1

Nous sommes gouvernés par des lâches !

Nos gouvernants actuels sont affligeants : au lieu de répondre par la force au terrorisme islamique tel qu’il se manifeste sur notre sol, ils multiplient les débats, comme si débattre permettait de rattraper les erreurs dues à leur lâcheté. En 1940, nos généraux se comportaient de la même façon, et l’on a vu ce que cela a donné.

Mais l’Histoire, hélas ! ne sert jamais de leçon, si bien que ce sont de nouveau les Français qui se trouvent en première ligne, face à un ennemi d’autant plus redoutable qu’il est doté d’une foi incommensurable – ce qui n’est pas sans rappeler le fanatisme d’un Polyeucte déclarant : « Si mourir pour son prince est un illustre sort / Quand on meurt pour son Dieu, quelle sera la mort » ! (Corneille, Polyeucte, v. 1213-1214).  

On comprend ici pourquoi la formule de Céline selon laquelle « L’ histoire ne repasse pas les plats » est fausse : nous sommes toujours en présence de la même Histoire, et c’est bien cela qui est désespérant ! Quel que soit l’ennemi, c’est toujours un « ennemi », c’est-à-dire une « personne qui en déteste une autre et cherche à lui nuire ».

Il en va ainsi des cultures antagonistes, surtout lorsqu’une d’entre elles entend s’imposer aux autres. Mais cette évidence est tellement évidente qu’elle en devient dérangeante pour le Pouvoir en place, si bien qu’il s’empresse de la mettre sous le tapis !

Maurice Vidal