Nous assistons, impuissants, à la déliquescence d’Arzano

Publié le 17 avril 2019 - par - 8 commentaires - 1 524 vues
Share

« Paysans, artisans et commerçants de cet immense domaine ruralisé ont laissé des traces physiques et humaines indélébiles : les paysages variés et sans cesse remodelés, les clochers et l’Angélus, les arts et traditions populaires, les greniers bourrés d’archives et d’objets privés, les patrimoines propres à chaque province et région, les fêtes champêtres réhabilitées et le culte des « racines », etc. » Citant Jean-Pierre Roux dans son article paru sur le Figaro Vox, posons-nous avec lui la question « La crise identitaire que vit notre pays n’est-elle pas liée à la fin de la vie au village, tant ceux-ci sont porteurs de l’identité française ? »

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/jean-pierre-rioux-la-disparition-de-nos-villages-et-notre-malaise-identitaire-actuel-sont-lies-20190412

On dirait Arzano… où personne ne lève le petit doigt quand des commerces et artisans sont en liquidation (2 depuis le début de l’année 2019 et malheureusement peut-être 3…) et où le préfet, de cheville avec les élus locaux, souhaite imposer un Centre d’accueil et d’orientation pour 40 jeunes hommes majeurs d’Afrique subsaharienne !!

Village-rue situé aux frontières du Morbihan, longé par l’Ellé et le Scorff, patrie de Brizeux… Cet ancien chef-lieu de canton (jusqu’en 2015 où la réforme électorale a changé la découpe des cantons dans les  départements…), ce bourg pourrait sortir son épingle du jeu grâce à sa situation sur la départementale 22 reliant Quimperlé (29) à Plouay (56).

Axe routier, avec un passage important de véhicules légers ou lourds, son église majestueuse, ses racines bretonnantes, les visions politiques auraient pu sortir cette commune de sa léthargie…

Malheureusement pour les héritiers culturels de Brizeux après des décennies de gouvernance à gauche, des corbeaux en tout genre, nous assistons presque impuissants à la déliquescence d’Arzano.

Mauvaise gestion, projets coûteux et inutiles, ambitions pharaoniques… Rien n’est épargné à ce pauvre bourg du Finistère-sud chargé d’une fiscalité bien plus contraignante que dans les autres communes alentours.

http://www.impots-locaux.org/impots-locaux-arzano-29300/

Alors quand les commerces ferment les uns après les autres, personne ne bouge, surtout pas la première magistrate du pays, pourtant vice-présidente à la communauté de communes pour la solidarité !!!

En plus de prendre à partie et de mépriser la population, qui lui fait remarquer son incompétence, Anne Bory préfère fayoter avec le préfet pour installer un CAO, prévoir la destruction d’un monument remarquable ou refiler le dossier assainissement à la communauté de communes avec une ardoise de 178 000 HT euros à régler…

Des habitants avouent avoir honte de dire qu’ils vivent à Arzano !!

Pourtant, en louant à bon marché les nombreux locaux communaux à des commerçants ou professions libérales (et pas seulement aux  copains qui sont élus…), en favorisant les commerces existants plutôt que de leur imposer une « épicerie associative », en ayant des projets rassembleurs, tout est possible à Arzano !! Les idées ne manquent pas, encore faudrait-il ouvrir un peu sa bulle et sortir de sa tour d’ivoire, pour prendre le pouls et comprendre ce qui se passe dans le bourg… Toujours mieux que d’attendre que les rumeurs enflent et éclatent sur le seuil de la mairie… Des précédents existent à Arzano, l’ancien édile s’en souvient !!

La campagne électorale commence donc sur fond de scandale… Pour mémoire le mandat précédent avait mal fini, élections partielles en 2013 à deux reprises et liste unique difficilement bouclée…

Pourtant des personnalités émergent, des idées fusent, des projets se définissent afin de ne pas laisser tomber cette bourgade qui peut être riante à ses heures, conviviale et où la vie est agréable.

Il est donc plus que temps de rassembler les bonnes volontés prêtent à servir leur commune avec bon sens et recherche du bien commun pour que nos villages français renaissent et ne soient pas regroupés ou deviennent fantômes, sans une ombre à passer dans les rues ou bien malheureusement celles de pauvres hères importés dans nos contrées par un trafic de passeurs et d’ONG sans scrupule et à qui la justice française laisse carte blanche !

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
FDS

S’il n’y avait qu’Arzano ?

patphil

un bourg peuplé de sansdents, d’illettrés, de fainéants, de qui ne sont rien, d’incapables de traverser la rue sans s’arrêter sur un rondpoint, la tentative de régénérescence bretonne ne fonctionne pas non plus?
celtes, rejoignez les gaulois réfractaires dans les urnes au moins

dupond

Ils sont en phase terminale …..ayez pitié d’eux et laissez s’éteindre doucement . Les caisses de l’état sont vides et nos entreprises aux mains d’actionnaires chameliers !! arzano verra son clocher disparaitre et un minaret s’élever comme au kosovo

Trystan Picarda

Un ramassis de connerie

À arzano le CAO n’a pas que des contestataires de plus la maire et proche de ses habitants et à l’écoute

Et jolie titre aguicheur par dessus le marché

Enfants de Clovis

A Arzano, les détracteurs finissent à la gendarmerie puis au tribunal de Quimperlé. Dépôts de plainte contre tous ceux qui s’opposent au projet. On les fait même traquer dans les journaux, les sites et les réseaux sociaux. Le 22 mars, une réunion à Quimperlé s’est tenue sans l’opposition. Opposition (Le Fur, Thomaïdis et Cuedelo entre autre) exclue par le député Balanant, la Mairesse, le Préfet et leurs sbires !!! Ils logent dans une maison payée par le contribuable gaulois une famille déboutée du droit d’asile. Ce CAO, se fait dans le dos des habitants. Habitants qui sont en immense majorité…… lire la suite

Enfants de Clovis

Pour ceux qui ne me croiraient pas… Info concernant la reunion du 22 mars à vérifier sur BREIZH INFO.
Et pour les plaintes, lancez un appel sur RL, FDES, FACEBOOK etc etc… vous verrez bien si je mens.

Marcus

Pour info à Riposte Laïque, la photo n’a pas été prise à ARZANO, mais à QUIMPERLE, qui est situé à quelques kilomètres. Il se trouve que je suis du coin…

Lisianthus

C’est ce que je me disais aussi, j’ai habité plus de vingt ans à Rédéné…