Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts (Paul Reynaud, 1940)

Ces fortes paroles du président du conseil de la chambre de Front populaire, quelques semaines seulement avant l’effondrement des armées françaises, sont tombée dans l’oubli. A en croire Paul Raynaud, les forces militaires franco-britanniques allaient mettre en déroute les armées du Reich allemand qui devait durer 1000 ans, pérorait le Führer…
Il y a quelques jours, j‘écoutais sur Internet un prêcheur islamiste du londonistan. L’homme, paraphrasant Paul Raynaud, s’adresse à tous les « impies » et autres mécréants. En premiers, il s’adresse à ses hôtes, les autochtones anglo-saxons et celtes qui ont formé la nation anglaise. Il leur dit : Nous allons vous vaincre, nous allons vous conquérir. Nous serons maîtres ici puis dans le monde entier.
Comment, se demandera-t-on ? Il répond à cette question : parce que nous sommes les plus forts ! Parce que nous sommes musulmans, et que nous les musulmans, ce n’est pas la vie mais la mort qui nous intéresse. Nous sommes donc invincibles. Vous n’y pouvez rien. Alors, soumettez vous, reconnaissez la Charia, mettez là à la place de la loi anglaise…
Comme ses pareils, les organisateurs d’attentats à la bombe humaine, utilisant parfois la burqua et autre niqab pour envoyer parmi leurs victimes confiantes des poseurs de bombe se camouflant sous le vêtement-prison des femmes esclaves morales et physiques, notre prêcheur londonistanais ne sait pas ce que c’est que le courage et l’abnégation. Manifestement, il ignore tout de l’esprit civique, du patriotisme, du dévouement et du véritable esprit de sacrifice. En outre, il est patent qu’il ignore tout de l’histoire humaine passée et récente.
Ce personnage n’a sûrement pas entendu parler de la déroute des dizaines de milliers de combattants rassemblés au Soudan par un chef djihadiste, le Mahdi, dans les années 80 du 19ème siècle. Sinon, il saurait qu’une foule fanatisée et qui se croyait immortelle ou vouée au paradis des djihadistes en cas de mort au combat, a été dispersée par quelques centaines de soldats britanniques disciplinés, dévoués et bien organisés, dont les chefs et les leaders d’opinion, bien sur, n’étaient pas disposés à donner sans combattre les clefs de la maison Grande Bretagne à des racketters djihadistes.

Ce prêcheur ignore le courage et la dignité.
Il ne sait rien de l’Histoire, c’est visible. Sans quoi, il aurait entendu parler de Stalingrad en 1943 et de la résistance, 24 heures sur 24, qui durera des semaines presque sans sommeil, dans un froid extrême et avec à peine de nourriture, de dizaines de milliers de soldats et d’ouvriers soviétiques ; ces soldats et ouvriers soviétiques n’avaient pas attendu les ordres du chef Staline pour dire aux hordes nazies, « vous ne passerez pas ! » ils les stopperont.
Ces soldats « rouges » et ces ouvriers de l’ancienne URSS ne donnaient pas leur vie pour aller épouser les « houris », les vierges d’Allah. La plupart d’entre eux renonceront à leur existence terrestre, la seule qui soit pensaient-ils, pour que leurs concitoyens et leurs propres enfants puissent vivre libres. La plupart d’entre eux ne croyaient pas dans une vie après la mort. Pourtant ils sacrifieront leur vie. C’est cela le courage.
Ce sont ces conditions morales, fruits de la pensée et de convictions réfléchies (pas des convictions automatiques, importées, sans qu’ils aient leur mot à dire, dans des têtes d’enfants aux cervelles considérées comme des sortes d’estomacs d’oies humaines gavées de dogmes indiscutables), ce sont ces conditions qui font défaut aux djihadistes ; ces derniers sont fanatisés par la peur d’un Dieu père fouettard et distributeur de cadeaux sexuels à ses esclaves les plus soumis et prêts, pour cela, à aller arracher leurs entrailles à tout être humain ne voulant pas devenir lui-même un esclave, et, si Dieu existe, voulant débattre avec lui de la terre et des besoins de ses habitants, de l’univers, du bien et du mal, du mauvais et du bien, du pas très bon et du mieux.
J’évoquais la résistance populaire à Stalingrad.
Je pourrai multiplier les exemples passés et récents du dévouement jusqu’à la mort de milliers d’ hommes et de femmes, voulant servir leur prochain en choisissant de périr pour que s’édifie une société plus juste et meilleure pour tous, une société humaine et libre.
Personne n’a pu oublier le jeune étudiant Juif tchécoslovaque Jan Pallach qui s’est immolé par le feu en janvier 1969, pour protester publiquement contre la normalisation et l’occupation de son pays par les soldats surarmés du pacte de Varsovie.
Il n’est jamais venu à ce jeune défenseur du socialisme du printemps de Prague, le vrai socialisme, d’aller pour cela tuer des enfants, des femmes et des vieillards de Russie.
Jan Pallach a renoncé à l’existence, pour affirmer la dignité et l’aspiration à la vie libre pour chacun, sans attendre pour cela que « Dieu le père » le marie avec un certain nombre d’esclaves sexuelles. Il aimait la vie, et comme les milliers de défenseurs volontaires de Stalingrad qui brisèrent la puissance de la machine de guerre hitlérienne, qui eux aussi aimaient la vie, il renonça à la sienne pour défendre la vie, la vraie, la vie libre !
Notre orateur londonistanais ignore sans conteste tout de cela. Il croit que la veulerie politique des chefs du Labour et l’esprit munichois des leaders conservateurs actuels reflètent le peuple britannique et les autres peuples.
En France, il ne s’agit pas des londonistanais mais des Tariq Ramadan et autres défenseurs du burquinistan (avec leurs comparses staliniens, leurs satellites, et leurs cousins « trotskistes » et autres « anti-impérialistes »).
C’est aussi ce que pensait Hitler, dont les londonistanais veulent achever l’œuvre d’extermination des Juifs. Le dictateur croyait que la lâcheté des chefs reflétait et exprimait celle du peuple. Il croyait qu’était révolue, définitivement, les conditions morales qui avaient fait du peuple de France, ce peuple pionnier, cette nation qui a ouvert à l’humanité toute entière la voie vers l’émancipation…il croyait, le Führer, et il a vu.
Alain RUBIN

image_pdf
0
0