et PS est indéniable. Le sentiment que le PS est avant tout le parti des « bobos » est de plus en plus palpable. Le fait que le PS se soit abstenu lors de deux  votes importants (Le traité de Lisbonne qui rappelons- le était la forme édulcorée du TCE rejeté par le référendum de  2005, la loi contre la burqa qui était largement soutenue par une majorité de Français) a marqué beaucoup de personnes.

Pourquoi Marine Le Pen aura ses signatures ? Si par hasard elle ne les obtient pas cela ne fera qu’aggraver la défiance du peuple envers les élites politiques.
Tout d’abord certains  « parrains »  donneront leur accord au nom de la démocratie et de la pluralité des idées.Les partis qui nous gouvernent auraient-ils peur du suffrage universel ?
Ensuite, elle peut recueillir ces signatures par jeu politique aussi bien de la part de la droite que de la gauche.
Pour la droite, c’est un moyen d’affaiblir le vote pour François Hollande et d’espérer  retrouver ces électeurs au deuxième tour sur son champion. En cas de duel Sarkozy –Le Pen au deuxième tour, Sarkozy est certain de gagner.
Pour la gauche, le vote Le Pen va prendre des électeurs au candidat Sarkozy et en cas de duel Hollande –Le Pen, le candidat PS est certain d’être élu.
Dans les deux cas, la présence de Marine Le Pen au deuxième tour assurerait la victoire de l’un et l’autre candidat des grands partis et personne ne croit à l’élection à la fonction suprême de Marine Le Pen.
Si Marine Le Pen arrivait au deuxième tour, cela créerait un séisme au sein de la classe politique française qui pourrait conduire à une recomposition  de ce même paysage politique.
Si nous avons Sarkozy-Le Pen, imaginez-vous Hollande appeler à voter Sarkozy ?
Si nous avons Hollande –Le Pen, imaginez-vous Sarkozy appeler à voter Hollande ?

Si les grands partis veulent se sortir de ce dilemme, il faut qu’ils reprennent à leur compte les idées avancées par Marine Le Pen .Dire que nous sommes français n’est pas honteux, dire que l’Europe telle qu’elle est nous livre aux marchés financiers n’est pas honteux, rappeler que la laïcité est un des piliers de la Constitution Française  n’est pas honteux. Tous ces thèmes rencontrent un écho favorable auprès de l’ensemble des Français et il est hors de question de les laisser à l’unique candidate du Front National cela ne fait que renforcer son crédit.

En tout état de cause, c’est le peuple français qui aura le dernier mot.

Marie-José LETAILLEUR

Voir son blog : http://lebloglaicdechamps.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.