Nouvelle réponse au prêtre Jean-Benoit Casterman

En ce qui concerne l’islam et le Coran, vous avez raison et Riposte laïque également, mais on ne peut cacher les excès des autres religions comme si ces religions étaient parfaites et que seul l’islam est critiquable.
Jean-Benoit m’impute « une rare violence », un manque de respect, un manque criant de culture, une lecture primaire et fondamentaliste de la Bible, il dit « Acceptez au moins la libre expression et le débat sur ces questions (avortement etc..) et encore pour l’homosexualité : Sans pour autant être obligé de tout approuver, ainsi que votre « pensée unique l’exige », et encore : Acceptez que cela fasse débat, …… Cessez de nous imposer VOTRE PENSÉE UNIQUE. (1)
Comme respect envers quelqu’un qui conteste sa lettre c’est pas mal comme qualificatifs. Je ne peux plus que me faire humble et demander le pardon devant le savoir et la supériorité du prêtre, qui comme Sarkozy l’a dit est supérieur à l’instituteur. Vous inventez n’importe quoi pour me discréditer. Voulez vous indiquer où je m’oppose à la libre expression et au débat en quoi que ce soit. Le pape et l’Eglise expriment leur opinion sur l’avortement, l’euthanasie, etc., c’est leur droit et je n’ai nulle part dit que je leur contestais ce droit, mais j’ai aussi le droit de critiquer l’opinion du pape et je n’ai rien fait de plus. Vous écrivez « Cesser de nous imposer votre pensée unique », tout cela est inventé par vous pour discréditer. Si quelqu’un impose la pensée unique, c’est le l’Eglise qui prétend détenir la vérité, moi je la recherche et j’exprime une idée sans prétendre l’imposer aux autres et vous essayez ainsi de faire de moi un laïque détestable et borné, un dictateur, l’antidémocrate, etc. Vous n’utilisez pas des arguments dans le débat mais le dénigrement total de la personne qui ose s’exprimer.
Vous dites que je fais une lecture primaire et fondamentaliste de la Bible ce qui n’est possible et admissible que pour le Coran selon vous. Je vous signale Jean-Pierre que je ne suis pas là pour déformer les textes comme on le fait à l’Eglise, ni pour tromper les gens, ni pour faire de la théologie. Je ne peux que lire ce qui est écrit noir sur blanc dans la Bible et le Coran, je ne suis pas là pour fausser les textes. Quelle serait donc la différence entre Dieu qui dit de tuer ou Allah qui dit de tuer à de multiples reprises dans La Bible ou le Coran ?
Exemple : Quand je lis les versets bibliques :
Si un homme couche avec un autre homme comme on couche avec une femme, ils se rendent tous les deux coupables d’une action monstrueuse et doivent être mis à mort.(20,13) Celui qui sert d’autres dieux, tu le lapideras et il mourra….(Deutéronome 13,6-10) Si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, on fera sortir la jeune femme de la maison de son père, elle sera lapidée (Deut. 21,22 ou quand je lis les versets coraniques: (les infidèles) Tuez-les partout où vous les trouverez et chassez-les d’où ils vous auront chassés. La tentation de l’idolâtrie est pire que le carnage à la guerre (Sourate II, verset 189), etc.
Déformer ou changer les paroles de Dieu ou d’Allah, c’est déjà un sacrilège, un blasphème.Vous dites : lisez les évangiles et l’ensemble du Nouveau Testament. Nul Dieu sanguinaire, mais un Dieu de tendresse, et une loi d’amour. Et pas un milligramme de violence. Et bien Jean-Pierre j’ai lu le tout depuis longtemps et c’est ahurissant.
Léon X (Jean de Médicis) s’exprimait comme suit : «Il est bien connu combien, de temps immémorial, cette fable du Christ nous a été profitable.» (Lettre au cardinal Bembo). Son 3ième successeur Paul III, alias Alexandre Farnèse, confiera au duc de Mendoza, ambassadeur d’Espagne à Rome que, n’ayant pu découvrir aucune preuve de la réalité historique du Jésus-Christ de la légende chrétienne, il était dans l’obligation de conclure à un dieu solaire mythique de plus (http://www.webnietzsche.fr/recherc2.htm) et voir « Le Traité des Trois imposteurs) www.bible.chez-alice.fr L’Encyclopédie des mythes et des secrets, de Barbara Walker, p. 471, citée par le Rév. Taylor, dans son Diegesis (renvoi de bas de page, p. 35
David Dupré, encore un inculte sans doute selon votre façon de voir les autres, écrit : ‘N‘importe quel simple apprenti historien serait obligé de constater que Jésus n‘est pas un personnage historique et qu‘il faut être aveugle pour considérer les Écritures comme des récits historiques. Cet aveuglement s‘appelle la foi. » David Dupré « Le Monde » quotidien 07/04/1997 « Fumisterie pascale
Vous me dites : lisez les évangiles et l’ensemble du Nouveau Testament. Nul Dieu sanguinaire, mais un Dieu de tendresse, et une loi d’amour. Et pas un milligramme de violence Vous dites aussi « Vous démontrez que vous n’avez jamais lu le nouveau testament »
Jésus, ce Dieu de tendresse et d’amour selon vous qui se fait dictateur-exorciste-thaumaturge et rôtisseur dans les Evangiles, veut nous faire brûler éternellement en enfer si l’on refuse de croire en lui. Il dit ceci dans les Evangiles que j’ai lu avant votre invitation à le faire :
Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. 28 Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem.
Luc 19:26Luc 19:27-28
Jésus est venu non pas pour mettre la paix dans le monde mais la division même dans les familles.
Luc 12, 49-53
Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! 50 Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli ! 51 Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. 52 Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; 53 ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
Jésus explique sans détours dans l’Evangile de Jean 8 : 30-45 des paroles cruelles et haineuses contre les juifs dont les Juifs auront à souffrir pendant des siècles : quand il dit aux Juifs :
« Ils (les Juifs) répondirent et lui dirent : Abraham est notre père. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les oeuvres d’Abraham ; mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai ouïe de Dieu : Abraham n’a pas fait cela. Vous, vous faites les oeuvres de votre PERE. » Ils lui dirent donc : Nous ne sommes pas nés de la fornication, nous avons un père, Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre père, vous m’aimeriez, car moi je procède de Dieu et je viens de lui ; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi n’entendez-vous pas mon language ? Parce que vous ne pouvez pas ouïr ma parole. Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier depuis le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge. Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas ».
L’Evangile prône l’esclavage et l’autorisation de battre les esclaves
Luc 12:45-48: «Le Seigneur [le propriétaire] de ce serviteur (esclave) viendra le jour où il ne s’y attend pas, et à une heure où il n’est pas au courant, et lui brisa, et lui nommer son part avec les infidèles. Et ce serviteur (esclave) qui savait la volonté de son seigneur, et prêt à ne pas lui-même, n’a pas non plus selon sa volonté, sera battu de plusieurs coups. Mais celui qui ne savait pas, et fait des choses dignes de châtiment, sera battue de peu de coups Car à qui que ce soit bien est donné, de lui sera beaucoup demandé:. et à qui les hommes ont commis beaucoup de lui ils vont demander plus
· Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25, 14-30 dans ces versets le mythique Jésus jette les esclaves bons à rien dans les ténèbres.
· Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole dans laquelle il conclut in fine «Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur (esclave) bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !
Alors Monsieur le Prêtre ce que vous affirmez est complètement inexact (un euphémisme), et les versets ci-dessus le prouvent clairement et je pourrais vous en citer d’autres.
Vous dites : » Pour ce qui est de mère Teresa et du bouquin qui la prétend agent financier du Vatican, si c’était sérieux, ça se saurait. » Vous ne dites pas avoir lu ce livre « Le Mythe de la Mère Teresa », et vous ne citez pas quels faits seraient faux dans ce livre, mais vous vous bornez à le faire passer pour « non sérieuxs». Je vous défie de prouver que ce qu’il contient est faux, les faits sont notoires, ils sont publics et irréfutables.
Les prêtres doivent savoir Jean-Pierre qu’ils ne parlent plus à des analphabètes à qui on peut raconter n’importe quoi.
Guillaume Plas
(1)PS. Le prêtre Jean-Pierre Casterman, disant à l’impératif : Cessez de nous imposer votre pensée unique » oublie sciemment qu’il est le représentant de l’Eglise qui a interdit la libre pensée pendant des siècles et que le Pape Paul IV a instauré l’index librorum prohibitorum (livres prohibés) à partir du 16siècle à la demande de l’Inquisition, ce qui n’a pris fin qu’en 1966, mais l’Eglise continue à exercer son autorité pour diriger la pensée des gens. En 2005 le Vatican a conseillé aux fidèles de ne pas lire ou acheter le best-seller de Dan Brown. Est-ce que le peuple ne serait pas capable de juger lui-même de ce qu’il doit acheter cher prêtre ? Regardez, sur Wikipedia une série de tous les grands auteurs qui étaient mis à l’index. Vous me dites de lire la Bible, mais le Vatican donnait des instructions pour interdire la lecture de la Bible de crainte qu’on ne devienne athée à cause de son contenu « que la Bible soit enlevée et dérobée des mains du peuple avec zèle, toutefois sans provoquer de tumulte » ordonnait le Vatican (Feuille Bibliothèque nationale 1089. Volume II page 641-650-références Fond Latin n°12558 – Année 1550) http://www.lettre-chretienne.org/cgilocal/affiche_etudes.pl?Famille=82&action=Detail&ID=1124&referer=/i-francais.htm
 

image_pdfimage_print