1

Notre diplomatie résolument anti-russe est un désastre

fabiusayraultLes Occidentaux, et Hollande en particulier, n’ont toujours pas compris que lorsqu’on s’attaque à Poutine, on n’a jamais affaire à un ingrat. Le boomerang revient très vite.

L’annexion de la Crimée ? C’est la légitime réponse à la déclaration unilatérale de l’indépendance du Kosovo, qui a dépecé la Serbie, alliée des Russes, au mépris du droit international.

Les tensions en Ukraine ? C’est la réponse au renforcement de l’OTAN dans les anciens satellites de l’URSS. Pourquoi Moscou respecterait-il les accords de Minsk, alors que l’Occident ne cesse de s’imposer dans la sphère d’influence russe ?

Idem en Syrie, où les objectifs de Poutine et des Occidentaux sont diamétralement opposés.

Poutine est un nationaliste qui défend en priorité les intérêts russes, ce qui n’est pas le cas des dirigeants français, toujours prêts à compromettre les intérêts nationaux au nom des droits de l’homme.

En nous alignant sur Berlin qui a voulu imposer les sanctions économiques à Moscou, nos agriculteurs ont perdu le marché russe, alors que la situation de nos exploitants est catastrophique.

En cédant aux pressions américaines et polonaises pour ne pas vendre les bâtiments Mistral aux Russes, nous avons perdu un juteux contrat, qui n’est pas compensé par la revente des deux bateaux aux Egyptiens.

Quant aux Polonais, qui invoquaient leur propre sécurité pour s’opposer à la vente, ils viennent de nous remercier en annulant l’achat de 50 hélicoptères Caracal. La France est encore le dindon de la farce.

Et pour couronner le tout, Hollande vient d’accuser Poutine de crimes de guerre commis à Alep ! Hollande, en nouveau juge de la Cour pénale internationale !

Mais qu’attend-il pour dénoncer les crimes de guerre des Saoudiens au Yémen, où les bombardements aveugles sur Sanaa font un carnage ?

Qu’attend-il pour dénoncer les crimes des musulmans qui massacrent les chrétiens d’Orient et d’Afrique depuis des années ?

On ne peut à la fois se poser en juge de Poutine au nom des droits de l’homme, et se comporter en Ponce-Pilate qui se lave les mains du massacre des chrétiens.

Après le rejet à l’ONU, de la résolution de Paris pour “une cessation immédiate des frappes à Alep”, résolution bloquée par le véto russe comme il fallait s’y attendre, il était inutile de froisser un peu plus le maître du Kremlin.

La réponse de ce dernier n’a d’ailleurs pas tardé. Il vient d’annuler sa visite en France, prévue le 19 octobre pour l’inauguration de la cathédrale orthodoxe de Paris. Côté russe, “les états d’âme” du président français, hésitant à recevoir Poutine, ont paru déplacés.

Notre président n’a rien compris. On ne règlera aucun problème en se lançant dans une nouvelle guerre froide où la France a tout à perdre.

Nous n’avons pas à nous aligner sur la politique américaine. La Russie est en Europe, pas en Amérique.

Dans la guerre contre Daech et le terrorisme, Moscou est un partenaire incontournable.

Notre priorité est de vaincre Daech, pas de soutenir les rebelles anti Assad !

En politique, réalisme et morale ne font pas bon ménage. Seul l’intérêt national doit primer sur toute autre considération. Et avec Hollande, champion de l’indécision, la France a tout faux.

Jacques Guillemain