1

Nous les Blancs, nous descendons du singe, Thuram, lui, c’est de l’âne

Lilian Thuram a le droit de dire « vous les Blancs » mais moi je n’ai pas le droit de dire « vous les Noirs ». D’ailleurs ça ne me viendrait jamais à l’idée…

L’ancien footballeur jouit de certains privilèges qui lui ont été accordés en récompense de ses bons et loyaux services contre le racisme.

Lors d’un match de foot à Cagliari, quand il est entré sur la pelouse Lukaku, l’attaquant noir de l’Inter a été la cible de cris de singes. Des petites abjections comme on en entend trop souvent dans les stades. Cet incident a fait scandale.

Puis un scandalisé professionnel, Lilian Thuram, s’en est mêlé. Lui, ça fait plus de vingt ans qu’il est professionnellement scandalisé… Ayant dû abandonner les chaussures à crampons, il s’est converti dans l’antiracisme, une discipline qui, elle aussi, exige un entraînement intensif et permanent. Et c’est comme ça qu’il est né à une deuxième vie. Elle lui a permis de devenir le chouchou des médias et l’idole des banlieues. L’affaire de Cagliari ne pouvait donc lui échapper. Et voilà ce qu’il a déclaré au Corriere della Sera : « Il y a du racisme dans la culture blanche. Les Blancs se pensent supérieurs et cela dure depuis des siècles ».

Là l’ancien footballeur a poussé le ballon un peu trop loin. Nombreux sont ceux qui considèrent  les propos de Thuram comme racistes. Racistes, ils le sont à l’évidence. Comme le seraient toutes phrases commençant par : « Vous les Noirs » ou « vous les Blancs » ou « vous les Arabes » ou « vous les Juifs ». Thuram est donc raciste ?

Non, il ne peut pas l’être car il est noir et seul un Blanc peut être raciste. Et l’argument le plus déterminant est venu de SOS Racisme. Cette organisation qui, chaque fois qu’elle le peut, illustre le naufrage absolu de la pensée, a estimé que Thuram ne pouvait être raciste car, tenez-vous bien, il était le champion de l’antiracisme !! Voila qui est beau, puissant et lumineux. Thuram über alles ! Mais ne lui en voulons pas. Nous comprenons que le ballon lui manque. Il aimait taper dedans. Et aujourd’hui pour se consoler il tape dans un ballon fait avec une tête de Blanc.

Benoit Rayski

Ps : Nous les Blancs nous descendons du singe. Et nous en sommes légitimement fiers. En cela nous n’avons rien de commun avec Lilian Thuram qui, lui, descend de l’âne.