Nouvelle-Calédonie : vers une nouvelle soumission aux exigences kanakes ?

La situation est toujours très instable en Nouvelle-Calédonie même si, ce matin, la circulation sur la RT1 en Province Sud était libre.

Boulouparis, embranchement de Thio, un groupe de Kanaks avec leur emblème kannabisé sur le bord de la chaussée, pas de barrage. Entrée de la tribu de Ouinane – bas-côtés encombrés de branchages, de cailloux, de pneus brûlés mais pas un caillasseur en vue – rien à Tomo, rien à Tontouta.

Raphaël Mapou, un des chefaillons indépendantistes de ce début de guerre civile, dit vouloir discuter, mais, comme chaque fois avec le FLNKS, il y a un préalable : « Retirer l’option Trafigura sur l’usine Vale ».

Les très passifs – pour ne pas employer un mot plus offensant – politiciens loyalistes ont aussitôt saisi la perche. « Volonté d’apaisement », ils appellent ça.

Les chefs coutumiers terroristes kanaks ont autorisé la circulation au niveau de la tribu de Saint-Louis entre 5 heures et 18 heures. Quelle mansuétude !

Les Mont-Doriens ont la permission de sortir en journée pour aller bosser et ainsi pouvoir payer leurs impôts et subventionner la bête immonde du kanakysme.

Florent Perrin, patron du barrage loyaliste qui interdit aux indépendantistes ludoviciens de venir se ravitailler à Nouméa, est resté sur le barrage avec des habitants du Mont-Dore. Pour lui, c’est une question d’honneur. Soit la route est entièrement libre, soit elle est devenue un chemin privé, ouvert ou pas, selon le bon vouloir de la racaille de Saint-Louis.

Le maire du Mont-Dore, Eddie Lecourieux, en apprenant que des Loyalistes mieux équipés génétiquement que lui, refusaient de passer sous les fourches caudines des Kanaks a parlé de «petits desideratas » des « citoyens montdoriens » et s’est dit « harcelé » par la population. Visiblement, le pleurnicheur a du mal à choisir son camp. Mais c’est une vieille histoire avec les maires du Mont-Dore qui ont toujours hésité entre Saint-Louis et la grande majorité anti-indépendantiste de la commune.

En ce moment, un texte intitulé L’indépendance kanake a sombré ces derniers jours circule sur Internet.

Son auteur met en évidence la défaite – qualifiée bien hâtivement à mon goût « d’irrémédiable » – du camp indépendantiste.

D’abord la mobilisation de la horde a été quasiment insignifiante en nombre et en qualité. Surtout des “kanailles” des tribus du sud.

Puis, pas d’effet d’entraînement. Le mouvement a trouvé peu de relais dans le monde mélanésien. Bien au contraire. En voyant que les indépendantistes étaient prêts selon M. “Ben tant pis”, le comique Tutugoro, à détruire une usine, certains se sont même opposés à cette tactique de la terre brûlée.

Ensuite, la réaction de l’État a été plus rapide et vigoureuse qu’en 84-88. Très vite, des tirs à balles réelles pour sauver l’usine du sud, classée Seveso, d’une déflagration qui aurait pu faire des centaines de victimes.

La réaction des Loyalistes de base – pas des élus – a été immédiate, les armes sorties et des tirs ont eu lieu.

Les kanakystes ont très vite battu en retraite.

De plus, la stratégie de blocage des tribus a payé. Elles sont très vulnérables à la coupure des voies de ravitaillement et, visiblement, n’avaient pas prévu une réaction des anti-indépendantistes. Presque quarante ans que ceux-ci baissent la tête. Et soudain, ils la relèvent. Les petits chefs kanaks n’en sont pas revenus.

Les leaders indépendantistes qui plastronnent d’habitude sur les plateaux radios et télés se sont aussitôt planqués derrière leurs gardes du corps payés par la France.

La crise a également mis à jour la vénalité des indépendantistes du Sud qui se sont engraissés pendant des années en rackettant Vale, l’ancien propriétaire de l’usine. D’ailleurs leur hargne pourrait s’expliquer par la disparition de ces revenus du racket si l’usine passait sous contrôle d’une société moins kanake friendly.

L’auteur note ensuite qu’il faut cesser les “gentleman’s agreements” du genre « Okay les gars, vous avez encore une fois fait les cons et terrorisé le pays, mais allez, on est des démocrates et des humanistes pétochards, alors on comprend, on va vous donner encore plus de fric et baisser un peu plus la culotte pour faire copain-copain ».

Cet échec des indépendantistes devrait être l’occasion de tout remettre à plat : clé de répartition (le Sud paye le train de vie du Nord et des Îles), le droit de vote (40 000 Calédoniens ne l’ont pas), la répartition des sièges des représentants au Congrès où le Sud est nettement sous-représenté par rapport à la Province Nord et à celle des îles Loyauté.

Mais, bien sûr, il n’en sera rien.

« Ne pas répondre à la violence par la violence », « Défaire les barrages loyalistes », « Renouer le dialogue » : les sempiternels propos des couards parcourent à nouveau les journaux, les télés et les radios. Ces gens-là nous ont amenés de concession en concession au bord du gouffre indépendantiste et ils nous disent aujourd’hui de faire un pas en avant.

On s’achemine donc comme d’habitude vers la défaite des Loyalistes et la victoire des indépendantistes. Le projet Trafigura sera déchiré, les élus loyalistes se soumettront au diktat du kanakysme en continuant à se gargariser du mensonger slogan “Terre de parole, terre de partage”.

J’espère de tout mon cœur me tromper.

Marcus Graven

Vous pouvez retrouver tous mes articles sur

https://marcus.tvs24.ru

 

image_pdfimage_print

24 Commentaires

  1. Et si vous laissiez tomber l’orthographe « Kanak » antifrançaise pour écrire « Canaque » à la française ? Pour commencer…

    • On est bien d’accord. Les canaques n’ont pas choisi innocemment cette ridicule et inepte orthographe « kanak » : c’était une provocation et une manière d’affirmer leur volonté de sécession.
      Ces gens-là ne méritent pas de vivre.

    • On devrait d’abord leur couper les vivres et rendre le droit de vote au quarante mille- 1/4 du corps électoral- citoyens dont la grande majorité paie des impôts.

      • bien d’accord avec vous, tous ces indépendantistes vivent sur le dos des autres et si la NC est lachée par la France, les chinois sont à la porte et n’attendent que cela pour en prendre possession, la NC est un point important dans les zones maritimes et possède certaines richesses convoitées par d’autres pays qui engraissent les indépandantistes

    • non ..les calédoniens majoritairement loyalistes …alors on a annulé le vote de 40000 loyalistes ..honteux ….lamentable et critique du RN en france …alors qu’ici interdit de vote pour 40000 personnes …ah oubli elles sont blanches …donc normal…..

    • Non! Posture absurde des faux droitards. La survie de notre peuple fds passe par le fait d’assumer de dominer chez nous et là où nous avons choisi d’être chez nous. Les canaques sont sortis eux-mêmes de leur droit par leur comportement depuis des millénaires.

    • Sauf qu’on leur donnera leur indépendance et qu »ensuite ils viendront vivre chez nous à nos crochets ! On a vu ce qui s’est passé avec les maghrébins !

      La Nouvelle-Calédonie, c’est la France. Si ça ne plait pas aux canaques, qu’ils partent ! qu’ils aillent en australie ou en nouvelle-zélande où ils sont très bien accueillis !
      Ils se plaignaient des Français ? ils verront ce que c’est que les anglo-saxons !

  2. La solution tient à deux choses :

    1) d’abord éliminer ceux des loyalistes qui sont des couilles molles et qui prônent le « dialogue » avec les canaques,

    2) ensuite éliminer les leaders canaques et les activites les plus notoires.

    Il faut que les Français de Nouvelle-Calédonie se prennent en mains et passent à l’action.

    Je vous le dis : ne commettez surtout pas l’erreur qui fut celle des Pieds-Noirs en algérie. Ils sont restés essentiellement passifs, ils ont compté sur l’armée, sur la « france »… avec le résultat que l’on sait !

      • Si je venais dans votre ville avec une milice armée vous dire que désormais cette ville est à moi et votre domicile n’est plus le vôtre vous n’auriez évidemment aucun problème avec ça n’est-ce pas?

    • Non car nous payons tout depuis toujours. Ces gens ne sont pas « auto porteurs », ils ne sont indépendantistes que parce qu’ils ne comprennent pas ce que ça veut dire: un aller simple vers un centre de vacances chinois où ils serviront de nourriture aux pangolins.

  3. Ils ont décidé de se vendre aux Chinois, ils n’ont pas fini de rigoler sans les subsides de la métropole .

  4. Nous sommes de tout cœur avec vous! La Nouvelle-Calédonie peut être un jour le dernier refuge des fds. Je suis la situation à distance mais je suis 100% solidaire avec les vrais Loyalistes. Une question cependant, en cas d’indépendance « accidentelle », si le premier assaut des fous furieux est contenu, ne serait-ce pas l’opportunité de renverser la table dans l’autre sens, vigoureusement, dans le sens de notre école de pensée?

  5. Déjà dit hier !
    La légalité des Referendums successifs rassure…..
    Mais la natalité des Kanaks augmente… Résultat attendu !
    C’était Joué dès le départ !

  6. « emblème kannabisé » Ouf ! J’ai eu chaud … Dans une première lecture j’ai lu cannibalisé. Se souvenir toujours d’où l’ont vient.

Les commentaires sont fermés.