Nous avons déjà gagné la bataille médiatique

Vous avez sans doute appris la décision de la Préfecture d’interdire notre rassemblement. Vous lirez les commentaires de Christine Tasin sur cette décision.
Certes, nous comprenons la colère des centaines de lecteurs qui ont assailli notre boîte à lettres, dès qu’ils ont appris cette nouvelle. Nous ne sommes pas surpris par un pouvoir qui capitule devant les prières musulmanes mais qui interdit un rassemblement de patriotes républicains qui veulent fêter les 70 ans de l’appel du général de Gaulle.
Mais le sentiment dominant qui nous anime, ce matin, est celui d’une formidable victoire médiatique, que nous remportons. Depuis 36 semaines, Maxime Lépante, tous les vendredis, en prenant des risques physiques considérables, informe les citoyens de France et du monde (800.000 personnes ont regardé ses vidéos, à ce jour) de la réalité hallucinante des prières musulmanes illégales, rues Myrha, Poissonniers et Léon.
Très rares sont les médias ayant relayé l’information ou ayant daigné se déplacer dans la Goutte d’Or. Or, il a suffi que nous lancions cette idée d’apéro géant pour que ce silence vole en éclat, et que le sujet fasse, depuis 48 heures, la une de l’actualité. Première victoire.
Pour Riposte Laïque, cela a été l’occasion de voir l’équipe rédactionnelle confrontée à cette nouvelle notoriété. Dans l’édito du numéro 149, je parlais des différentes interventions de Pierre, Anne, Annie, Christine, Alain, Pascal, Radu…
Hier, nous avons franchi un palier. Cela a commencé par cette émission de I-Télé, où Pierre a été agressé littéralement par Robert Ménard, à qui il a répondu calmement, mais fermement.
Nous avons été confrontés, le midi, à une équipe de télévision de France 2 très hostile à notre démarche, à part le journaliste. Le caméraman, particulièrement irresponsable et agressif, a essayé d’embarquer Pierre dans une interview devant la mosquée de la rue Myrha, le mettant délibérément en danger, en encourageant des musulmans à écouter l’interview. Pierre, traité de « sioniste », a mis fin à cette interview. La discussion qui a suivi a été particulièrement violente avec l’ensemble de l’équipe, excepté le journaliste, lui fort correct. Nous écrirons à la direction de France 2 pour lui faire part de l’attitude inqualifiable de quelques-uns de ses salariés, qui se comportent davantage en militants politiques agressifs qu’en journalistes ou techniciens professionnels.
Sur BFM, à 17 heures, Pierre était confronté cette fois à Dominique Sopo, président de SOS Racisme, et à un maire adjoint du 18e arrondissement. 90 % du vocabulaire de Sopo a été : « raciste », « extrême droite », « Serge Ayoub », « Bloc Identitaire ». Le débat a été particulièrement tendu. Comme dirait Thierry Roland, « ils ne passeront pas leurs vacances ensemble ».
Après une interview accordée à un journaliste de LCI, et de nombreux coups de téléphone, Pierre pouvait laisser la place à Pascal Hilout, de retour de vacances, invité sur France 24.
Mercredi matin, Pierre était opposé à Patrick Lozes, le président du Cran, sur LCI. Il démonta très facilement les arguments sur le racisme et sur l’extrême droite, et fit remarquer au président du Cran – par ailleurs fort homme courtois – que c’était son association qui segmentait la société française en raison de la couleur de la peau des gens.
Cela n’a pas empêché, régulièrement, les médias de reprendre le même thème, et de qualifier les organisateurs de l’apéro géant, dont Riposte Laïque, de racistes d’extrême droite. Ultime coup bas, Pierre Cassen accorde une interview à Marianne, hier, où il explique que les laïques ne doivent pas laisser à l’extrême droite la bataille contre l’islamisation de la France. Or, que titre Marianne : « Selon Pierre Cassen, seule l’extrême droite défend la laïcité ». Comment Marianne peut-il proposer à ses lecteurs un tel titre, destiné à classer définitivement RL à l’extrême droite, alors que l’interview dit tout le contraire ? Comment peut-on proposer un tel titre, alors qu’historiquement, nous savons tous que l’extrême droite, sous l’influence de son aile catholique, a toujours combattu bec et ongles la laïcité, et continue à le faire ? Comment peut-on être aussi malhonnête intellectuellement ? Il faudra de longues minutes téléphoniques, parfois houleuses, pour qu’ils consentent à ajouter un mot dans le titre : malheureusement.
Selon-Pierre-Cassen,-seule-l-extreme-droite-defend-aujourd-hui-la-laicite_a194130.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=25987&
C’est certes un moindre mal. Mais nous aurions attendu de Marianne un titre plus conforme à l’interview, dans le style : « Ne laissons pas l’extrême droite capitaliser le combat contre l’islamisation ». Mais ces peaux de banane ne changeront rien. Grâce à cette initiative, le discours de Riposte Laïque est enfin passé sur des médias fort regardés. Nous remarquons un phénomène très encourageant. Souvent, nos intervenants sont agressés par de nombreux journalistes, l’apéro présenté comme raciste et provocateur, tandis que 70 à 80 % des internautes ou des auditeurs approuvent notre discours, et prennent violemment à partie animateurs et intervieweurs !
Même les Guignols et leur idéologie bobo gaucho s’y sont mis !
http://player.canalplus.fr/#/355125
Le résultat de tout cela ? Les journalistes, tout en nous accusant de racisme disent tous, la bouche en cœur, que les prières dans les rues –dont ils n’avaient, forcément, jamais entendu parler (sic!)-, ce n’est pas bien et qu’ils ne sont pas d’accord, et Daniel Vaillant et Brice Hortefeux sont enfin interpellés publiquement. Nous gardons le meilleur pour la fin, Dalil Boubakeur a invité les musulmans du 18e à venir prier dans la Grande Mosquée, torpillant l’argument du manque de mosquées, et de place !
Autre signal intéressant montrant que les choses bougent, des groupes apéros géants saucisson pinard pour le 18 juin se constituent sur facebook. On a une véritable épidémie d’apéro-pinards dans toute la France ! Michel Charasse lui-même a appelé à commémorer le 18 juin en faisant, partout, des rencontres festives.
Naturellement, notre audience de visites a pulvérisé des records. Finalement, nous allons peut-être embaucher Sopo et Fourest comme attachés de presse !
Nous vous annonçons, pour finir, la réalité du plan B. Nous ne voulons pas être prisonniers des échéances du tribunal, nous entérinons donc le fait que l’apéro géant est supprimé. Pour autant, nous invitons nos lecteurs à un regroupement, autour de la symbolique du 18 juin, place de l’Etoile, à l’angle des Champs-Elysées, à 19 heures, pour commémorer l’appel du général de Gaulle, et appeler, 70 ans après, au refus de l’islamisation de la France.
Hauts les coeurs.
Cyrano

image_pdf
0
0