Notre plus grand danger : la révolte des populations d´origine étrangère

L’Assemblée nationale a observé une minute de silence et le président Emmanuel Macron a pris la parole pour dénoncer un acte “inexcusable”. Le chagrin suscité par la mort d’un jeune de 17 ans, Nahel Merzouk, d’origine algérienne, a été de courte durée, compte tenu de la violence insensée qu’il a provoquée, des propos de ceux qui voient le système officiel complètement en décalage avec la réalité – et les faits.

Un échantillon des commentaires : « Il faut être un criminel pour ne pas s’arrêter quand la police te le dit ». « Que faisait le petit ange ? ». « Où sont les pères et les mères qui ne disent pas à leurs enfants de rester à la maison ? ».

Vous voyez déjà que la situation n’est pas très différente de ce qui se passe au Brésil : la presse et des personnalités condamnent les violences policières et subliment la victime innocente, mais la population veut savoir pourquoi le gamin a défié deux policiers armés et refusé d’arrêter la voiture malgré ses quinze antécédents judiciaires. Comment est-il possible qu’en prétextant protester contre un acte d’usage abusif de la force, des magasins, des écoles, des pharmacies, des crèches, des mairies de petites communes qui sont liées à la région Centre de Paris ainsi que des chantiers pour les JO de 2024 aient été incendiés et pillés ?

Il n’est pas impossible d’éprouver une certaine pitié pour Emmanuel Macron, qui gère depuis son premier mandat une crise doublée d’une autre – Gilets jaunes, pandémie, protestations contre la réforme des retraites et maintenant désordre général déclenché par la mort de Nahel. Mais il est incompréhensible qu’il soit allé voir un concert d’Elton John alors que la violence faisait rage et que les agents attaqués à coups de pierres et de mortiers devaient en plus écouter le président réclamer une justice rapide pour leur collègue placé en détention provisoire. Depuis quand le président doit-il guider le rythme de la justice et des procédures judiciaires ? C’était une mauvaise manœuvre politique et il est possible d’imaginer des dizaines, des centaines, voire des milliers de Français se tourner vers la droite nationaliste de Marine Le Pen ou d’Éric Zemmour qui ont défendu “une répression féroce”.

“Nous sommes dans le prologue d’une guerre civile, d’une guerre ethnique, d’une guerre raciale”, a asséné l’ancien candidat à la présidentielle, accusant le gouvernement d’ordonner à la police de se replier “par peur des morts”. Cette dernière analyse est toujours vraie : imaginez l’embrasement si la police entrait dans une confrontation mortelle avec les “manifestants”, entre guillemets car quiconque détruit et vole puis poste sur TikTok n’a rien à voir avec le droit légitime de manifester.

La situation, au début totalement hors de contrôle, semble s’être apaisée, et le gouvernement a, en pratique, imposé un couvre-feu, avec la suspension des transports en commun à partir de 21 heures. Les ministres impliqués ont épaissi le ton, promettant de s’occuper de tous ceux qui, s’estimant protégés par un secret inexistant, incitaient à l’émeute via Snapchat.

Les parents de mineurs pilleurs pourraient également être passibles d’amendes et même de peines de prison – les lois pour cela existent déjà. Mais les lois, bien sûr, ne peuvent fonctionner que si la société les accepte. Ou du moins croit-on que, dans une certaine mesure, elles seront appliquées. Ce que l’on constate à maintes reprises en France et dans d’autres pays à forte immigration arabe et africaine, c’est le rejet non seulement de l’ordre social mais du pays lui-même. Les descendants d’immigrés de la troisième génération, généralement de religion musulmane, ne se sentent tout simplement pas français – au contraire, ils détestent leurs compatriotes. Sinon, pourquoi, par exemple, une victoire marocaine lors de la dernière Coupe du monde déclencherait-elle des incendies et des émeutes, comme cela s’est produit en France et en Belgique ? Et pourquoi un incident en France entraîne-t-il de violentes manifestations à Lausanne, dans une Suisse imperturbablement pacifique ?

L’une des plus grandes contradictions, que ce soit dans un quartier pauvre de Rio ou dans la ceinture parisienne – où l’État est présent avec des écoles, des centres sportifs et d’autres initiatives d’insertion des jeunes -, c’est que les plus touchés sont justement les habitants. Il est triste de voir la désolation des gens devant des écoles ou encore des voitures incendiées, souvent le principal bien matériel dont disposent leurs propriétaires. Lorsque la foule est hors de contrôle, l’impulsion autodestructrice est grande. Sans oublier les malins – ou voleurs professionnels – qui arrêtent leur voiture devant les supermarchés et les centres commerciaux et conseillent les jeunes sur ce qu’il faut voler. Exactement comme cela s’est produit aux États-Unis lors des manifestations contre la mort de George Floyd. Le pire, c’est que beaucoup de Français ne peuvent même pas se plaindre : ils ont applaudi des violences similaires lorsque les protestations contre la réforme des retraites ont dégénéré en émeutes, pleinement justifiées par les partis de gauche. Après avoir jeté de l’huile sur le feu pour instrumentaliser la mort de Nahel, ils baissent le ton, réalisant que la majorité de la population est révoltée par la situation chaotique, le désordre et la destruction.

“Notre pays est au bord d’un précipice”, a prévenu Éric Ciotti, qui est issu de la droite traditionnelle et tente de ne pas se laisser dépasser par la droite nationaliste. C’est dur. Les descendants d’immigrés arabes et africains – ainsi identifiés, car on ne voit pas dans la tourmente Vietnamiens ou Cambodgiens, deux importantes populations d’origine étrangère – incendient et détruisent les biens publics. Voilà les meilleurs arguments des personnes politiques comme Marine Le Pen et Zemmour. Ciotti a reçu la menace suivante après avoir visité une ville incendiée : « Si tu reviens ici, nous te mettrons le feu ».

Après avoir dressé des barrières de fil de fer barbelé pour protéger sa mairie, le maire de la petite commune de L’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun, est brutalement agressé de l’autre côté : une voiture en feu percute sa modeste maison, où se trouvent sa femme et deux petits-enfants. La femme a subi une grave fracture lorsqu’elle a jeté ses enfants et sauté par-dessus le mur de l’arrière-cour des voisins, fuyant les “manifestants”. Il est incroyable que des scènes comme celle-ci se déroulent au cœur de la France qui, à bien des égards, est aussi le cœur de la civilisation occidentale. La couche de civilisation accumulée au cours des millénaires disparaît rapidement lorsque les foules prennent le relais. Même l’équipe de France a jugé bon de commenter l’affaire, peut-être pour adoucir la manifestation de Kylian Mbappé dès le début de l’émeute, qualifiant le jeune homme mort de “petit ange”, une contradiction forte avec la réalité d’un adolescent qui avait déjà été arrêté pour commerce détention de stupéfiants, et conduite sans permis.

“Après l’événement tragique, nous avons assisté à l’explosion d’une colère populaire dont nous comprenons le fondement, mais dont nous ne pouvons endosser la forme”, ont déclaré les joueurs. « Nous sommes nombreux à venir de quartiers populaires et à partager des sentiments de douleur et de tristesse. Mais à cette souffrance s’ajoute celle d’assister, impuissant, à un véritable processus d’autodestruction ».

La violence ne résout rien. Cela ne le résout pas vraiment, mais cela semble être une malédiction enracinée dans l’un des meilleurs pays du monde, avec une combinaison imbattable de niveau de vie, de paysage, de patrimoine historique, de tradition de produits sophistiqués et de biens immatériels. Portrait de ce fléau : le « concours » de dons pour la mère de Nahel et pour le policier arrêté pour sa mort, « qui a fait son boulot et paie aujourd’hui un lourd tribut ». Ce « crowdfunding » a permis de récolter 800 000 euros en quatre jours. Est-il possible de condamner le sort funeste du jeune homme qui, inexplicablement, a défié la police, dans une scène qui a été filmée, et en même temps être révolté par les incendies, pillages et cambriolages qui, pour ne citer qu’un exemple, ont consumé 5 000 véhicules ?
C’est dans ce sens que le gouvernement Macron doit opérer, avec une marge de manœuvre étroite et le risque de perdre la main. Sans parler de la gestion de la police, avec ses multiples syndicats dont les représentants parlent sans fin à la télévision et ne se réjouissent pas de la situation, sans oublier la rivalité larvée du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a une image d’autorité supérieure à celle de Macron – et toujours l’avantage d’éventuellement se prévaloir de ses origines, en tant que descendant d’immigrés algériens.

La situation a commencé à refluer au cours du week-end, mais avec un bruit de fond, inconfortable voire insupportable pour une partie grandissante des Français : la certitude que ce ne sera pas la dernière fois. Les flambées de violence vont inexorablement se répéter et avec elles des scènes incroyables, comme ce graffiti sur un mémorial en l’honneur des victimes des déportations de Juifs pour l’Holocauste des camps de la mort, qui en France est appelé par le mot hébreu Shoah – et des déportations de résistants. En plus du drapeau français piétiné, la phrase suivante a été peinte à la bombe : « Faisons une Shoah avec vous ».

Jacques Vinent

Article traduit de l´hebdo brésilien “Veja”

image_pdfimage_print
11

10 Commentaires

  1. Monsieur Vinent vous ne comprenez pas ce que fichait Macron au concert d’Elton John dans un moment pareil? C’est très simple : il se pourrait bien qu’il soit parfaitement satisfait et décontracté : son plan de destruction de la France se déroule comme prévu.

  2. Cette semaine, Christian Combaz parle d’une intervention russe possiblement en France (3mn), puis 6mn20 avec la milice Wagner appelée dans le sud par “des intérêts privés coalisés”, l’immigration invasive organisée (9mn50), le rôle funeste des Allemands dans la destruction de notre économie et le chaos actuel et le financement de pays de l’est par les BRICS (12mn09), l’ouverture par Musk du film de Cazievel et Gibson sur les réseaux pédo-criminels, (notamment en Ukraine avec les Biden), la Résistance par les informaticiens en finance (20mn50) contre l’Allemagne qui nous coule, coule l’agriculture hollandaise car ils vont manquer d’énergie, la vraie guerre civile par le peuple (26mn11) et les Russes encore. L’incendie de Notre Dame de Paris et la révolte finale des Européens. La révélation des dossiers par les Russes et Musk au bon moment. https://odysee.com/@campagnoltvl:2/emeutes:9

  3. cette révolte entraînera peut être le reveil des FDS qui risquent alors de faire passer macron et ses sbires au poteau pour hautes trahisons

  4. Pas d’accord du tout avec ce titre !
    Le seul et unique danger, c’est la vermine collabo, celle au pouvoir et celle de la fausse opposition dite de “gauche”. Et ces nuisances tiennent car elles ont de solides racines : les collabos de base. C’est ces déjections de collabos de base, que nous devons neutraliser en priorité, faute de moyens matériels pour détuire directement les déjections au pouvoir !

  5. Ce n’est pas un danger, c’est notre fin ! Toute l’histoire est là pour démontrer que si on ne l’arrête pas l’invasion par les barbares signe la fin de la civilisation qui la subit !!!

  6. A partir de mai 68, la France a commencé à dériver au plan moral. Elle a légiféré un droit à l’avortement qui aujourd’hui est recevable jusqu’à 9 mois … Toutes les dérives morales ont progressivement été autorisées ou tolérées ou normalisées. En vrac: avortement, infanticide, suppression de la peine capitale pour les crimes crapuleux, pédophilie, divorce, homosexualité et son mariage, transsexualité, théorie du genre, rejet systématique de Dieu et de la foi chrétienne et bientôt euthanasie … Et gare à ceux qui s’y opposent et dénoncent ces dérives! Elle s’applique à elle-même une philosophie de mort. Il est vital qu’elle se ressaisisse avant de subir un sort à la Sodome et Gomorrhe … Le fond du problème français est un problème moral. Et prétendre le contraire le prouve.

  7. ” ll n’est pas impossible d’éprouver une certaine pitié pour le µ. ”

    PARDON ? Attends Jacques, cet enculé va voir un concert de Elton JOHN, puis par ses déclarations, déplacées, a jugé, et avant les juges, que le policier était coupable, et cet ETRON nous dit, pendant les émeutes, que c’est la faute des réseaux sociaux & des jeux vidéos ?

    Et tu écris cette phrase-là !? Cette ordure mise en place par les mondialistes, au travers de la propagande incessante, il faut encore le repréciser, des MERDIAS-TV, n’est là que pour détruire le pays, et les racailles ne sont qu’un outil pour ce faire !!

    ll sait PARFAITEMENT ce qu’il dit, ce qu’il a pris, prend, et prendra ENCORE comme décisions …

    ” L’état ne veut pas votre bien, mais…VOS biens !! ” ça, il faut que plus personne, ici, ou ailleurs, n’ait encore le moindre doute !!

Les commentaires sont fermés.