Notre salut va-t-il dépendre des chasseurs et des passionnés d'armes ?

CazeneuvelarmesLa majorité silencieuse va-t-elle continuer à se taire ? Va-t-elle réagir, quand et comment? Paul le Poulpe nous dit qu’il est temps que les citoyens soient armés.
https://ripostelaique.com/fusillade-du-thalys-il-est-temps-que-les-francais-puissent-sarmer.html
En Belgique: en 2006, la ministre Onkelinx a fait voter une loi qui interdit la possession d’armes. Il n’est autorisé de posséder des armes que si on est chasseur ou membre d’un club de tir. Ça change la donne, car au lieu d’avoir un vieux fusil qui pend comme décoration au dessus de la cheminée, maintenant, dans les clubs de tir les membres possèdent des armes très performantes dont ils ont appris à bien se servir car ils participent aux compétitions. Ce sont des sniper en puissance. Dans les Flandres, la fédération des clubs de tir compte 130 sections et 15 000 membres et 2000 tireurs au clay et dont l’âge varie de 9 à 99 ans… http://www.sportschieten.be/clubs
En Hollande, la fédération compte environs 42 000 membres; en France, il y a 181 600 licenciés inscrits à la Fédération Française de Tir (chiffres Internet).
En Suisse, chaque citoyen est considéré défenseur de la patrie et les hommes en âge de service militaire (grosso modo de 20 à 50 ans avec cours de répétition) possèdent leur fusil de guerre à leur domicile. Les clubs de tir, très actifs, font partie de la vie associative et tout un chacun peut y aller apprendre le maniement des armes. Si on y ajoute les chasseurs, cela fait un bon nombre de personnes qui savent manier les armes et viser juste.
En France, il y a presque 1 500 000 chasseurs, en Italie presque 1 000 000, en Espagne 1 000 000, en GB plus de 500 000.
http://www.roc.asso.fr/chasse-france/comparatif-chasseur-europe.html
En Suisse 35 000. Tout ça, c’est des gens qui visent bien, aussi bien que des tireurs d’élite.
Il faut y ajouter les excités qui n’attendent que la bagarre, les hooligans, mais aussi les amateurs de sports de combat et même les « joueurs de guerre » comme les pratiquants de airsoft … https://fr.wikipedia.org/wiki/Airsoft Y en a-t-il d’autres?
Un récent titre dans la presse flamande donne un autre signal: de plus en plus de pères de famille emmènent leurs enfants au polygone de tir plutôt qu’au stade de foot… En Hollande, les clubs de tir attirent les enfants pour les canaliser et ainsi éviter qu’ils ne fassent des bêtises avec des jouets dangereux.
Donc, dans la société européenne, il y a un fond non négligeable de personnes autochtones capables de se servir d’armes. La question est de savoir quand? Arrivera-t-on à un véritable soulèvement? avec les citoyens unis aux forces de l’ordre, militaires et police?
Allons-nous voir chez nous des pogroms? Des formes de KuKluxKlan? Depuis des années, on nous apprend la violence via le cinéma, la télé, les jeux vidéos et même, souvent c’est « l’arabe » qui y est le méchant qu’on traque… Tout cela est-il un hasard ?
Si les autorités n’ont pas pris les mesures adéquates en temps utile, le jour où la colère populaire explosera, elle sera à la mesure du déni qui a été imposé. Le jour ou ceci


https://www.youtube.com/watch?v=jm48QEigkko&feature=youtu.be
(mais ceci c’est déjà pas mal non plus
http://www.dailymotion.com/video/x2u3c3s_rencontre-avec-un-requerant-deboute-en-colere-au-foyer-des-tattes-vernier-geneve-le-15-juin-2015_news#from=embediframe
http://www.dailymotion.com/video/x2u3c3s_rencontre-avec-un-requerant-deboute-en-colere-au-foyer-des-tattes-vernier-geneve-le-15-juin-2015_news#from=embediframe )
se produira dans ma rue, mes voisins et moi-même allons-nous le tolérer ou bien la police et l’armée seront-elles là pour l’empêcher? Ou bien, et ceci n’est pas impossible non plus, la police et l’armée seront-elles là pour s’interposer entre les assaillants et les citoyens qui veulent maintenir l’ordre dans leur rue ? Et alors en serons-nous à la guerre civile? Attention, police et militaires ont eux aussi des familles à défendre !
Pourquoi le monde économique et commercial ne cherche-t-il pas à prévenir la guerre civile? Quand l’insécurité aura atteint un certain degré, tout va s’arrêter. Plus personne n’entrera dans un transport public, ni dans un supermarché, plus personne ne sortira le soir. Le seul commerce qui sera florissant sera celui des armes. Puisque le lobby des armes a intérêt à ce que nous achetions des armes, il aura intérêt à soutenir la « révolution »… Drôle d’ambiance.
Notre salut va-t-il dépendre des chasseurs et des passionnés d’armes qui sont tellement honnis par les bienpensants que ceux-ci rêvent même de remplacer les chasseurs par « les grands prédateurs » et de faire abolir l’armée et interdire les armes. Par snobisme, on s’extasie devant le tir à l’arc  comme discipline de méditation, on est antimilitariste sans se rendre compte que l’arc est d’abord une redoutable arme de guerre et que le zen qui va avec sert justement à tirer mieux pour tuer plus… Même le si doux tai chi est d’abord une technique qui prépare au combat.
Et si demain les choses tournent au vinaigre, de quel côté les pacifistes et antimilitaristes vont-ils se trouver ?
Tant de questions qu’il vaut mieux se poser à temps pour éviter la catastrophe…
http://lesmoutonsenrages.fr/2015/02/11/la-suisse-prepare-les-gens-a-une-eventuelle-catastrophe/
http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Suisse-se-prepare-militairement-a-faire-face-a-une-eventuelle-instabilite-en-Europe-14396.html
Dans l’immédiat, qu’allons-nous faire? “terroriser les terroristes”? “faire changer la peur de camp”? Suivre un entrainement de self défense? et un entrainement tout court pour être capable de noter « un bruit de culasse d’arme lourde » dans la chambre d’à côté et plonger dans les pattes d’un tireur, le plaquer au sol et le ligoter comme le font les Marines ? ben oui, comme au cinéma.
N.B. tout le monde applaudit cet acte d’inouïe violence de ces Marines… Tiens, tiens « vous avez dit bizarre, comme c’est étrange… » Au lieu d’envoyer nos enfants en colo, les envoyer en airsoft et au lieu du ballet, le karaté ? Ne plus sortir de chez soi sans un couteau en poche? Ensuite ce sera le spray au poivre et puis le revolver au flanc, si pas le fusil mitrailleur en bandoulière comme en Israël? Arrêter de se sentir, de se présenter et de se comporter en victimes passives et donc devenir arrogants et même agressifs ?
Ce n’est pas de ce monde-là que nous avons rêvé quand nous écoutions Woodstock.
Anne Lauwaert

image_pdf
0
0

24 Commentaires

  1. Erig, dire que c’est la faute des autres est une mode actuelle, mais vous personellement que faites vous de concret contre le bruit, la pollution, l’islamisation, l’arrivés de boat people, le pillage du Tiers Monde par les multinationales? êtes-vous allé dans le Tiers Monde faire du volontariat? avec les études que vous avez faites avez-vous créé votre entreprise? Continuez-vous à suivre des cours pour améliorer votre situation? Pendant toute ma vie j’ai travaillé 8h par jour et le soir j’ai suivi des cours du soir et des stages pendant les week-ends. Ma génération vous a volé ou bien votre génération n’a pas continué en améliorant, réformant etc?
    Mon père travaillait pendant le jour comme instituteur, le soir il suivait les cours à l’université et la nuit il étudiait cela a duré 5 ans avant l’obtenir son diplôme. Ensuite il enseignait pendant la semaine à l’école normale et donnait des cours du soir et des cours le samedi et le domanche matin à des adultes qui suivaient des formations.
    Les générations actuelles en font-elles autant?

  2. Jeferson, bien sûr le tir est une discipline et pour faire mouche à 300m avec un simple fusil de guerre il faut non seulement être capable de règler l’arme en fonction de la lumière et du vent mais aussi sa propre position et surtout la respiration. Il ne faut pas non plus avoir bu du café, ni pris des calmants… et surtout ne pas avoir fait la ribouldingue la veille… c’est un ensemble qui devient une discipline de vie, en plus il y a la discipline de sécurité : comment manier une arme de guerre sans être un danger pour soi-même et les autres. Ajoutez à cela la relation qui se crée entre les membres du club et après les compétitions les fêtes qui n’ont rien de monacal.En Suisse, le tir est d’abord une obligation militaire des citoyens en âge de service et ensuite un lien social important car dans l’arrière plan tout le monde est conscient d’être un défenseur de la patrie. Les gens qui n’ont pas vu ne peuvent pas comprendre c’est pourquoi il vaut la peine de s’informer. En temps de paix le but n’est pas de tuer ni une personne ni un animal mais de se contrôler au point d’être capable de toutcher la cible parfaitement en son centre et l’émotion est grande quand tout le cercle des petites lumières s’allume indiquant qu’on a touché parfairement le centre de la cible électronique: cela signifie qu’on a été capable d’exercer un controle de soi parfait. C’est le contraire de la débandade au stade de foot.

  3. Erig, Comment avons-nous pu croire à un monde idéal?
    Mes parents avaient traversé les deux guerres. Après la guerre, à force de travail mon père a pu faire l’université. Dans les années 50 nous sommes allés au Congo où, pour le compte du gouvernement belge, mon père a construit une école pour former des enseignants autochtones et donc leur apporter une meilleure vie: nous participions au progrès.
    J’ai été la première de ma famille à pouvoir suivre les 6 années d’études secondaires que l’on appelait “les humanités”. J’ai pu choisir la section latin mathématiques. On étudiait pour être le meilleur et être le mieux préparé pour l’université. Mon mari a terminé ses études universitaires et a fait son stage d’enseignant dans une école où il a ensuite fait toute sa carrière de 30 ans et dans la mentalité d’améliorer le niveau de l’école, de tirer tous les élèves le plus haut possible, même les moins doués. Nous vivions sa profession avec enthousiasme.
    Quand je me suis mariée on lavait encore le linge à la main, puis est arrivée la machine à lessiver. C.-à-d. que tout et tout le monde allait vers le mieux.
    Mes parents ont été parmi les premiers à bénéficier des congés payés, nous avons pu découvrir la Grèce, l’Italie, la Provence et l’Espagne et leurs cultures.
    Ma génération a bénéficié du vaccin contre la poliomyélite et le traitement de la tuberculose.
    Grâce aux connaissances et aux moyens contraceptifs nous avons pu vivre le sexe comme une illumination tantrique à tel point que j’étais persuadée que nous allions vers l’ère de l’amour libre…sublimé, comme dans le livre « les chemins de l’extase ». Tout, tout, tout devenait et allait continuer à devenir de mieux en mieux.
    Nous n’avons pas pensé que les machines allaient prendre le travail des ouvriers et causer le chômage, ni que la surpopulation allait empirer tous les autres problèmes, les embouteillages, l’absence de parkings, la pollution, le bruit et les maladies qui vont avec…
    Dans des conditions aussi favorables nous avons désiré et fait des enfants qui alors grandissaient sereinement dans une excellente école et qui aujourd’hui sont confrontés aux maladies dégénératives causées par les conditions de vie qui, alors n’existaient pas, au chômage, à l’insécurité et bientôt à la guerre civile…
    Nous vivions dans un monde si béat que nous ne nous sommes même pas aperçus de mai 68… Ce qui nous intéressait c’était la macrobiotique et l’exégèse des films de Bergman ou les paysages de Proust… Tout en étant mariée et avec des enfants j’ai pu reprendre des études supérieures.
    Nous n’avons pas non plus compris ce que signifiait la crise du pétrole dans les années 1973 et ce qu’a signifié le fait que le très catholique roi Baudouin ait offert le Pavillon Oriental du musée du Cinquantenaire au roi d’Arabie pour en faire une mosquée en face des bâtiments de l’UE, à Bruxelles, capitale de l’Europe… quel symbole…
    Les chanteurs chantaient des textes formidables sur des musiques magnifiques… Léo Ferré avait sublimé Verlaine, nous passions nos nuits à écouter à la radioles candidats du concours reine Elisabeth, nous n’avions pas de télé, par contre nous avons dévoré les mémoires du Prince de Ligne, Casanova ou Saint Simon… les auteurs russes… et Carlos Santana nous a transportés …
    Comment avons-nous pu y croire? Ben, il n’était pas nécessaire d’y croire, on baignait dedans jusqu’au cou, on a fait les années 60 -70 comme monsieur Jourdain a fait de la prose…

    • Ah. Oui. Bien sûr. Si vous aviez dit tout de suite que vous étiez un(e) baby-boomer, j’aurais… Moi je suis de la génération suivante. Celle à qui votre génération a tout pris. La génération qui fût la première à subir la terreur permanente de la crise qui dure depuis 74… Celle à qui on a infligé l’antiracisme obligatoire, à qui on a fait visionner trois fois entre le collège et le lycée « Nuits Et Brouillards » et de « De Nuremberg A Nuremberg », qui s’est gavé les mensonges de l’éditeur d’Anne Frank et qui devait porter la petite main jaune du collectionneur de montres (pas encore) multicondamné… Evidemment qu’on ne peut pas se comprendre Vous avez vécu l’ascension, moi j’ai inauguré la chute.

    • Pourtant, déjà à l’époque les gens lucides tiraient la sonnette d’alarme.
      Ils ne manquent pas, et je ne donnerai que deux exemples:
      Rachel Carson, avec son « printemps silencieux », et le français Jean Dorst, je vous rappelle que son livre « Avant que nature meure » date de 1965.

  4. j ai toujours ete du cote de l ordre et pas de la chienlit en 68 j avais 17 ans et j etais du cote des crs pas des fouteurs de merde je maitrise depuis longtemps l usage des armes mais de toutes les armes en realite je devrais dire que je maitrise l usage de la defense
    car tout peut etre arme dans des mains entrainees une feuille de papier a4 une bouteille des clefs une carte de credit etc
    je suis tres calme et pacifique mais tres reactif si l on s en prends aux miens a mes biens en gros a tout mon environnement proche
    et ai toujours reagi en presence de gens agresses et dans ce cas vite et avec une violence extreme car c est la seule facon d agir dans ces cas la dans sa tete il faut penser tuer ou etre tue sinon
    mieux vaut ne pas intervenir donc vous comprendrez que la situation que nous vivons me desole au plus haut point
    j espere qune salutaire reaction se produira avant quil ne soit trop tard mais en tout etat de cause je ne me soumettrais jammais

  5. La meilleure arme est le lance-flamme, car c’est écologique, ça détruit la vermine et ça réduit l’encombrement!

  6. Erig, j’ai été championne de tir à 300m avec le FASS 90, le fusil de l’armée suisse. Cela ne m’empêche pas de regretter que nous en soyons arrivés à ne plus considérer le tir comme un sport ou même comme discipline de méditation (comme le zen et le tir à l’arc) mais comme défense, bel et bien, au premier degré. Cela ne m’empêche pas de regretter que nous en soyons arrivés là au lieu d’avoir évolué vers le monde idéal que nous avons rêvé dans les années 60 et 70. Si vous aviez lu mes livres vous l’auriez compris.

    • Je comprends mal qu’on puisse considérer le tir autrement que comme un art de guerre (surtout avec un fusil en 5.56…). Un art martial au sens propre. Bien sûr que c’est AUSSI un art de médiation de la même manière que dans un cours de kenjutsu ou d’aïkido, on se met dans un état mental particulier, propre à l’efficacité. Mais comment a-t-on pu croire dans les années 70 à ce monde rêvé dont vous parlez?

      • Le tir à l’arc est encensé comme un art, mais les gens semblent horrifiés par la vue d’une arme à feu. Je suis moniteur pistolet dans 2 de mes clubs. En hiver, nous pratiquons le tir à l’air comprimé, en salle, au 10 mètres. Le plus frappant lors des entraînements, c’est la qualité de concentration des participants. On n’entend que la petite détonation au départ du coup, et le bruit métallique du diabolo qui s’écrase dans le porte-cible. Et quand on tire soi-même, on arrive parfois à faire totalement abstraction de ces bruits.
        Que ce soit ensuite avec une arme en petit calibre au printemps ou en gros calibre pour la seconde moitié de la saison en extérieur, les vrais bons tireurs ne changent pas leurs habitudes. C’est difficile à comprendre pour le profane, ça semble facile pour certains, mais les meilleurs résultats ne s’obtiennent qu’après plusieurs années de présence régulière sur les pas de tir, et des dizaines de milliers de cartouches.
        Bien sûr, une arme dans les mains d’une personne mal intentionnée peut faire des dégâts. Mais elle est la seule possibilité dans les mains d’une personne honnête d’être à égalité de chances en cas de menace. J’espère ne jamais avoir à me servir d’une arme ailleurs que dans un stand. J’ai des enfants et je souhaite plus que tout qu’ils puissent vivre en paix. Mais si la situation devait dégénérer au point que les citoyens soient obligés de s’armer, je ferai mon devoir.
        Faites du tir. Apprenez à vous servir d’une arme. Faites le pour le plaisir, mais en étant conscient des responsabilités que cela implique. Inscrivez vos enfants dans des clubs de tir. Donnez leur une chance de savoir se défendre. Le danger est là, et pas seulement dans les trains. Certains salopards ont déclarés la guerre à l’Occident, il n’y a plus guère que quelques socialistes bornés pour geindre que ce n’est pas du jeu, qu’ils n’ont pas le droit de faire ça. En face, ils n’ont aucun scrupules à faire de leurs enfants des soldats. Nous n’avons pas le choix: il faut que nos enfants puissent si nécessaire se défendre. A armes égales.

  7. Perso : je suis armé légalement. Un pistolet petit calibre, suffisant pour immobiliser tout agresseur. Campagnard, loin du poste de gendarmerie je crains une agression, mon épouse handicapée. Ancien s/off, le maniement
    m’est connu. Stable psychologiquement, si l’occasion se présente, je soutiendrais toujours les forces de l’ordre dans toutes circonstances.
    Air-soft, veut dire air-comprimé. Suite à l’article, on peut très bien entrainé un jeune avec un pistolet ou révolver qui tire des plombs ou des billes. Ces armes ressemblent aux vraies. En cas de contrôle des forces de l’ordre au cas où vous portiez cette arme, bien préciser qu’il s’agit d’un faux à air comprimé, pour éviter une malheureuse méprise. Ces armes sont accessibles aux plus de 18 ans sans autre exigence. Très pratique pour l’entrainement et la connaissance. Cependant gare à la justice Taubira, mais vous aurez peut-être la vie sauve. Autre précaution un gomme-cogne à la porte deux canons de préférence qui lance des balles de caoutchouc, effet d’un bon coup de poing. Arme seulement déclaré en préfecture car tire des cartouches. Par contre encombrant à porter. Simples conseils compte tenu de la dégradation de la sécurité.

  8. Pardon mais je ne comprends rien ni à votre article ni aux commentaires dont vous le faites suivre. Vous réjouissez vous de ce qu’il reste des citoyens qui se sentent responsables d’eux-mêmes et des leurs? Ou regrettez vous que les mêmes aient ENFIN compris que les bases du contrat social qui les avait jusque là conduits à laisser leur sécurité personnelle entre les mains de l’état étaient en fait une escroquerie?
    Nous payons des impôts et nous attendons de l’état qu’il nos protège. Le fait-il? Non. En zone rurale, le temps moyen d’intervention de la gendarmerie la nuit dépasse maintenant les 45 minutes. Il est quotidien que des intrusions nocturnes chez les particuliers se produisent, et que les atteintes aux biens passent par des atteintes aux personnes. On mitraille dans des trains, on tue dans des musées. On viole en France 200 fois par jour. Quelle protection nous offre l’état? Aucune. Une comparution après coup qui ne dissuade plus rien ni personne (je peux vous en parler, c’est mon métier).
    Moi, je suis armé. Compétent. Entraîné. Si quelqu’un entre chez moi la nuit quand mes gosses dorment, il n’a pas d’autre espoir que de sortir liquide par la vidange des chiottes.
    Vous devriez prier pour que des gens comme ceux que je fréquente au stand de tir soient autorisés à sortir avec leur arme dissimulée et qu’ils soient vos voisins de siège la prochaine fois que vous prenez le train.

    • il faut, même si cela est assez contraignant, alerter les pouvoirs publics en local ou au sommet) en alertant de notre lassitude quotidienne (pour ne pas dire plus) et cela par dives moyens (courriers, e-mails…).
      Ne pas avoir peur de poser des questions précises sur des points précis, demander ce que l’état compte faire pour protéger les citoyens et leur dire notre ressentiment et notre grand mécontentement.

  9. Yves, vous avez raison. Il y a les ex-militaires mais aussi les militaires qui au lieu de faire la police sous les tropiques feraient mieux de rentrer à la maison, pour faire vite ils pourraient sauter en parachute. Il y a aussi tous les policiers et gendarmes qui depuis des années sont bafoués et frustrés, mais aussi les pompiers et protection civile qui sont dressés à la discipline et aussi le personnel des hôpitaux qui sont aux premières loges… il y a aussi toutes les sociétés de sécurité. N’oublions pas tous ceux qui vont tourner casaque quand ils vont sentir que le vent tourne… et enfin tous les citoyens qui en ont marre.
    Y a-t-il un général dans l’avion pour piloter le coup d’état? Il ne manque que lui.
    Comme je l’ai déjà écrit : dans les années 70 je croyais que nous allions vers un monde idyllique avec l’amour libre et la méditation transcendantale… 🙁

  10. Je ne mets déjà plus le pied dehors sans avoir sur moi un petit quelque chose, juste au cas où… et si, comme je le pressens, les choses tournent mal en France, j’aurai du répondant !

  11. Vous oubliez les millier de militaires dont le contrat n’a pas été renouvelé et qui, dans le civil, ne sont pas forcément membres d’un club de pétouilleurs ou titulaires d’un permis de tueur de lapins

  12. Praxitèle, je regarde autour de moi et j’ai peur.
    Je préfère Woodstock, love, peace and sex au Kalashnikof
    Quand j’étais au lycée nous avons vraiment cru que le futur allait être heureux, nous en étions tellement sûrs que nous avons même fait des enfants…

  13. si vous voulez vous armer solide,faites votre marché sur le dark ,de maniére anonyme !

  14. Quand je faisais partie du secours en montagne, nous faisions des exercices et des répétitions et encore et encore pour être tellement entrainés aux réactions rapides et manœuvres adéquates qu’elles deviennent des réflexes efficaces, précis et sûrs car au bout d’une corde, un nœud mal fait, c’est la chute dans le vide.
    Dans le passé tous les jeunes hommes devaient faire leur service militaire pour qu’en cas de problème tous les citoyens aient une idée de comment défendre soi-même, sa famille et son pays.
    On a supprimé le service militaire ensuite on a interdit la possession d’armes. Maintenant on en est au cas réel = les citoyens sont confrontés à l’agression. Les militaires entrainés se jettent sur le terroriste et le mettent OK , les autres qui n’ont pas appris à réagir et à se défendre courent se réfugier en attendant d’être tués. Ça c’est au niveau d’1 train mais ce serait pareil au niveau du pays… On ne sait pas réagir, se défendre et manier les armes si on ne l’a pas appris. Vous avez vu l’entrainement des marines au cinéma? 1 millième de ça nous suffirait.
    Le militaire revenait d’Afghanistan? Ben oui, lui il a appris en temps réel que c’est le premier qui tire qui a une chance de s’en tirer.
    Que va faire le gouvernement? Un loi interdisant d’appliquer des techniques militaires dans les lieux civils ? Que va faire le peuple?
    On supprime le service militaire, on interdit les armes, mais quand ce sont les militaires qui nous sauvent on félicite justement ce qu’on nous interdit : le militaire… Dans d’autres cas, quand des policiers “nous sauvent” ils se retrouvent au tribunal…
    ça me donne le tournis

  15. Le fait de parler d’armes, de défense, de guerre, cela veut dire que nous y sommes.
    Alors les palabres doivent cesser et devons passer à l’action.
    Des migrants musulmans jeunes, forts, violents arrivent tous les jours sur notre territoire. Pourquoi viennent-ils en Europe ? Pour fuir leurs pays en abandonnant père, mère, femme, enfants, grands-parents, enfin toute leur famille aux soi-disant violences en Afrique ? La violence ce sont les musulmans, les islamistes, ceux que l’on appelait les immigrés et maintenant les migrants. Ceux qui nous envahissent.
    Nous devons nous bouger alors qu’il est encore temps. Ne nous laissons pas affaiblir un peu plus. Réagissons ! Vite !!!
    Un homme ou une femme doit donner le signal. Un Charles MARTEL ou une Jeanne d’Arc. Enfin une personne connue que tout le monde reconnaîtra.
    AUS ARMES CITOYENS, FORMONS NOS BATAILLONS …….. il en va de notre survie, de la survie de la FRANCE.

  16. mouais ! Anne.
    Beaucoup de fusils de chasse et pas mal d’inscrits dans les clubs de tir. C’est la nouvelle France. Et ce n’est pas anodin. Ceux que je connais le font, seulement, dans le but de se défendre. Au cas où…
    Quand ? Je ne sais pas.

  17. Le monde rêvé à Woodstock, c’était le monde de la décadence ultime, celui qui nous arrive en plein actuellement.
    Bon, il faut mettre les lunettes roses qui transforment les islamistes en bisounours, les immigrants en bienfaits, etc etc ; mais beaucoup savent le faire !
    Pour ma part, je m’en passerais bien.

  18. Il ne faut pas compter sur les chasseurs pour combattre les terroristes musulmans. Ces derniers sont armés, à la différence des lapins et des faisans, et ce n’est pas le courage qui caractérise nos porteurs de fusils qui trouvent bien plus jouissif et moins dangereux de trucider des créatures innocentes.
    Les « bienpensants » seraient contre la chasse ?
    C’est l’inverse, les Hollande, Valls, Juppé, Sarko et Cie sont tous pro-chasse, leur politique le démontre, jusqu’à contourner les lois qui limitent (trop peu) l’exercice de ce loisir criminel.
    Ainsi la ministre de l’écologie Ségolène Royal avait envoyé une directive aux préfets pour que les chasseurs ne soient pas verbalisés s’ils tuaient des oies dans la première semaine de février, alors que la fermeture officielle est le 31 janvier.
    Le braconnage encouragé par les autorités !
    Les chasseurs sont outrageusement favorisés dans ce pays (comme les musulmans finalement) ceux qui veulent s’informer devraient lire « Pour en finir avec la chasse » de Gérard Charollois (un écologiste qui contrairement aux verts combat l’abattage rituel et n’a aucune indulgence envers l’islam).
    Oui les grands prédateurs régulent la Nature, pas les chasseurs qui détruisent et anéantissent, tuant tant d’animaux qu’ils doivent recourir à du gibier d’élevage à chaque ouverture.

Les commentaires sont fermés.