N’oublions pas l’anniversaire de la bataille de Poitiers

Ce mois-ci, c’est l’anniversaire de la bataille de Poitiers, survenue en octobre 732. On ne sait pas bien si c’était le 15 ou le 25 octobre, ni même si c’était en 732 ou 733 mais quelle importance ? Tous les historiens, musulmans, chrétiens, ou athées, s’accordent sur l’importance de cette bataille. Mais rien à la télé, rien dans les journaux, rien au gouvernement. Ils déconstruisent notre histoire.

Si une certaine professeure (le « e » ajoutant au dégoût), militante d’histoire en service commandé Laurence de Cock essaie de minimiser cette bataille, la traitant de « fantasme de droâte », disant que ce n’était pas une question d’invasion mais juste une «petite  incursion » dans le but de piller l’abbaye Saint-Martin de Tours (admirez la manière de pinailler), peu importe.

Pour l’historien belge Pirenne, c’est juste une petite bataille de rien du tout. Même un ancien contributeur de Riposte Laïque que je ne nommerai pas s’est permis de dire que c’était un mythe.

Or un mythe c’est une chose imaginaire. Mais cette bataille n’a rien d’imaginaire. Les archéologues en ont trouvé maintes traces. Des textes anciens subsistent, comme cette chronique mozarabe tout à fait digne de foi car soucieuse d’une véritable écriture de l’histoire, et rédigée en 754 par un clerc chrétien vivant sous les gouverneurs musulmans de Cordoue. 

Même le journal l’Immonde reconnaît l’existence de la bataille de Poitiers et critique les essais de la faire disparaître.

D’ailleurs la faire disparaître ne servirait à rien, les protagonistes reconnaissant tous qu’il s’agit là d’une bataille décisive.

Ceux qui veulent l’effacer nient la réalité, c’est-à-dire que monde chrétien et monde musulman ont de tous temps été en guerre, toujours à l’initiative de l’islam.

L’expansion armée de l’islam débute en 634, juste quelques années après la mort du « prophète ». Il faut bien obéir aux ordres de jihad donnés par le Coran. Ah la fameuse religion de paix.

L’islam avance au début de manière foudroyante. La conquête commence par des razzias, et quand l’ennemi est suffisamment désorganisé, l’invasion voulue définitive du territoire commence. Dans cette tactique, rien de nouveau sous le soleil.

En 732, les musulmans lancent des razzias vers la Touraine, ayant au préalable défait Eudes d’Aquitaine. Thierry IV roi des Mérovingiens est dépassé, mais Charles son maire du palais, qui a pacifié, ordonné le royaume franc, réagit. La bataille débute le 10 octobre.

La cavalerie arabe de Rahmane aligne 30 000 hommes en face des 20 000 hommes de Charles. Mais, selon un auteur musulman, les fantassins francs « forment un mur de glace impénétrable ». L’infanterie arabe, après la cavalerie mise en échec, attaque alors les fantassins francs, mais c’est à nouveau un cuisant échec.

Alors les Francs font courir la rumeur qu’ils attaquent le camp de base musulman. C’est la débandade, la fuite éperdue des Maures, car au camp ils ont du butin, et puis leurs femmes… Rahmane ne peut pas retenir ses troupes et il est tué. C’est la fin de la bataille.

On dénombre 12 000 morts du côté des Sarrasins et 1500 du côté des Francs. C’est le triomphe de Charles devenu Martel. Par la suite les Francs reprennent l’Aquitaine, reprennent la Septimanie, repoussent les Arabes jusqu’au-delà des Pyrénées.

Côté musulman, c’est la fin de l’expansion musulmane dans cette région, même si les razzias continuent en Provence jusqu’en 1830, ce qu’on a tendance à oublier et passer sous silence alors que cela a considérablement pourri la vie de cette région, jusqu’à la conquête de l’Algérie, rendue nécessaire par l’insécurité en mer Méditerranée et sur les côtes françaises.

En 732, le royaume franc sort raffermi de cette épreuve, c’est aussi le moment où il redécouvre grâce aux moines chrétiens la pensée gréco-latine, et cultive les valeurs de la chevalerie. Le christianisme s’affermit, un rempart contre l’islam. Cette bataille est une de celles qui a eu le plus d’importance sur notre monde occidental.

Les musulmans en ont été humiliés par cette grande défaite et le sont toujours, ils ne rêvent que de reconquérir la France. Ils n’ont réussi à garder Al Andalous que jusqu’en 1492, ce qui constitue une autre humiliation. Ils ont été vaincus lors de plusieurs batailles contre la chrétienté : entre autres La Berre (737) , Tourtour (973) . Pour finir par la victoire étincelante de Lépante (1571) à laquelle la France n’a pas participé mais dont elle a profité. Sans oublier la bataille de Vienne (1683).

Ne cédons pas aux sirènes révisionnistes et négationnistes des collabos qui ne savent même pas ce qu’est le statut de dhimmi qui les guette. N’oublions pas la bataille de Poitiers. Oui elle est notre ciment national, et tant pis si cela ennuie les tristes sires de la doxa islamo-collabo de gauche.

Mélenchon après Voltaire qui regrettait que la France ne soit pas devenue une province mahométane, a déploré cette victoire, disant «  si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses… » mais quel apport ? Quelle civilisation ? On voit bien aujourd’hui, en particulier avec le soutien et l’éclairage de Zemmour, que l’islam ne nous apporte que ruine et désolation.

Il faudrait célébrer cet anniversaire avec éclat, car cette bataille nous a apporté la liberté.

Sophie Durand

image_pdf
21
0

18 Commentaires

  1. Excellent article, Sophie Durand!Et les commentaires des passionnés d’histoire sont intéressants également.
    Alors les Francs font courir la rumeur qu’ils attaquent le camp de base musulman.
    Que faire d’identique à notre époque? Une invasion de porcs, un filon d’or et de diamants dans le sahara…le berbère Zemmour aura peut être une idée.

  2. Bravo et Grand merci pour cette leçon d’Histoire que seul les anciens connaissent pour l’avoir apprise à l’école française.

  3. Il est vrai que la petite incursion dura tout de même quelques décennies et si la bataille de 732 ne les avait pas arrêtés, ils seraient passés jusqu’au Danemark. Ceci dit, ils furent virés d’Espagne par Isabelle beaucoup plus tard et revinrent à la faveur d’une amnistie dés 1962 pour travailler chez Renault.

  4. Merci pour ce bel article! En effet, cette bataille décisive nous a garanti des siècles de tranquilité face à ce fléau musulman.

  5. Bjr la vraie bataille s’est déroulée devant le siège de Toulouse en 721 : ci-dessous des items d’un texte de JJacques Walter du 16/02/2008 dans lumières landaises :
    « Les musulmans sont entrés en 714 dans ce qui était la France à l’époque. Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu’à Sens.
    En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d’Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l’armée musulmane qui se replia en désordre sur l’Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne. On parle peu de la bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien. Les capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.
    Les musulmans ont conclu qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’Ouest des Pyrénées. 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, mis le siège devant Poitiers, et ont finalement été arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732. Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continués à ravager l’Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. Ces bandes n’ont finalement été éliminées qu’en 808, par Charlemagne. »

    • @Jean-François
      Vous parlez de la bataille de Toulouse alors que je parle de la bataille de Poitiers. Celle de Toulouse a été un échec. La bataille de Poitiers, elle, a été une victoire éclatante, définitive, qui a arrêté les Maures.

      • Chère Sophie Durand,

        je lis toujours vos articles avec plaisir, mais il me semble que pour la bataille de Toulouse, vous faites erreur. Cette bataille n’a pas été une défaite mais une victoire, puisque les Sarrasins qui assiégeaient la ville ont été battus, leur chef a été tué,et les survivants se sont enfuis . La victoire a été acquise lorsque, contre toute attente les assiégés, sous le commandement du comte Eudes d’Aquitaine, ont fait une sortie et ont massacrés les assiégants pris par surprise dans leur camp sous les murs de la ville.

        Amicalement JB

        • @Jacques Barrio
          Ce que je veux dire, c’est que la victoire de Toulouse n’a été que provisoire, éphémère. Les Maures ont repris leurs razzias et leurs conquêtes juste après, ils ont pris peu de temps après Carcassonne et Nimes. Seule la victoire de Poitiers a été décisive et a arrêté les Arabes.

    • Un grand Bravo à vous Jean-François Duroudier pour votre commentaire bien informé.

      Moi aussi je m’intéresse à cette période. C’est très rare que l’on parle de la capture de Narbonne ( ou les Musulmans installèrent un de leurs « camps de castration » pour les jeunes gens qu’ils capturaient dans la région , avant de les envoyer comme esclaves vers le sud par bateau.

      On ignore aussi souvent la bataille de Toulouse de 721, une victoire cruciale.
      Mis en déroute par les guerriers d’Eudes d’Aquitaine,(le chef des Sarrasins fut tué), les musulmans repassèrent les Pyrénées en déroute.

      Dans le Nord de l’Espagne ils se dirigèrent vers les Asturies pour se refaire. Mal leur en prit. Au lieu-dit Covadonga, ils furent pris dans une embuscade géante –et anéantis– par la petite armée de Pélage 1er, Prince des Asturies.

      Cette victoire espagnole à Covadonga marque pour les historiens le début de la Reconquista, qui, comme on le sait, dura quatre longs siècles.

      L’Espagne fut ainsi libérée du joug de l’Islam jusqu’à aujourd’hui, ou les descendants des mêmes envahisseurs reviennent sous le nom de migrants, demandeurs d’asle ou réfugiés.

  6. Il faut citer la bataille de la Berre, près de Narbonne où Charles Martel a défait les troupes musulmanes envoyées en renfort depuis Barcelone pour aider les assiégés de Narbonne. Cette bataille est totalement ignorée des historiens mais est tout à fait reconnue et a été une victoire totale des francs et une énorme défaite des armées maures.

  7. Ce jour la devrait etre fete comme un symbol de notre civilastion qui a su se defendre des envahisseurs mortiferes dont leurs descendants constamment harcele les Francais de devoir s’agenouiller pour des excuses pertinantes a la colonisation de leur soit disant pays qu’ils ont envahi de facon sanglante et mortifere….. Chacun doit reconnaitre ses torts ou pas.

  8. j’aimerai bien savoir si cet épisode est encore enseignée par les instits devenus des profs des écoles

  9. je suis passé au village il y a 3 décennies où était censé avoir eu lieu la bataille….
    En y repassant récemment l’appellation « la bataille » portée sur le lieu dit semblait avoir disparu. Quelqu’un du coin peut confirmer ou infirmer mon observation ?
    merci d’avance…

    • Bonjour Zéphyrin.

      Le village s’appelle Moussais la Bataille. On devrait y construire un beau monument, genre arc de triomphe, et une statue géante de Charles Mrtel.

  10. Il faut comprendre une fois pour toute, que gauchiasserie et mahomerderie ne font qu’un.

Les commentaires sont fermés.