Nous sommes donc dans un pays où Pascal Hilout est inculpé, et Souad Merah classée sans suite…

L’affaire Souad Merah, classée sans suite : quand les associations ne portent pas plainte alors qu’elles le devraient ou quand l’intéressée tombe sous le coup de la loi mais que les juges n’en tiennent pas compte parce qu’elle ne s’appelle pas Eric Zemmour, Pascal Hilout, Pierre Cassen, Christain Vanneste, Sylvain Gouguenheim ou Olivier Pétré Grenouilleau lesquels n’ont jamais dit ni écrit le millième de ce qu’a prononcé cette femme. (Liste non exhaustive)

Novembre 2012, le Parquet de Paris entame une enquête préliminaire à l’encontre de la soeur de Mohammed Merah, terroriste islamiste abattu par les forces françaises après avoir commis plusieurs meurtres dont des enfants juifs dans une école à Toulouse.

Souad Merah, dans une Enquête exclusive sur M6, avait tenu des propos d’une violence irréfutable à l’égard des Juifs en particulier.

Propos condamnés » très fermement  » par Manuel Valls : « Bien que tenues dans le cadre d’une conversation privée, ces paroles ne peuvent qu’être perçues comme une apologie du terrorisme et de l’antisémitisme et une provocation à la haine religieuse et raciale. Elles expriment et propagent une idéologie primaire et violente, caractéristique d’une dérive de nature sectaire, contraire aux Valeurs fondamentales de la République» a estimé le ministre de l’Intérieur. «Ces propos sont une insulte à la mémoire des victimes de Mohamed Merah, ainsi qu’à leurs familles» a-t-il ajouté.

Enregistrée et filmée à son insu avec la complicité de son frère avec la chaîne M6, Souad Merah n’en clame pas moins :

« Je le dis haut et fort, même si là ils sont en train de nous enregistrer (…)  » je suis fière « , et peu de temps après, elle ajoute : « Je l’ai dit clairement aux flics, je pense du bien des moudjahidin, je pense du bien de Ben Laden ».

Aucune des associations SOS Racisme, Mrap, Licra, UEJF n’ont porté plainte contre la soeur du terroriste alors que ses propos tombent indubitablement sous le coup des lois ci dessous en particulier l’article R 625-7 :
1- Pleven ( 1972 ) : article premier. Ceux qui – par tout moyen de communication publique-auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis- de prison et d’amande

2- Gayssot ( 1990 ) qui va renforcer la loi Pleven en  » tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe « . Sera ajouté l’article 24 bis qui prévoit de punir toute contestation des crimes contre l’humanité « .

3- 1993 Article R 625-7 : décret (gouvernement Bérégovoy)  inséré dans le Code Pénal crée 3 infractions : diffamation, injure, provocation à la discrimination non publiques « envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Ce qui très clairement signifie qu’une personne, Mademoiselle Merah, tenant des propos antisémites, non publiques, qui est fière des actes meurtriers de son frère et qui pense du bien de Ben Laden fait l’apologie du terrorisme doit, selon les lois en vigueur, être poursuivie pour tous les motifs contenus dans ces lois.

Propos encore plus condamnables qu’elle assume sans ambiguité pouvoir les prononcer en public.

En déclarant que  » le critère de publicité n’a pas été retenu », le Parquet invente ce terme qui n’apparaît nul part dans les lois Pleven, Gayssot, pas plus que dans les articles et décrets ajoutés. Les propos de Souad Merah, selon la vision très humaniste et socialiste du Parquet lequel se garde bien dans ce cas précis de recourir aux expressions dûment mentionnées dans les lois pré citées – » provocation à la haine », etc…-  relèvent donc d’un vocabulaire marketing comme si la jeune femme n’avait, effectivement, pas fait de publicité… Mais de celle pour un shampoing ou pour une destination touristique !

Nous sommes impatients d’entendre Manuel Valls s’exprimer à propos de l’abandon des poursuites par le Parquet, lui qui « condamnait fermement ».

Il dira certainement :  » La justice est indépendante, il faut laisser faire la justice « .

Les lois de censure depuis 1972 qui ont considérablement modifié la loi de 1881 ne s’appliquent donc qu’à toute personne allant à contre courant de l’idéologie imposée, qu’aux personnes ne rentrant pas dans les critères établis, qu’à celles et ceux, lucides et clairvoyants, qui ont le courage de dénoncer à la fois la soviétisation de notre société,et son islamisation évidente.

Toutes les Souad Merah sont des terroristes en puissance protégés par la cour islamophile  qui condamne en paroles ce qu’elle autorise et encourage dans les faits.

Caroline Corbières

 

image_pdfimage_print