Notre seul et unique espoir, c’est vous, Marion

Lettre ouverte à Marion, copie à Marine et Éric

Chère Mme Marion Maréchal,

Je viens de visionner la vidéo que vous avez diffusée sur votre chaîne YouTube le 11 octobre, où vous étiez interviewée par Mathieu Bock-Côté sur C NEWS.

En voyant que les commentaires y sont ouverts, j’ai immédiatement pensé à vous transmettre mon cri du cœur, qui me brûle l’âme depuis longtemps : nous n’avons plus le temps de nous permettre encore un échec électoral. Votre naturel joyeux et vos réussites professionnelle et personnelle vous éloignent de la réalité de notre pays et de cet urgentissime constat, et ainsi vous projetez-vous dans le temps long en envisageant l’avenir en terme de décennies.

Pourtant, la rupture démographique en France est radicalement masquée par les rapports officiels la concernant (il y a au moins 15 millions de musulmans sur le territoire, fortement regroupés dans des enclaves hors de contrôle), il y a chaque jour des lynchages et des coups de couteau par dizaines, et plus encore de vols et de viols, très généralement impunis, tandis que la Justice sanctionne l’opinion insoumise. Il y a également certainement aussi beaucoup plus d’armes à feu dans les banlieues perdues, où elles sont en vente libre, que dans les armureries de nos régiments d’infanterie, où les soldats sont souvent eux-mêmes issus de la diversité.

À l’extérieur du pays, Xi Jinping en Chine, Ali Khamenei et Ebrahim Raïssi en Iran, et Receip Tayyip Erdogan en Turquie se préparent à engager des guerres de haute intensité aux conséquences en cascade cataclysmiques à l’échelle mondiale. L’Occident libre est pris en étau entre une influence communiste fortement intriquée avec un mondialisme ultracapitaliste verrouillé par des milliardaires sans conscience et mâtiné de « wokisme » pour endormir les masses devant leurs agendas cachés, et un islam conquérant qui se pare de victimité pour mieux s’emparer des territoires qu’il convoite depuis toujours avec les armes du droit altruiste que nous lui avons forgées.

À cela viendront prochainement s’ajouter des périodes de pénurie généralisée, d’inflation immaîtrisable, de cracks financiers, de crises de l’endettement, de faillites économiques depuis le tissu commercial urbain jusqu’aux États eux-mêmes, tout cela au travers d’une psychose mondiale qui présente tous les aspects d’une opération entreprise à dessein. Sans parler des vagues de violence qui verront s’opposer des manifestants à bout à des forces de répression toujours plus indignes, et des sympathisant de la destruction nihiliste à des pères de famille saisissant avec effroi les perspectives qui glacent le destin de leurs enfants.

Les temps qui viennent ne sont pas seulement décisifs, ils sont affreusement tragiques, ils sont un point d’orgue historique paroxystique, on n’est plus dans l’échelle du combat d’une vie, Madame Maréchal, on est dans l’œuvre qui façonne les millénaires, on est dans une question de civilisation à un degré encore jamais expérimenté dans l’Histoire du monde entier, et ce n’est là qu’évidence, comment peut-elle vous échapper ?

Vous vous projetez dans le temps long et envisagez l’avenir en terme de décennies et vous vous trompez très très lourdement : si nous échouons à élire un candidat patriote pour incarner le pays en 2022, après il n’y aura plus de France. On aura certes repoussé encore un peu plus loin peut-être les échéances horriblement redoutables, mais on aura laissé aux ennemis de la France le temps de gagner encore un peu plus de terrain, de fourbir encore un peu plus leurs moyens de nous neutraliser, de gagner en effectif de façon irréversible. L’échec n’est pas une option envisageable, c’est un acte de décès pour notre pays.

J’ai le plus infini respect pour les quatre mousquetaires de la cause nationale que sont Marine Le Pen, ayant inlassablement œuvré de toute sa dévotion pour hisser son parti au seuil de l’éligibilité avec un talent d’équilibriste omniprésent, consciente des mines à éviter et que la victoire réside dans les voix non encore acquises ; Florian Philippot dont les scores permettent d’éviter toute démagogie européiste et qui a été à la pointe du combat indispensable contre la folie covidiste, préparant la dictature technologique, dont il s’est glorifié avec un brio exceptionnel ; Nicolas Dupont-Aignan qui n’a jamais de fatigue à faire l’inventaire exhaustif de toutes les idées efficaces permettant d’affronter les problèmes auxquels la représentativité politique expose ; et Éric Zemmour, dont l’érudition, l’amour de la France au cœur, les talents d’orateur, le réalisme sur la priorité des priorités, les qualités de débatteur et de rhétoricien en font un pôle attracteur irrésistible pour les désespérés que nous sommes du sort de notre pays si menacé et en perdition.

Je les apprécie vraiment tous, très sincèrement, très fortement, et suis certain qu’ils feraient d’excellents Présidents. Mais, je suis tout aussi sûr qu’ils n’y parviendront pas. Pour ce qui concerne Éric Zemmour, c’est un formidable piège qui nous est tendu. Tel un astre céleste, il réchauffe nos âmes meurtries de ses discours décomplexés, assène au cloaque politico-juridico-médiatique tant de vérités que nous avons tant besoin d’entendre depuis tant de décennies gâchées et volées au bon sens, on le porterait littéralement à bout de bras au firmament de nos efforts pour le propulser vers la victoire électorale dont on se lamente si éperdument, faisant fi de toute raison, de toute stratégie, de toute la méfiance que le système, nous broyant pourtant avec persévérance, malice et mépris depuis toujours, mérite de susciter.

Mais Éric Zemmour a la faculté de mobiliser contre lui des forces titanesques ! Non seulement on peut lui réserver un coup judiciaire tordu à la dernière minute, mais on peut aussi télécommander des millions de personnes contre lui pour ses propos, sur de nombreux terrains comme celui de la misogynie, de la réhabilitation de Pétain, de l’islamophobie, etc., quitte à les déformer amplement, ou même pour sa nervosité. D’ailleurs, les femmes comme les antisémites comme les musulmans patriotes ne voteront pas facilement pour lui. Je n’ai aucune critique à lui adresser quant à son discours, bien au contraire, mais nous n’avons plus le temps, c’est l’élection du siècle, non seulement pour nous mais pour le monde.

Madame Maréchal, dans la vidéo susmentionnée, vous parlez du général de Gaulle comme d’un homme politique qui s’efforçait de faire la synthèse. Oui, c’est exactement de cela dont les Français ont un urgent besoin. Une femme qui fait la synthèse. Il n’y a pas de casserole au feu plus critique à traiter que le destin de la France à l’élection présidentielle de 2022, il n’y a plus d’eau dedans, l’incendie couve. Enfants, parents, entreprise, projets, tout cela n’a aucun sens dans un pays à l’agonie qui relève du miracle. Il faudrait embrasser les discours de chacun de ces candidats qui la surveillent avec bienveillance et inquiétude, et convaincre aussi qu’il n’y a rien de plus écologique que le nucléaire, de plus respectable que l’avis des Français eux-mêmes, consultable en tout point, et tant d’autres sagesses précieuses. Et que vous savez avoir autant de mesure que de fermeté dans vos décisions.

Je l’allègue solennellement, je suis définitivement et absolument convaincu que vous êtes notre seul et unique espoir, notre dernier et ultime espoir, que vous saurez persuader ces quatre merveilleux et valeureux amoureux de la France, hautement conscients de leur devoir et de la dramatique des enjeux, de rallier votre combat pour le salut de notre pays, de lui associer leur moyens, et encore leurs brillants cerveaux dans la victoire à des postes ministériels. Vous avez la connaissance des rouages de nos institutions, du droit national et international, de l’Histoire de France et d’ailleurs, de la géopolitique, de l’économie, vous êtes entourée de professeurs hautement qualifiés, vous avez le charme, l’intelligence et la culture, la vivacité et l’éloquence, la subtilité et la modération, vous êtes la mieux placée pour réussir, il n’y a pas l’ombre d’un doute sur cette question.

Je suis terriblement pétri de honte à l’idée de m’adresser à vous en des termes aussi irrévérencieux, mais je crains de devoir vous suggérer que si vous ne vous décidez pas à le comprendre, vous en porterez l’insoutenable responsabilité jusqu’à la fin de vos jours.

Avec ma plus vive amitié, ainsi qu’à toutes les personnes concernées.

Herbert Clamp

image_pdfimage_print